AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 

Partagez | 
Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]
FALL TO MY DEATH
Messages : 23
Métier : Directeur du secteur « jeux de société » d'une multinationale
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FALL TO MY DEATH
MessageSujet: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Lun 26 Nov 2018 - 23:03

 
Pour un peu plus de douleur...

Il le sait, Silas n’approuverait pas. Le blond devra le cacher, ne jamais le porter sur lui, encore plus lors de ses visites chez son ami. Son sauveur le connait que trop bien, il repéra si jamais le malaise est présent, alors qu’Armand est tellement naturel avec lui, bien plus qu’avec des inconnus. Mais cela fait bien plus de deux cents cinquante ans qu’ils se connaissent aussi, au oui, tant de siècles déjà !

Le vampire s’était renseigné. Sans rien lui dire. De toute façon, il l’en aurait empêché et n’aurait fait que le harceler jusqu’à être certain que le dépressif n’aille pas acheter un couteau d’argent. Il y avait tellement de formes différentes pour l’argent, mais Armand a beau vouloir mourir, il n’a pas le courage suffisant pour y mettre un terme. Alors la mutilation reste à sa portée, mais les couteaux d’acier ne suffissent pas. Ils ne lui font pas grand mal et la cicatrisation est bien trop rapide pour que cela le soulage vraiment, si on peut appeler ça un soulagement de se mutiler… Bien que pour lui, c’était le cas.

Le blond avait fait des recherches. En vivant depuis plus de trois siècles, il savait qui pouvait se procurer ce genre d’armes, uniquement eux normalement… Les miliciens. Sauf que ce n’est pas chose aisé de racheter l’arme à l’un d’entre eux. Déjà parce qu’ils en ont peu et qu’en plus, c’est leur outil de travail. Bien que les armes à feu soient tout de même bien plus pratiques et efficaces. En tout cas, à force d’écumer les sites, principalement ceux cacher du grand public, je ne ferais pas de dessin, mais autant dire qu’Armand regardait le côté immergé de l’iceberg… En laissant un post sur l’un d’entre eux, le dépressif avait trouvé un potentiel acheteur. Armand avait les moyens de la payer, d’ailleurs, c’était le porte-monnaie plein qu’il s’était rendu au point de rendez-vous.

L’endroit n’était vraiment pas là pour le mettre à l’aise, en même temps, on parle du marché noir. Et lui qui était toujours tiré par quatre épingles… Il faisait presque tâche dans le décor. D’ailleurs, la créature s’était mis dans un coin, à un angle de rue pour vérifier par de petits coups d’œil si son correspondant arrivait. Un petit check régulier sur son portable. Il est nerveux. Après tout, même s’ils se sont vaguement échangés des traits physiques afin de se reconnaître, Armand reste nerveux pour le grand gaillard qu’il est ! Ses paumes bien au fond de son long manteau, il tremble légèrement, pourtant, il ne fait pas froid et puis, les morts n’ont pas froid... C’est bien la première fois qu’il va de son grès dans ce genre d’endroit et surtout, qu’il passe dans l’illégalité. Intérieurement, le blond prie pour que ne pas être découvert. Même s’il devra sans doute « juste », payer une amende. Il se retrouverait si honteux…

La créature remonte une dernière fois sa manche pour regarder sa montre signée Rolex. Cinq heures du matin, l’heure du rendez-vous.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smith & Wesson
Messages : 120
Métier : Garde du corps / Tueur à gages.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Smith & Wesson
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Jeu 29 Nov 2018 - 7:52


Jess était allongé tranquillement sur son canapé à siroter une bière en lisant un livre lorsqu'on l'avait contacté sur l'un de ses téléphones. Il en a exactement trois : un pour son boulot de garde du corps lui servant de couverture et remplit comme tout un chacun de numéros de contacts, d’icônes facebook et amazon, d'un fond d'écran bidon sur lequel on peut voir une jolie moto dont il ne connait absolument pas la marque ; le second, privé, lui sert uniquement pour quelques rares personnes comme par exemple le Boss ou Josh et n'existe officiellement pas pour les satellites ; le dernier lui sert pour garder contact avec le marché noir et est complètement vide avec une localisation constamment changeante. Il l'appelle son téléphone de distraction, et c'est justement celui-là qui a sonné alors qu'il était en pleine répartie théâtrale. Il a donc fermé son livre après avoir mis un marque page et décroché tranquillement, le transformateur de voix ne pouvant indiquer qui répondait à l'appareil. La discussion qui s'en est suivie l'a un peu surpris mais également grandement amusé, et il a accepté aussitôt la demande de son interlocuteur. A savoir : lui fournir un couteau à lame d'argent.

C'est curieux la vie, quand même, se dit-il en observant la rue dans laquelle il se trouve et qui lui offre une vue imprenable sur l'endroit du rendez-vous et les alentours. Joint au bec, il tire de temps à autres une bouffée sans faire vraiment attention, salue parfois d'un signe de tête une connaissance du marché qui passe par là et sourit à une prostituée que son mac vient de déposer pour un client. Dingue comme certains vampires refusent de perdre cette habitude des femmes. Lui, ça ne l'a jamais intéressé bien au contraire, il a tendance à les trouver pitoyables d'inutilité. Mais il sourit et il charme, c'est dans sa nature. Il charme beaucoup mais ne va jamais jusqu'au bout. Comme dit l'adage, ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins et dans son cas, c'est exactement ça ! Il parle énormément.

Il repère aussitôt la personne qui n'a pas sa place ici. L'homme marche de façon nerveuse, décalée, parfaitement conscient de ne rien avoir à faire ici et le montrant à tous par la façon dont il se tient. Si Jess avait été un flic ici, il l'aurait grillé direct comme étant un acheteur occasionnel et l'aurait choppé pour l'interroger sur son fournisseur. Les voleurs font les meilleurs flics... Un rire léger secoue ses épaules, il attrape son joint et le laisse tomber au sol pour l'écraser de son talon avant de se diriger mains dans les poches, d'une démarche nonchalante, en direction de l'homme qui vient de s'arrêter dans un coin. Comme à son habitude, Jess porte un jean noir, des rangers de même couleur, une chemise blanche échancrée jusqu'au nombril révélant son torse et une veste de cuir souple sur les épaules. Autour des hanches, sa ceinture à laquelle balancent Smith et Wesson. A ses yeux, ses habituelles lentilles de couleur dorées et dans ses cheveux bruns en bataille, des mèches de même couleur que ces lentilles. Sur son visage fin, un sourire de branleur qui agace autant qu'il séduit selon son objectif et ce qu'il veut susciter chez l'autre. Et une fois près de l'homme, sa voix naturellement aiguë mais masculine malgré cela résonne tranquillement dans la ruelle.
- Je serais un flic, tu serais en taule, chéri.* Mais je suis flatté d'être ta première fois, on va pas se mentir ! On va boire un coup ? Tu as clairement besoin de te détendre.

Et d'indiquer d'un signe de tête un bar non loin qu'il connait bien. Pas besoin de préciser qui il est, si c'est évident pour lui ça l'est pour tout le monde après tout. Il se détourne légèrement pour s'y diriger, gardant tout de même le vampire en ligne de mire et dans son angle de riposte au cas où celui-ci aurait la mauvaise idée de tenter de s'emparer de l'arme cherchée pour se barrer sans payer. C'est déjà arrivé, même si les vampires en question ne sont plus là pour en parler. Aaaah... Les joies du marché noir ! Il glousse un peu et fouille dans la poche intérieure de sa veste pour en sortir une boîte de cigarettes remplie de joints.
- Tu fumes ? Ils ne sont pas très forts, je les ai moyennement dosés. Et sinon, ça va la vie ?


* => en français dans le texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FALL TO MY DEATH
Messages : 23
Métier : Directeur du secteur « jeux de société » d'une multinationale
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FALL TO MY DEATH
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Lun 3 Déc 2018 - 10:47

 
Pour un peu plus de douleur...

Le vendeur arrive. Contrairement à lui, son congénère se fond bien plus dans le décor. Il est plus jeune, plus petit aussi, mais ce n’est pas bien compliquer vu la grande brindille qu’il est ! Ses yeux n’ont pas une couleur naturelle, jusqu’aux mèches doré dans ses cheveux. Ce sont sans doute des artifices. Sauf pour les flingues, ça, Armand est persuadé que ce sont des vrais. Pourtant, le blond n’en a pas vu souvent, des vrais, mais vu le bruit et leur éclat, il n’y a nul doute sur leur authenticité. Et puis, son interlocuteur avait aussi la lame d’argent donc bon. Un milicien peut-être ? Pourtant, il n’en avait pas plus la tête que ça…

Le brun l’aborda sans aucune notion de politesse. Un mot de français, bon, Armand sait qu’il en les origines, mais s’il sait parler cette langue, c’est uniquement parce qu’il a été esclave dans ce pays avant d’être vampire. Du coup… La créature parle trois langues. Bref. La brindille manqua de rougir et se tassa un peu comme pour essayer de devenir invisible, bon, soyons honnête, cela ne marcha pas du tout.

- Bon… D’accord. Si vous le dites monsieur… ?

Echanger par téléphone ne donne pas lieu forcement à une identité. D’ailleurs, est-ce que cela était judicieux de donner sa vraie identité au marché noir ? Le blond devra songer à ne dire que son prénom lorsqu’il se présentera. Après tout, avec son poste à responsabilité, cela ferait tâche si jamais on le sait à trainer dans ce coin de la ville et surtout, à marchander là-bas. Le blond commença donc à le suivre en direction du bar. Son regard traîna un peu autour de lui, sur les étals, frissonnant de peur en voyant des trucs pour le moins… Exotique par moment. Des dents, des griffes. Sans doute a des animaux ou bien… A des hybrides vu la taille de certains.

Armand marche légèrement en retrait, presque comme une ombre, bien qu’il ne soit pas complétement derrière son congénère. Ce dernier lui présente même un paquet avec ce qui semble au premier coup d’œil à des clopes roulées, comme celle que Silas fume mais… Elles sont légèrement différentes et surtout, n’ont pas de filtres.

- Dieu que non !

Au moins ça avait le mérite d’être clair. Par contre, pour ce qui est de répondre à la question du fumeur…

- Ça va… Et… Vous, votre vie ?

Non il n’est terriblement pas causant. Heureusement que le duo arrive devant le bar. La brindille pousse la porte et rentre à l’intérieur. Ce n’est vraiment pas une brasserie dans lequel il irait trainer même avec son meilleur ami. Remarque, Silas prend toujours soin de ne pas l’emmener dans des pubs qui craignent un peu dirons-nous. Sans doute aussi parce qu’Armand aime bien sa classe sociale, rien que par son accoutrement, il est aisé de voir à quel point il transpire l’argent, l’aristocratie, le cliché du vampire quelque part.

Le blond enleva son manteau le déposant derrière son tabouret de bar, le pliant en deux, très proprement, trop proprement. Puis il s’assit sur son siège. Attendant que le barman vienne à leur rencontre. En attendant, son menton se tourna vers son congénère. Ce n’était peut-être pas le lieu pour demander ça, mais après tout, ce rendez-vous n’avait que pour but d’obtenir une lame d’argent, donc, autant aller droit au but sans faire de détour. Sans détour, mais à voix basse afin de ne pas attirer trop l'attention et surtout pas tombé sur des policiers en civil ou je-ne-sais-quoi.

- J’ai amener l’argent pour le couteau, comme nous avions convenu par téléphone. Tout en petites coupures. Vous l’avez apporté ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smith & Wesson
Messages : 120
Métier : Garde du corps / Tueur à gages.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Smith & Wesson
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Mar 4 Déc 2018 - 7:21


La réaction plus que spontanée de son client lui tire un éclat de rire clair et sonore tandis qu'ils approchent du bar sans que Jess ne réponde à la question que son client lui a retournée. L'homme distingué entre d'abord, s'attirant probablement sans le vouloir un regard approbateur de Jess. Un aristo, certes, mais qui a au moins le mérite d'avoir un peu de cran. La plupart ici auraient grimacé rien qu'à voir les toiles d'araignées au plafond. Pourtant, le propriétaire tient à les laisser en place car il affirme que les araignées préférant les endroits chauds et propres, une telle quantité chez lui ne peut que confirmer que les lieux le sont. Ca vaut ce que ça vaut... Il ne s'est jamais en tout cas retrouvé avec un mollard jaune dans sa bière, jusqu'à maintenant !

Il prend place au comptoir puisque c'est visiblement ce que préfère l'homme, s'exposant ainsi un peu plus aux regards que s'ils avaient pris une table tranquille dans un coin sombre de la pièce. L'idée le fait rire et il écrase son joint dans le cendrier quand le barman lui adresse un regard meurtrier.
- Smith, tu sais que je n'aime pas te voir ramener ça ici.
- Ouais, ouais, désolé. Je l'avais allumée pour lui mais il en veut pas !
- Bière, comme d'hab ? Et pour le lui, ça sera quoi ?
- Mets-lui la même, ça va lui faire pousser du poil sur le torse !

Jess avance déjà un billet sur le comptoir qui disparaît aussitôt qu'il est posé. Les voleurs courent les rues ici, il n'est jamais de bon ton de laisser de l'argent traîner. Il se tourne ensuite du quart pour poser un coude sur le comptoir et observer son acheteur avec une lueur amusée au fond des yeux. La question, presque posée dans un murmure, le fait rire encore et il se penche vers lui pour répondre de la même façon.
- Pourquoi tu chuchotes ? Tout le monde ici a du fric en petite coupure sur lui ou des armes en argent. Ecoute. Derrière ton épaule gauche, le petit blond avec un col roulé est un habitué ici, on le voit tous les mardis venir chercher sa dose de drogue. Tu sais à quoi il se shoote ? Argent liquide. Il douille sa race et pleure comme un chien qu'on égorge quand il s'en fout dans les veines, et il prend son pied avec ça. Un peu plus à gauche, tu as un amateur de femmes, il a dû baiser toutes celles que tu verras ici. Sur ta droite, c'est un tueur à gages qui cherche un client potentiel. Il te fait tout : ta mère, ton frère, ton amant... Même toi, si tu lui demandes. Le quart des mecs présents ici sont des clients qui ont besoin de quelque chose, et les trois quarts restant sont des types qui vendraient leur client s'ils sont dans la merde. Sur le lot, tu n'en as pas la moitié qui soit fiable et l'autre moitié te demandera toujours un surplus pour son silence. Dans tous les cas, les gars ici pour les faire taire faut soit les payer, soit les buter. Et dans 80% des cas, il faudra de toute façon les buter. Tout le monde s'en fout de ce que tu fais ici, mon ange, alors relax. Je t'offre la bière, alors détends-toi et profite.

Jess se redresse en souriant toujours, comme à son habitude, mais garde sa position tourné de quart sur le fauteuil. Non pas pour surveiller son client, mais pour surveiller le reste de la plèbe. Il boit tranquillement une gorgée de bière, la savoure le coude posé sur le comptoir et enfin, répond à la question retournée.
- Moi ça va, ma vie est cool. Toi par contre, ça ne doit pas l'être pas vrai ? Une lame en argent... Tu ne me feras pas croire que tu commences une collection pour tes repas de famille. Tu veux tuer quelqu'un ou te tuer toi ? Dans les deux cas tu ferais mieux de te dédouaner en demandant à quelqu'un d'ici tu sais, tu seras assuré d'arriver à tes fins et tu auras la conscience tranquille ! Bon, ça va te coûter un peu d'argent mais dans le fond quand on est mort, on a besoin de rien et ça profite aux vivants !

Sa remarque le fait rire, ainsi que quelques autres alentours ayant entendu la conversation. Ils approuvent d'un geste vigoureux de la tête, et Jess lève sa bière à leur attention avant de boire à nouveau et la reposer sur le comptoir. Il se penche alors vers son client, le regardant plus sérieusement malgré la présence de son sourire sur ses lèvres.
- Tes yeux te trahissent, tu ferais un mauvais tueur... Sérieux regarde toi. Tu es habillé comme un sapin de Noël de luxe, alors qu'est-ce qui te manque ? C'est fou comme vous les riches vous pouvez vous lamenter pour des conneries alors que vous pouvez tout avoir. Et c'est nous, les pauvres merdes de la société, qui arrivons à nous contenter du peu qu'on nous laisse bouffer ! C'est quand même le monde à l'envers ! Alors quoi, tu fais une crise d'identité ? Ton mec t'a trompé avec ton frère ? Tu t'es cassé un ongle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FALL TO MY DEATH
Messages : 23
Métier : Directeur du secteur « jeux de société » d'une multinationale
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FALL TO MY DEATH
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Jeu 6 Déc 2018 - 12:56

 
Pour un peu plus de douleur...

Le plafond grouille de toiles d’araignées. Une grimace aussi vient sur son visage. C’est très négligé, mais à vrai dire, le blond ne devait pas s’attendre non plus à quelque chose de plus propre. Il prend le temps d’écouter l’échange avec le barman, même s’il n’interviendra pas. Un joint pour lui ? Sérieusement ? Il a vraiment une tête à se défoncé ? Non bien sûr, c’était pour le décoincé mais… Armand n’est pas friand de ça. L’alcool oui, mais la drogue non.

Il fronça un peu les sourcils à sa réflexion. La bière, ça lui convenait, il ne faut pas croire. La brindille sait qu’il n’est pas très viril, sauf avec sa barbiche blonde. Il est vieux, fait même plus vieux que son âge humain et le vampire à côté de lui est jeune, largement plus jeune que lui. Sur le plan physique et sans doute aucun doute mental. Armand suit du regard les différentes personnes que lui indique le vampire. Il ravale sa salive. Ça veut dire qu’il devra prévoir plus d’argent s’il ne veut pas que son fournisseur n’aille voir la milice. Son regard se fit bien plus méfiant d’un coup, malgré la bière offerte, le blond s’attendait désormais à tout.

- Je suppose qu’il faudra que je vous graisse aussi la main pour acheter votre silence ?

A vrai dire, il espérait même que ce soit le cas. Car payer un tueur à gage, pour ensuite devoir acheter son silence ou bien devoir encore demander à quelqu’un d’autre… C’est un cercle sans fin. Un soupire s’échappe de ses lèvres et il commence à boire la bière, remerciant à la fois le barman et son congénère. Le brun commence enfin à lui répondre. Bien que la question eût été formuler plus tôt en chemin. Sa main se serre sur le verre, beaucoup trop même. Sa mâchoire aussi. L’interlocuteur à compris pourquoi Armand veut une lame d’argent. Mais il est si lâche pour se tuer. Il avait pourtant demandé à quelqu’un, une fois, quand il était humain. Mais même cette personne n’avait pas réussi, le contexte était différent, il y avait un maître, Frank.

Le rire des autres vint se coupler avec celui du brun. Ses phalanges se sont un peu trop resserrées sur le verre au point de le craqueler jusqu’à le casser. Un grognement s’échappa de ses lèvres en voyant la bière couleur entre ses doigts. Il n’aime vraiment pas les pouvoirs des vampires, les vampires, lui.

- Vous avez raison, je pourrais très bien demander à quelqu’un de me tuer mais… Je suis incapable d’affronter la mort en face. Et ça ne profitera à personne d’autre qu’à un vieil ami.

Silas. Qui ne supportera pas son suicide, il en est certain. Disparaître et le laisser, quelque part, celui lui fait mal. Il fouille dans son portemonnaie pour rembourser le verre au barman et s’essuie les mains avec une serviette en papier tendu par ce dernier. Le brun a repris la parole. Des paroles blessantes. Il ne sait rien, rien du tout. Son visage passe de la tristesse à la colère en un instant. Armand s’est même levé spontanément de son siège. Ses poings son serrer, il veut le frapper, mais n’y arrive pas. La peur de toucher l’autre. Alors son corps tremble de colère.

- Vous ne savez rien ! Vous ne savez rien de ma vie ! Alors plutôt que d’essayer d’imaginer des raisons, vous devriez juste… Vous taire. L’argent est loin de faire le bonheur si c’est ce que vous pensez. Il ne permet pas de rendre la vie. Alors fermez-là !

Le blond reste encore quelques secondes debout, les poings serrés, mais le rouge de son visage, le rouge de la colère devient le rouge de la honte en comprenant qu’il est loin d’avoir parlé discrètement. La brindille se rassoit, tourne rapidement son tabouret vers le bar pour se faire plus discret et commande une bière qu’il porte rapidement à ses lèvres.

- Finissons vite l’échange je vous pris…
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smith & Wesson
Messages : 120
Métier : Garde du corps / Tueur à gages.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Smith & Wesson
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Ven 7 Déc 2018 - 6:49


Graisser Jess pour avoir son silence ? Question intéressante à laquelle il prend le temps de réfléchir, joue posée contre sa paume en observant vaguement son client. Client qui semble contrarié par ses propos, pensée confirmée par les doigts qu'il voit se crisper autour du verre jusqu'à le faire exploser. Il note la vitesse de cicatrisation des plaies, ce qui lui indique soit que l'homme n'est pas très vieux mais qu'il se nourrit correctement de sang, soit qu'il est vieux mais se nourrit peu. Dans les deux cas, ce n'est pas une menace pour lui aussi reste-t-il immobile à réfléchir tranquillement sans broncher à la question posée.

Du moins jusqu'à ce que le client se lève brutalement et se mette à lui crier dessus. Aussitôt, la colère de l'homme trouve une réponse immédiate chez Jess dont les crocs s'allongent et dont la main vient se poser sur Wesson. Pas de gâchis de balle en argent avec les vampires, il les descend directement et celui-là, client ou pas, ne fera pas exception à la règle. Même s'il n'est pas du genre à rendre service et que Blondie apprécierait de crever, soit dit en passant. Lorsqu'enfin l'homme se rasseoit, Jess n'a pas bougé de son fauteuil ni du coude ni de la main et sourit toujours, mais l'éclat dans ses yeux dorés est tout autre.
- T'as raison, je ne connais pas ta vie. Et franchement ? Je m'en bats les couilles profond. Que tu crèves demain, dans mille ans ou tout de suite devant moi ça n'a pas la moindre importance.

Il finit par retirer lentement la main de son arme pour adopter la même position que l'homme, face au comptoir.
- Tu dis que l'argent ne fait pas le bonheur ? Bah va donc vivre dans les égouts, à bouffer des rats plein de merde jusqu'à ce que l'instabilité te prenne et que tu te fasses descendre comme un chien. Là, reviens me dire que ton argent ne fait pas ton bonheur, qu'on rigole !

D'un geste du doigt il fait signe au barman, qui lui remplit sa bière qu'il sirote tranquillement avant de poursuivre en ignorant royalement la volonté visible de son copain de beuverie de passer le sujet et de régler leurs affaires pour rentrer chez lui.
- Donc tu es tout malheureux parce que tu as perdu quelqu'un ? Formidable, et alors ? Tu crois que tu es le seul ? Le premier ? Tu t'imagines que l'univers tourne autour de ton nombril et en a quelque chose à foutre ? Laisse-moi deviner, c'était un vampire ? S'il avait été humain tu l'aurais transformé et si tu avais refusé la transformation pour le sauver et bien tu mérites d'en souffrir aujourd'hui. Bon et après ? Ce mec a déjà eu droit à une deuxième vie, alors de quoi tu te plains ? Sérieux Blondie, il n'y a que ça qui t'importe dans ta vie ? Bah bordel... Tu veux mon avis ? Il a bien fait de crever et tu aurais dû faire la même. Moins il y a de vampires dans le monde, mieux je me porte !

Jess vide sa bière cul sec et la repose avant de s'extirper de son siège.
- Dehors. Je prends pas du fric dans ce bar, c'est des coups à le perdre. Viens.
Et rangeant les mains dans ses poches, les pouces accrochés aux passants de son jean, il quitte la pièce en saluant d'un signe de tête quelques voyous de sa connaissance. Une fois dehors, il sort un joint qu'il allume rapidement et coince dans le coin de ses lèvres avant de regarder son client.
- Tu dis vouloir crever sans en avoir le courage parce que tu as perdu quelqu'un, mais tu parles tout le temps de ce mec que tu sembles aimer à la folie. Les morts ont donc plus d'importance pour toi que les vivants ? Tu crois vraiment que le gars mort il en a quelque chose à foutre de ce que tu fais de ta vie ? Que ça lui ferait plaisir que tu crèves comme un con ? Bah non, il s'en bat les couilles et tu sais pourquoi ? Parce qu'il est mort ! Il en a plus rien à foutre de que dalle ! Et quand tu seras mort, tu n'en auras plus rien à foutre non plus ! Tu vas pas le rejoindre, hein, tu en es conscient ? Il n'y a pas de paradis où tu vas courir vers lui au ralenti dans un champ de fleurs et passer l'éternité à le baiser. C'est pour les enfants ces conneries, tu le sais ça ? Il n'y a rien, après, hormis les larmes que tu feras verser à ceux que tu as abandonnés comme le gros lâche que tu es.

Il tire une bouffée, retire la sécurité de Wesson et à vitesse vampirique vient coller l'extrémité du canon sur le front de l'homme sans aucune hésitation.
- J'ai pas besoin que tu me graisses la patte pour mon silence. Par contre je peux te buter, ici et maintenant, pour un dollar symbolique. J'accepterai même d'enterrer avec tes cendres cette lame en argent que tu veux tant. Deal ? T'as trois secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FALL TO MY DEATH
Messages : 23
Métier : Directeur du secteur « jeux de société » d'une multinationale
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FALL TO MY DEATH
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   Lun 10 Déc 2018 - 9:53

 
Pour un peu plus de douleur...

Son congénère avait pris une position d’attaque lorsque le blond s’était mis à crier dans le bar. Lui-même s’en était retrouvé gêné. Mais pour le brun… Ses crocs s’étaient allongés et sa main portée à la crosse du pistolet. Il aurait pu lui tirer dessus, le tuer peut-être ? Mais avec tout ce monde, cela pouvait être risquer non ? Non. C’est un repaire de voyous, les gens s’en fichent des règlements de comptes et des personnes qui meurt en ces lieux. Pourtant, le jeune est resté assit, il lui sourit même lorsqu’Armand vient enfin s’asseoir en cherchant à se faire tout petit. Ses paroles, il s’y attentait. Ce sont de parfait inconnu, qu’importe ce qu’il a vécu, cela n’a pas d’importance pour le marchand. Du moment qu’il est payé, oui rien d’autre n’aura d’importance.

Alors, la brindille préfère encore plonger ses lèvres dans la mousse de sa bière. S’enfiler le verre presque d’une traite. Il a une bonne descente, après pour ce qui est de tenir l’alcool, c’est autre chose, mais tout verre remplit se doit d’être vidé. Les nouvelles paroles de son congénère le font presque sourire, enfin, un sourire d’ironie. Ses phalanges se sont de nouveau enroulées autour du tube de verre, mais il prend soin de ne pas forcer dessus.

- Croyez-le ou non. Je n’ai pas toujours été avec un train de vie confortable et j’ai manquer de devenir instable en vivant dans la rue. Mais je ne pouvais pas mourir, j’avais quelqu’un à protéger à l’époque.

Un voile de tristesse sur ses yeux. La mort de Lelio est bien trop vive encore, bien trop récente aussi. Ses pupilles bleutés sont brillants, il va pleurer et passe sa main sur ses yeux afin d’éviter que cela ne se voit. Il faut se montrer fort devant cet inconnu qui semble être capable de tout y compris de le descendre pour un oui ou pour un non. D’autant plus que ce dernier ne semble pas vouloir non plus changer de sujet. Ses paroles sont tranchantes, comme une lame, aussi tranchante que celles qu’Armand utilise pour se mutiler.

Il ne peut accepter de tels paroles venant d’un inconnu. C’était son fils ! Et même s’il a eu une deuxième, tous les deux ne l’avaient pas choisi. On les a forcés. Sa mâchoire se serre de nouveau, la colère s’installe sur son visage, mais contrairement à tout à l’heure, le blond ne se lève pas de sa chaise, il préfère libérer le verre et serrer le poing à s’en faire saigner, les ongles plantés dans sa peau. Bien sûr qu’il n’est pas le seul à avoir perdu quelqu’un, mais trop de perte dans sa vie, trop de choses se sont accumulé. Il n’en peut plus. Il a l’impression d’arriver au bout de la course. La brindille n’a jamais voulu être un vampire, on l’a forcé pour mieux le contraindre à vivre, survivre. Tout ça pour un maître sadique qui n’a fait qu’abuser de lui encore un temps, le temps de s’enfuir avec son fils lui aussi devenu vampire.

- Il s’agissait de mon dernier enfant ! Vous n’avez sans doute jamais perdu un être cher à vos yeux pour me parler ainsi !

Son ton s’est durcit. Il fait vieux à parler ainsi, mais il est vieux, physiquement parlant tout du moins, il fait même plus vieux que ses quarante ans et des poussières. Armand l’imite, terminant la dernière gorgée de sa bière avant de suivre le brun, payant sa consommation avant de quitter les lieux. Lui, tenta de se faire discret, jusqu’à ce que le duo se retrouve enfin dehors. Le jeune s’allume de nouveau un joint. La brindille tousse un peu et se position de façon à ce que la fumer ne lui arrive pas aux narines. Sa gorge se noue. Son congénère à malheureusement raison. Il n’y a rien après. Il n’avait même pas fait attention à quel point il avait parler de Silas. Mais c’est le seul véritable ami, meilleur ami, auquel il peut encore se raccrocher pour survivre. Bien qu’il refuse son aide ces derniers temps. La honte de se montrer dans un état aussi lamentable.

- Je sais ! Je le sais déjà tout ça… Je sais « qu’Ils » ne peuvent plus penser ou agir désormais. Je ne suis pas idiot… Mais…

Armand ne finit pas sa phrase. Le jeune vient de plaquer le canon de son arme sur son front, le menaçant de mettre un terme à sa vie dans trois secondes. Sa respiration se fait plus forte, son cœur ne bat plus, mais il pourrait battre à toute vitesse si c’était encore le cas. La peur manque de le tétaniser. Mais il le sait, depuis très longtemps, il ne s’en soit pas caché. Le blond ne peut affronter la mort en face. Il faut qu’elle ruse pour le faucher. Son corps agit de lui-même, comme s’il était en mode automatique, pour survivre face à l’épée de Damoclès. Sa main tape franchement contre le canon de l’arme pour le dévier de son front. Son corps bouge, se décalant de manière à ne plus être à portée. Il a crié un « NON ! » plein de vie pour une fois, et ferme. Il ne veut pas mourir là, maintenant.

Ses yeux se plantent dans le regard de son congénère. Il est légèrement essoufflé, pourtant, il sait maîtriser ses pouvoirs et la vitesse vampirique. Mais bien sûr, en ce moment, la brindille boit peu. Mange quasiment plus de nourriture humaine non plus. Alors son corps est légèrement affaibli, ses pouvoirs d’autant plus. Il faut qu’il boive au moins un verre de sang ce soir, pas question de finir instable. Ce ne serait pas très digne de lui. Le blond se redresse, fini par fouiller dans son portemonnaie pour lui tendre la liasse de billets avec la somme convenu.

- Prenez-les et donnez-moi la lame en argent ! Je ne l’emporterais pas dans ma tombe, mais si je souhaite mourir, je ferais appel à vous.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour un peu plus de douleur... [Pv Jess]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La douleur s'efface [PM] [ avec Faith]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Dornia :: Activités illégales :: Le Marché Noir-
Sauter vers: