AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 

Partagez | 
Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]
Secrétaire du Capitaine de Milice
Messages : 37
Métier : Secrétaire du Capitaine de Milice
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Secrétaire du Capitaine de Milice
MessageSujet: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Mer 9 Jan 2019 - 5:14

Blague à part…Vous êtes ?
La nuit avait été longue, Nikolai se frottait légèrement les canaux lacrymaux avec son pouce et son index, il avait traité pas mal de dossiers et prit quelques rendez-vous pour son chef. Ce n’était devenu qu’un geste plus qu’autre chose, il n’avait plus tellement mal aux yeux depuis qu’il n’était plus humain. Il pensait à rentrer chez lui lorsque quelques collègues vinrent dans son bureau pour lui proposer d'aller boire un verre au Luc. Les regardant, il eut un instant de réflexion et finit par accepter. Une fois n'est pas coutume, il acceptait, ce qu'il faisait rarement. Mais il avait encore quelques dossiers à boucler avant de penser à y aller. L'un de ses collègues lui avait dit qu'il avait réservé un salon pour la fin de soirée, histoire d'être entre eux.

Une heure ou deux après, le voilà au Lux, il était passé chez lui pour se changer bien évidemment pour pouvoir coller au mieux au lieu où il se trouvait. Un costume noir et chemise blanche, le tout relevé d’un long manteau noir, très chic. On lui indiqua le salon privé. Ouvrant la porte, son regard se posa sur un visage qui lui était inconnu. Plissant les yeux il continua de l'observer.


“Bonsoir, je crois qu'il y a un problème, on m'a amené ici mais je voulais le salon réservé à des miliciens…”

Sa voix était tout comme son faciès, d'un calme olympien. Était-ce une erreur ou cela était une mauvaise blague de la part de ses collègues ? Il l'ignorait.

“Mais… On m'a dit que le salon était déjà payé… Est-ce que… Cela vous dérange si je reste quelques minutes histoire de rentabiliser un minimum la… Petite blague de mes collègues ? Peut-être que vous connaissez l'un d'eux ? Je comprendrai mieux ainsi pourquoi…”fit-il sans détacher son regard de l'inconnu.

Inconnu oui, car son visage ne lui disait pas grand chose, lui qui passait son temps entre son bureau à la Milice et sa maison, il ne sortait pas très souvent, surtout pour fréquenter ce genre d'établissement. Mais il se devait de se dire que l'homme était plaisant à regarder, il inspirait le mystère même si Nikolai n'était pas réellement du genre à s'intéresser aux gens hors du cadre professionnel
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PDG Technologies New World
Messages : 16
Métier : Pdg de Technologies New World
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PDG Technologies New World
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Sam 12 Jan 2019 - 18:35

Une avancée, après plusieurs échecs. Duncan avait passé sa nuit à diriger plusieurs essais sur de nouveaux moteurs pour son département, et enfin, ils avaient fait un bon pas en avant. Ce n’était pas encore finit mais ils tenaient déjà le bon bout. De quoi rendre le Kennedy de bonne humeur, surtout qu’il pensait pouvoir adapter ça pour le voyage spatial, et c’est avec ce genre d’avancée que l’idée de voyager dans l’espace en toute sécurité se rapprochait. Il avait décidé lui-même de décrocher son propre portable pour réserver un petit salon et inviter ainsi l’équipe à fêter ça au Lux, ils l’avaient tous bien mérité et c’était lui qui invitait. Oh il y avait bien deux de ses scientifiques, trop têtes pensantes coincées, qui voulurent s’éclipser mais ce n’était pas sans compter le charme convaincant de leur boss. C’était ainsi qu’ils avaient tous rejoint leurs propres véhicules pour se rendre au fameux club. Pour sa part, c’était sa moto, un petit bijou sorti de ses propres ateliers, avec un écran de contrôle de ses dernières technologies, il n’avait pas besoin de clé. Juste d’apposer, une fois bien installé et casque sur la tête, sa main sur l’écran pour que le propriétaire en soit reconnu et que la moto démarre.

Le brun ne fut pas le premier arrivé, s’étant arrêté sur la route pour répondre à un appel, et le voilà mettant le pied à terre pour retirer son casque, relevant ensuite son regard sur l’édifice. Il laissa là sa moto, gardant son casque sous son bras pour se rendre alors à l’intérieur. Il se stoppa pour déjà se baigner dans l’ambiance qui y régnait. Musique endiablée, du monde alors que la nuit était déjà bien avancée, et ce qui ne manquait pas de laisser entrevoir quelques rapprochements osés sous tous les regards. Ça devait ravir le propriétaire du club de voir ainsi la soirée battre son plein. Seulement, il n’avait aucune envie de se noyer dans cette foule, pas ce soir en tout cas. Il demanda pour le salon privé, refusant d’être guidé pour se débrouiller lui-même en montant dans les étages, ayant retenu sans mal les indications. Et à vrai dire il n’eut aucun mal à savoir devant quelle porte s’arrêter quand il aperçut devant l’entrée de leur petit salon privatif un de ses scientifiques qui était venu avec sa blouse blanche toujours sur le dos et refusait d’écouter son collègue qui lui disait qu’il attirait trop l’attention comme ça et pas en bien.
Duncan éclata de rire, passant à côté d’eux et posant quelques secondes sa main sur l’épaule sur celui qui essayait de résonner et de faire comprendre dans quel genre de lieu ils étaient à la tête pensante, certes, mais déphasée et tête en l’air.

- Pas grave, on va rester entre nous… Et une blouse blanche, ça peut avoir son côté sexy vous savez.

Il n’hésita pas à faire cette petite remarque, son ton étant plaisantin, et réussissant à détendre l’atmosphère et se faire suivre pour s’installer alors avec les autres qui étaient déjà assis dans le salon privé. Abandonnant son casque sur un petit meuble dans un coin, il prit le temps de retirer son petit blouson de cuir pour l’accrocher au porte-manteau présent. Il n’avait pas adopté un costume pour cette nuit, il se savait à ne pas être derrière son bureau, mais même en une tenue plus détendue, il gardait une certaine classe, un pantalon jean noir moulant, une chemise blanche toujours les premiers boutons ouverts, simple mais qui allait bien au Kennedy qui prit place sur un canapé, s’adossant contre ce dernier avec un soupir d’aise. Ça faisait quand même du bien. Ça faisait combien de temps qu’il ne s’était pas assis comme il faut ? Il était resté debout lors des essais, à passer derrière tout le monde, inscrire des données dans les ordinateurs toujours debout, ça faisait bien plusieurs heures…

Leurs discussions battaient leurs pleins, le champagne fut amené, les flûtes trinquèrent les unes contre les autres, Duncan n’hésitant pas à dire que l’alcool pétillant ne manquerait pas de couler plus à flot une fois leur grand projet mené à terme. Un petit discours en tête à tête avec son équipe, de quoi même motivé les rangs au passage. Une équipe qu’il rendait l’air de rien plus soudé par cette petite escapade ensemble en ville, et il y prenait un certain plaisir. Oui, il était leur pdg mais il tenait aussi à garder une image d’une personne en qui il pouvait avoir confiance et vers qui se tourner, un tantinet paternel si on pouvait le dire. Tant qu’on ne faisait rien de compromettant pour son entreprise bien sûr. Il ne valait mieux pas provoquer sa colère, c’était connu.

Quel plaisir aussi de les voir décider de quitter le salon tous ensemble en entendant une musique appréciés de beaucoup pour aller danser plus bas. Il ne les suivit pas, sortant dans le couloir pour s’appuyer sur la rambarde surplombant l’étage plus bas, pouvant regarder ainsi sa petite troupe ainsi que son scientifique en blouse blanche se trémousser. Des pensées encore sur la tête, il refaisait les calculs et les étapes de cette nuit, le regard un peu absent pour finir par retourner s’asseoir dans le salon, seul. Il reprit une flûte et il était en train de la remplir quand la porte s’ouvrit. Il leva les yeux, arrêtant son geste pour poser toute son attention sur le visiteur.

Un accent russe, grand, fort bien habillé, ce n’était pas une visite déplaisante à avoir et c’est que ce grand blandinet s’était perdu en plus. Un sourire chaleureux et avenant sur ses lèvres, il lui fit signe de venir s’installer sur le même canapé que lui. Un albinos ? Et…. Un milicien. Ah ah le Kennedy retint un ricanement. Un milicien tiré à quatre épingles mais charmant. Ça lui donnait envie de jouer l’air de rien, chassant ses pensées plus professionnelles d’il y a quelques minutes.

- Mettez-vous donc à l’aise, il y a un porte-manteau pour vous défaire.

Le côté intrépide et un tantinet tête brûlée de Duncan faisait qu’il aimait titiller toujours un peu la milice, sans non plus aller s’en attirer des ennuis mais disons qu’il ne ferait pas profil bas face à eux, et il était du genre à aimer gérer aussi ses propres problèmes lui-même plutôt que de devoir faire appel à ces forces de l’ordre de l’Autorité. Il n’était donc par conséquent absolument pas crispé ou tendu de se retrouver face à un milicien. Il l’observa faire, posant sa propre flûte sur la table basse devant le canapé, et il en prit une autre pour la remplir et ainsi la tendre à celui qui se retrouvait par un drôle de hasard à venir lui tenir compagnie.

- Alors, si j’ai bien compris, vous êtes un milicien et vos collègues vous ont dit de venir ici ? Je n’ai pas de connaissance dans la milice qui puisse vous avoir fait ce tour et savoir que je serai là ce soir…. Je crois qu’on vous a roulé en beauté… Ou alors, on a estimé que vous aviez besoin de vous changer les idées. La blague que vous pensez subir peut être une généreuse attention.

Le brun remonta les manches de sa chemise aux trois quarts, et il resta quelques secondes à jauger clairement de son regard d’acier le blandinet, pour finir par récupérer sa flûte et la lever pour alors trinquer avec ce dernier.

- A cette rencontre hasardeuse. Duncan Kennedy, pour vous changer les idées alors ! Un peu plus et vous seriez tombé au milieu d’une discussion de scientifiques plus tôt. Peut-être pas votre tasse de thé. Et vous êtes ? Je me demande… Vos collègues, ils pensaient à quoi au fond, vous ridiculiser ou vous donner une occasion de vous décoincer en prenant du bon temps ?

Un regard des plus sérieux et calme, il porta la flûte à ses lèvres, toujours à détailler son vis-à-vis, ne laissant pour le moment rien voir dans ses expressions ou attitudes de ce qu’il pourrait réellement penser de la situation et de l’amusement qu’il en tirait. A imaginer un petit cadeau offert par les miliciens pour lui, un des leurs dont il pourrait profiter de la compagnie plus avant. Que c’était fort gentil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Secrétaire du Capitaine de Milice
Messages : 37
Métier : Secrétaire du Capitaine de Milice
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Secrétaire du Capitaine de Milice
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Dim 13 Jan 2019 - 10:35

Blague à part…Vous êtes ?
Si c’était une blague de ses collègues, alors elle était de bien mauvais goût. Nikolai se retrouvait face à un inconnu dans un salon privé au Lux. Pour une fois qu’il acceptait une sortie, voilà ce qu’il se passait ? Eh bien cela serait sans doute la première et dernière fois qu’il acceptait si cela était réellement ce que comptaient faire ses collègues de la Milice. Le Milicien avait été accueilli avec un sourire chaleureux, cependant Nikolai n’était pas très client de ce genre de sourire, enfin à lui, cela lui arrivait très peu, il se risqua donc à une sorte d’infime sourire pour paraître un minimum agréable mais cela s’arrêtait là, il était passablement énervé du tour que l’on venait de lui faire. Il se débarrassa de son manteau qu’il accrocha au porte-manteau, voyant bien qu’il y avait bien plus de vestes que d’hommes dans le salon. Il n’allait donc pas traîner.

‘’Je ne vais pas m’imposer longtemps, vos amis ne devraient pas rester longtemps en bas je pense…’’

Le fait de voir l’inconnu aussi avenant que s’ils se connaissaient était étrange mais peu désagréable, il faut dire que le biélorusse fuyait telle une anguille les échanges d’effusions de sentiment, s’étant renfermé sur lui-même et son travail depuis bien longtemps. Il s’assit donc sur le même canapé que l’inconnu, gardant tout de même une bonne distance, après tout, il ne le connaissait pas et n’était aucunement familier ou quoi que ce soit d’autre avec. Il le vit poser sa flute de champagne et en remplir une autre pour la lui tendre, Nikolai s’en empara doucement et le remercia, observant les bulles fines remonter vers la surface. Il porta ensuite son regard sur son vis-à-vis.

‘’C’est cela, un milicien qui pour une fois avait accepté de sortir mais qui au final aurait dû décliner une nouvelle fois. Me voir ainsi arriver seul, débarquer dans un salon qui apparemment n’a pas été réservé par mes collègues et me voilà…en train de boire une flute de champagne avec un inconnu qui était en pleine soirée avec ses…collègues ? Me voilà passablement…désappointé…’’ fit-il d’une fois calme qui ne trahissait pas ce sentiment d’énervement qu’il ressentait en cet instant.

Il porta la flute à ses lèvres pour en boire une gorgée.


‘’Je ne sais pas ce qu’ils voulaient mais je ne compte pas en rester là…huuuum ou peut-être est-ce tout simplement moi qui ait manqué la réservation du salon…peut-être avait-elle été faite juste avant la vôtre…j’étais perdu dans mes dossiers, peut-être est-ce tout simplement moi qui ait fauté, allez savoir…’’

Il faisait tournoyer le liquide dans sa flute, l’air absorbé dans ses réflexions mais en sortit bien vite.

‘’Je ne vois pas quelle serait cette généreuse attention, surtout si vous ne connaissiez aucun des miliciens qui devaient être présent, et qui, comme vous l’avez dit, aurait eu vent de la prochaine réservation. Je ne pense pas que cet établissement soit du genre à ébruiter de genre de renseignements. Mettons cela sur le dos du hasard tout simplement.’’ Fit-il en posant son regard sur le vampire à ses côtés pour trinquer comme il souhaitait le faire.

‘’Nikolai Ivanenko, même si cette situation n’aurait jamais dû avoir lieu dans ces circonstances, je suis ravi de faire votre connaissance, monsieur Kennedy. Les discussions scientifiques ne m’auraient en rien dérangé, cela dit je ne serai pas resté bien évidemment… Comme je vous le dis, la faute me revient sans doute, j’ai trop tardé pour les rejoindre. Je joute qu’ils osent me faire un coup pareil… je règlerai cette histoire en temps et en heure…’’ fit-il en portant une nouvelle fois son verre à ses lèvres pour en boire une énième gorgée.

"Pour ce qui est de me...décoincer et de passer du bon temps, navré de vous décevoir...'' fit-il d'un air quelque peu impassible, bien que cela l'eut quelque peu fait ressentir comme un pic face à sa façon d'être.

Il porta ensuite son attention sur sa montre, vérifiant l’heure.


‘’Bien je pense que je ne vais pas tarder à y aller et vous laisser à vos discussions avec vos collègues, avant qu’ils ne remontent et cela vous épargnerait sans doute bien des questionnements’’ fit-il en posant une nouvelle fois son regard sur le vampire qui n’était plus un inconnu depuis qu’il connaissait son identité.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PDG Technologies New World
Messages : 16
Métier : Pdg de Technologies New World
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PDG Technologies New World
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Lun 14 Jan 2019 - 22:30

Pas si longtemps seul, Duncan ne chassa pas le milicien, bien au contraire, il l’invita à le rejoindre d’une façon chaleureuse et il lui offrit même volontiers une flûte de champagne. Il était vrai qu’il n’était pas non plus très regardant sur les dépenses, ça avait souvent été le cas, il n’était pas radin, pour bien des choses, alors ce joli albinos pouvait bien profiter de ce qu’il avait commandé pour sa petite troupe de scientifiques. Un milicien qui avait montré un semblant de sourire, et bien, avait-il un coeur aussi froid que son apparence et que ses origines ? Cela amusait vraiment Duncan qui jeta un rapide coup d’oeil vers la porte fermée du salon privé. Oui, il n’imaginait pas son équipe durait des heures à danser parmi la foule en bas, ou alors il serait lui-même des plus surpris. Seulement, il voyait déjà la scène, revenir pour récupérer les vestes et rentrer pour terminer plus sagement la nuit chez eux. Pour la majorité. D’autres peut-être pas. Il connaissait après tout ceux avec qui il travaillait régulièrement, et il se rappelait de cette fois où un de ses ingénieurs avaient passé la nuit avec deux coups d’un soir dans sa voiture sur le parking de TNW, à être surpris par un des vigiles. Ça avait fait vite le tour de toute l’entreprise.

- Je ne pense pas que ce soit un problème pour eux, je vous parie ce que vous voulez que s’ils reviennent, ce sera pour rentrer chez eux.

Le brun remarqua bien la distance gardée par son invité surprise, un comportement froid, digne, et tendu. Clairement. Et quelque chose lui disait que ce n’était pas qu’à cause de la plaisanterie dont il avait été victime. Un opposé à lui qui était  plus amical, plus extravertie et à toujours voir ce qu’il pouvait gagner des occasions données par la vie. Comme là. Perdu dans ses dossiers ? Ça allait en effet avec l’image que le russe dégageait. Celle d’un homme qui aimait son travail et vivait par lui. C’était certes son cas également mais il n’y avait pas que ça. La vie du Kennedy était plus que remplie, aucun doute là-dessus, il ne se posait que rarement, même lors de ses repos, sauf dernièrement où il avait moins voyagé.   Ce Nikolaï Ivanenko était à ne pas en douter beaucoup plus sérieux que lui. Mais au moins, il bavardait, il n’avait pas à devoir lui arracher des mots ou des explications, et il acceptait volontiers de boire. Il ne dénotait pas tant du lieu dans lequel il venait de se perdre. Et il devait bien l’avouer, dans sa façon de se tenir, de parler, il y avait un charme plaisant.

- Allons, ne vous en faites donc pas, vous tirerez la vérité de tout ça, je n’en doute pas, vous m’avez tout l’air capable de mener à bien votre petite enquête. Je serai quand même bien curieux de connaître le fin mot de cette histoire, même s’il est vrai, elle ne me concerne que par pur hasard.


Duncan ancra son regard dans celui du russe en même temps qu’il se décida à boire prés de la moitié de sa flûte de champagne en une seule longue gorgée. Il eut un léger rire devant le ton impassible de l’albinos, bien conscient que cette réponse pouvait avoir bien des sens différents. Il reposa sa flûte sur la table basse, devinant déjà son intention rien qu’en l’apercevant à regarder sa montre. Il n’avait même pas entamé vraiment la discussion là. Et il se tourna assis sur le côté, croisant ses bras, un genoux replié sur l’assise du canapé.

- Non, restez ! Vraiment, j’insiste ! J’aime bien vous écouter parler.

Un sourire si séducteur comme il savait les faire, un aplomb sans faille, il glissa la main dans la poche de son pantalon pour en sortir son paquet de cigarettes, il en fit ressortir une pour la tendre ensuite vers le milicien, tout en reprenant la parole, d’une voix posée et grave. Oui, il jouait de son charme, mais c’était aussi une façon d’être, surtout dans un tel lieu mais il décida de se révéler aussi bien sérieux.

-  Vous fumez ? Prenez-en donc une. Puisque vous faites parti de la milice, je pourrai sauter sur l’occasion pour voir si vous pouvez me renseigner sur une question qui me taraude l’esprit depuis quelque jours.


Laissant Nikolaï prendre une cigarette ou pas, le brun en glissa une ensuite entre ses lèvres, pour récupérer son briquet, un petit cadeau qu’il avait gardé en souvenir d’un voyage en Irlande, un raffiné trèfle en nacre vert dessus. Il alluma d’abord celle du russe en premier dans tous les cas, se penchant vers lui, pour en faire de même avec la sienne, aspirant sa première taffe, penchant un peu la tête en arrière, pour laisser s’échapper le nuage de fumée, reportant toute son attention sur le milicien.

- Voyez-vous, imaginons qu’il y ait un accident d’un hélicoptère avec une livraison pour….


La porte du salon privé s’ouvrit sur la petite troupe du Kennedy, certains venant justement chercher leurs vestes, le voyant accompagné pour alors eux s’excuser et les saluer, plus ou moins discrètement. Certains avaient encore abusé d’alcool dont un qui avait trois bouteilles dans les mains, venant se laisser tomber contre le barbu qui haussa un sourcil. Les bouteilles étaient débouchées et il eut droit alors à une jolie tâche de vin rouge en plein sur sa chemise blanche, au niveau du ventre. Son fameux ingénieur qui était déjà en train de tirer sur sa chemise sans gêne pour la faire ressortir de son jean. Vivement, Duncan lui attrapa le poignet, tout en se relevant debout, coinçant au coin de ses lèvres sa cigarettes, marmonnant plus qu’il ne parlait.

- Patron, j’ai trouvé quelqu’un…. Oh zut ! Le vin, quel gâchis !

- Bravo l’artiste ! Laisse, je vais gérer, t’as ton coup du soir qui t’attend !

Duncan le regarda partir, prit une taffe de sa cigarette, pour la déposer ensuite sur le bord d’un cendrier et il lâcha un soupir, maintenant ils se retrouvaient tout aussi rapidement seuls dans le salon privé. Il finit de lui-même de retirer de son pantalon, penchant la tête pour regarder les dégâts. Et c’était toujours debout qu’il remonta sa main pour défaire peu à peu les boutons de sa chemise.

- Désolé pour ce petit contretemps mais comme je vous l’ai dit, votre présence n’allait pas être gênante, ils sont tous partis.Alors, où en étais-je ? Ah oui… une livraison perdue en forêt et peut-être même chez des libres, il faut forcément faire recours à la milice pour la récupérer ou je peux convaincre de m’en occuper moi-même ? Et vous faites quoi au sein de la milice, Nikolaï ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Secrétaire du Capitaine de Milice
Messages : 37
Métier : Secrétaire du Capitaine de Milice
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Secrétaire du Capitaine de Milice
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Mar 15 Jan 2019 - 17:58

Blague à part…Vous êtes ?
Oui, vous ne verrez que peu de sourires prevenant de ce cher Nikolai, tout simplement car c’est un introverti par moment, ou plutôt qu’il préfère ériger des barrières entre lui et le reste du monde, pour ne pas être blessé. C’était ce qu’il se passait actuellement avec Duncan, il e le connaissait pas le moins du monde et il n’était pas habitué à tant d’émotions avenantes. Ou peut-être ne voulait-il pas l’être, du moins pas tant qu’il ne le connaitrait pas un peu plus. Mais le voulait-il d’ailleurs ? Cette rencontre n’était que le fruit du hasard, il se disait que jamais il ne l’aurait croisé avant cela, ou peut-être à la milice et encore. Même devant ce sourire qu’il s’avouait très sympathique, il n’eut qu’un faible sourire.

‘’Oh eh bien si vous le dites, dans le pire des cas si l’un d’eux venait à rester vous tenir compagnie, je m’éclipserai alors comme je suis venu’’ fit-il en laissant un léger rictus s’étirer à la commissure de ses lèvres.

Nikolai observait du coin de l’œil le vampire qui lui laissait accès à son salon privé, il avait toujours cette distance qui le séparait de lui, il n’était pas du genre à chercher le contact, surtout avec des inconnus. Il ne se tenait pas au bord du canapé, mais tout de même. Il s’était tout de même surprit à parler un peu plus que la moyenne, cela devait être dû à la personnalité du brun, elle engageait à la conversation, mais il ne se montrerait pas tel un moulin à paroles non plus. Il s’était adossé, ramenant sa jambe sur l’autre pour les croiser, sa flute de champagne à la main. Il commençait à légèrement se détendre en compagnie de l’autre vampire. Il n’avait pas besoin de se montrer sur ses gardes ou autre, mais il ne voulait pas non plus se laisser aller.

‘’Oui je sais bien, et comme je vous l’ais dis, c’est peut-être de ma faute tout simplement, je verrai demain avec les intéressés, ou peut-être le surlendemain, je suis en congé demain.’’
Fit-il d’une voix moins monocorde.

Le biélorusse plissa les yeux en voyant le regard que lui lançait le brun et ne se sentit pas impressionné, il se demandait pourquoi il l’observait avec insistance, en même temps qu’il buvait sa coupe de champagne. Avait-il quelque chose en tête ? Nikolai l’ignorait. Il haussa tout de même un sourcil en l’entendant rire, mais ne rétorqua rien pour autant. Un regard sur sa montre, il pensait qu’il avait assez abusé de la gentillesse du brun et pensait à partir lorsque ce dernier lui demanda de rester. Nikolai posa un regard légèrement surprit sur lui en se demandant bien pourquoi il voulait qu’il reste, prétextant alors qu’il aimait bien l’écouter parler. Nikolai restait perplexe, mais resta tout de même assit, dissimulant alors sa montre sous sa manche comme pour signifier qu’il restait donc encore un peu. Il restait assit droit, ne tourna que la tête et légèrement les épaules pour que cela soit légèrement plus facile de converser en le regardant. Il avait noté ce sourire qu’il lui avait adressé, cela devait être sa technique pour garder ses clients un peu plus longtemps.


‘’La technique du sourire séducteur pour garder l’attention de vos clients sur vous j’imagine que cela fonctionne toujours ?’’ lâcha t-il tant pour lui signifier qu’il avait compris le truc que pour tenter une taquinerie.

‘’Vous aimez plaire à votre entourage et vous savez en jouer à ce que je vois…’’ avait-il ajouté.

Il le vit sortir un paquet de cigarettes de sa poche, et Nikolai hésita à prendre celle que lui tendait Duncan. Mais une fois n’est pas coutume, il acceptait, fumant dans de rares occasions. Il le laissa donc l’approcher pour qu’il puisse allumer sa cigarette, le biélorusse ne détacha pas son regard de lui, comme un animal sauvage que l’on essayait d’apprivoiser avec de la nourriture restait sur ses gardes à la moindre entourloupe.


‘’Une question qui vous taraude ? Eh bien cela dépend, mais si je peux répondre je le ferai.’’ Fit-il en laissant la fumée de cigarette s’échapper d’entre ses lèvres.

Nikolai écoutait les dires de Duncan avec concentration pour voir s’il serait alors capable de lui répondre quand soudain, des hommes firent irruption dans le salon privé. Le milicien tourna alors la tête vers eux, commençant à se crisper et salua alors ceux qu’il leur adressait un signe de tête. Il vit l’un des hommes avec trois bouteilles en main se laisser tomber sur le barbu, renversant légèrement l’une des bouteilles sur sa chemise. Nikolai attrapa ensuite les bouteilles et les posa sur la table discrètement. Allaient-ils rester ? Devait-il partir ? Il observait la scène, voyant Duncan se lever après avoir attrapé le poignet du vampire ivre et se lever. Nikolai resta assit pour sa part, mais prêt à se lever si nécessaire. Il avait posé sa cigarette dans le cendrier. Finalement, tout le monde repartit et il se retrouva seul avec Duncan. Il le regarda alors enlever sa chemise de son pantalon mais tout en gardant un air impassible.  

‘’Ce n’est pas grave, vous ne pouviez pas gérer le fait qu’il force trop sur la boisson.’’

Il se leva, attrapant quelques serviettes, hésitant à se rapprocher du vampire. Il eut un mouvement hésitant et venir mettre une serviette en passant sous le pant de chemise et l’autre par-dessus pour englober de ce fait la tâche de vin comme pour éponger le plus gros.

‘’Tenez-les, vous absorber le plus possible le vin… il faudra l’emmener au pressing, ou si vous voulez essayer quelque chose vous-même, un mélange de vinaigre,de sel et d'eau gazeuse, peut-être que vous pourrez la sauver.’’

Oui, Nikolai pouvait avoir ce côté maniaque parfois, et pur une fois il voulait essayer de ne pas paraître trop froid et détaché, c’est pourquoi il avait tout de même osé faire un pas vers un homme qu’il ne connaissait que depuis quelques minutes.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PDG Technologies New World
Messages : 16
Métier : Pdg de Technologies New World
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PDG Technologies New World
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Sam 19 Jan 2019 - 21:37

Son arme secrète ? Son sourire charmeur ? Oui, enfin, c’était surtout une de ces nombreuses armes acquises au cours de ses longues années de vie. Un sourire devenant bien fatal il est vrai lors de certaines négociations, même en affaires. Duncan ne parut absolument pas décontenancé par la remarque de Nikolaï, qui n’avait rien d’un dupe. Ça allait de soit. Et il n’avait pas non plus cherché à le cacher, il voulait le retenir et la preuve, le milicien n’y était pas tant si indifférent pour accepter de rester et de l’écouter. Autant continuer de se mettre à l’aise, proposant alors une cigarettes au biélorusse. Si ce dernier avait su faire preuve d’une remarque taquine l’ayant fait sourire avec un soupir amusé à la limite du rire, il le trouvait fort sur ses gardes par la suite, juste parce qu’il réduisait momentanément la distance entre eux pour venir de son briquet allumer la cigarette qu’il lui avait donné.

- Toujours ? Je n’aurai pas cette prétention… Mais souvent ? Carrément… Vous êtes bien toujours là ? Bon… Ok, peut-être pas qu’à cause de mon sourire.


Le Kennedy anticipait d’avance, il s’en doutait bien, ce n’était pas ce qui ressemblerait à Nikolaï. Car il prenait le temps l’air de rien de l’observer attentivement, derrière un détachement, un jeu de charme un peu maladroit tout volontairement, un sujet plus sérieux aborder, là encore en feignant une situation possible et non que ce serait en réalité déjà le cas. Un soviétique qui aimait se montrer tout aussi froid que pouvait l’être son pays d’origine ? Il avait hâte un jour de pouvoir croiser un sibérien, un pur, un dur, serait-ce pire ? Il n’avait pas à se plaindre, il voyait bien que le milicien faisait en sorte de ne pas être non plus désagréable, de discrets sourires, il discutait, il fumait, il n’était pas aussi rigide et stricte qu’il ne pourrait le paraître. Des ouvertures qui seraient certainement amusantes à bousculer un peu. Mener plusieurs danses à la fois, il aimait bien le faire, et c’était très utile, une gymnastique de l’esprit qui ne manquait pas d’élargir la vision des choses, selon sa propre expérience. Mais voilà qu’ils ne furent plus seuls soudainement.

Le grand manitou connaissait bien ses petites brebis travailleuses, et ce n’était donc sans grand étonnement qu’il vit ces dernières revenir pour juste récupérer leurs vestes. Il n’y avait qu’une chose qu’il n’avait pas vu venir, c’était son ingénieur. Cette petite brebis galeuse mais attachante, avec ses bouteilles qui ne manqua pas de vouloir de partager en salissant en beauté sa belle chemise blanche. Ni une ni deux, il prit vite la situation en main, tout comme le milicien qui débarrassa le vampire ivre de ses bouteilles. Un geste que Duncan remarqua et apprécia, il n’avait pas non plus envie de finir couvert encore plus de la tête aux pieds d’alcool. Il préférait le boire que de prendre une douche avec. Il félicita l’ingénieur pour lui faire comprendre sans trop de mal qu’il devait en profiter et partir vite fait. Bien, pas de remise en question, il évita juste un grand geste de sa part lors de sa pirouette pour dire aurevoir pour refermer la porte derrière lui. Il ne s’était pas mis en colère, il ne lui en voulait pas tant non plus, c’était du tissu, il verrait pour rattraper ça, et au pire, il avait plein d’autres chemises. On pourrait penser qu’il serait réticent à le garder dans son équipe au vu de son amour de l’alcool, mais ce type était sérieux au travail, et doué de ses mains et de ses outils, très malin aussi. Non, un atout de valeur pour lui, et hé, qui était-il pour discuter vu le train de vie qu’il avait en dehors de ses heures passées à TNW ?

Abandonnant sa cigarette aussi sur le cendrier, Duncan commença par sortir le bas des pans de sa chemise de son pantalon pour regarder les dégâts tout en s’excusant auprès de Nikolaï. Il n’imaginait pas ce dernier approuver un tel comportement, mais il fut surpris de le voir indulgent à ne faire aucune remarque sur son employé et au contraire, relever le point qu’il ne pouvait rien y faire. Pas une mauvaise langue… Et une langue qui semblait pouvoir être douce, et attentionnée, comme ses mains prenant des serviettes pour venir éponger le vin sur sa chemise. Laissant tout d’abord pendre ses bras le long du corps, son regard d’acier scruta sans la moindre discrétion ou retenue le plus jeune vampire, une étincelle brillait dans ses yeux gris, ses pensées vagabondant sur un terrain plus impur.

- De l’eau gazeuse ? Vous avez l’air de bien vous y connaître, Nikolaï.


Le brun parla de sa voix grave se faisant plus suave, et son sourire tellement plus charismatique, ensoleillé mais aussi loin d’être celui d’un ange. Il y avait quelque chose de carnassier, de quoi se faire sentir petit et totalement offert à lui. Il  vint poser ses mains sur les poignets du milicien, se penchant vers lui son visage à quelques petits centimètres du sien. Ses doigts se resserrèrent lentement mais sûrement pour empêcher le moindre recul, sans être non plus brutal.

- Il y a bien plus simple à faire… Mais peut-être vouliez-vous en profiter pour tenter une approche ? Tenez les serviettes encore un peu.


Un léger rire retenu au bord des lèvres, Duncan garda son regard plongé dans celui de Nikolaï, relâchant ses poignets pour remonter ses mains et défaire un à un les boutons de sa chemise, l’ouvrant totalement pour révéler le torse d’un homme bien bâti, qui ne restait indéniablement pas que derrière un bureau, un peu poilu, un ventre ferme et quelques tablettes de chocolat. Il la vira ensuite de sur ses épaules, et voici un Kennedy torse nu au milieu d’un salon privé d’un club de la ville. Il n’était pas pudique, et il ne s’attendait pas non plus à ce que n’importe qui n’ose entrer ici sans frapper. Et puis, torse nu, il n’y avait pas de drame, comment ça se passait sur les plages, hein ?

- Vous permettez ?

Toujours sans ciller, les yeux rivés sur Nikolaï, le brun lui prit des mains les serviettes, pour les frotter alors encore un peu sur sa chemise, avant de les rouler en boule et les lancer sur la table du salon, ces dernières se stoppant contre les bouteilles de l’ingénieur. Il brisa enfin le contact visuel pour étendre sa chemise sur un des fauteuils pour qu’elle puisse sécher ainsi un peu plus vite, revenant vers le milicien. Il récupéra sa cigarette déjà à moitié consumée, en faisant tomber la cendre dans le cendrier pour la placer à nouveau entre ses lèvres.

- Hm… Je vais vous en redonner une aussi…


Duncan sortit de nouveau son paquet de cigarette et son briquet, un air sérieux sur le visage mais un regard toujours aussi appuyé et même espiègle, il ne put retenir cette petite remarque qu’il avait en tête depuis un petit moment.

- Merci pour votre aide… Et la milice serait-elle donc troublée pour en oublier de renseigner un citoyen dans le besoin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Secrétaire du Capitaine de Milice
Messages : 37
Métier : Secrétaire du Capitaine de Milice
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Secrétaire du Capitaine de Milice
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   Hier à 6:35

Blague à part…Vous êtes ?
Observer, analyser, Nikolai ne pouvait s’en empêcher parfois et dresser un portait analytique des personnes qu’il côtoie. Il faut dire que c’était de cette manière qu’il pouvait ‘sélectionner’ les personnes qui pouvaient entrer dans son cercle fermé de proches avec qui il pourrait se montrer beaucoup plus détendu et moins sur ses gardes. En cet instant il n’y était pas encore mais il trouvait ce vampire sympathique quelque part. Si son sourire était une arme, alors il savait s’en servir, Nikola s’avouait ne pas être si indifférent, car au final il était resté dans le salon privé, gardant toujours cependant ses distances, acceptant une cigarette que Duncan lui offrait. Il n’eut pas de réel mouvement de recul lorsque ce dernier s’avança pour allumer sa cigarette, mais le biélorusse restait assez tendu.

‘’Pas de tendances au narcissisme mais plutôt à la modestie…’’


Il plissa les yeux et laissa un infime sourire ourler ses lèvres à sa remarque qu’il avouait amusante.

‘’Je suis toujours là effectivement…votre technique fonctionne, elle donne envie de rester un peu plus longtemps pour converser j’en conviens mais cela dit, il n’y a pas que le sourire qui m’engage à rester, je n’arrive pas encore à tout à fait à vous cerner, donc on va dire que la curiosité fait partie des paramètres à prendre en compte sur le fait que je sois encore ici…’’

Au moins son sourire participait au fait qu’il se détendait un peu, il paraissait sans doute un peu moins fermé et impassible, mais il restait un minimum sur ses gardes quant à sa personnalité qui imposait la distance. Cela dit, il savait que dans de rares cas cela poussait à la curiosité et amenait les gens à se rapprocher malgré tout. Mais ce cas si rare ne s’était encore jamais présenté devant lui et il espérait quelque part ne jamais avoir à y faire face. La ‘tornade’ des ingénieurs avait fait irruption dans le salon privé pour prendre leur veste et saluer leur patron avant de filer, et un autre amoureux de la bouteille avait réussi à tâche la chemise de Duncan avec du vin. Ce dernier l’avait bien vite repoussé gentiment et Nikolai avait pendant ce temps sauvé quelques bouteilles pour les poser sur la table. Le vin ça tâche, alors que le mobilier de l’établissement, il y aurait une chance sur deux de devoir refaire carrément la banquette et le tapis si jamais le nettoyage à sec ne donnait rien. Certes ils avaient de l’argent pour remettre à neuf mais tout de même. Ils se retrouvèrent bien vite seuls de nouveau et un Duncan en train de sortir sa chemise de son pantalon pour regarder les dégâts était debout dans le salon. Nikolai n’avait fait aucune remarque sur le comportement du scientifique, en réalité il ne se trouvait pas concerné, sans pour autant s’en ficher.


Le biélorusse s’était emparé de serviette et s’était levé pour aller timidement à la rencontre de Duncan, prenant le pan de chemise entre elle pour absorber le plus possible de vin en lui disant comment essayer de la rattraper. Oh il voyait comment le vampire le regardait alors que Nikolai était concentré sur la tâche de vin, sa vision périphérique le devinait sans le voir clairement tout du moins. Mais il avait cette impression d’être observé avec insistance.

‘’Je suis du genre à ne pas aimer les tâches, mon côté maniaque, qui plus est on trouve de tout sur le net de nos jours, les recettes d’antan pour faire disparaître telle ou telle chose, sans doute l’effet du gaz qui décolle les particules du tissu…’’

Puis il fut stoppé dans ses gestes par les mains de Duncan qui vinrent saisir ses poignets, Nikolai releva alors un regard surprit, sans pour autant que son visage ne la marque également. Il était fermement tenu et ne pouvait donc reculer lorsque le visage du brun se retrouva à quelques centimètres du sien. Cependant il put tout de même avoir un mouvement de recul de la tête, fronçant légèrement les sourcils tout en plantant son regard dans les iris acier qui lui faisaient face.

‘’Plus…facile ? Et non, je n’avais aucune intention cachée si c’est ce que vous voulez dire… je voulais simplement rendre service…mais si cela pose un problème, je m’en abstiendrai donc…’’ fit-il en restant calme sans chercher à se débattre car il savait que de toutes manière, il serait relâché bien vite.

Il garda cependant son aplomb et son regard rivé sur celui de Duncan lorsque celui-ci finit par effectivement le relâcher, sans pour autant le quitter du regard alors qu’il déboutonnait sa chemise pour l’enlever. Nikolai soutint alors le regard du brun pendant cette manœuvre, sans jamais le laisser se balader sur le torse à présent nu du vampire. Il s’était simplement contenté juste avant de reculer d’un pas pour ne plus être aussi proche. Il s’était demandé ce qu’il lui était passé par la tête à ce moment-là, il avait eu l’air d’une bête sauvage prêt à sauter sur sa proie, Nikolai l’avait bien sentit dans sa gestuelle, sa voix et son regard. Il avait même réprimé un frisson qui tenait plus de la surprise que d’autre chose. Le Biélorusse lui laissa bien volontiers les serviettes pour aller reprendre place sur la banquette, faisant abstraction du fait que le vampire se balader maintenant torse nu. Il n’y avait rien à redire là-dessus, pas de commentaire également, Nikolai se comportait tout à fait normalement. Il accepta la seconde cigarette que lui offrait le Kennedy.

‘’Oh oui, votre question…avec cette agitation j’avais presque oublié de vous répondre… je suis le secrétaire du Capitaine de la Milice. Et il vous faut recourir à nos services pour récupérer votre dû effectivement. Je pourrai voir cela avec mon supérieur et la section anti-libre si vous le souhaitez, il me faudrait simplement vos coordonnées pour vous contacter’’ fit-il de sa voix neutre.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blague à part...Vous êtes ? [Duncan Kennedy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La blague du soir, matin, quand vous voulez, j'm'en branle
» Un départ qui ne laissera pas de vide
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Vous avez demandé une blague ? - Travis Alatir
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Dornia :: Bars & Clubs & Hôtels :: Lux-
Sauter vers: