AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 

Partagez | 
L'arrivée du parasite [ft. Ysche]
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 12:01

//

Dégage de mon territoire

***************

Quelques semaines sont passées depuis mon retour au centre de dressage et mes retrouvailles avec Ian, mon nouveau maître avec lequel j’ai passé un marché : devenir son esclave ou être jeté à la milice. Il est vrai que l’accord ne semble pas équitable, et davantage être du chantage qu’un véritable marché. Mais en vérité, il est bien plus acceptable que tous autres accords que j’ai passé par le passé. Ian me promet une vie douce, des repas chauds, un lit chaud… Et de l’attention. Tout ce que j’ai toujours demandé, au final. Voilà donc la promesse d’une existence paisible où je pourrais enfin me détendre et me contenter de vivre normalement, en espérant un jour être changé en vampire pour réaliser mes rêves.

En attendant, je m’amuse à détrousser les esclaves naïfs tout en évitant viscéralement la milice qui me donne des boutons rien que de penser à eux. Mais au final, tant que je parviens à rester prudent et à n’arquer que les servants un peu trop stupides, je juge que je n’aurais rien à craindre et je ne les rencontrerai jamais. Aujourd’hui, pourtant, je suis resté relativement tranquille, me contentant de me balader dans les rues de Dornia en profitant du calme de cette fin de soirée.

Les néons des boutiques s’éteignent et les vampires s’activent à l’intérieur, préparant le début de la journée. Les rues se vident progressivement, les noctambules fuyant les rayons lumineux qui illumineront bientôt la ville. Les lieux vont désormais appartenir aux esclaves qui pourront se balader librement en toute tranquillité… J’aime beaucoup ce contraste, si l’on oublie le contexte politique du monde, regarder les cités se vider à l’approche du jour me donne la sensation qu’un échange se fait chaque fois. La nuit, les vampires sont de sortis, reléguant les esclaves au rang d’objets qui se contentent de suivre docilement leur maître, et le jour, ces êtres là prennent le relais… Donnant presque l’impression que nous sommes désormais libres.

Finalement, je sens mon ventre gargouiller… La faim me tirade et je décide de rentrer chez moi, ne voulant surtout pas dépenser mon argent de poche – volée il y a quelques jours – dans un établissement tenu par des esclaves. Je rebrousse donc mon chemin, prenant la direction de la maison de mon maître dans laquelle je ne suis pas allé depuis la nuit dernière, préférant me cacher alors que j’avais perpétué une arnaque en ville. Au bout de plusieurs longues minutes, je parviens enfin chez lui et entre dans la maison. Ian ne semble pas être là, ou alors dans son bureau…

Décidant d’aller lui rendre visite plus tard, je me rends dans la cuisine mais, m’immobilise brusquement. En passent devant la porte fenêtre qui donne dans le jardin, je remarque une silhouette du coin de l’œil. Je ne la vois pas très bien car elle est cachée par l’angle du mur, mais je distingue une ombre. Fronçant les sourcils, je m’approche en saisissant mon couteau, caché sous ma veste, coincée entre mon pantalon et mon dos. Je sais pertinemment qu’il ne s’agit pas de Ian, pour des raisons évidentes : il fait jour.

Refermant mes doigts autour du mange de mon arme, je pousse lentement la porte et m’extirpe hors de l’encadrement, sans un bruit. Là, mes yeux découvrent un hybride chat qui se dore la pilule sous les rayons de l’astre solaire qui réchauffe déjà l’herbe de par cette chaude journée. Fronçant les sourcils, méfiant, je pense d’abord à un voleur… Après tout, il y en a forcément des comme moi. Restant à distance de lui, je me place dans son dos, de sorte à ce qu’il ne me voit pas et garde mon couteau bien en main, prêt à lui sauter dessus pour le forcer à prendre la fuite.

« C’est une propriété privée, qu’est-ce que tu fiches ici ? »

Je demande d’une voix forte, bien que mon cœur se serre déjà. Je ne suis pas stupide et l’optique qu’il pourrait s’agir d’un nouvel esclave me terrifie, à tel point que je ne veux surtout pas y penser.
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 12:31

Ce n'était pas si simple ou facile d'arriver à un nouvel endroit pour se dire que l'on allait y vivre. Si la maison était comme toutes habitations un peu luxueuses, cela n'avait pas la moindre importance pour Ysche. Au contraire, il était à un tout autre sujet. Malgré son air doux et le soulagement qu'il montrait face à une demeure qui serait agréable à habiter, l'hybride n'avait pas perdu de temps pour une chose : repérer toutes les issues, des plus petites aux plus grandes. Et dire qu'il n'aurait pas été si méfiant, avant, si son ancien Maître n'avait pas cherché à le tuer. Bien sûr, avec ce nouveau, les choses pourraient changer mais en attendant, Ysche avait peur. Tout au fond. Et il allait devoir apprendre à faire avec.

Au cours de la nuit, le nouvel arrivant s'était montré complètement à la disposition de son acheteur. Sans fausses courbettes néanmoins. Les mouvements de sa queue, de ses oreilles disaient mieux la joie de servir qu'une révérence. Il s'endormit finalement contre le vampire, comme tout bon animal de compagnie et se réveilla quand Maître Ian se décida à aller dans son propre lit. Ysche comprenait, il sentait le soleil arriver. Et l'envie d'aller se reposer sous ses rayons le taraudait. Cela faisait un moment qu'il n'en avait pas eu l'occasion et après avoir récupéré un livre, il ouvrit la porte sur le jardin. Qui avait clairement besoin de soin. Cependant, ce n'était pas maintenant qu'il s'y atèlerait, il n'avait aucune idée de ce que son Maître pourrait attendre.

Pieds nus, il repéra enfin l'endroit le plus adéquat pour une sieste longue... Ysche posa son livre et s'allongea dessus pour le protéger, au cas où. Il se retint d'enlever son tee-shirt, il faisait encore un peu frisquet et il ne devait pas tomber malade à peine acheté. D'ailleurs, il dressa mentalement une liste des choses possibles à faire ou non... Et bâillant tout ce qu'il savait, il ferma les yeux, la tête sur les bras. Mais au lieu de pouvoir s'endormir comme il le souhaitait, il se sentit en danger. Bien qu'il n'en montra rien. Ysche ne bougea même pas une oreille, juste sa queue qui se déplaça paresseusement sur ses cuisses. Et puis une voix claqua. Ses oreilles se tournèrent vers la source du bruit mais pas le reste de son corps.

-Bonjour. L'herbe est douce. Je vais faire la sieste au soleil.

Face à l'animosité manifeste, Ysche n'en montrait aucune de son côté. Qui que ce soit, cela n'avait pas d'importance. Il se doutait cependant que c'était un esclave et un esclave furieux. Maître Ian avait donc bien un autre servant. Souplement, Ysche se redressa pour regarder. Un humain.

-Ysche est ravi de te rencontrer.

Il lui arrivait que parfois, il parle de lui-même à la troisième personne. Pas pour se donner un genre, mais pour endormir la méfiance. L'on préférait se moquer de ceux qui paraissait simple d'esprit plutôt que s'y intéresser. Il cachait toujours la couverture du livre, même sa présence pour que ce rôle soit presque parfait.

-Veux-tu dormir avec Ysche ?

L'hybride avait vu la lame. Son cœur s'était accéléré. Mais plutôt que feuler, il avait choisi de se mettre à ronronner fort. Il ne pouvait pas mourir ce matin, donc il ne devait pas se mettre définitivement à dos son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 16:05

//

Dégage de mon territoire

***************

La queue de l’hybride se déplace paresseusement sur sa cuisse au teint laiteux, il ne semble pas me remarquer… Ou alors, il fait semblant. Ses oreilles se tournent simplement vers moi, dès que j’élève la voix et je me demande s’il dort et qu’il s’agit là d’un réflexe inconscient, ou s’il fait simplement exprès de ne pas réagir. Je suis loin de m’en offusquer, préférant rester bien immobile à darder mon regard noisette sur lui et à le détailler. Il est svelte, bien plus svelte que moi. Ses jambes sont fines, tout comme ses bras et il me donne l’impression que même un simple humain pourrait le briser en deux. Il est aussi mince qu’une brindille, et je me demande même s’il ne me ferait pas de la concurrence avec cette allure.

Un nœud est accroché à sa queue, et je fais claquer ma langue contre mon palais en constatant qu’il ne doit être rien d’autre qu’un hybride de salon bon à se lover sur les genoux d’un vampire… Sur ceux de mon vampire ? Ce n’est probablement pas une coïncidence s’il est dans le jardin. A en croire par son aspect, il me semble bien trop naïf pour être en mesure de s’introduire dans une maison pour en dérober tous ses biens. Et si c’était le cas, je ne vois même pas pourquoi il se prélasserait au soleil, dans le jardin de mon maître. Je me refuse à accepter l’idée qu’il est le nouvel esclave de Ian, à l’entrevoir même si au fond de moi je sais très bien que c’est le cas. Je préfère me prélasser dans le déni plutôt que d’entrevoir la vérité. De toute manière, je ne vois pas pourquoi Ian s’achèterait un esclave.

Je lui suffis très bien, non ? Je fais le ménage, je lui prépare ses repas, je lui tiens compagnie et je ne rechigne jamais, jamais à coucher avec lui. Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce que brusquement, il s’approprie un hybride ? Est-ce qu’il se lasse déjà ? Au final, le marché que nous avons passé ne l’intéresse plus et il prévoit de me jeter dehors ? Cette pensée me crispe et je serre davantage mes doigts autour du manche de mon couteau, mes veines se contractant sur mon avant-bras. Je suis vraiment maudit.

« Bonjour. L’herbe est douce. Je vais faire la sieste au soleil. Ysche est ravi de te rencontrer. Veux-tu dormir avec Ysche ? »

Je fronce les sourcils en l’entendant élever la voix et l’observe, percevant – je crois – un semblant de… ronronnements ? J’adore les chats… Les chats errants, je sais pourquoi un chat ronronnerait. Pour se détendre, apaiser ses congénères, mais venant d’un être humain, je ne comprends pas. Je le vois davantage comme une personne que comme un félin. Alors les bruits qu’il émet ne font que de m’agacer davantage. De plus, je ne comprends pas pourquoi est-ce qu’il commence à parler de lui à la première personne, avant de passer à la troisième personne.

Est-ce qu’il est stupide ? Ian a vraiment décidé de prendre un hybride complètement bête ? Quel en serait son intérêt… ? Je grince des dents en essayant de ne pas me forcer à imaginer d’autres moments intimes entre les deux, me voyant déjà isolé à devoir les regarder partager des instants ensemble sans que je ne puisse plus avoir une certaine importante. Cela ne fait que plus m’agacer et j’ai envie de lui arracher la queue. Il correspond bien plus au genre d’esclave que je détrousserais dans la rue, qu’à ceux dont je peux considérer comme des amis.

« Non, tu ne fais pas la sieste. Je veux savoir ce que tu fais ici. Et surtout, qui tu es, et ne me répète pas ton nom. »

Je déglutis, refusant à croire que ce parasite va partager ma vie, lui aussi… Espérant que je me trompe que j’aurais encore Ian juste pour moi seul.

« Tu es… Tu es le nouvel esclave du maître des lieux ? »
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 16:39

Eh bien si, Ysche ferait tout de même la sieste. Il y avait juste à voir si ce serait une sieste longue ou une sieste définitive. L'humain posait ses yeux marrons sur lui, des yeux remplis d'une froideur mais pas seulement. L'hybride était certain que l'humain ne le prenait pas pour une menace physique, lui-même n'était pas sûr de savoir s'il saurait se défendre ou non face à cet homme. Mais Ysche était certain que cela ne suffisait pas et que peu importait au fond qu'il soit vulnérable. Sa simple présence en faisait un ennemi pour cet autre esclave. C'était dommage, il aurait préféré au moins une entente cordiale. Il allait devoir la gagner.

Avec ses sourcils froncés et son agacement apparent, l'humain lui semblait plus fort que s'il n'avait été que... Mais Ysche savait bien que la colère pouvait donner bien des forces, surtout aux plus désespérés. Hésitant à se lever, l'hybride finit simplement agenouillé, prêt à esquiver la moindre attaque. Son interlocuteur l'observait trop, réfléchissait trop. Son masque d'imbécile ne fonctionnerait pas plus longtemps. Il agita la queue mollement, pour vérifier son équilibre. Le couteau n'était pas bien long et il était capable d'encaisser un peu de douleur... Devait-il sauter sur l'homme ? Il ne le garderait pas à terre longtemps.

-Je vais faire la sieste jusqu'à ce que Maître ait besoin de moi.

Ysche ronronnait toujours, ça le rassurait. Tant qu'il ronronnait, il était en vie. C'était à cela qu'il s'était accroché la première fois...

-Je suis un hybride chat angora.

Ysche avait bien compris ce que l'esclave voulait entendre mais il attendit que celui-ci pose réellement la question. Il se redressa en prenant le livre qui pourrait servir de bouclier même s'il espérait ne pas à avoir à l'utiliser ainsi. Il serra l'objet contre lui, la queue droite, les oreilles toutes aussi droites. Il opta pour la vérité.

-Je suis le nouvel esclave de Maître Ian. Il m'a acheté pour m'éviter la banque de sang.

Ou du moins, Ysche supposait que c'était pour cela. Serrant toujours son livre titré "Rapports sociaux entre vampires", il se décida à se dénigrer pour que l'humain ne pense pas qu'il allait prendre sa place.

-Mon ancien Maître a voulu me tuer alors je ne vaux pas grand chose.

Ça devrait suffire, non ? Sans doute que l'humain aurait aimé que le vampire ait réussi à finir le travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 17:04

//

Dégage de mon territoire

***************

L’hybride fini par se redresser enfin, sûrement parce qu’il juge que je dois être une menace bien plus dangereuse qu’il n’aurait pu le penser. Au fond, je ne compte vraiment pas l’attaquer. Le couteau ne représente qu’un facteur d’intimidation. Je suis loin d’opter pour le combat, pas doué pour la chose. Bien sûr, en cas de dernier recours, je peux tenter de me défendre mais je préfère généralement la fuite et me dissimuler dans l’ombre tout en attendant que les choses se tassent. Mon regard sombre ne quitte pas la silhouette de l’animal qui se met à genoux et me fait face. Il attrape son libre et le serre contre son torse. Mes pupilles tombent sur la couverture… « Rapports sociaux entre vampires », est-ce qu’il s’intéresse à la sociologie ? Peut-être qu’au final, il semble bien plus intelligent qu’il ne désire le faire croire ?

« Je vais faire la sieste jusqu’à ce que Maître ait besoin de moi. Je suis un hybride chat angora. »

Et la nouvelle tombe. Il n’a pas besoin d’en dire plus pour que je sois forcé d’accepter la vérité. Il est bel et bien le nouvel esclave de Ian. Oui, clairement… Il se lasse de moi. En aussi peu de temps ? Est-ce que je suis en train de faiblir ? D’habitude, je tiens bien plus longtemps aux côtés d’un vampire. J’inspire profondément en continuant d’observer l’esclave, me demandant pourquoi je dois désormais partager Ian, ou tout simplement me résoudre à l’abandonner… Vu l’allure de l’animal, il ne va clairement pas lui servir à autre chose qu’à faire le ménage, la nourriture et probablement, lui tenir compagnie dans son grand lit. Qu’est-ce qu’il va me rester, à moi ?

Quel est l’intérêt d’avoir deux servants qui font les mêmes taches ? Qu’et-ce qu’il de plus que moi, celui-là ? Est-il plus beau ? Plus raffiné ? Est-ce qu’au final, les humains ne feront jamais le poids face aux hybrides ? Est-ce que ce sont ses oreilles, ou alors sa queue touffue qui l’a fait craquer ? Ou peut-être qu’il ne supporte plus d’avoir un délinquant sous son toit ? Me mordant l’intérieur des joues , je passe lentement mon pouce sur la tranche non aiguisée de mon couteau, d’une manière assez irrégulière tout en serrant et desserrant mes doigts autour du manche. Je crains que prochainement, je sois forcé de faire mes affaires et m’en aller… Je me demande s’il ne vaudrait mieux pas que je profite d’aujourd’hui pour le faire ?

Ian est probablement endormi, et je n’ai quasiment aucun bien, si ce n’est mon couteau, mes quelques objets de construction et maigres richesses. Tout cela tient dans mes poches. Quitter les lieux sans avoir à dire au revoir, comme je déteste le faire, disparaître tel un fantôme, comme je le fais toujours… De toute manière, il ne remarquera rien, maintenant qu’il a son esclave bon à faire exactement les mêmes choses que moi, docile et ne rechignant très certainement pas à répondre aux avances sexuelles du vampire.  

« Je suis le nouvel esclave de Maître Ian. Il m’a acheté pour m’éviter la banque de sang. Mon ancien Maître a voulu me tuer, alors je ne vaux pas grand-chose. »

Pourquoi est-ce qu’il me dit ça ? Pour me rassurer ? Pour prouver qu’il vaut bien moins que moi ? Ce n’est pas le cas… Je me suis fait attraper alors que je volais, après avoir accepté un marché avec un vampire peu recommandable, tandis que mon premier maître brûlait dans sa maison. Il est à croire que Ian adore jouer aux supers-héros… J’inspire profondément, les yeux maintenant dans le vague. Je semble fixer Ysche alors qu’en vérité, je me contente d’observer un point invisible, derrière lui. Je réfléchis, je réfléchis à ce que je pourrais devenir si j’anticipe son abandon.

Si je refuse d’attendre le moment où il me dira qu’il ne veut plus de moi, probablement à son réveil, et qu’il m’ordonnera de m’en aller. Voire pire, qu’il me livrera à la milice. Je ne veux pas me retrouver entre leurs crocs… Je préfère plutôt vivre dans la rue, ou fuir dans la forêt… Et je préfère mourir que de retourner, la queue entre les jambes, dans les bras de Wilson. Mon cœur se serre… C’est douloureux d’être délaissé. A croire que j’y ai pris un abonnement à ma naissance.

« Je vois… »

Je lâche d’une voix égale alors que je reporte mon attention sur l’esclave. Je ne sais pas quoi dire. Bienvenue ? Plutôt mourir. Je ne veux pas l’accepter, je veux m’enfuir, ou le forcer à partir. Je ne veux pas le voir ici, jamais.

« Non clairement, tu ne vaux rien. Et tu n’es pas le bienvenu ici. Cette maison a déjà un esclave, tu es de trop. Tu vas probablement être un cadeau pour un ami de Ian. »

Je lâche, comme pour me rassurer moi-même que je me fais simplement des idées et que Ysche quittera bientôt la maison, mon territoire.
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 20:52

Ysche s'était pensé émotif mais à côté de l'humain, il faisait pâle figure. Entre la colère, la tristesse et la déception, l'homme devant lui parait sa face de beaucoup de traits qui voulaient tous dire quelque chose de particulier. Même sa voix sonna comme une claque et un abandon même si elle voulait sonner normalement. Clairement, ce que Ysche avait dit ne suffisait pas à l'inconnu. Par contre, l'hybride n'aimait pas ce que cela pourrait engendrer. Et s'il tentait de se tuer ? Ou s'il partait sans prévenir ? Ça leur donnerait des ennuis à tous les deux.

Alors Ysche avança doucement vers le brun qui n'hésita pas ensuite à lui dire qu'il n'était pas souhaité. Sans doute que si l'humain pouvait décider, c'était le cas. Il allait devoir faire savoir son problème, que son interlocuteur ne se pense pas inutile pour leur Maître.

-Cela, c'est au Maître d'en décider.

Doucement, Ysche était arrivé bien debout devant l'humain. Il était toujours armé, toujours capable de le tuer mais Ysche avait remarqué qu'au prénom de leur vampire, l'homme s'était adouci. Il l'avait dit d'une façon bien plus douce que tout le reste de ses dires. Cela devait avoir un sens particulier, mais un sens que l'hybride n'allait pas chercher. Il aplatit un peu ses oreilles sur son crâne, sa queue ondulant contre l'arrière de ses jambes.

-Mais je sais que tu es nécessaire. J'ai peur de l'eau, donc je ne peux pas faire la vaisselle ou des choses avec de l'eau. Le Maître sera très content que l'on se partage les tâches.

Ysche osa renifler l'humain, fronça un peu les sourcils.

-Tu ne sens pas beaucoup son odeur, cela dit.

Contrairement à lui qui était resté une bonne partie de la nuit contre leur Maître. Il osa finalement se coller à l'humain malgré son couteau pour se frotter à lui, pour y laisser son odeur. Ils étaient sur le même territoire, il fallait tout mélanger, que tout soit à tout le monde. Il savait qu'il serait vite repoussé aussi, il recula prestement et sourit au brun, se moquant un peu de son humeur. Il saurait bien faire en sorte qu'ils soient amis, pourvu que l'autre ne joue pas avec sa lame.

-Je serai très heureux qu'on soit ami. Que je reste ou que je parte.

L'estomac d'Ysche gargouilla mais pas parce qu'il avait faim mais parce qu'il digérait. Ce qui lui donnait toujours envie de dormir. Il supposa cependant qu'il devait abandonner la sieste dans le jardin tant que sa présence gênerait l'humain. Pour se souvenir qu'ils allaient partager la même chambre. Chacun son lit mais dans la même chambre quand même... Donc, où dormir ? Au final, son carré d'herbe était bien le meilleur endroit pour son temps de sommeil. Si bien qu'il s'y remit et se laissa tomber, ça fit un petit "pof".

-Est-ce que je peux dormir maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Ven 31 Aoû 2018 - 21:45

//

Dégage de mon territoire

***************

Je crois que je suis en train de marquer à jamais la trace du manche de mon couteau sur la paume de ma main, tellement je serre l’objet entre mes doigts. Il en va de même avec mon pouce qui s’imprègne de la trace du dos de la lame. Je déteste cette sensation qui me brûle les entrailles… De n’être au courant de rien et d’imaginer Ian se pavaner avec son nouvel esclave, tout en m’ignorant et me délaissant. Peut-être même qu’il refusera de me laisser partir et se contentera de me laisser de côté tout en me forçant à le regarder batifoler avec son nouveau bien.

Si c’est le cas, je ferais tout pour m’échapper et quitter ce lieu que j’aurais voulu appeler « maison ». Je ne supporterai pas une telle vision, à me contenter d’attendre que le temps passe tout en restant seul. Je n’aime pas la tournure que prennent les choses et pire encore, je suis blessé de savoir que Ian ne m’a même pas mis au courant. En même temps, c’est un vampire et moi, un esclave, qu’est-ce que j’espérais, au juste ? Je suis stupide, un abruti de voleur, voilà ce que je suis.

« Cela, c’est au Maître d’en décider. »

Je grince des dents à ses mots. J’ai envie de lui arracher sa queue avec mon couteau, et de lui faire mal. Et cela, c’est la première fois que cela m’arrive. Même avec Edwin, pour qui je ne ressentais que du mépris mais jamais une envie irrépressible de lui faire du mal. Pourtant, je sais que je ne toucherai jamais à Ysche. Je me contenterai de prendre la fuite comme d’habitude, tel un chat qui préfère sa solitude et sa tranquillité au conflit… Et je vivrai très certainement des quelques petits vols que je commettrai, çà et là, en ville. En tout cas, je ne supporte pas l’aplomb qu’il met dans sa voix, ce qui est un signe de mauvaise foi, de ma part.

Je sais très bien que c’est à Ian d’en décider, je pressens parfaitement que Ysche n’est pas un cadeau, si ce n’est un présent pour lui-même. Mais j’aimerais tellement pouvoir croire que je me trompe… Pouvoir le voir partir dans quelques jours et être débarrassé de lui. Je ne supporte simplement pas que l’hybride me jette la vérité en pleine face et je ne supporte pas non plus qu’il s’approche de moi, comme s’il pouvait briser mon espace vital sans même me poser la question. Il progresse aisément sur mon territoire, alors que je ne l’y ai même pas invité. Il prend ses aises comme si les lieux lui appartenaient. Alors que je suis arrivé le premier. Il n’est que la pièce rapportée, merde.

« Mais je sais que tu es nécessaire. J’ai peur de l’eau, donc je ne peux pas faire la vaisselle ou des choses avec de l’eau. Maître sera très content que l’on se partage les tâches. »

Je laisse échapper un ricanement involontaire, tandis que Ysche plaque ses oreilles contre son crâne –sûrement pour m’apaiser – et essaye de me rassurer. Qu’il ne me fasse pas rire… Cela me fait une belle jambe que de savoir que mon utilité se restreindra désormais à faire la vaisselle, et passer la serpillère pendant qu’il se roulera dans toute l’indécence du monde dans les bras de mon vampire. S’il pense me rassurer, il se trompe, cela ne fait que d’attiser davantage ma jalousie envers cette poupée vivante. Et puis, il se penche vers moi et semble me renifler. Fronçant les sourcils, je recule un peu mon visage, peu désireux de le voir s’approcher autant. Qu’est-ce qu’il me veut ?

« Tu ne sens pas beaucoup son odeur, cela-dit. »

Je me raidis soudainement et plante mes ongles dans le manche de mon couteau. Quoi ? Il en profite pour venir se coller contre moi, et je suis bien trop choqué pour réagir. Néanmoins, je sens toute la fragrance de Ian sur lui. Elle est si forte qu’elle m’en donne un haut le cœur. Mon palpitant se tort dans ma poitrine et je comprends le sens de ses paroles précédentes mais aussi ce qui s’est joué en mon absence… Le noctambule n’a pas dû perdre beaucoup de temps, et a très certainement dû vouloir profiter de son esclave dès son achat. Qu’est-ce qu’ils ont fait ? Non, je ne veux pas le savoir…

Mais malgré tout, mon esprit ne peut s’empêcher de les imaginer sous les draps, à se câliner et se frotter l’un contre l’autre sans aucune pudeur. De la même façon que Ian l’a fait avec moi. Je me sens souillé et une boule se forme dans ma gorge. J’ai envie de partir… De prendre la fuite et de ne plus jamais revenir. Je ne veux pas entendre le vampire former ces mots que je redoute tant : qu’il s’est lassé. Je ne veux pas avoir à affronter ce que je redoute, je veux prendre la fuite.

« Je serai très heureux qu’on soit ami. Que je reste, ou que je parte. »

Le regard dans le vide, je vois à peine Ysche reprendre ses distances et se rallonger dans l’herbe comme si de rien était. Il se love sur le sol, tranquillement, sûrement bien heureux du petit effet qu’il a eu sur moi. Mon cœur frappe ma poitrine, je le sens sur le point d’exploser. Mes poings se contractent et j’ai envie de hurler, de vomir, de le tuer. Tremblant, j’assimile progressivement ce qu’il m’a dit et jette un œil à la balustrade que je pourrais aisément escalader pour ne jamais réapparaître, tout en m’assurant de ne jamais plus repasser par ici pour ne pas être témoin de tout l’amour que Ian donnera à son animal de compagnie.

« Je… Je ne veux pas être ton ami. Et ne t’avise plus jamais de poser tes mains sur moi. »

Je lâche alors que ma voix tremble légèrement, laissant transparaître toute l’émotion que je contiens. La lame brille un instant, tandis que je la redresse un peu, l’observant durant quelques secondes alors que mes mains tremblent. Je finis par la ranger sous ma veste, entre mon pantalon et mon buste et attrape ma capuche, la rabattant sur mon crâne. J’ai envie de prendre la fuite et de proposer mes services à un vampire, n’importe lequel… J’ai besoin d’extérioriser, d’avoir le contrôle… Et je voudrais, je crois, que Ian sente l’odeur d’un autre vampire sur moi et ressente la même rage que je ressens à l’heure actuelle.

« Fait ta sieste autant qu’il te plaira. Mais ne m’adresse plus la parole. Je ne veux rien avoir à faire avec toi.»

Je laisse échapper d’une voix glaciale, tandis que je referme ma veste et enfile mes gants. Et après avoir trouvé un vampire avec lequel je me lâcherai, j’irai détrousser des esclaves pour mettre de côté de l’argent afin de vivre correctement dans les rues sinueuses de Dornia.

« Et tu diras au maître de ne pas me chercher. »

Je finis par dire alors que je me dirige vers la clôture dans l’idée de l’escalader, ne désirant pas être là quand Ian se réveillera et quémandera les caresses de son nouveau jouet.
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Sam 1 Sep 2018 - 13:04

Ysche n'avait pas prévu que quelqu'un l'épuise ce matin mais il fallait croire que le destin aimait lui rappeler que comme d'autres, il était né pour souffrir. Il ne pouvait n'y avoir qu'une raison pour que l'humain face à lui prenne si mal sa présence en ces lieux. Il était amoureux. Et même sûrement éperdument amoureux du vampire qui était leur Maître. Ysche ne pouvait pas dire qu'il comprenait, il ne pouvait pas non plus dire qu'il avait pensé qu'il y aurait de l'amour dans cette demeure. Comme quoi, les surprises aimaient se montrer aux endroits les plus improbables.

En tout cas, Ysche était certain d'une chose, c'était que le brun était certain qu'il était là juste pour tendre les fesses pour leur Maître. Pourtant, de ce qu'il avait perçu, ce n'était pas forcément l'intention du vampire. Bien qu'il ne pouvait dire les avoir toutes comprises ces fameuses intentions , il était toujours difficile de lire les créatures de la nuit dès la première fois. Ysche était un peu irrité d'avoir dévoilé sa plus grande peur un peu pour rien. L'humain était ridicule de vouloir broyer du noir comme ça. Même son ricanement prouvait qu'il avait envie de faire une petite dépression.

Ysche nota qu'il avait bien fait de reculer vu comment le brun tenait de nouveau sa lame... Et même si s'asseoir ainsi dans l'herbe le laissait vulnérable, il y avait assez d'espace entre eux pour qu'il le voit venir... Il cacha sa tristesse aux dires qui vinrent tout de même assez vite. C'était épuisant de chercher un peu d'amour.

-Alors tant pis, je serai autre chose.

Par contre, Ysche n'allait faire aucune promesse. Il le toucherait l'humain, qu'il le veuille ou non.

-Ca ne sera pas possible...

L'hybride voyait que l'homme était tout proche de faire une sacrée connerie là. Il n'y avait pas de meilleur mot alors qu'il s'en allait. Laissant son livre, Ysche attendit d'être sûr et courut en direction de l'humain pour le rattraper et finir sur son dos. Avec son poids plume, il n'allait pas beaucoup le gêner, mais suffisamment. Ils retombèrent tous les deux dans le jardin, Ysche cacha une grimace de douleur comme le brun avait atterri sur lui. Il n'avait pas le temps de tergiverser, il fallait qu'il agisse avant que l'humain râle. Aussi, il finit sur son congénère esclave et il l'embrassa en frottant son corps au sien. Il tenterait de le tuer pour ça, mais justement, ça l'empêcherait de s'en aller.

-Tu ne vas nulle part. Je ne veux pas être puni parce que tu te fais des films bizarres. Il ne s'est rien passé entre le Maître et moi, il m'a juste acheté, c'est tout.

Et acheter des fournitures, pas de quoi fouetter le chat qu'il était. Ysche se releva vivement pour éviter une quelconque attaque possible.

-Si tu ne veux pas que le Maître me prenne, il faudra que tu le fasses toi-même.

Ysche parlait bien sûr de ces chaleurs... Mais il se doutait que l'humain ne devait pas être au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Sam 1 Sep 2018 - 18:37

//

Dégage de mon territoire

***************

« Alors tant pis, je serai autre chose. »

C’est ça… Tu seras le boulet que Ian a accroché à ma cheville et dont je ne vais pas pouvoir me débarrasser jusqu’à ma mort. Je laisse échapper un soupir et enfonce ma capuche sur mon crâne en observant l’esclave, tandis que je sens la colère me submerger. Il me semble trop docile pour que cela ne m’inquiète pas. Trop arrangeant, aussi, comme moi… Du moins, dans une certaine mesure. Je n’aime pas la douceur qu’il met dans chacun de ses mots, ni même la lenteur de ses gestes. Il me semble éteint, absent.

Je sais bien aussi que le vampire ne pourra pas résister à la peau laiteuse de son esclave… Qui pourrait résister à en goûter sa saveur au juste ? Les noctambules aiment les faibles, ceux sur qui ils peuvent avoir un puissant ascendant. Ysche correspond parfaitement à cette description, à croire que les suceurs de sang ne créent que des hybrides de cet acabit pour correspondre à leurs fantasmes les plus sombres. Ou alors, est-ce ces créatures qui ont compris depuis bien longtemps comment agir et s’efforcent de correspondre à cette description ? Je l’ignore. Mais  en tout cas, je remarque qu’il est impossible pour un être humain de surpasser ces animaux.

« Ce ne sera pas possible. »

Je m’arrête durant un instant à ses mots. Quoi ? Ce ne sera pas possible de ne pas me toucher ? Il veut vraiment me faire croire quelque chose d’aussi stupide ? S’il préfère, je peux très bien faire en sorte de lui passer l’envie de m’effleurer en lui coupant les mains… Je peux très bien m’assurer qu’il ne recommence plus. Abruti. Oui voilà, c’est un idiot, un ignoble parasite qui va me bouffer toute mon énergie vitale parce que je vais devoir m’efforcer à le fuir le plus possible et ne jamais me retrouver dans la même pièce que lui et Ian. Et surtout, éviter la moindre question personnelle me concernant.

Ce sera éprouvant, mais je pressens bien le genre d’hybride que c’est… Niais et qui veut faire la conversation à longueur de journée. Barbant et usant. Je finis néanmoins par jetter un regard à Ysche, bien décidé à quitter les lieux pour ne pas être là quand Ian quémandera la présence son nouvel achat et somme à l’hybride de passer un message au vampire : celui de ne pas me chercher. Et puis sur ce, je prends une soudaine accélération et saute sur la clôture. Je m’agrippe sur le rebord, bien content qu’il n’y ait pas de pointes et m’apprête à passer une jambe, puis l’autre, pour quitter le jardin. Mais soudainement, je sens l’hybride se jeter sur moi.

Ecarquillant les yeux, ses doigts se referment sur mes épaules, tandis qu’il s’accroche à moi tel un koala. Je perds l’équilibre et chute en arrière, atterrissant sur l’esclave. Lâchant un gémissement de douleur, je ferme les yeux pendant un instant afin de reprendre mes esprits. Et puis, par une façon que j’ignore, Ysche se tortille sous moi et se retrouve sur mon bassin. Lorsque je rouvre les paupières, nos regards se croisent. Et puis brusquement, il écrase ses lèvres sur les miennes tout en frottant son bassin au mien. J’écarquille les yeux et me cambre au contact, alors que mon entrejambe se réveille de manière mécanique sans que je n’en ai vraiment envie. L’esclave rompt le baiser mais je suis bien trop choqué pour faire le moindre geste.

« Tu ne vas nulle part. Je ne veux pas être puni parce que tu te fais des films bizarres. Il ne s’est rien passé entre le Maître et moi, il m’a juste acheté, c’est tout. »

Haletant, je le regarde complètement sous le choc qu’il m’ai embrassé, voire pire, frotté à moi ! Par chance, ma longue veste dissimule mon début d’érection. Les joues en feu, de l’herbe dans mes cheveux désormais en bataille, je le regarde alors se dégager de moi bien rapidement. A raison, parce que s’il ne le faisait pas, j’aurais fini par lui planter mon couteau dans la cuisse.

« Si tu ne veux pas que le Maître me prenne, il faudra que tu le fasses toi-même. »

Je laisse échapper un grognement et me redresse sur mon coude gauche, arrachant mon couteau de sa cachette pour le brandir en sa direction, tremblant et la voix rauque.

« J-Je t’ai dit de ne pas me toucher ! »

Je m’exclame, les joues en feu alors que je me redresse en tailleur et laisse tomber ma lame entre mes cuisses, passant lentement mes paumes sur mes joues et les remontant dans mes cheveux pour les remettre un peu en ordre. Bon dieu… C’est qui ce type ? Est-ce qu’il va m’empêcher de sortir comme ça à chaque fois ? Parce que cela, ça ne va clairement pas le faire…

« Je… Je ne te prendrai jamais… ne dit pas des choses pareilles… Tu ne m’intéresse pas. »

Je souffle en regardant mon reflet dans mon couteau. Doucement, j’attrape les quelques brins d’herbe coincés dans mes cheveux et tente de calmer mon cœur qui s’est mis à tambouriner contre ma poitrine.

« Ne te jette plus jamais sur moi. Et si je te dit que je ne veux pas que tu me touches, tu ne me touches pas. De plus, je sors si je veux, ce n’est pas toi qui va me retenir. »

Je réponds, glacial tandis que je tourne la tête vers lui, alors que mes joues sont encore colorées d’une jolie teinte rose. Ce type est complètement dingue et bizarre surtout.
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Dim 2 Sep 2018 - 12:46

Ysche n'avait pas pensé à un tel résultat quand il s'était décidé à embrasser et à se tortiller contre l'humain mais au moins, il ne cherchait plus à repartir. Le choc était clair sur son visage, l'hybride avait bien compris que son congénère était lisible mais à ce point. Il nota distraitement l'effet qu'il avait eu sur le corps du brun, il avait eu à peine le temps de le sentir mais c'était bien là. Son corps était tenté d'y répondre mais il ne pouvait se le permettre pour le moment. Sans doute parce que l'autre esclave n'aurait aucune envie de le prendre et de leur faire du bien.

Ysche contempla longuement ses joues d'un rouge soutenu, ça rendait l'humain bien plus mignon que lui qui était incapable de rougir sur demande. Le retour du couteau le poussa à recommencer à ronronner pour se rassurer. Etre autant menacé en une journée, il n'avait pas l'habitude, surtout de la part d'un être au même statut que le sien. L'exclamation de l'humain ne lui fit qu'agiter les oreilles à cause du son un peu aigu, qui faisait presque hystérique. Et puis, sans doute à cause de la distance qu'il avait instauré, le brun laissa de nouveau tomber sa lame. Ysche agita la queue, l'attrapa pour jouer avec et surtout la serrer, pour encore se rassurer. On ne savait jamais avec les gens. Si imprévisibles, il avait bien appris sa leçon à ce sujet.

-Pourquoi pas. Je suis à baiser, aussi. Que ce soit le Maître ou toi, à la fin le sexe reste du sexe. Personne ne m'aimera.

Ysche s'accroupit pour se mettre au même niveau que l'humain, il n'aurait toujours pas de mal à esquiver, il était trop souple et agile pour se faire avoir sans l'effet de surprise. Et comme il se méfiait...

-Je le ferai si c'est nécessaire. Tes ordres n'ont aucun effet sur moi. Nous sommes égaux et je sais que le Maître t'attend et qu'il sera ravi de te voir. Alors va te coucher avec lui, s'il te plait.

Ysche n'allait pas donner d'ordre alors qu'il pensait que l'humain n'avait pas à lui en donner. Il faisait de plus en plus chaud dans ce jardin et il n'allait pas tarder à se mettre tout nu. D'ailleurs, d'un mouvement habile, il enleva son tee-shirt et le laissa sur ses cuisses. Peut-être qu'en jouant sur la carte de la sensualité, le brun serait sage et ferait bien les choses, non ? Il se caressa donc lentement le torse, les yeux toujours sur son vis-à-vis.

-A moins que tu ne veuilles réellement dormir avec moi. Je dors tout nu. Et tout offert.

Ysche se permit alors un beau sourire et se redressa pour déboutonner son short en jean...

-Alors Maître Ian ou moi ?

L'hybride comptait bien suivre l'humain pour s'assurer qu'il irait au bon endroit. Tant pis pour la douleur. De toute façon, la douleur mentale était pire que la douleur physique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Mar 11 Sep 2018 - 13:41

//

Dégage de mon territoire

***************

Je laisse tomber ma lame entre mes jambes et lâche un long soupir en passant lentement mes mains dans mes cheveux. Bon sang, c'est déjà des plus usant de discuter avec ce parasite. Je ne sais pas ce que Ian avait dans la tête en l'adoptant, peut-être de me faire un peu de mal ? Ou alors, de s'amuser de ses réactions. Si tel est le cas, et bien c'est réussi. Cela ne fait que quelques minutes que j'ai rencontré Ysche, et j'ai déjà envie de le jeter par-dessus la balustrade. De plus, il a le contacte beaucoup trop facile et je déteste ça. Je ne tolère que deux mains sur mon corps et ce sont celles du vampire, ou des autres lorsque Ian accepte que j'aille voir par chez-eux.

Les esclaves, je ne supporte pas qu'ils m'approchent, encore moins lorsqu'ils sont aussi niais que ce chat. Je finis par tourner la tête vers lui, et le regarde serrer sa queue entre ses mains. Mince, il est vraiment bizarre. Mes joues sont encore rougies, je ne me suis pas encore remis de son acte de tout à l'heure. Qu'est-ce qu'il ne va pas chez lui pour se frotter à moi de la sorte ?! Qu'est-ce qu'il cherchait, au juste ? En tout cas, je ne me gêne pas pour lui dire que je ne voudrais jamais coucher avec lui. Et ce, même si Ian l'ordonne. Je ne partage pas le vampire et surtout, je ne fais rien avec d'autres sous son regard. J'ai quand même une certaine pudeur à ce niveau-là, mais si je ne suis pas particulièrement pudique en ce qui concerne mon corps.

« Pourquoi pas. Je suis à baiser, aussi. Que ce soit le Maître ou toi, à la fin le sexe reste du sexe. Personne ne m'aimera. »

Je fronce les sourcils pendant quelques instants à l'observer. Il se prend vraiment pour une chose simplement bonne à être utilisée pour faire l'amour ? Est-ce que c'est juste pour cela que Ian l'a acheté ? En tout cas, Ysche ne semble avoir aucune estime pour lui. Et je ne sais pas trop quoi ressentir à ce sujet. Du désintérêt ? Ou une certaine compassion ? Je l'ignore. En tout cas, je me retrouve un peu dans ses dires... C'est ce que je me disais pour Edwin, bien qu'il ne m'ai jamais touché. Je me pensais simplement bon à jouer les femmes de ménage et c'est tout. Avec Wilson, mon estime de moi s'est un peu améliorée, même s'il m'utilisait pour satisfaire quelques vampires, je me sentais bien dans mon corps. En tout cas, il est hors de question que je fasse quoi que ce soit avec l'hybride. Je préfère plutôt être puni.

« Je le ferai si c'est nécessaire. Tes ordres n'ont aucun effet sur moi. Nous sommes égaux et je sais que le Maître t'attend et qu'il sera ravi de te voir. Alors va te coucher avec lui, s'il te plait. »

Alors là, je ne compte pas me lever d'ici, et encore moins rejoindre Ian. Lui,je vais l'éviter durant quelques jours et faire en sorte de ne jamais être seul en sa présence, et surtout pas quand il y aura Ysche et le vampire. S'il préfère tant que ça s'amuser avec un hybride, autant le laisser seul avec lui, ça ne pourra que lui faire plaisir, j'en suis persuadé. De toute manière, je n'ai aucun ordre à recevoir de Ysche. Je n'ai qu'une envie, aller en ville. Mais l'hybride semble décidé à me retenir par tous les moyens. Je ne peux rien faire... Surtout s'il décide de se frotter de nouveau à moi...

« A moins que tu ne veuilles réellement dormir avec moi. Je dors tout nu. Et tout offert. »

Quoi ? Q-Qu'est-ce qu'il fait ?! Je fronce les sourcils et rougit brusquement alors qu'il retire son t-shirt et commence à caresser doucement son torse. Clairement, l'excitation - purement mécanique - qu'il a crée en moi en se frottant à mon corps n'a pas disparue. Est-ce qu'il en joue ? Est-ce qu'il a simplement compris ? Je déglutis et le regarde en blêmissant tout en rougissant. La gorge sèche, je le regarde se lever et boutonner son short.

« Alors, Maître Ian ou moi ? »

Le feu aux joues, je me lève brusquement, retire ma veste et la jette sur Ysche pour le recouvrir du tissu et ne plus le voir se déshabiller. Déglutissant, je ramasse mon couteau et le range en braquant mon regard sur lui. Il me fout dans un dilemme monstre. Il est hors de question que j'aille retrouver le vampire, mais aussi, que je reste là à regarder l'animal se mettre nu. Seulement, il est bien décidé à m'empêcher de quitter les lieux. Quoi que, je peux aussi le mettre hors d'état de nuire en le frappant s'il essaye de me retenir.

« Arrête de te mettre nu comme ça, nudiste ! Tu n'as qu'à rejoindre Ian si tu en as autant envie. Je suis persuadé qu'il ne dira pas non à te voir te mettre nu de la sorte. »

Je réponds, alors que je suis toujours rouge pivoine. Il faut vraiment que je sorte d'ici parce qu'il va me rendre fou. Je ne veux pas être attiré par son air sensuel. Il me prend de court, et c'est tout. Je dois vraiment partir, j'étouffe.

« Non, je vais en ville. Et si tu tentes de m'en empêcher de nouveau, je te coupe l'oreille. Va te frotter à Ian, ça lui fera plaisir. J'ai des choses à faire moi. Et ne m'approche pas ! »

Je lui laisse ma longue veste et me détourne de l'hybride. Passant mes mains dans mes cheveux, je laisse échapper à un long soupir et m'élance vers la balustrade, persuadé que cette fois, Ysche ne pourra pas m'arrêter parce que ma menace aura eu son effet. Il faut que je me trouve un endroit au calme, pour me remettre de ces émotions et... de son corps se frottant à moi.
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Mer 12 Sep 2018 - 12:41

Ysche n'avait jamais vu un humain rougir autant. Il était vrai qu'il n'en avait pas beaucoup côtoyer mais là tout de même, ça commençait à devenir louche. Pourtant, le chat était sûr qu'il avait déjà connu le sexe. Autant de pudeur lui était totalement inconnu et même s'il pouvait l'accepter d'un point de vue théorique et neutre, d'un point de vue subjectif, c'était autre chose. Pourquoi être gêné sur ce sujet quand c'était quand même une des principales choses pour laquelle ils vivaient. Cependant, en prenant un poil de recul, il supposait que le fait que lui soit spécialement conçu dans le but d'être un jouet, les humains eux avaient été un peuple fier, régnant sur la planète des centaines d'années auparavant.

Enfin, il n'était pas l'heure de faire de l'histoire mais de faire comprendre à ce type qu'il devait rester. Et faire la vaisselle aussi, bien qu'il en ait déjà parlé. Ysche avait tout de même espéré que s'il y avait un autre esclave, il se ferait compréhensif, il ne se permettrait pas de se moquer des peurs de qui que ce soit. C'était tellement irrationnel. Cependant, la réaction physique du brun ne l'était pas elle. Il avait beau dire, dans le noir, Ysche était certain que l'humain serait capable de le prendre sans y réfléchir à deux fois. Les besoins physiologiques, c'était puissant...

Et l'hybride finit avec la veste de l'humain sur lui. Il en respira l'odeur, fronça le nez juste après. L'humain avait besoin d'être lavé. A moins que ça ne soit le vêtement. Il réfléchit. A coups de langue, ce serait long. Mais l'homme devant lui n'avait pas peur de l'eau alors au final, il n'y avait pas de problème.

-Ca sent les poubelles.

La veste tomba. Ysche se demandait quand même où l'humain allait se promener pour ramener de telles odeurs à la maison.

-C'est toi qu'il attend. Tu es plutôt tête de mule...

Et lui, le chat prenait beaucoup de retard sur sa sieste. Il essayait de ne pas paraître somnolant mais il commençait réellement à fatiguer, il était resté debout toute la nuit, lui. Ysche eut un sursaut de ronronnement à la menace claire et nette. Mais ça ne changeait rien, l'humain n'irait nulle part. Il n'était pas du genre à abandonner. Alors quand le brun recommença sa manège, l'hybride nu - il ne fallait pas croire, il n'y avait rien eu sous son short - sauta de nouveau sur le dos de l'homme. Ça retomba par terre, encore de la douleur. Mais il devait agir vite. Il désarma l'humain, envoyant le couteau dans l'arbre non loin d'eux et il lui mit la main au panier. Le surplombant dans toute la nudité sensuelle, il frotta ses doigts habiles contre le désir du brun.

-Non.

Pas besoin de dire plus, n'est-ce pas ? Tout avait déjà été dit. Si, il toucherait l'humain. Si, il allait rester. Si, il allait rentrer, prendre une douche et aller près de leur Maître. Et Ysche passerait par tous les moyens pour faire entendre raison à son congénère. Il sentit l'odeur du sang sur sa peau... Il jeta un oeil rapidement. Les herbes avaient réussi à le couper, formant de minces égratignures sur son flanc droit. Aucune importance. Il revint son "camarade" et se pencha, même s'il ne doutait pas qu'il allait être jeté en arrière d'un moment à l'autre.

-Va prendre une douche et rejoindre Maître Ian, s'il te plait.

Pas d'ordre, toujours pas. Mais être persuasif, si. Et Ysche se laissa tomber de tout son maigre poids sur l'humain. Vu comment celui-ci détestait son contact, ça pourrait marcher non ?

-Sinon, je te colle comme un morceau de chewing-gum ne t'a jamais collé.

Et il ne fallait pas l'en croire incapable. Bien qu'il allait continuer ses recherches en sociologie pour trouver d'autres méthodes, plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Mer 12 Sep 2018 - 20:22

//

Dégage de mon territoire

***************

Les choses dites, je choisi de ne plus prêter aucune attention à Ysche, de toute manière, je lui en ai assez donné. La seule chose que je veux maintenant, c'est de quitter cette maison et de me rendre en ville. Ma veste sent les poubelles ? Grand bien lui fasse, cela lui changera sûrement. Moi, je n'ai pas peur de me salir et il est sûrement possible qu'elle ne sente pas très bon étant donné que je traîne souvent dans les bas-quartier à la recherche de quoi voler. Mais je me fiche bien de ce qu'il peut penser parce que je n'ai absolument pas envie de lui plaire, à celui-là.

C'est mon ennemi, un parasite qui vient de débarquer sur mon territoire et refuse de courber l'échine. Je préfère largement pouvoir courir les rues que de devoir me coltiner un hybride pareil. Il est collant et m'énerve, et beaucoup trop libéré, en plus de cela. Rien que de penser à lui, ça m'agace. Je ne veux pas rester plus longtemps ici. Il faut que je m'en aille, et ce, avant que Ian ne décide qu'il voulait profiter de son stupide chat domestique. Alors, je fais volte face et m'apprête à sauter la balustrade. Mais je suis une nouvelle fois devancé par cet abruti de chat.

Il se rue sur moi, complètement nu, et parvient à me faire tomber. Encore, je tombe sur lui mais suis trop sonné pour faire quoi que ce soit. Il se tortille et parvient au-dessus de moi. Je m'apprête à attraper mon couteau pour cette fois lui faire comprendre que je ne plaisante pas. Mais il le saisit et le lance dans l'arbre. Merde ! Je serre les dents et veux poser mes mains sur son buste pour le repousser mais soudainement, il attrape mon entrejambe.

Je blêmis et le regarde, désarçonné. Non ? Quoi, non ? Il ne veut pas me laisser partir ? C'est quoi son problème ?! Et puis, ses doigts caressent lentement mon désir et cela m'arrache un couinement de surprise, mêlé de plaisir. Q-Qu'est-ce qu'il fiche ?! Mon corps se cambre involontairement sous ses caresses et je fuis son regard, le feu aux joues. Je saisis son poignet mais je peine à le serrer alors qu'il s'amuse de mon désir. Il est complètement dingue !

« Va prendre une douche et rejoindre Maître Ian, s'il te plait. »

Et puis, il s'écroule sur moi. J'évite de le regarder, d'imaginer son corps nu sur le mien, de tout faire pour penser à autre chose, mais sa main sur mon entrejambe n'aide vraiment pas à imaginer autre chose. Bordel, mais pourquoi est-ce qu'il ne me laisse simplement pas sortir ?! Il compte me séquestrer ? Pour qui est-ce qu'il s'est prit au juste ? Il n'a pas l'air de bien connaître mes habitudes, celui-là. Je déglutis, serrant mes doigts autour de son poignet, alors que mon érection se fait sentir davantage.

« Sinon, je te colle comme un morceau de chewing-gum ne t'a jamais collé. »

Je me raidis davantage et déglutit. Comme s'il ne me collait déjà pas en faisant pour que je n'aille pas en ville ! Il ne compte donc jamais le lâcher ?. Je serre les dents et plante mes ongles dans son poignet en lâchant un gémissement de plaisir incontrôlé. Pourquoi est-ce qu'il fait, ça, c'est quoi son problème ?!

« A-Arrête d-de me t-toucher ici ! »

Je m'exclame, la voix rauque par le désir qu'il crée en moi. Je déglutis en essayant de retrouver un certain calme. Finalement, je me force à bouger, et essaye de le repousser en posant ma main sur son buste. Mais il est complètement nu et rien que de le regarder... Je serre les dents, bordel.

« Le maître me laisse sortir si je veux ! Tu n'as rien à m'empêcher et je ne vais pas suivre tes ordres ! Laisse-moi tranquille ! »
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Jeu 13 Sep 2018 - 13:35

L'effet fut immédiat. Ysche n'en fut pas surpris, il l'avait calculé mais quand même, cela prouvait que cet humain était très très sensible. Et qu'il avait réellement besoin de sexe aussi. En tout cas, son corps était très honnête et trahissait complètement son désir. L'humain pouvait tempêter tant qu'il voulait, physiquement, il était bel et bien attiré. L'hybride savait qu'il ne serait pas juste d'en jouer pour toujours mais... C'était une façon de se rapprocher de l'autre, comme le brun n'avait pas envie de discuter calmement avec lui.

Ysche fouetta l'air de sa queue quand l'humain enfonça ses ongles dans son poignet. Ça faisait un peu mal mais ce n'était encore rien, ça. L'entendre bégayer faillit faire sourire le chat mais il se retint parce qu'il savait que ce serait mal pris. Il se redressa d'un bond rapide, ne chercha pas à examiner son poignet. Il récupéra par contre une goutte de sang de son flanc et la lécha. En se disant que l'humain était plus qu'une tête de mule, il n'écoutait rien du tout et il avait donc vraiment besoin d'un nettoyage d'oreilles.

-Je me doute que tu as la droit de sortir quand tu veux mais présentement, Maître Ian a réclamé ta présence. Sûrement pour que l'on soit mieux présenté que cela.

Est-ce que le Maître allait être déçu de n'avoir pas pu être là pour ça. Ysche se demandait si dans cette situation, il faudrait s'excuser. Il regarda le brun, l'odeur de désir flottait dans l'air, il faudrait de toute façon être aveugle et sourd pour ne pas comprendre l'état de l'humain face à lui.

-Et je ne t'ai pas donné d'ordre puisque j'ai dit s'il te plait.

Soit, puisqu'il fallait en rajouter, Ysche allait le faire. Mais plutôt que de chercher encore à toucher son vis-à-vis, il décida de s'y prendre autrement. Sa queue touffue caressa sa propre taille jusqu'à son sexe. Elle s'enroula autour et commença à caresser. D'habitude, l'hybride évitait de faire ça, ça excitait en chatouillant mais il allait sans doute encore avoir besoin de ses mains.

-Alors tu veux que je me prépare ou tu vas à la douche ? Je sais, je sais, tu vas à la douche.

Habilement, Ysche avança vers l'humain comme si son jeu sur son propre pénis ne le gênait pas. Il le regarda silencieusement de longues secondes, son érection prenait vie peu à peu...

-Parce que tu n'as pas envie de me toucher avec tes mains toutes sales pas vrai ? Je t'accompagne dans la maison.

Pas question de laisser une occasion au brun de filer par la porte principale pour le moment. Le chat récupéra la veste et le couteau, sa queue frôlant au passage la hanche de l'humain. Qu'il poussa ensuite vers leur demeure à tous les trois, gentiment. Ses vêtements ? Toujours dans l'herbe, il y resterait sans doute jusqu'au soir. Il sut "guider" le brun jusqu'à la salle de bains. Il avait bien sûr repérer tous les points d'eau pour les éviter au maximum.

-Me diras-tu ton prénom avant de te laver ? Je t'attendrai les fesses en l'air dans le canapé...

Même si Ysche savait bien que rien n'arriverait. Les oreilles bien droites, il attendit donc que son congénère esclave fasse sagement ce qu'il lui demandait. Sa queue continuait de frotter ou frôler sa hanche, comme une menace de ce qu'elle pourrait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Lun 17 Sep 2018 - 15:39

//

Dégage de mon territoire

***************

Finalement, Ysche se dégage de moi et je peux enfin respirer, c'est pas trop tôt ! Il a des entailles sur le flan et cela ne fait que de me donner un certain sentiment de satisfaction. C'est bien fait pour lui, il n'avait pas qu'à me pousser à bout et surtout, m'empêcher de sortir... Il est vraiment déterminé à ce que je ne quitte pas les lieux. Et je ne supporterai pas que de me faire séquestrer par l'un de mes congénères. C'est aux ordres des vampires que je réponds, pas à ceux des esclaves. Et puis quoi encore ? Moi, mes congénères, je les vole, voilà tout.

« Je me doute que tu as la droit de sortir quand tu veux mais présentement, Maître Ian a réclamé ta présence. Sûrement pour que l'on soit mieux présenté que cela. »

Je serre les dents et le fixe toujours de mon regard sombre, n'y croyant pas une seule seconde. Si Ian avait vraiment voulu me voir, il serait descendu. Il a une très bonne ouïe. Je pense que c'est clairement un prétexte de la part de Ysche pour que je ne quitte pas les lieux. Peut-être qu'il craint d'être puni ? Et bien, puis que je lui dit que j'ai le droit de sortir... Il faut qu'il arrête avec ça ! C'est un vraie tête de mule, c'est pas possible.

« Et je ne t'ai pas donné d'ordre puisque j'ai dit s'il te plait. »

Je grince des dents et fronce les sourcils. Bien sûr qu'il m'a donné un ordre ! Ce n'est pas parce qu'il a utilisé le mot s'il te plaît que cela a changé l'impératif de sa phrase. Espèce d'abruti congénital... Visiblement, il est bien plus doué pour jouer avec une pelote de laine que pour communiquer avec les autres.

« Bien sûr que c'était un ordre. Tu as utilisé l'impératif, le s'il te plait ne change rien ! Et... qu'est-ce que tu... »

Soudainement, je deviens écarlate tandis qu'avec sa queue, Ysche vient caresser son membre, l'enroulant autour. Progressivement, il durcit, faisant clairement part de son regard. Je reste immobile durant quelques secondes avant de m'empresser de me lever et de détourner la tête pour ne pas être davantage témoin de ce spectacle. Bordel ! Mais il est malade ! Je ne veux pas voir ça, je ne veux pas comprendre les signaux qu'il m'envoie... Je veux juste pouvoir sortir d'ici, et vite ! Quel genre d'énergumène Ian a acheté, bon sang ?!

« Et je ne t'ai pas donné d'ordre puisque j'ai dit s'il te plait. »

Qu'il se prépare ? Mais qu'il se prépare à quoi ?! Il pense sincèrement que j'ai envie de lui faire l'amour ?! Il se trompe et se fourre le doigt dans l'oeil, jamais je ne le toucherai ! Je me crispe lorsqu'il s'approche, poursuivant son manège sur son membre et je fais en sorte de le regarder dans les yeux, essayant de ne pas observer en-dessous de la ceinture. Le toucher avec mes mains sales ? Le toucher tout court. Je ne le toucherai pas !

« Arrête ça ! Je ne compte pas te toucher tout court, et ne t'approche pas de moi ! »

Il me force à prendre le chemin de la maison et je m'exécute sans trop avoir le choix, essayant de créer le maximum de distance entre nous deux. Je ne veux surtout pas qu'il me touche. Il me mène jusqu'à la salle de bain bien malgré moi et je finis par me tourner vers lui, reculant brusquement lorsque sa queue frôle ma hanche.

« Me diras-tu ton prénom avant de te laver ? Je t'attendrai les fesses en l'air dans le canapé... »

De nouveau, mes joues sont en feu et je détourne vite la tête pour ne pas imaginer Ysche dans cette position lascive qui serait loin de ne pas m'exciter. Je déglutis et ferme les yeux pendant un instant pour me calmer. Ce foutu parasite ne va vraiment pas me laisser tranquille, hein ? Il ne peut pas juste s'empresser de rejoindre Ian afin que je puisse quitter les lieux. Je finis par lâcher un grognement et le regarde, droite dans les yeux.

« Je ne fais jamais rien avec mes congénères. Et je ne crois pas une seule seconde que maître Ian veut me voir. Il doit dormir à l'heure qu'il est... Tu n'as qu'à aller vérifier, et tu lui diras par la même occasion que Garrett sort pour la journée ! Et concernant la douche... Tu n'as qu'à y aller avec le maître. Je suis sûr qu'il sera ravi de faire disparaître ta peur de l'eau. Et nous sommes présenté, à ce que je sache, non ? Tu es Ysche, le chat de gouttière et par extension, le nouveau parasite. Et moi, je suis l'esclave humain. Maintenant, arrête de te caresser et laisse-moi sortir si je veux, sinon, c'est toi que je mets sous l'eau. »
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 14
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Hier à 15:15

Ysche n'avait jamais pensé que s'exposer aux regards concupiscents d'un humain puissent avoir un tel effet sur l'humain en question mais c'était bien la preuve qu'il en avait encore à apprendre sur eux. D'ailleurs, il ne pouvait pas réellement dire qu'il les connaissait. Avoir eu l'autre esclave aussi interdit devant ses initiatives prouvaient qu'il faisait bien de prendre cet angle là avec le brun même si celui-ci ne voulait pas que Ysche le touche en allant vers la maison. L'hybride ignora complètement cette histoire d'impératif, oh, pas parce qu'il ne savait pas ce que c'était mais parce que l'humain pinaillait. Les ordres se faisaient aussi sur un certain ton et avec sa voix douce et câline, Ysche doutait sérieusement que quoi qu'il dise puisse sonner comme un ordre.

Et alors que l'humain était presque dans la salle de bains, et plutôt bien assez chaud pour avoir besoin de refroidir, il repartir sur une diatribe qui épuisa Ysche. Pouvait-on être si tête de mule que ça ? Pourquoi l'humain pensait qu'il mentait ? Parce que le Maître ne se montrait pas ? Si c'était ça la raison, c'était bancal, surtout avec la lumière du jour qui frappait chaque brin d'herbe du jardin. En tout cas, l'humain n'avait pas sa langue dans sa poche et il avait reculé de son côté, les oreilles basses, le corps tremblant. C'était cruel de... Il serra les poings pour essayer d'échapper aux images de ce moment de sa vie.

-Ca, je ne crois pas.

Sa voix aurait pu sonner presque plaintive mais comme l'humain le détestait clairement, Ysche n'allait pas lui permettre de savoir combien sa menace lui faisait peur, bien plus peur que son couteau. D'ailleurs, à choisir, il préférait se faire ouvrir avec la lame.

-Un parasite...

Le choix du mot était intéressant en soi ! L'hybride pensait aussi cependant qu'il n'était pas tout à fait bon dans le contexte mais il ne devait pas paraître plus intelligent que nécessaire alors il n'allait pas argumenter sur la sémantique. Par contre, il fallait quand même qu'il enfonce le clou. Alors il laissa tomber les affaires de l'autre esclave sur le sol et le regarda dans les yeux malgré la panique qui voulait courir dans ses veines.

-Pour quelqu'un qui voudrait que je m'en aille, tu n'es pas très logique. Si tu pars, moi ça ne me fait rien. Mais toi, tu seras en train de t'imaginer pleins de choses... Et tu sais quoi... Je ferai pire que ce que tu penses.

Et la queue bien droite mais un peu hérissée, la clochette tintant, Ysche s'éloigna rapidement pour ne pas laisser une chance à l'humain de l'attraper pour exécuter sa menace et il alla s'allonger tout nu sur le canapé sans la moindre pudeur. Il était tout dur, il allait finir de s'en occuper. Ou plutôt faire croire qu'il allait s'en occuper. De là où il était, le brun ne pouvait pas le voir alors il fit toute sorte de bruits de plaisir - sauf des cris et des hurlement bien sûr - pour faire penser qu'il se caressait là, en plein milieu du salon alors qu'en vérité, il se revoyait se noyer. L'envie de vomir n'était pas loin mais il ne ferait pas ce plaisir à l'humain.

Heureusement, quand Maître Ian avait laissé entendre la présence d'un autre esclave, Ysche ne s'était pas attendu à être bien accueilli. Il avait caché son entrejambe avec un oreiller, sa main dessous au cas où le brun viendrait voir pour l'arrêter. Il avait les yeux clos, prêt à se faire encore maltraiter.

-Je le ferai dans toutes les pièces... Ca ne sentira plus que Maître Ian et moi dans cette maison.

Ça passait pour cruel. Mais il avait reçu des ordres et il comptait bien que l'humain écoute. Ils étaient au service de leur Maître, point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE GHOST
Messages : 29
Métier : Esclave... Voleur et arnaqueur à temps plein
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   Hier à 22:26

//

Dégage de mon territoire

***************

Me calmer... Je dois vraiment me calmer. Ce chat est déjà en train de me rendre fou alors que cela ne fait que quoi ? Une heure que nous nous sommes rencontrés ? Je vais vraiment devenir marteau si je dois me le coltiner jusqu'à la fin de mes jours ! Tout en lui m'agace, si je pouvais et surtout... Si je n'étais pas un monstre dénué de sentiments, cela fait des lustres que je l'aurais noyé de mes propres mains dans le lavabo. Je finis par inspirer quand il laisse tomber mes vêtements sur le sol et je braque mon regard sur lui, me demande si je suis au moins parvenu à lui faire assez peur pour qu'il consent à me craindre ainsi pour arrêter de m'empêcher de quitter la maison en toute tranquillité.

« Pour quelqu'un qui voudrait que je m'en aille, tu n'es pas très logique. Si tu pars, moi ça ne me fait rien. Mais toi, tu seras en train de t'imaginer pleins de choses... Et tu sais quoi... Je ferai pire que ce que tu penses. »
Je serre les dents et les poings à ses mots, restant immobile. Je ne suis pas fondamentalement violent et encore moins impulsif, mais là, il me donne une furieuse envie de lui en coller une. Je ne demande pourtant pas grand chose... Juste qu'il cesse de me harceler, de me coller, de m'adresser la parole et de se mettre devant mon chemin ! Je ne veux pas devenir son ami, et avoir quelque chose à faire avec lui. Son boulot, c'est satisfaire Ian, alors qu'il se concentre uniquement sur lui et me laisse tranquille ! Il semble enfin se résigner et quitte la pièce. Je lâche un soupir de soulagement et claque la porte avant de me déshabiller en vitesse. Il faut que je me débarrasse de cette érection avec le plus de silence possible !

Lorsque je m'apprête à allumer l'eau, je m'arrête soudainement en entendant Ysche gémir assez fort. Je deviens écarlate et m'immobilise, ces sons ne me laissant clairement pas indifférents. Bon sang... C'est quoi soi problème ?! Je finis par allumer l'eau et tirer rageusement le rideau de douche. De très longues minutes plus tard, je suis enfin libéré de mon excitation. Je me sèche et enfile mes vêtements, bien décidé à aller prendre l'air qu'il le veuille ou non. Je quitte la salle de bain et dévale les escaliers. Quand j'entre dans le salon, je me crispe en le voyant nu et m'empresse de détourner la tête en rougissant furieusement.

« Bon sang ! Rhabille-toi ! »

Je m'exclame en abaissant brusquement ma capuche sur mon crâne, la descendant jusqu'au niveau de mes yeux. J'évite soigneusement qu'il entre dans mon champ de vision et inspire. Il faut qu'il me laisse partir, alors je vais tâcher de calmer le jeu...

« Je vais sortir, j'ai besoin de prendre l'air, seul. Vas-voir le maître et dis-lui que je serais rentrée ce soir, à 0h00. Et si tu veux une relation cordiale avec moi... Tu évites de me toucher, de m'approcher, de te caresser devant moi et tu m'adresses la parole seulement pour le stricte minimum. Et occupe-toi de Ian autant que tu veux. »
L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'arrivée du parasite [ft. Ysche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée du parasite [ft. Ysche]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Dornia :: Habitations :: Quartier riche :: Stanna i Skarsgard-
Sauter vers: