AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 

Partagez | 
Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]
Vampire odieux
Messages : 98
Métier : Educateur
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire odieux
MessageSujet: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 0:24


Engel Haas




Identité



Age: 398 ans (réel 33 ans)
Surnom: Général
Groupe:  Vampire Mauvais
Nationalité/Origine:  Russe
Orientation:  Dominant
Métier: Éducateur
Race :
Signes Particuliers:  Phobie des chats - Fort accent Russe - Collectionne les limes à ongles - Inventeur de la serpillère humaine -

Derrière l'écran



Comment as-tu découvert le forum ?  Déjà là depuis un bail
Es-tu un DC ? De qui ?  Esteban
Age:  41 patates bientôt 42 (vous aurez intérêt à me faire un gros gâteau)
Votre avatar provient de : Lukas crosszeria de Uragiri wa boku no namae wo shitteiru
As-tu lu le règlement ? Si oui, écris-en-nous la preuve ici :  
Commentaire(s):  Vivement la cinquantaine !



Apparence



Engel Haas est un homme d'un bon mètre quatre-vingt-dix-sept, quatre-vingt-huit kilos environ. C'est un bel homme, nul doute possible, grand gaillard, sans un gramme de graisse. Autant dire qu'il ne passe pas inaperçu et captive le regard.

Il possède de longues jambes qu'il croise souvent et bien que cela semble curieux, elles ne sont absolument pas gênantes. S’il avait eu une autre naissance, il aurait sans doute fini basketteur professionnel, il en a en tout cas la taille et la finesse. Mais avec son agilité aussi vive que celle d'un cobra, on ne peut pas dire qu'il ait vraiment le choix. Sa résistance corporelle est affligeante. Marqué par la guerre et les coups, son corps porte quelques petites balafres anciennes que l'on peut sentir sous les doigts au niveau de son dos. Une cicatrice indolore sillonne de son épaule à son flanc droit comme un tatouage amer indélébile.

Autant dire que finalement, il vaut mieux être éducateur. N'est-ce pas?

Oui, il est maigre, sec de toute évidence. C'est un protecteur efficace, une arme taillée dans une lame en acier trempé. Sa musculature est sèche, noueuse, bien dessinée sous ses chemises de soie. Il fait attention à lui. Cela se voit à ses ongles manucurés, à ses vêtements toujours repassés et à sa démarche souple imposant le respect. Ses cheveux ébène, aussi noirs que le jais, sont mi-longs, ils descendent jusqu'à ses épaules en fins fils. Il se coiffe peu, laissant ainsi sa tignasse désordonnée sauf cas extrême de soirées dont il se passerait bien. Il est de ces hommes au charme indéniable, ses yeux acier sont semblables à un orage annonçant une tempête, un atout de séduction scrutant sans retenue, quand il n’effraye pas en vous foudroyant de son regard. Sa voix est celle de la maturité, s'exprimant peu. Son visage est fin également tout comme ses mains et ses doigts, sa peau pâle presque trop blanche, une craie sur un tableau noir glissant en douceur dans un crissement strident. Ce  rude éducateur est un ténébreux mystérieux qui inspire à la fois crainte et curiosité.

Engel se lave principalement avec des savons de bois de santal. Il est de ceux qui ont de l'éducation, d'une intelligence appréciable. Cela s'entend dans ses rares paroles avec ce fort accent Russe au fond de la gorge. Il roule les R et a bien du mal à ce faire à la langue américaine. Pourtant, il pratique très bien la séduction des mots quand il s'en donne la peine, tout comme il use de ses yeux ou offre un simple sourire. Il porte galamment le smoking, saisissant de beauté dans son uniforme, mais préfère de loin les jeans, souvent vêtu de noir. Il met principalement ce qui lui tombe sous la main, et ce, en totale aisance corporelle.

Collectionneur avéré d'armes blanches qu'il affectionne particulièrement, c'est avec surprise que vous le verrez avec une lime à ongles. Oui, oui, une lime à ongles ! N'allez pas croire que ce petit ustensile ridicule ne lui sert que pour se manucurer, ce serait une grave erreur. Cette lime devient un véritable scalpel entre ses doigts quand il ne se sert pas directement de ses poings. Et il tape dur, soyez-en sûr.

Donc, pour résumer, Engel a un corps très fin, élancé, félin, une belle apparence à faire pâlir quelques jaloux et faire retourner les gourmands. Il possède un joli bas de reins et une virilité assumée. Il porte sur lui la beauté froide d'un ange de la mort. Pourtant, d'un charisme troublant, il affiche un marbre placide en permanence (ou presque), une tristesse mélancolique au fond de son regard. Repoussant par la crainte qu'il inspire, son approche en devient complexe. N'allez pas vous plaindre, on ne peut pas tout avoir dans la vie.



Personnalité



Issu d'une éducation stricte et militaire imposée par son père dans le seul but d'être une arme, il ne montre rien, aucune émotion, aucun sentiment ou rarement pour peu qu'il en soit capable. Il se laisse trop peu approcher pour que l'on puisse réellement le cerner. Certains diront qu'il est tendre, doux, d'autres le trouveront froid, insondable, mais tous s'accorderont à dire que son calme extrême les agace. Rien ne semble l'énerver, c'est souvent frustrant pour celui qui tente l'impossible pour le faire sortir de ses gonds. Pourquoi s’énerver quand il n'y a pas lieu d'être? Pour Engel, c'est une perte de temps. Il n'est pas un homme qui démontre ouvertement de l'affection ou ce, en parcimonie ou à l’abri des regards.

Bien qu'il ne soit pas insociable, ni même agoraphobe, il n'apprécie pas particulièrement l'attroupement de masse autour de sa personne. S’il concède à se « montrer » aux soirées mondaines et réunions imposées par ses relations de travail, il n'en éprouve nul goût. Il serait même bien rare de le voir danser (bien qu'il s'avère être excellent danseur) dans un bal ou se pavaner dans des discussions interminables qu'il considère stériles et inutiles. Il préfère la solitude dans un coin à écouter de la musique au brouhaha incessant de la foule. Il parle peu, quand il ouvre la bouche pour dire quelque chose, il ne le fait qu'une fois, seulement quand, cela est important, primordial, ni plus, ni moins. Il accorde une discussion quand celle-ci lui semble assez intéressante ce qui est en soit un premier exploit. Très réservé, il déteste plus que tout être dérangé pour un oui ou un non. Par ailleurs, lorsqu'il se déplace, il est fort à parier que cela est largement justifié jusqu'à craindre la faux de la mort à son apparition. Comme un chat noir, un corbeau, un message de mauvais présages, sa venue n'est jamais de bon augure. En parlant de chat, c'est sans doute le seul animal dont le "Général" semble éprouver une profonde phobie et ce depuis l'enfance.

Engel est un maître de ce qui est d'obéir et faire son travail à la perfection. Affichant un calme olympien, d'une très grande patience et d'un sang froid exceptionnel que rien ne semble perturber, il est comme l'eau d'une rivière, placide en apparence. Ne dit-on pas « Méfie toi de l'eau qui dort? » C'est le cas avec Engel : Quand on le cherche, on le trouve, une fois que la crue fait son office, que le sang boue dans ses veines, il devient incontrôlable, d'une violence inqualifiable. Il ne crie pas, il agit, il frappe tout ce qui bouge, sans se soucier de son environnement ni même des pauvres victimes qui en font les frais. Il ne connait ni la pitié, ni le remords encore moins n'éprouve de compassion pour ses ennemis. D'une très grande mémoire, quand il formule une promesse, vous pouvez être certain qu'elle sera tenue.

À croire qu'il ne bande que quand il torture avec une certaine habileté presque macabre sans en éprouver une quelconque forme de sentiment, ce qui ne s'avère pas même être le cas... Quoique... Engel est loin d'être impuissant, n'en déplaise aux mauvaises langues.

Quand on arrive à l'approcher, à attiser sa curiosité, à lui faire décrocher un sourire, ou même un rire ce qui lui va à ravir (N'allez surtout pas lui dire !), il s'avère être bien plus gestuel qu'autre chose pour montrer les rares affections qu'il veut bien afficher ou exprimer. Mais ne vous faites pas trop d'illusions, ce phénomène très rare est difficile à obtenir tout comme le reste. Seuls quelques rares membres relationnels semblent, jusqu'à présent, réussir ce second exploit.

Et toi? Oseras-tu relever ce défi? Invité ?



Histoire



Autant dire qu'Aleksandr Haas, Général de carrière et doyen de la noble famille, a laissé nombreuses descendances derrière lui et un bien bel héritage. Cinquième fils de la dynastie, Igorian Haas voit lui-même naître deux enfants mâles : Valéri né en 1957, l'aîné, suivi de son frère Engel en 1960 à sa plus grande joie. Tout du moins en apparence, car il n'apporte guère d'affection à ses enfants les prédestinant à la pérennité et à la dévotion totale envers la mère patrie. C'est donc d'une poigne de fer qu'il les éduque dans une discipline implacable. Maman ? Elle est décédée à la naissance de Engel d'une hémorragie. Les naissances douloureuses sont souvent ainsi faites, il est inutile de chercher à comprendre. Engel porte les yeux de cette mère qu'il n'a pas connu et la stature de son père.

Il n'a certainement pas eu la vie facile, malgré l'aisance et la fortune familiale, avec ce père violent et un destin qu'il n'a pas demandé. Comment aurait-il pu en être autrement en portant le nom des Haas ? Dès son plus jeune âge, il s'interpose entre Igorian et Valéri, protégeant son frère qui aspire à devenir professeur au grand damne de son père comme un bouclier humain en accusant les coups dans une féroce résistance corporelle et mentale. Son père n'arrive pas même à lui faire plier un genou ou émettre une plainte malgré sa puissance. Car nul à en douter, Igorian est un buffle et Engel finissait souvent en sang, quand il n'avait pas les os fêlés ou brisés. Rien ne semble faire défaillir cet enfant détaché, un roseau qu'on ne peut pas rompre et quand bien même il met un genou à terre, ce n'est que pour mieux se relever, encore et toujours. Si bien qu'au jour de ses seize ans, après une énième levée de main du père sur l'aîné de ses fils, il se retrouve avec les doigts de Engel autour de sa gorge. Igorian prend alors conscience des capacités de son plus jeune fils qu'il cesse de frapper. Devant cet évident constat, quoi de plus naturel pour le père que de transformer son fils en machine de guerre? Un bien amer destin attend alors ces deux enfants : Engel suit des entraînements intenses, formé comme un soldat, efficace au sang aussi froid que le mois de décembre où il a vu le jour tandis que Valeri peut enfin poursuivre son rêve en toute quiétude dans ses études pour devenir professeur tout en soignant les plaies de son jeune frère. Les larmes que l'un ne peut plus verser, l'autre les laisse couler à sa place.

A ses dix-huit ans, le jeune homme intègre la 3e division de cavalerie, la division cosaque du Kouban et fait carrière. Il perfectionne son art du combat rapproché et apprend les langues comme le Biélorusse et le Tchétchène, dans la même discipline imposée par son père et par l'armée russe. Ce n'est pas sans surprise que, de grade en grade, il poursuit son entraînement et incorpore les brigades du Terek-Astrakhan, à Grozna, en Tchétchénie. Il y apprend les arts de l'épée et de la torture au beau milieu de la guerria civile qui y règne depuis de nombreuses années alors qu'il n'a que 22 ans. Après plusieurs mois d’incidents et de tensions, la guerre éclair entre Tbilissi et Moscou commence dans la nuit du 7 au 8 août dans la région séparatiste géorgienne d’Ossétie du Sud. Forte de sa supériorité militaire, l'armée Russe arrête sa progression en Géorgie le 12 août, au terme de cinq jours, Moscou acceptant le plan proposé par les Français et l'Union européenne. La 3 Ième division faisant marche jusqu'à la frontière, c'est par traîtrise qu'une poignée d'hommes s'attaquent à la garnison. Un seul obus fut tiré, l'adversaire rasé en représailles. Engel sort de ce conflit Général d'armée, auréolé de gloire et marqué à jamais par une cicatrice allant de son épaule à son flanc droit à la suite de l'éclat de cet obus Géorgien. Il se complait à l'appeler « Le doux baiser de ma Géorgie » quand bien même il a failli y perdre son bras droit. Depuis cet accident, très peu de personne n'arrive un temps soit peu à le toucher, à l'apaiser en juste retour du peu d'affection que Engel est capable d'accepter ou même d'offrir.

Servir dans la cavalerie est une marque de distinction et un honneur quand bien même les chars ont remplacé les chevaux qui restent d'une grande utilité en Russie. Les plus grands officiers et les plus décorés en sont issus. Et bien que son grade militaire pourrait lui apporter le prestige et le respect, fort de ses relations avec l'armée Tchétchène en ce qui concerne l'armement, il refuse à quiconque de l'appeler « Général » sauf quand il porte son uniforme de gradé. Bien qu'il n'est guère de ceux à aimer la démonstration de sentiments, il en apporte en parcimonie dans ses gestes. Il lui faut deux ans pour revenir au pays, contraint dans sa position de gradé et des obligations de l'armée. Il préfère sa caserne comme isoloir. Protecteur froid au regard acier, Engel n'est rien autre que ce dont pourquoi il a été formé en affichant simplement la frigidité d'un soldat, d'un robot exécutant les ordres avec perfection, un bouclier humain pour la patrie, une machine de guerre implacable et impitoyable. Mais au fond de cette carapace de marbre, qu'éprouve-t-il vraiment?

Il est âgé de 26 ans lorsqu'on lui propose de s'installer à Moscou définitivement afin de former les futurs soldats et ce trôle lui va à merveille. Une sorte de retraite bien mérité qui durera dix bonnes années. Les bruits des conflits aux Amériques étaient soigneusement filtrés en haut lieu mais l'armée, elle, se préparait déjà. Toutefois, il était bien trop tard, comme souvent quand les guerres embrasent le monde. Cet ennemi là, personne ne le connaissait. C'était d'un nouveau genre. Des murmures parlaient de morts qui se relèvent au point de paralyser de peur les plus faibles soldats et Moscou tomba, comme toutes les autres capitales, en quelques semaines seulement. Cela faisait un moment que la caserne était cernée. Les ordres étaient clairs: -S'assurer que les portes restent closes par tous les moyens mis en notre possession -Faire des réserves suffisantes de nourritures et d'eau -Tirer à vue. Depuis plusieurs mois, la ville était assiégée par une meute de vampires. On vivait nuit et jour avec les cris, les explosions, les vitrines brisées et les magasins pillés. L'arrière de la cour qui servait jadis au essaye des tirs d'obus était devenu un splendide potager. Personne n'aurait cru que l'on pouvait faire pousser des pommes de terre sur des débris de fer et pourtant. Les eaux de pluie étaient récupérées en cas d'arrêt du système d'épuration des eaux, l’électricité et le gaz n'étant pas particulièrement notre priorité. On se serait cru revenu à la préhistoire, activant nos feux de camps en bois morts et en charbon, rationnant la moindre nourriture, comptait la moindre cartouche de fusil, le moindre morceau de savon. Les pillages étaient devenus notre quotidien tout comme ceux qui tambourinaient à notre porte pour réclamer un simple trognon de pain. Combien de fois a-t-on vu une femme se faire tirer par les cheveux en pleine rue pour un pauvre morceau de couverture qu'elle tenait contre elle sans que l'on ne puisse faire ou dire quoi que ce soit. Même à la caserne, les tensions se faisaient sentir quand deux gars se chamaillaient pour une patate en plus ou en moins. Par chance, à l'intérieur, la rigueur et la discipline mettaient bien vite un terme à ce style de révolte. Et puis un beau jour, c'est le silence absolu qui nous maintenait éveillé... La caserne fut dévastée en quelques heures et  les troupes menées par le Général restaient le seul rempart à l'adverse en plus grand nombre. C'est sur le dos de son étalon que Engel trouva sa première mort, l'épée à la main, dans un ultime affrontement. Son sang maculait la place rouge alors que les flocons commençaient à tomber. Est-ce son courage ou l'odeur de cette mort qui avait attiré l'autre non-mort ? Il ne le saura jamais. Il ne sentit que le goût de ce sang que l'on donne et de celui que l'on vous ôte. Le souffle qui s'achève dans le doux froid de décembre. Et après ... Il marchait parmi ces êtres sans vie avec cette faim grandissante et insatiable.

Les premières morts furent les plus faciles, celles que l'on prend pour se nourrir sans se poser de questions, sans regrets, sans remords. Un nouveau né avait toujours faim. Puis le non-mort lui a appris à se contrôler, à se servir de cette nouvelle force, à faire avec cette immortalité. Les défauts et les avantages de l'ennemi qu'il était devenu aux regards des humains restants. Dès les premiers centres d’élevages créés sur le sol de Russie, il était devenu évident qu'il fallait mater les rebellions résistantes et apprendre à ce qui était devenu des "esclaves" à bien se comporter. La rigueur de la mère patrie finalement était un certain atout. Et Engel commença à travailler dans un des anciens goulags transformé pour l'occasion. A l'époque personne ne venait à s'offusquer qu'un humain avait été maltraité, ni même qu'il "disparaissait", encore moins en Russie. Puis les politiques se ont remis doucement en place les idéaux de "sauvegarde", des programmes de reproduction virent le jour vers 2067. Engel se plie volontiers au nouvelles lois cependant il aspire à voir le reste de l'Europe et se verra offrir plusieurs formations pour améliorer ses compétences.

La barrière de la langue fût la plus complexe a brisée, on faisait appel à des traducteurs, souvent humains, qui apportaient avec eux ce délicieux goût de chaire fraîche. On ne connaissait pas encore les poches, ni les hybrides de ce côté du monde. Ce n'est que lorsqu'il fût amené à traverser l'atlantique qu'il put voir le tout premier chef d’œuvre sorti des laboratoires américains en 2089. Engel restait perplexe sur ce sujet et retourna en Russie pour poursuivre son rôle d'éducateur. Ses envies de revoir l'Amérique le poussa peu à peu à venir s'installer définitivement à Dornia dans les années 2320. Il intégra naturellement le centre éducatif de la ville, les échanges culturels et ethniques étant beaucoup plus important que les siècles précédents. Il peut à présent s'occuper de ces nombreuses autres espèces bien qu'il déteste toujours autant les chats qu'il préfèrerait éradiquer. Il s'est ouvert une clientèle plus privée qui recherche des besoins spécifiques en terme d'obéissances de leurs esclaves et des cours de maintient dans la haute société. Il ne manque pas d'argent bien qu'il vive non loin du centre dans une modeste maison et il a eu de nombreux esclaves lui-même. Il se contentait sde la solitude de sa demeure, de ses rosiers violets qui pousse dans son petit jardin et de la vodka qu'il garde au frais dans son réfrigérateur. Les saveurs du temps où il était encore humain ont presque disparus même si il s’accorde une cigarette ou un simple verre de vin, il les apprécie non plus pour l'arôme mais pour le simple désir. Il y a de nombreuses rumeurs à son sujet sur sa sévérité et les quelques morts qu'il a semé mais celle qui perdure reste celle de l'emploi d'une serpillère humaine ... Petit souvenir qui lui colle à la peau

Ô douce euphorie de devoir mettre à mal tout ce en quoi l'humanité aspire.



Dernière édition par Engel Haas le Jeu 13 Sep 2018 - 9:31, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baransu
Messages : 179
Métier : Prof d'Arts martiaux et Organisateur de combats d'arène.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Baransu
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 0:27

Bienvenue à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OLD BEAR
Messages : 127
Métier : Ancien Hybride de combat
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 0:33

Bienvenue ! Hâte de voir cette petite fiche ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 2:41

Bienvenue à toi o/ <3

( Défi relevé mouhahahaha !! )
Revenir en haut Aller en bas
Vampire odieux
Messages : 98
Métier : Educateur
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire odieux
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 2:45

Merci Viendez viendez on va s'amuser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Métier : Photographe professionnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 4:52

Lukas je m'en servais ailleurs en avat ^^

Rebienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Soleil
Messages : 88
Métier : Bricoler des trucs et regarder le ciel ♥
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 9:20

Rebienvenue !!! *le retour d'Engel*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur
Messages : 1144
Métier : Supporter mes adorables membres ♥
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   Mar 22 Mai 2018 - 9:56


Fiche Validée !





Félicitations !



Re-bienvenue :) Tu es validé! Tu t'es laissée tenter par refaire Engel xD

Avant de te lancer, tu dois :

Faire tous les recensements obligatoires du forum en fonction de ton personnage dans cette catégorie (C'est important !)

Puis une fois cela fait, tu peux :

- Faire une demande d'esclave Ici
- Faire une demande de RP Ici
- Faire une demande de logement/lieu Ici
- Créer ton carnet de bord Ici
- Demander un titre original au dessus de ta tête Ici
- Nous rejoindre sur le Discord du forum -> https://discord.gg/xY2HnP2 !

Hâte de te voir jouer !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Engel Haas -Une main de fer dans un gant de velour - Educateur [Finie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une main de fer dans un gant de velour [PV Aneas]
» Bayushi Akame ~~ une main fer dans un gant de velours ~~ ( terminé )
» SUNDAY ► une main de fer dans un gant de velours [100%]
» SECONDE INTRIGUE ☩ une main de fer dans un gant de soie
» [Armada] Pirate Pulu Pulu Korp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Premiers pas :: Cartes d'identité-
Sauter vers: