AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 
Nous avons actuellement un besoin urgent d'esclaves pour nos maîtres en attente! <3

Partagez | 
Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
Messages : 35
Métier : Corbeau de la résistance. Possède une boutique de grigris
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
MessageSujet: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Mer 7 Nov 2018 - 14:53

Un nouveau départ

Je venais à me garer dans cette rue, la vitrine de mon magasin était fermée par une grille de fer mais la petite porte sur le côté n'était pas aussi sécurisée. Un simple jeu de clefs pouvait l'ouvrir. Cheveyo était pressé de rentrer à la maison et attendait sagement devant. Je venais à fermer ma portière et guidais simplement Crown dans ce couloir. La porte à gauche donne sur la boutique et en face nous devons monter quelques marches. Cet escalier mène à l'étage. Une nouvelle porte en haut, plus solide cette fois que je devais ouvrir également. Cheveyo nous passait devant, trottinant directement jusqu'à son panier, près de la bibliothèque pour tourner dedans et s'y affaler dans une sorte de soupire de soulagement. Je laissais ensuite entrer Crown afin qu'il puisse prendre compte de ce nouvel environnement.

- Je dormirais dans le canapé cette nuit si cela peut te rassurer.

Lui indiquais-je alors, ne possédant qu'une seule et unique chambre. Je le laisserais naviguer, fermant cette porte derrière nous. J'allais dans la cuisine ouverte pour ouvrir un placard. je sortais deux grosses gamelle et les remplirais. L'une d'eau, l'autre de croquettes faites maison à base de gibier divers. Je viendrais à les poser au sol près du bar mais Cheveyo semblait trop épuisé pour venir manger tout de suite et je n'allais pas l'embêter. Il viendrait bien quand il aura assez faim pour cela. Il avait pris mon rythme à force. Il faut dire que j'étais fatigué également et Crown devait certainement en ressentir les effets également.

- Il y a une douche et des affaires propres dans mon armoire. Tu as faim ? Je peux te faire cuire un bon steak ...

Pour ma part, je commençais à en ressentir le besoin. J'avais quelques poches chimiques en stock et je viendrais à en réchauffer une pour mon besoin primaire. Au moins Crown ne risquerait pas de morsures de ma part, je me refusais à boire du sang humain. J'avais pris l'habitude de me servir sur le gibier que je chassais ou encore à ces fameuses poches totalement chimiques. Je sais que cela me rendait plus faible qu'un vampire adepte de sang frais mais je m'en moquais éperdument et compensais par ma force physique pure. je venais à fouiller un peu dans mon congélateur pour voir si je trouvais encore quelques plats surgelés.

- Il me reste aussi quelques légumes, des pâtes et du riz. Tu manges de tout ? Tu préfères quoi comme accompagnement avec ta viande ?

Je lui posais ces simples questions afin de lui préparer son repas. Il était hors de question qu'il dorme le ventre vide. Et avec toutes ces aventures, je suis certain qu'il appréciera de ne pas avoir à faire la cuisine ou encore à se débattre dans des activités encore plus stressantes. Le calme ne lui ferait pas de mal. Ni à moi d'ailleurs. je pousse un léger bâillement et Cheveyo m'imite avant de se relever pour atteindre ses gamelles lassement. Je tournais ensuite le regard pour voir ce que Crown fabriquait, où il était et apprécier également cette nouvelle présence dans mon appartement.

- Je suis désolé, ce n'est pas très grand chez moi mais ... J'espère que ça te convient quand même ...

M'inquiétais-je un peu en le regardant.


©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A P I S I
Messages : 77
Métier : Ancien chef de clan de libres.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A P I S I
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Mer 7 Nov 2018 - 16:25


Nous y voilà. J'inspire lentement en descendant de la voiture et découvre le paysage. Plein de maisons collées, de grandes bâtisses un peu comme le loft de Yi mais visiblement moins luxueux. Mon regard est rapidement attiré par une petite boutique où je vois des plumes, des statuettes, des attrapes-rêves en tous genres et autres choses dont j'ignore tout. Mais pas le temps de m'approcher pour mieux voir, on monte au-dessus jusqu'à une lourde porte en bois. Intérieurement je compare, et je suis également soulagé que ce ne soit pas le même style que Yi : trop grand, trop clair, trop espacé et trop... trop... tout. C'était un vampire excessif en tout. Là, aussitôt que la porte s'ouvre sur le petit appartement, je me sens de suite mieux.

Je m'arrête au milieu de la pièce, suis du regard Cheveyo aller dans son lit, je suppose, et tourne lentement sur moi-même pour observer la cuisine-salon. C'est vraiment différent mais ça me rappelle un peu un cocon, comme si nous venions d'entrer dans une tanière. Si j'avais dû imaginer la maison de Monsieur Loup, je n'aurais pas pu mieux faire que ce que je vois. Tout l'appartement respire sa vie, son passé, son héritage aussi, et je me mets à flâner jusqu'à cette drôle de chose qui touche le plafond, caresse les feuilles de l'énorme plante juste à côté, déambule vers l'étagère et m'étrangle presque de surprise en voyant tous ces livres que je commence aussitôt à déchiffrer. Son peuple. Ce sont des livres sur son peuple ! Ce peuple qui s'est entretué, fait persécuter, et a traversé le temps et les âges jusqu'à aujourd'hui pour rappeler aux autres leurs erreurs, leurs échecs, et leurs remords.

Mon cœur s'emballe alors que j'ose caresser une couverture souple, et je suis tellement concentré que je sursaute et m'écarte précipitamment lorsque Monsieur Loup m'adresse la parole. Comme un petit garçon pris sur le fait de sa bêtise, je rentre un peu la tête dans les épaules et déglutis avant de me racler la gorge comme si de rien n'était. Sa question me fait prendre conscience qu'il ne doit avoir qu'une seule chambre et je rougis, cette fois de honte pour moi-même. Mon livre toujours contre moi je me rapproche jusqu'à l'îlot de la cuisine.
- C'est à moi de dormir dans le canapé, ou même sur un simple tapis. Donnez-moi la même chose qu'à Cheveyo ! J'ai l'habitude vous savez, et puis... c'est moi qui vous dérange chez vous. Mettez-moi dans un coin et je ne vous dérangerai pas, je vous le jure sur... sur ce que vous voudrez.

Il peut voir à mes yeux que je suis bien décidé. Il est hors de question que je le prive de son lit, de son chez-lui ou de quoi que ce soit d'autre ici. Si j'y réfléchissais je trouverais comique que ce soit "l'esclave" qui se soucie de la liberté de son "maître" mais pour le moment, je ne pense qu'à m'installer à côté de Cheveyo pour y passer la nuit. Ou peut-être prendre une douche, oui, c'est une bonne idée. Je m'appuie contre le dossier d'une chaise, toute mon excitation et l'adrénaline retombant d'un coup. Je ne réfléchis même pas à sa question, savoir si je veux un steak et si je mange de tout, et me contente de répondre en regardant déjà en direction de l'autre porte de la pièce qui doit être justement la douche.
- Ne vous souciez pas de moi. Faites pour vous, je peux manger ce qu'il restera.

Je mange de tout si ce "tout" se présente, mais j'ai une préférence en ce qui me concerne pour le poisson ou la viande blanche mais ce n'est pas le moment de commencer à faire des caprices culinaires. L'idée me fait sourire un peu alors que je pose mon livre sur la table et me dirige vers le canapé. Un "Visage pâle" qui préfère la viande blanche. La blague du siècle ! Je commence à me déshabiller, une fois de plus dans la journée, et pose mes affaires sur le dossier du vieux canapé jusqu'à me retrouver nu dans la pièce. Je cherche du regard l'endroit où je pourrais les poser, je me rappelle que Yi avait ce qu'il appelle une buanderie à côté des toilettes, peut-être que Monsieur Loup en a une aussi... Mais je ne vois pas de troisième porte...

Il reprend la parole et je me tourne alors vers lui, mes vêtements à la main et relativement droit et digne malgré ma fatigue. Sa phrase m'amuse et je lui adresse un sourire doux en hochant la tête.
- C'est un appartement magnifique. Il est... vous.

_________________
La liberté est la seule qualité qui soit sujette aux débordements de violence.


Parle en #660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
Messages : 35
Métier : Corbeau de la résistance. Possède une boutique de grigris
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Mer 7 Nov 2018 - 18:22


Ce que j'entends me fait cligner des cils. Il est sérieux ? Il veut une panière ? Comme un vulgaire chien ? Bon, certes Cheveyo n'est pas à plaindre mais quand même. Je sens bien que quelque chose cloche alors je m'empresse de vite mettre un terme à cette petite mascarade.

- Ma maison est ta maison. Je sais que tu ne tiens pas à avoir de maître mais je t'accueille de bon cœur, je suis même content que tu sois ici, avec moi. Alors tu dormiras dans ce lit car il est autant à toi qu'à moi.

Me permettais-je de préciser en sortant un bon steak de thon, des champignons et une sauce tomate en pot. Je lui ferais certainement un peu de riz avec, qu'il ait le ventre plein et je me moquais bien qu'il continue de faire sa tête de mule. Manger les restes ... Franchement ... Je ne suis pas pauvre à ce point là.

- Et bien tu mangeras dans une assiette parce que j'ai bien l'intention de te traiter comme mon égal. Tu dormiras dans un vrai lit parce que tu es un humain et non une bête. Et tu te laveras parce que c'est essentiel d'être propre. Et tu seras libre de tes mouvements parce que je tiens à toi et que je te fais confiance. Et si tu as encore un doute malgré tout ce que l'on vient de vivre ce soir, sache que tu fais partie de ma famille maintenant et que j'en suis fier. Malgré ce papier, malgré le centre, malgré l'esclavage. Tu es ma famille, ma tribu, mon clan, ma meute ...

Je venais enfin à le regarder et je restais soudainement paralysé. Il était complètement nu, avec juste ses habits dans ses bras qui cachaient heureusement sa virilité. Heureusement que je ne suis pas de ceux à rougir mais je déglutis quand même. Perturbé. Avec mon pot de tomate dans la main. Sans bouger. Il m'a bien fallut cinq bonnes minutes pour arrêter de le mater. Bon sang ! Il ne se rend même pas compte. J'étais encore un être avec des ressentiments, bordel ! Je n'étais pas insensible et j'usais de toutes mes forces pour ne pas le montrer.

- Il ... Il est toi ... également ... Maintenant ... Je veux dire ... C'est chez toi ... Si tu le veux bien ...

Et merde ! Je suis sûr que ça doit se voir comme un gros pif au milieux de la figure. Je me tourne vivement pour préparer le repas. Oui, m'occuper, éviter de garder cette image trop longtemps. Ne pas réveiller le deuxième cerveau. Et merde ! Je bande ! Je ronchonne un peu dans ma barbe en faisant revenir le thon avec mes champignons. Je sors une assiette et commence à verser la tomate dans la poêle pour me concentrer exclusivement à ma cuisine. Je tends l'oreille quand même.

- Il y a des serviettes dans la salle de bain et tu peux mettre tes vêtements dans la machine. Je la mettrais en route à notre réveil ...

Et chiotte ... Je me suis brûlé les doigts à force de m'agacer tout seul sur ces putains de réactions basiques. Cheveyo retourne dans sa panière et bâille à nouveau avant de s'endormir pleinement, le ventre plein. Je porte mon pauvre index douloureux à ma bouche pour contrôler le goût de ma sauce et je mets en route le riz à part. J'écouterais l'écoulement de l'eau en espérant qu'il utilise le shampoing et le savon, sous peine de me voir débarquer sous sa douche pour le décrasser, par la force s'il le faut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A P I S I
Messages : 77
Métier : Ancien chef de clan de libres.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A P I S I
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Mer 7 Nov 2018 - 19:36


"Je te fais confiance..."
Mon coeur s'emballe à cet aveu. Il tambourine si fort à mes oreilles que je n'entends que la moitié du reste de sa phrase.
"Je te fais confiance..."
Me faire confiance ? A moi ? Mais pourquoi ?! Me faire confiance alors que je pourrais simplement attendre la journée pour faire je ne sais trop quoi comme ce que font d'autres esclaves, d'autres qui m'ont raconté avoir mis le feu, ouvert grand les volets en journée, ou que sais-je, pour se débarrasser de leur maître ! Me faire confiance alors que je pourrais juste m'enfuir et le laisser se débrouiller avec toute cette histoire !

Chez moi... Sa famille... Ces mots tourbillonnent dans mon esprit, je ne remarque même pas qu'il s'est figé longuement avant de me répondre et me contente de hocher la tête en silence. Je me détourne alors, vêtements toujours à la main, et me dirige vers la chambre où doit se trouver la douche. Sur le seuil, je plisse les yeux pour distinguer quelque chose dans la pénombre et finis par allumer la lumière. La douche est là, spacieuse, et je m'y dirige pour déposer mes vêtements comme demandé. Après quoi je tends le bras pour allumer le jet, me glisse sous l'eau lorsque sa température me convient tandis que dans mon esprit trop de pensées tourbillonnent et se chevauchent sans queue ni tête. Mains posées sur la faïence je ferme les yeux en laissant l'eau couler sur mon corps, et bientôt des larmes que je ne cherche pas à retenir se mêlent au ruisseau humide jaillissant du pommeau. Par Vishnu... Comment... Comment suis-je sensé retrouver ma liberté, maintenant ? Comment puis-je me défier d'un homme qui a la force de me regarder droit dans les yeux quand il me dit ce genre de chose ? Quel genre d'homme, déjà, dit ce genre de chose aussi facilement que "passe-moi le sel" ?! Je dois... Je dois rejoindre la forêt, retrouver mon clan, reprendre ma place, me réconcilier avec Enzo, mais comment réussir à faire tout ça lorsqu'on me dit que je suis chez moi ici !!!

La fatigue... C'est ça, c'est la fatigue. Je suis fatigué, à la fois physiquement et moralement, alors je prends trop à coeur de simples mots. Oui, c'est ça. Respire, Crown... Respire et tu verras que tout sera plus clair dans ton esprit. C'eeest bien. Voilà. Maintenant on coupe l'eau, on se lave bien partout, on attrape la serviette et on se sèche. Paaarfait. Brave garçon. Environ dix minutes plus tard je suis sec et sors de la douche. Puisque j'ai l'autorisation de prendre l'un de ses vêtements, j'ouvre le placard et cherche le premier truc qui me tombe sous la main avant de refermer, ne voulant pas donner l'impression que je fouille dans ses affaires. J'observe ensuite la tenue que j'ai trouvée : une chemise longue à manches tout aussi longues et au col très échancré. Bon, avec la chaleur de la cheminée ça devrait le faire et vu la longueur, elle devrait m'arriver à mi-fesses. C'est parfait.

Je sors de la chambre, dont j'avais laissé la porte ouverte pour ne pas donner l'impression que je me cache -puisqu'il a confiance en moi, autant que je lui montre qu'il a raison- et le rejoins dans la cuisine pour me placer près de lui, observant avec intérêt ce qu'il est en train de faire.
- Il y a quelque chose que je peux faire ?
Un peu tendu, nerveux, je fuis son regard et déglutis avant de lâcher à mi-mots.
- Si vous désirez boire... Je n'ai pas mis trop de savon sur ma gorge, il parait que ça donne un goût désagréable au sang...

_________________
La liberté est la seule qualité qui soit sujette aux débordements de violence.


Parle en #660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
Messages : 35
Métier : Corbeau de la résistance. Possède une boutique de grigris
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Jeu 8 Nov 2018 - 15:32


L'eau coule. je peux aussi entendre un frottement. il se lave. Parfait. je pouvais alors m'occuper de mon plat sans inquiétudes. J'arrivais également à m'apaiser. Je laissais mijoter mon thon sous un couvercle et feu très doux pour m'attarder sur le riz. L’égoutter, ajouter quelques épices pour le colorer un peu, une noisette de beurre. Garder tout ça au chaud et lui préparer son assiette pendant qu'il se lave. Des gestes si simples. Je ne prêtais alors plus guère attention à ce qui m'entourait. Je cherchais de la bière, relativement friand d'une bonne mousse bien fraîche à l'heure des repas, je buvais ma poche de sang chimique en toute quiétude, j'allumais même la télé pour avoir un peu de son dans ce petit appartement. Cela faisait une éternité que je n'avais pas préparer un vrai repas, autre qu'un simple lapin sur un feu de camp, à une personne. Certes, je mangeais comme un être humain normal mais je sautais bien plus souvent mes repas qu'autre chose. Là au moins, j'avais une bonne raison de m'y remettre derrière mes fourneaux. Et cette raison sortait enfin de la chambre en portant une de mes chemise sur le dos. Je me mis à sourire et à le prendre simplement dans mes bras. Je venais humer ses cheveux qui sentaient le savon.

- Oui ... Apisi ... Fils de Sairus, chef des libres ... Tu peux me tutoyer ... Et simplement profiter de ton repas.

Un simple câlin, court, tendre puis je venais à placer son assiette pleine et fumante sur l'îlot centrale, en face d'un tabouret où il pourrait prendre place et se repaître à sa guise. Sa proposition me fit rire à gorge déployée et je venais à lui caresser la joue.

- Tu n'auras jamais à verser ton sang pour moi à moins que je ne sois gravement blessé. Rassure toi et mange au lieu de dire des bêtises.

Je riais encore, retirant doucement ma main après cette simple caresse sur sa joue. Je venais à m'occuper de faire la vaisselle dans l'évier en le regardant tranquillement manger de temps à autre. Je le laisserais débarrasser son assiette lorsqu'il aura fini en espérant que ma cuisine, bien que très modeste, lui convienne.

- Il va falloir que je t'achète quelques vêtements demain mais j'avoue que tu portes mieux mes chemises que moi.

Avouais-je dans un brin d'humour. Il était sexy, c'était indéniable. Je n'en profitais pas pour autant en gardant une certaine distance avec lui, par respect et par principe. Il était hors de question que j'abuse de lui sans sa permission et j'essayais d'être à l'écoute de ses besoins, au détriment des miens.

- Si tu veux, tu pourras essuyer la vaisselle. Je t'ai mis un peu de bière mais je ne savais pas si tu aimais ça. Il doit me rester un peu de sirop dans un placard si tu préfères de l'eau. Pour le reste, tu auras bien le temps de fouiner pour prendre tes repères.

Je comptais bien lui prévoir une sortie, un peu plus détendu pour le lendemain. Des achats de premières nécessités comme une brosse à dents rien que pour lui, quelques habits de rechange, son propre savon, quelques vivres également en attendant l'hiver et les sorties en forêt.

- Tu sais ... Maintenant que tu fais partie de la famille ... Ce serait bien que tu me parles de ce que tu as besoin. Tu peux aussi me poser des questions, Apisi.

C'est vrai qu'il n'était pas très bavard et pour ma part, je n'avais pas l'habitude d'avoir quelqu'un à m'occuper. J'y allais donc à taton, sans vraiment savoir si je m'y prenais bien ou mal. Je devais certainement être un peu déboussolé également par un tel changement dans ma vie mais, étrangement, j'en étais heureux. Sincèrement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A P I S I
Messages : 77
Métier : Ancien chef de clan de libres.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A P I S I
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Ven 9 Nov 2018 - 6:20


Je ne m'attendais pas à ce qu'il me prenne dans ses bras mais je n'ai pas plus de réaction que ça. Au mieux, je pose les mains sur ses avants-bras doucement et profite de cette étreinte en libérant un bref et discret soupir. Je lève des yeux brillants de ravissement vers lui lorsque je l'entends mentionner le nom de mon père et je souris un peu comme un idiot.
- Vous vous... Enfin... Tu t'en es souvenu ?
Ca me fait plaisir, indéniablement. Même si maintenant à froid je me rends compte que j'ai dû avoir l'air complètement ridicule, je n'aurais jamais pensé qu'il aurait prêté de l'intérêt à mes paroles. Comme quoi je me trompais. Y compris sur son intention de se nourrir de moi, qui me soulage autant qu'elle me fait rougir en le voyant clairement se fiche de moi aussi je grommelle en ne refusant pourtant pas sa caresse sur ma joue.
- Inutile de se moquer... Ce n'est pas comme si j'avais une grande expérience de fréquentation de vampires, non plus !

Il faut dire que je semble me tromper sur bien des choses à son sujet, et en m'asseyant pour commencer à manger je me prends à laisser mon regard divaguer sur la décoration de cette pièce qui a un effet tranquillisant certain sur moi. Je souris en regardant Cheveyo retourner s'installer, puis ris doucement lorsque Monsieur Loup sous-entend qu'il aime me voir porter cette chemise. J'agite alors ma fourchette à son attention, amusé.
- La flatterie ne vous mènera nulle part, jeune homme ! Faites attention, je suis incorruptible.
Cependant, je suis d'accord pour avoir d'autres vêtements et le lui confirme bien vite, au cas où mon avis lui importerait.
- Et bien j'aimerais si possible avoir au moins une autre tenue, pantalon chemise et slip. Au-dehors par ce temps ça mettrait longtemps à sécher mais en mettant devant la cheminée je pourrais les laver au soir et les avoir secs au matin si besoin.

Je prends mon verre pour boire une gorgée, remarque à l'odeur qu'il ne s'agit pas d'eau et trempe le bout de mes lèvres pour goûter. Ca me pique le nez, que je plisse, et bien vite Monsieur Loup me confirme que c'est de l'alcool. J'hésite vraiment, mais s'il me met de la bière c'est qu'il doit aimer ça non ? Alors je peux bien faire l'effort. Aussi je bois quelques gorgées avant de le reposer, ce qui fait rougir mes joues et me donner un peu plus chaud. Une fois mon assiette terminée je descends de mon siège et vais mettre le tout à l'évier, cherche le produit et lave rapidement avant d'essuyer tout en l'écoutant lorsqu'il me demande si j'ai des questions. Alors, en toute franchise, je pose le torchon et me retourne face à lui, mains posées derrière moi sur le plan de travail.
- Pourquoi ? Pourquoi tiens-tu à moi ainsi ? Il y a deux jours encore nous ne nous connaissions pas, à cause de moi tu te retrouves embarrassé de ma présence et je n'ai rien à t'apporter, rien à te faire gagner si ce n'est dépenser ton argent inutilement le temps de m'emmener ailleurs.

Je me décolle du meuble et me dirige vers mon livre, dont je sillonne la couverture du bout des doigts.
- Je ne peux pas m'empêcher de me poser la question et pourtant... Je suis content d'être là, de t'avoir rencontré. J'ai l'impression de partager tant de choses avec ton peuple bien que je sois un Visage peint... Vous étiez appelés "sauvages" tout comme nous, vous n'avez pas mieux été traités et ce fut une grosse erreur. Et bien que tout ça remonte à des siècles et que les avis des scientifiques soient unanimes à ce sujet aujourd'hui, ça ne change rien au fait qu'ils refont exactement la même chose maintenant. Ils sont conscients de s'être trompés, pourtant l'histoire se répète alors qu'est-ce qui cloche, exactement ? Est-ce qu'il va falloir qu'on disparaisse à notre tour pour qu'ils finissent par comprendre dans des dizaines d'années que ce n'était pas une bonne idée ? J'appartiens à une race qui ne sait rien faire d'autre que détruire systématiquement ce qui ne lui convient pas, ce qui est différent d'elle alors pourquoi ?! Pourquoi tu t'encombres de moi ?!

Je passe la main dans mes cheveux dans un geste sec, l'air un peu égaré, et finis par secouer la tête en récupérant mon livre. Je frotte ma nuque, gêné, embarrassé par cet éclat de ma part. Non décidément, Monsieur Loup est une bien étrange rencontre qui me fait avoir des réactions tout aussi étranges.
- Pardon... C'est sûrement la fatigue. J'ai probablement besoin de dormir un peu.
Je me dirige doucement vers cette chambre qu'il m'a indiquée posséder ce lit qui est à moi aussi, et m'arrête à sa hauteur.
- Tu dors avec moi, alors ? Je m'en voudrais de te voir dormir sur le canapé. Je ne prendrai pas toute la place, promis ! Et au fait... Que veut dire "Apisi" ?

_________________
La liberté est la seule qualité qui soit sujette aux débordements de violence.


Parle en #660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
Messages : 35
Métier : Corbeau de la résistance. Possède une boutique de grigris
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Ven 9 Nov 2018 - 17:45


Bien sûr que je m'en suis souvenu ! Pour qui me prenait-il ? J'affichais simplement un sourire, comprenant qu'il n'avait vraiment pas l'habitude de le prendre en considération, ni lui, ni ses propos. Contrairement à d'autre, j'y apportais bien plus d'importance, certainement par ma position, quelque peu anti-conformiste. Et je ne me moquais pas non plus. La situation était juste drôle et sa réaction adorable. Je le voyais ensuite me "menacer" faussement avec sa fourchette mais je ne lui dirais pas que j'userais quand même de cette flatterie même si celle-ci n'a aucun effet. De plus, mes compliments sont sincères, sans hypocrisie et j'espère qu'à la longue il les acceptera comme tel. Je gardais en tête son besoin immédiat d'un ensemble complet, sous-vêtements inclus, dans un coin de ma tête mais ne comprenais pas trop l’allusion à la cheminée.

- Tu n'as pas vu le sèche-linge dans la salle de bain ? J'ai beau être un indien, je dispose quand même de quelques machines de Blancs je te signale.

Dis-je d'un ton amusé, puis j'embarquais le reste de ma bière dans ma main pour aller me poser dans le canapé, histoire de le laisser tranquille. Cheveyo n'a même pas bougé une oreille, je crois même qu'il ronfle. Je l'écoutais tranquillement me poser ses questions et j'eus l'impression qu'il pensait réellement être une sorte de gros boulet à ma cheville. Serait-ce de ma faute ? Je haussais un sourcil et buvais une gorgée en réfléchissant à ce qui aurait pu lui faire penser une pareille chose.

- Tu trouves que j'ai l'air embarrassé ?

Simple question rhétorique. Je le laissais pleinement s'exprimer pour mieux comprendre cette situation. Il y a une chose qui me rassure : il est content d'être là avec moi. Je n'en étais pas certain jusqu'à présent et je suppose qu'il en était de même pour lui, d'où son questionnement. Je venais à couper la télé à l'aide de la télécommande pour être certain d'être concentré uniquement sur lui. J'avançais mon buste de mon assise et le fixais, les bras en appuis sur mes genoux.

- A vrai dire ... Ce qui m'inquiétait le plus était de t'imposer cette maison, cette vie. Je t'ai déjà dis que j'étais contre l'esclavage et j'ai eu l'impression de ne pas te laisser le choix. J'aurais aimé que tu l'ais. Que tu viennes de toi-même à mes côtés, sans contraintes, sans collier, sans obligations. Mais ce monde ne nous l'a pas permis.

Je le fixais, tranquillement, posant chacun de mes mots afin qu'ils soient bien compris.

- Si je dois le répéter quarante milles fois pour que tu en sois assuré alors je te le répèterais : Je suis heureux que tu sois là, avec moi. J'aurais juste ... voulu que cela se passe ... plus ... naturellement.

Je bougeais ma canette dans mes mains, cherchant le mot juste.

- Apisi, je ne m'encombre absolument pas de toi. Tu n'es pas une charge, pas plus que Cheveyo. Tu as ta place dans ma maison, dans ta maison. Comment pourrais-je te l'expliquer mieux que cela ? Dis moi ?

Je poussais un long soupire et je fronçais les sourcils. Je n'avais pas d'explications. Je ne pouvais pas lui dire que je connaissais son père, que je faisais parti de la résistance, ni même mon envie, sincère, de m'occuper de lui pour toutes les raisons logiques et illogiques que je pouvais avoir. Comment expliquer tout cela sans prendre le risque de se dévoiler totalement ? Je ne pouvais pas. Par les risques que cela impliquaient. Par la promesse que j'avais pu passé, il y a longtemps, de prendre soin de ce clan sans y parvenir. Comprendrait-il ? Je venais à me frotter le front et à me relever pour mettre ma canette vide à la poubelle. Oui, la fatigue ... Autant mettre cela sur une fausse excuse ... Je secouais simplement négativement la tête à sa proposition, bien que tentante.

- Ne t'inquiète pas pour moi, j'ai l'habitude de dormir dedans quand j'ai trop travaillé ...

Je lui laisserais rejoindre le lit et je me contenterais de ce canapé cette nuit. J'avais déjà pris cette décision tout à l'heure et je n'avais pas changé d'avis sur ce point.

- Apisi veut dire Coyotte ... Bonne nuit ...

Lui dis-je simplement avec un sourire presque forcé avant de venir simplement m'allonger dans ce canapé et de ramener le plaide sur mes jambes. Ma main irait grattouiller les oreilles du loup puis je me tournerais un peu avec ses multiples questions qui tourneront en boucle dans mon cerveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A P I S I
Messages : 77
Métier : Ancien chef de clan de libres.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A P I S I
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Sam 10 Nov 2018 - 17:29


Ne pas s'imposer à moi ? Il voulait que je vienne ici, chez lui, librement... La révélation, car s'en est une pour moi, me choque autant qu'elle m'ébranle profondément et je reste immobile à le regarder avec des yeux de poisson mort tandis qu'il se penche vers moi, coudes sur les genoux. L'idée me prend que je trouve cette posture très virile, mais je la chasse bien vite de mon esprit avant de détourner le regard vers mes pieds nus ainsi que ce bas de chemise que je triture entre mes doigts. Jamais je n'aurais pensé, la nuit où je l'ai rencontré accompagné de son loup, qu'il aurait pu vouloir m'amener ici au bout d'un moment. Qu'il aurait tenu à moi autant qu'il le prétend. Je n'ai jamais été d'un naturel méfiant, mon meilleur ami Enzo m'en a fait souvent la remarque en ajoutant que j'ai tendance à vivre dans le monde des bisounours, et je n'ai jamais vraiment eu de réserves au sujet d'un vampire. Même l'autre pleurnichard je ne m'en souciais pas davantage et j'attendais simplement mon heure, n'ayant aucun scrupule à profiter de sa confiance pour m'enfuir à la première occasion et retrouver ma liberté. Vu ce qu'il me faisait, les remords ne m'ont pas étouffé une seule micro-seconde depuis ma fuite et je le referais sans hésiter.

Pourtant Daïto est différent. Avec lui, c'est différent. Il se comporte avec moi comme si j'étais un animal sauvage, comme si j'avais besoin d'être apprivoisé, une approche toute en douceur que j'ai moi-même souvent utilisée pour faire venir au clan des esclaves nouvellement libres errants. Et quelque chose en lui sans que je ne sache réellement quoi me pousse à ne pas me battre contre ça. Je dirais même, à vouloir qu'il m'apprivoise. Or, je dois bien admettre que dans un certain côté ça me fait peur car lorsqu'il me regarde comme ça et me dit ce genre de chose, je me vois tout à fait rester ici encore un jour de plus. Et un jour de plus. Et encore un autre...

Il se lève pour aller jeter sa canette et je recule d'un pas pour le laisser passer, l'observant tout en réfléchissant mais j'arrête bien vite : mon cerveau ne semble capable de rien ce soir hormis se poser des questions auxquelles il ne trouvera jamais de réponses dans cet état-là. J'hoche la tête, mémorise la définition du petit nom dont je semble avoir hérité et souris en répondant doucement.
- Bonne nuit à toi aussi, alors.

Je me dirige donc vers la chambre et laisse la porte ouverte, retire la chemise et la pose sur le bord du lit avant de me coucher nu sous les draps. Je m'allonge sur le dos, bras sous la tête, et fixe le plafond dans la pénombre en écoutant le silence qui s'est fait dans l'appartement. Au bout de quelques minutes je parviens à conclure qu'autant laisser le temps au temps, et advienne que pourra. En attendant, il faut juste profiter des jours comme ils se présentent. Satisfait, je me roule en boule sous les draps et m'endors rapidement, tout au plus je me réveille en plein jour parce que j'ai trop chaud et repasse par-dessus la couverture pour m'aérer un peu, mais je sors à peine de mon sommeil.

Au matin je me réveille la tête dans les étoiles et quitte le lit en traînant les pieds. Décidément, les matelas si confortables des gens "civilisés" auront ma mort sur la conscience... Ce n'est vraiment pas comme les lits de mousse ou même directement le sol. Je m'étire et fais craquer mon dos, sors en bâillant de la chambre et me dirige vers le canapé ou la cuisine en me frottant les yeux d'une main, salue Daïto de ma voix rauque du matin.
- Bonjour Monsieur Loup...
Je me rappelle que j'ai oublié d'enfiler ma chemise et retourne la chercher dans la chambre pour l'enfiler avant de revenir. Je rejoins Cheveyo et tends doucement la main pour lui dire bonjour aussi.
- Salut toi...
Puis, je me relève et regarde mon nouveau maître et le canapé tour à tour, l'air septique.
- Tu as bien dormi ?

_________________
La liberté est la seule qualité qui soit sujette aux débordements de violence.


Parle en #660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
Messages : 35
Métier : Corbeau de la résistance. Possède une boutique de grigris
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Sam 10 Nov 2018 - 21:29


J'ai eu du mal à m'endormir. Épiant d'une oreille discrète les mouvements dans la chambre, entendre sa respiration, son cœur battre puis ce silence. Ce n'est qu'à ce moment là que je me suis permis de me mettre à l'aise, quittant mon pantalon pour éviter d'avoir trop chaud mais gardant quand même le plaid sur moi. J'ai réussi à m'assoupir malgré les quelques ronflements de Cheveyo et ses déplacements pour aller à ses gamelles. Il semblait lui aussi curieux de savoir Crown dans cette chambre mais n'entrait pas pour autant. Il savait que je lui refusais le lit. Il revenait donc en trottinant et grimpait directement sur mon propre corps pour avoir quelques caresses puis se réinstallait dans son panier habituel. Forcément, au réveil, au premier mouvement de Crown, il fut le premier à lever le museau. Je venais à me frotter les yeux, une jambe hors du plaid, le torse à nu et un petit bout de plaid qui cachait mes parties génitales mais ma vue tombait sur un spectacle qui a finit de réveiller mon corps dans une réaction immédiate. Un sifflet à l'air, un petit cul tout nu. Le cerveau du bas a tout de suite réagit, celui du haut était encore dans les songes de la veille.

- Hummmfff ... Bonjour ...

Grognais-je un peu entre deux eaux. Cheveyo léchait cette main et suivait Crown à chacun de ses mouvements. Quand à moi, je venais à m'étirer un peu et à remonter le plaid un peu plus entre mes cuisses avant de m'asseoir et de me frotter la nuque. Rude réveil, plein de promesses et de réactions. Il était inutile que je réponde sur ma trop courte nuit. Le canapé était assez confortable mais ne valait pas le moelleux de mon lit. Aussi, mon corps venait à me rappeler les nombreux ressorts qu'il a supporté. Je venais à me lever, le plaid trainant sur le sol et me dirigeais vers la salle de bain.

- Tu sais faire le café ?

Demandais-je en bâillant encore, le corps engourdit. La douche me ferait le plus grand bien. Le plaid resterait sur le sol devant la porte de la salle de bain et l'eau viendrait bien vite à couler sur ma peau. Je venais à me frotter longuement avant d'enrouler une serviette autour de ma taille. J'irais rejoindre ma chambre pour changer de vêtements et enfiler au moins un pantalon propre, un jean qui tranche grandement avec mes habits habituels. Un vieux t-shirt couvrirait enfin mon torse, histoire de ne pas trop choquer le jeune homme. Je viendrais ramasser le plaid et le plier pour le remettre à sa place puis irais voir si le café a été fait.

- Et toi ? bien dormi ?

Lui demandais-je simplement, un peu plus réveillé en venant poser un simple petit baiser sur son front.

- Tu penses que tu pourras sortir Cheveyo ? Il lui faut la laisse et le harnais. Il sait où aller pour ses besoins.

Je lui faisais assez confiance pour cette simple tâche : s'occuper du loup. J'espérais que cela lui ferait plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A P I S I
Messages : 77
Métier : Ancien chef de clan de libres.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A P I S I
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Lun 12 Nov 2018 - 5:54


Je me suis vaguement demandé, l'espace d'un instant, si ça dérangeait que je dorme nu mais lorsque Daïto se lève pour aller à la douche, je conclus que ce ne doit pas être le cas étant donné qu'il fait la même chose. Au moins, me voilà rassuré, il n'y aura pas d'histoire de "cache ceci que je ne saurais voir". Nous sommes deux hommes, faits de la même façon, donc il n'y a absolument aucune raison pour que... que... Mon regard balaie ce corps nu de haut en bas, et je ressens une petite pointe d'envie à le voir aussi bien fait de sa personne avant de maugréer intérieurement et me sermonner en me disant que tout de même, on ne mate pas quelqu'un comme ça. Ce n'est pas parce que ça fait quelques jours... Oui bon, soyons honnête, quelques mois, que je n'ai pas couché avec une femme que je dois sauter sur la première personne venue. Surtout lorsque cette personne est en l'occurrence un autre homme. Je suis peut-être un sauvage mais pas une bête.
- Je... Oui, je sais le faire.

Je réponds assez précipitamment et le laisse aller prendre sa douche en me raclant la gorge pour m'occuper quant à moi de ce fameux café. Hésitant, je fouille les placards jusqu'à trouver ce que je veux tout en grimaçant un peu : je n'en ai toujours fait que pour Yi, mais je ne sais pas si Daïto va aimer... Même si un café est un café, j'ai cru comprendre que le goût change en fonction de la dose que l'on met dans l'eau. Bon. Alors je fais quoi ? Il l'aime fort ou pas fort ? Et "fort" pour lui, c'est quoi ? Ne vaudrait-il mieux pas que j'en fasse plusieurs, avec plusieurs quantités ? Ainsi je les lui fais tous goûter et je verrai bien ce qu'il aime. Mais ce sera du gâchis, parce que personne ne boira les autres cafés...

Assez exaspéré, j'inspire pour retrouver mon calme et finis par faire le café de façon assez aléatoire : on verra bien ce qu'il en dira. Je caresse Cheveyo entre deux passages sous son museau, je n'aimerais personnellement pas être ignoré si j'étais à sa place, et finis par me tourner lorsque Monsieur Loup sort de sa chambre, habillé. Et là je bug, restant immobile alors qu'il se dirige vers moi en m'interrogeant et embrasse mon front. Je baisse alors la tête vers mes jambes nues et reste perplexe en comparant avant de la secouer : je ne rentrerai jamais dans l'un de ses pantalons. C'est scientifiquement impossible. Sortir Cheveyo risque donc de s'avérer plus délicat que prévu. A moins qu'il veuille que je sorte dans cette tenue, mais ça m'étonnerait. Ce n'est pas son genre. Tant pis, je remettrai mon pantalon troué et puis c'est tout. Massant ma nuque, je finis par hocher la tête avant de rejeter mes cheveux devenus longs vers l'arrière.
- J'ai bien dormi, mais pour être honnête c'est encore une sensation étrange. Je n'ai pas vraiment pris l'habitude, et puis... j'avais envie de venir dormir avec toi.

J'ai lâché cela d'un ton que je voulais léger que trahira pourtant l'éclat dans mes yeux bleus, celui de l'angoisse. Dormir avec lui, ou avec le loup, ou bien encore m'enfermer à double tour comme si une simple porte aurait pu me protéger dans un monde remplit de vampires. Au lieu de ça je m'étais quasiment étouffé sous la couette par manque d'air à force d'avoir dormi la tête dessous. Superbe idée, il faudra que j'y pense le jour où je voudrai vraiment mourir...
- Ah, oui bien sûr ! Je vais enfiler mon pantalon avant. Je pense que ce sera mieux, je risque d'attraper froid sinon et je n'ai pas envie d'être malade dans un lit si confortable.

Je le laisse donc boire son café pour aller, pour ma part, récupérer mon vieux pantalon tout en guettant du coin de l'œil ses réactions à la boisson. Est-ce qu'il va aimer ou recracher ? J'avise Cheveyo qui semble avoir compris qu'il va sortir et souris, cherche sa laisse et la trouve avec un étrange objet qui doit être le fameux harnais. Je le tiens à bout de bras et l'observe, intrigué, en le tournant dans tous les sens. Allons bon. Et Cheveyo sait aussi enfiler ça tout seul ? J'échange un regard avec l'animal, qui évidemment ne bronche pas le moins du monde, avant de m'accroupir pour tenter de lui installer l'objet autour du cou tout en lui grommelant bassement un :
- Tu pourrais m'aider ? C'est toi qui es sensé porter ça...

Je plisse les yeux à son attention, mais naturellement il m'ignore complètement. Tout au plus il me snobe et je souffle bruyamment par le nez en tournant le harnais dans tous les sens. C'est ça, fais dont ta diva ! Je vous jure, ce monde...

_________________
La liberté est la seule qualité qui soit sujette aux débordements de violence.


Parle en #660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
Messages : 35
Métier : Corbeau de la résistance. Possède une boutique de grigris
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trappeur propriétaire d'une boutique indienne
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Mar 13 Nov 2018 - 22:09


il faut croire que je lui en demandais beaucoup et j'avoue que c'était peut-être un peu trop tôt mais en même temps, je voulais lui montrer qu'il était chez lui ici et je pensais qu'il aurait déjà quelques bases apprises chez son ancien maître. Mon matériel n'était pas très sophistiqué. Par exemple, ma cafetière possédait une carafe en verre tout ce qu'il y a de plus commun et un côté pour des dosettes déjà équilibrées. Je le laissais toutefois domestiquer cette pauvre cafetière et je voyais bien qu'il hésitait sur le dosage. Je n'ai absolument rien dit si ce n'est de venir ajouter une cuillère de café dans le filtre pour éviter de boire du jus de chaussettes et ce de manière discrète. Il m'avoue avoir bien dormit et réclame ma présence dans le lit ... Je reste un moment pensif, la tasse dans la main avant de la siroter.

- D'accord ... Je dormirais avec toi ...

Je haussais simplement les épaules. Je devrais me faire un peu plus fureur en étant si proche de lui, peau contre peau. Cruel sort qu'était le mien. Mon regard trainait un peu sur ses jambes et il est vrai que ses vêtements étaient en sale état.

- J'ai déjà mis en route la machine mais il y a des habits dans la boutiques en bas et ils seront bien plus chauds que ceux que tu portes. Tu n'auras qu'à te choisir un ensemble ...

Non, je ne cracherais pas le café. il aurait bien pu avoir un goût merdique, je l'aurais bu quand même tout ça parce que c'est lui qui l'a fait. Je l'observe ensuite se débattre avec le harnais et commence à glousser. Cheveyo restait sagement assis en penchant la tête sur le côté sans comprendre un traitre mot de Crown. Je n'ai pas pu me retenir de rire et je posais ma tasse avant de venir l'aider.

- Hahaha mon pauvre Apisi ... Attends, regarde comment il faut faire ...

Je venais à le lui montrer le sens, comment passer la première patte puis accrocher l'attache, Cheveyo se contentait de lever la patte et de remuer la queue, habitué à ce que je vienne lui mettre.

- Je te montrerais plusieurs fois pour que tu t'habitues.

Le rassurais-je avant de me redresser et de gratter la tête de mon loup. Je venais à prendre le double des clefs et les tendais à Crown.

- Tu as vu la porte dans le couloir en bas de l'escalier ? C'est l'entrée de ma boutique. C'est cette clef qui l'ouvre. Tu ne risque rien c'est assez éclairer et personne ne te verra te changer. Il y a même une cabine d'essayage.

Je lui confiais quand même une grosse responsabilité, j'en ai conscience mais il fait encore trop jour pour que je ne prenne le risque de descendre. bien entendu, les vitres anti-uv me protégeaient dans ces cas là mais la boutique tournait principalement le soir, je n'avais pas de personnel ni les moyens d'en avoir. Je faisais donc seul tenir cette pauvre boutique. Les grilles de devant abaissées lui permettrait une certaine discrétion et Cheveyo le suivrait sagement où qu'il aille. il est même évident que le loup l'aimait tout autant que moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A P I S I
Messages : 77
Métier : Ancien chef de clan de libres.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A P I S I
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   Mer 14 Nov 2018 - 6:48


Je suis en train de me coincer moi-même les mains dans le harnais en jetant de temps à autre des coups d'œil à Daïto lorsque je me fais la réflexion qu'il boit son café. C'est donc qu'il lui plaît ainsi ? Ou alors il est trop bien élevé pour recracher ? Voire même, il profite que je ne regarde pas pour recracher dans l'évier ? Voulant lui laisser cette chance, j'arrête de le regarder et me concentre sur Cheveyo qui décidément n'a pas l'intention de m'aider. Il semble simplement me regarder, langue légèrement tirée, et je peux presque distinguer dans ses yeux une pointe de condescendance.

Et puis je vois les pieds apparaître dans mon champ de vision, précédés d'un rire qui me fait sursauter et rougir à la fois, et je n'ose pas lever les yeux vers Monsieur Loup qui s'est approché tellement je me sens ridicule. Je vois donc ses grandes mains venir s'emparer du harnais de cuir souple et le placer. Ah, Cheveyo lève la patte, donc j'avais raison qu'il fallait qu'il m'aide ! Je me penche sur le côté pour voir la façon dont ça s'accroche, frôlant l'épaule de l'indien, et acquiesce lorsqu'il me dit me remontrer plusieurs fois. Au moins une seconde, ce sera déjà pas mal. Ca ne semble pas bien compliqué après tout, vu d'ici.

Maintenant la suite, je prends la clé que Monsieur Loup me tend et hoche la tête pour dire que j'ai compris. En bas des escaliers, le couloir, une porte. Ensuite la boutique, les vêtements, et la promenade de santé de Cheveyo.
- Je fais vite !
Je descends en tenant la laisse du bout des doigts pour laisser le plus de mou possible, mal à l'aise tout de même, et descends une marche par une marche en vérifiant qu'il est bien juste derrière moi, précautionneux à l'extrême je dois le reconnaître. Je trouve la fameuse porte, entre alors dans la boutique et écarquille les yeux en voyant ce qui s'y trouve. Je m'attarde sur un tomahawk, m'extasie sur un attrape-rêves que je caresse du bout des doigts, avant de me diriger vers les tenues entreposées sur des cintres. Je cherche un pantalon qui pourrait m'aller, mais ne connaissant rien à ces histoires de taille je retire le mien d'abord pour regarder... Ah oui, c'est vrai qu'il n'y a pas d'étiquette parce que j'ai horreur des étiquettes. Elles me grattent, je les retire toujours d'un coup de couteau avant d'enfiler mon pantalon. Alors je le superpose aux bas que je trouve pour voir si l'un correspond, et ceci fait je les retire de leur cintre pour les essayer.

Je me dépêche pour ne pas perdre de temps inutile, comme promis, et au bout de quelques minutes j'ai choisis un pantalon serré noir, dont la ceinture est ornée de fourrure et couvert d'une sorte de cuissardes marrons déjà vue sur des images d'indiens qui viennent jusqu'à mi-cuisse à l'intérieur et hanches à l'extérieur. En chemise j'ai opté pour quelque chose d'ample, dans les tons crème et rouge et à carreaux, que je mets dans la ceinture de mon pantalon pour souligner ma taille. Je m'excuse ensuite auprès de Cheveyo de l'avoir fait attendre et passe la tête par la porte pour observer dehors. Personne. Tant mieux.

Une fois dehors j'explique au loup qu'il doit se soulager, et au début il se contente de me regarder et ça me fait légèrement paniqué. Dois-je trouver l'endroit exact où il fait ? J'ai oublié de demander à Monsieur Loup ! Finalement il bouge et se dirige vers son probable petit coin habituel tandis que je détourne pour ma part le regard pour éviter qu'il ait l'impression que je le mate faire ses besoins. Même si je n'ai aucune certitude qu'il en ait même conscience et que ma réaction est certainement stupide. Pendant ce temps, je laisse mon esprit vagabonder et me fais la remarque que je pourrai partir, il n'est pas trop tard. La rue est juste là, et avec elle le chemin vers la forêt qui mène à ma liberté. Monsieur Loup ne serait donc pas embêté si je fuis, et je pourrais retrouver ma liberté, mon ami, mon clan...

Cheveyo revient vers moi, je baisse la tête pour le regarder et souris. Il semblerait que je sois un sombre idiot, en fin de compte. Je reprends la laisse, surtout pour qu'elle ne traîne pas par-terre, et reviens dans la boutique pour récupérer mes vieux vêtements et remonter dans l'appartement de Daïto. Je toque à la porte avant de la pousser et laisse passer le loup avant d'entrer.
- Nous revoilà, Monsieur Loup !

_________________
La liberté est la seule qualité qui soit sujette aux débordements de violence.


Parle en #660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau départ ~ Pv Crown [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Dornia :: Habitations :: Quartier modeste :: Chez Daïto-
Sauter vers: