AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 
Nous avons actuellement besoin de maîtres vampires pour nos petits esclaves en attente !

Partagez | 
Let life surprise you | Varrick & Vlad
Messages : 42
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Dim 13 Mai 2018 - 19:48



Let life surprise you

Voilà. C’était le moment. Le vampire libérateur l’avait déposé devant l’immeuble pour mieux veiller à ce qu’il rentre avant de s’en aller et de le laisser… là. Entrer dans l’immeuble était une chose facile. Sortir… il espérait pouvoir le faire un jour vivant et en un seul morceau. C’était précisément cette idée qui le clouait sur place. Et si ? Et si …. Ses yeux se posèrent sur la petite carte de visite que lui avait offerte ce… Markus… Ni…bref. Markus. Un vampire qui lui avait fait bonne impression… c’était presque regrettable qu’il ne l’ait pas gardé pour lui… Il osait espérer qu’il ne fréquentait pas n’importe qui. Dans l’autre main se trouvait le mot qu’il lui avait confié…. Un cadeau… Il était devenu un simple cadeau… Allait-il devenir comme ce chiot qu’on offre à un enfant encore trop irresponsable pour réellement s’en occuper et qu’on se débarrasse quelque temps plus tard ? Sûrement.

Un soupir s’échappa encore de ses lèvres avant de rejoindre l’ascenseur. Plus que quelques étages le séparaient de ce qui l’attendait. Comment allait-il devoir se présenter ? « Bonjour, Markus m’envoie ? Bonjour, bonne fête ? » Haha… Une de ses mains vint masser son front. La migraine se faisait sentir gentiment.

Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent, il fit un bond en arrière. Déjà ? Maintenant ? Vraiment ? C’était donc ici ? Il fit quelques pas hésitants à l’extérieur, observant silencieusement le couloir avant de se mettre à fixer la seule et unique porte qui le séparait de lui, Varrick Johnson. Au moins, l’immeuble et le quartier semblaient respectables, entretenus… C’était là un premier indice de ce qui l’attendait, s’il ne finissait pas tuer sur le coup.

Il déglutit et observa un moment cette foutue sonnette. Pas le choix, pas de retour possible. S’enfuir ? Pour aller où ? Seuls les idiots pensaient pouvoir survivre à l’extérieur en liberté. Le cerf, toujours vêtu de son costume victorien, inspira profondément. C’était maintenant ou… maintenant. Il avança son index avec lenteur jusqu’au fameux bouton. Ce ne fut qu’à ce moment-là qu’il remarqua ses tremblements. Ses sourcils se froncèrent à ce constat. Il devait être plus effrayé qu’il ne le pensait, mais il était hors de question de le montrer. Il devait rester calme, imperturbable, fort.

Il ferma un instant ses yeux, le temps de se reprendre, avant de finalement appuyer et se redresser droit, propre, le visage impassible. Ses oreilles animales, plus développées que celles des humains, lui permirent d’entendre du mouvement… quelqu’un ou quelque chose se rapprochait. Son cœur menaçant d’exploser, mais il arrivait encore à maintenir son masque. Mais lorsque la porte s’ouvrit… il se précipita.

«… Surprise. »

Ce fut tout ce qu’il parvint à sortir dans un sourire crispé alors qu’il tendit le précieux message à l’homme qui se présenta à lui, sans pour autant encore prendre le temps de l’observer.



© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Messages : 54
Métier : Tueur à gages freelance
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shadow
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Dim 13 Mai 2018 - 22:27


Un cadeau empoisonné



••••••••••

Les premières semaines avec Vlad se sont écoulées plus paisiblement que je ne l’aurais cru. En même temps, sa fidélité à toute épreuve à nettement bien aidé à son intégration et mon absence de sept jours pour un contrat m’a permis de mieux accepter la présence d’un esclave dans mon appartement. Je m’y fais bien mieux que je ne le craignais. Il est d’une compagnie plutôt agréable et je sais déjà quelle utilité il pourrait avoir pour moi. Un chien de garde doublé d’un combattant hors pair qui pourra très probablement me servir en tant qu’homme de main lorsque je montrai enfin mon entreprise. Je voudrais m’ancrer bien plus profondément dans le monde du marché noir, y mettre un pied et ne plus jamais en sortir. De ce fait, cet animal de compagnie des plus loyal risque de m’être d’une très grande utilité. Je suis loin d’éprouver une quelconque affection à son égard mais il a le mérite de ne pas m’avoir fait gâcher mon argent et c’est une très bonne chose. Le seul petit hic le concernant est la blessure qu’il s’est fait au genou. Un combat qui a mal tourné et que l’ancien maître n’a jamais pris la peine de soigner grâce à son sang. Le laisser guérir de manière naturelle, une cruelle perte de temps et surtout d’argent.

A cause de ça, il s’est mal rétabli et je suis obligé de me coltiner un handicapé. Son ancien maître a mal évalué la situation et c’est pour cette raison que je juge très mal son choix. Ce n’est normalement pas à moi de payer pour des soins qui auraient dû être fait à ce moment-là. Malgré tout, cet événement ne me pousse pas à retourner l’animal en boutique parce que je reste persuadé que je pourrais en faire quelque chose de très intéressant. Je suis simplement agacé de devoir débourser de l’argent pour quelque chose qui ne me concernait pas vraiment. Et il est hors de question que je le laisse se battre de la sorte. Je sens bien que se servir trop souvent de son genou est douloureux. Cela le rendra donc moins performant et il me fera perdre des sommes considérables. Je veux qu’il me soit rentable à 100%. Hélas, je n’ai pas encore pu pleinement me charger de cette blessure. Je viens de rentrer il y a un peu plus d’une heure. Sa blessure n’a pas été ma priorité, étant donné le contrat que j’ai reçu et qui nécessitait toute mon attention.

Un arnaqueur qui a essayé de se jouer des règles du marché noir pensait pouvoir passer entre les mailles du filet. Il croyait avoir dupé tout le monde et visiblement, il ne m’avait pas encore rencontré. Mais maintenant que je suis de retour, je vais enfin pouvoir me charger pleinement de la blessure de Vlad et le renvoyer en arène… Car pour l’instant, je lui ai interdit toute sorti. Je n’ai pas confiance en les autres vampires. Sachant de quoi je suis moi-même capable, je connais les noctambules. Ils ont beau avoir évolué en une race bien plus puissante, il n’empêche qu’ils ont conservé les pires défauts de l’humanité. Je veux pleinement posséder Vlad et le marquer le mieux possible avant de lui autoriser une quelconque sortie. La première chose que je fais en retrouvant mon esclave et de me nourrir de son sang. Une manière de marquer un peu plus profondément mon territoire et d’ancrer en lui qu’il m’appartient pleinement… Histoire qu’il n’essaye pas de se rebeller.

Qui sait, il pourrait aussi me cacher son jeu. Ce soir, j’ai d’ailleurs décidé de l’emmener chez le médecin et ensuite, d’aller voir un combat. Je veux me plonger dans ce monde que je ne connais que très peu, du moins pas le côté légal et pourquoi pas, aiguiser le côté stratégique de Vlad. Je veux savoir comment il se débrouille sur ce sujet. Je dois aussi songer à lui trouver un entraîneur. Après autant de temps d’inactivité, il est évident qu’il s’est rouillé et je ne veux pas le voir se blesser de nouveau. La perte d’argent serait bien trop importante pour moi. Je fais donc part de mon programme à Vlad et attrape la laisse que je lui ai acheté. Je sais qu’il est bien trop sanguin envers les vampires ou les esclaves qui m’approcheraient de trop. Un trait de caractère que je vais d’ailleurs devoir émousser. Pas trop pour ne pas perdre sa hargne, mais assez pour qu’il ne s’en prenne pas aléatoirement à quiconque croiserait ma route.

Je suis fin prêt à quitter mon appartement accompagné de mon chien lorsque que la sonnette retentie. A point nommé, il faut dire. Près de la porte, il ne se passe quelques secondes avant que j’ouvre et que je m’immobilise sur place. Sous mes yeux se dessine la silhouette que je n’ai pas oublié. Un esclave, voisin de cage de Vlad avec lequel j’avais hésité. Je ne distingue pas d’arrogance dans ses pupilles, et je sens la peur sur lui. Qu’est-ce qu’il fiche là ? Pourquoi me souffle-t-il « surprise » ? Fronçant les sourcils, j’attrape le bout de papier qu’il me tend et y lit ce qui est écrit. Un cadeau de Markus ? Que j’en prenne bien soin ? Intrigué, je sors mon téléphone sans pour autant laisser le cervidé entrer et tente d’appeler mon père spirituel.

Une fois, deux fois, puis cinq… Rien du tout. Il refuse de me répondre, il n’y a que trois tonalités avant de tomber sur sa messagerie, signe qu’il m’évite. Je darde mes pupilles sombres sur la silhouette du cerf dont j’ai oublié le nom mais pas l’attitude… Une allure bien changée depuis la dernière fois. Je me souviens avoir été intrigué à son propos, je me souviens avoir presque regretté de ne pas l’avoir choisi. Que faire ? Je ne peux définitivement pas refuser un cadeau de Markus, se serait le pire affront que je pourrais lui faire. Je finis donc par le laisser entrer et referme la porte derrière moi, le regard rivé sur l’animal. J’en ai oublié Vlad, j’en ai omis la laisse que je tiens encore dans ma main.


« Markus m’offre un hybride ? Vraiment ? A croire qu’il a oublié que je ne peux pas me les voir. »


Je souffle en laissant courir mon regard sur la silhouette de l’esclave. Je finis par lâcher un soupir et dépose la laisse sur le buffet avant de dénouer ma cravate. Je pressens que notre sortie de ce soir est annulée. Je n’aime pas les surprises. Du moins, pas celles qui consistes à entrer dans mon espace privé, dissimulé. Surtout qu’il s’agit d’un esclave a qui il ne sera pas forcément simple de cacher mes activités. Mais c’est aussi un challenge. Une preuve, aussi, que Markus me connaît très bien. Il devait savoir que ce regard empli de désinvolture me piquerait à vif et que je chercherai très certainement à le tailler en pièces. C’est un cadeau, oui. Un cadeau empoisonné.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Mer 16 Mai 2018 - 18:00

Varrick était de retour. Rien que de le voir, sa queue canine s'était inconsciemment agitée pour lui témoigner son affection, son plaisir de le revoir. Mais ce qui le rendit encore plus heureux, ce fut d'entendre qu'il allait sortir. Qu'il allait l'emmener en « balade ». Une balade qui ferait un crochet par le médecin – pour bidouiller son genou – et qui se terminerait en beauté en assistant à un combat de l'arène. Cet univers lui manquait. Le médecin n'allait certes pas être une partie de plaisir, mais il s'agissait d'un mal pour un bien. Il allait le mettre opérationnel sur patte pour qu'il puisse satisfaire à 100 % son Varrick, son maître. Quand ce dernier s'empara de la laisse, Vlad se trouvait déjà au plus près de lui, le cou tendu et s'accrochant lui même à cette-dernière. Contrairement à d'autres esclaves, se faire trimballer en laisse dans les rues de la ville ne le dérangeait absolument pas. Au contraire même, il ressentait une sorte de fierté.

Malheureusement, sa petite soirée en tête en tête avec Varrick tomba à l'eau lorsque cette fameuse sonnette se fit entendre. A l'ouverture de la porte, les yeux de Vlad s'étaient écarquillés tant il avait du mal à croire ce qu'il voyait. Ces bois. Cette silhouette. Cette chevelure. Lui ? Que foutait-il là ? Que foutait-il devant la porte de son maître ? Que foutait-il simplement sur son territoire ? Tandis que Varrick était occupé à lire le petit papier que cet énergumène venait de lui remettre, un puissant grognement s'échappa de la gorge du canin qui, étant incapable de se retenir, était déjà en train de se précipiter sur l'autre hybride dans l'optique de le plaquer violemment contre la porte et lui foutre une bonne branlée avant de le mettre à la porte. Enfin … Ce planning aurait pu être réalisé si la laisse avait été assez longue. Malheureusement pour lui et heureusement pour le cervidé, la laisse l'arrêta dans son élan à quelques centimètres du visage de l'autre esclave sans qu'il soit en mesure de le toucher. Varrick, le nez rivé sur son téléphone, tenait toujours sa laisse.

Ne pouvant donc l'atteindre, Vlad se contenta de lui montrer ses belles petites canines blanches parfaitement aiguisées. Il était vraiment maudit dans l'histoire. Auparavant, une vitre l'empêchait de coller son poing dans son magnifique visage, maintenant sa laisse qui chérissait tant était devenue son ennemie pour un court instant. Lorsque Varrick reprit la parole, le regard du canin se tourna vers son maitre avant d'afficher un tête dégoûtée. « Markus m'offre un hybride. ? » Retournant sa tête vers le fameux hybride, Vlad afficha un moue énorme sur son visage. Ce … lui allait … devenir … l'esclave de Varrick ? Pourquoi ? Pourquoi un autre hybride et … surtout … pourquoi celui-là ? Il grogna une seconde fois avant de s'écarter et revenir en arrière. Sa surprise et son énervement étaient retombés, raison pour laquelle il ne se jeta pas une nouvelle fois sur le cervidé lorsque Varrick déposa sa laisse sur le buffet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Mer 16 Mai 2018 - 23:59



Let life surprise you

Lorsque le cerf osa enfin relever ses yeux sur le propriétaire de cet appartement, le monde s’écroula autour de lui. Cette silhouette ne lui était pas inconnue, au contraire. Mais ce qu’il redoutait n’était pas sa personne, mais plutôt ce que sa présence signifiait. Après tout, si le vampire était aussi inoubliable à ses yeux, c’était à cause de lui. Et s’il était là, devant lui, alors lui…ne devait pas être loin…

S’il avait de la chance… Si la chance existait… alors peut-être qu’il pouvait espérer qu’il n’était plus là. Haha… Son maigre espoir fut rapidement balayé par l’écrasante réalité lorsqu’il entendit ce grognement si familier. Il s’apprêtait à poser son regard sur lui, lorsqu’il vit soudainement la bête lui foncer dessus. Instinctivement, Kvanh se prépara pour le choc, ses paupières fermées, ses muscles tendus… mais rien. Aucune douleur ne traversa son corps, pas encore.

Mais lorsqu’il rouvrit ses yeux, l’horreur était là, face à lui. Cette vision et cette vérité lui glaçaient le sang. Ses instincts primaires lui commandaient de fuir immédiatement, mais sa fierté le poussait à résister. Il était hors de question qu’il se montre intimidé. Il serra ses poings et s’avança donc dans la demeure, ses yeux impassibles sur le canidé. Il le toisa un moment la tête légèrement relevée.  

« Cela faisait long… »

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Le suceur de sang réaffirma sa présence en prenant la parole, plus pour lui-même que pour eux. Une présence qu’il réalisa avoir totalement oubliée en s’étant focalisé sur l’animal face à lui. Au point même qu’il avait en premier lieu mal compris ses propos, ou du moins le dernier mot. Ses oreilles, son attention lui avaient joué des tours et avait remplacé le mot « voir » par le tendre verbe « faire » changeant ainsi totalement le sens de la phrase et rendant, l’espace d’un instant, le cervidé assez confus : si au premier lieu il s’était senti insulté par cette remarque, s’estimant assez séduisant, il s’était rapidement mis à se demander s’il cela n’aurait pas été préférable.

Enfin bref, son visage finit donc ne pas se diriger sur ce qui devait réellement attirer son attention : Varrick Johnson. Il se souvenait avoir envié son voisin pour être parti avec lui, mais n’arrivait pas réellemement à se réjouir de ce retournement de situation. L’atmosphère était tendue et Kvanh n’était clairement pas le bienvenu…

« M. Nikolaïevitch m’a demandé de prendre soin de vous… »

Un fin sourire prit vie sur son visage avant qu’il ne pose un regard rempli d’allusion sur le canidé. Avait-il encore failli à son devoir ? Le cerf était assez malin pour savoir que cela n’était pas le cas, mais il n’avait pu s’empêcher de glisser cette petite provocation avant de reconduire son attention sur le vampire.


Spoiler:
 


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Messages : 54
Métier : Tueur à gages freelance
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shadow
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Sam 26 Mai 2018 - 11:05

//

Un cadeau empoisonné

***************
J’observe longuement le mot que l’esclave m’a tendu, tandis que ce dernier me dit qu’il est chargé de prendre soin de moi, d’après Markus. Je relis plusieurs fois les lignes du papier pour être sûr que je ne suis pas en train d’halluciner mais non, je ne rêve pas. Poussant un grognement, je farfouille dans la poche intérieure de mon veston et attrape mon téléphone, tentant de contacter Markus par tous les moyens. D’abord en l’appelant mais au bout de cinq fois, je n’ai toujours aucune réponse de sa part.

Je lui envoie donc un sms tout en retenant brusquement Vlad qui se jette sur l’hybride. Je ne lève pas les yeux en leur direction, me contentant de maintenir fermement la laisse de mon esclave tendue. Et puis finalement, je range mon téléphone et tire sèchement Vlad en arrière. Je pousse un soupir et détache la laisse, la posant sur le plan de travail avant d’intimer au cervidé d’entrer. Mes plans tombent à l’eau et je n’aime pas ça. Mais ce qui m’agace le plus, c’est de savoir que Markus refuse de me répondre, sans que je ne sache vraiment pourquoi.

« Entre. Nous allons voir si Markus aura parié sur le bon cheval. »

J’attends que l’animal entre et referme la porte derrière lui. Je dépose ma cravate sur le plan de travail et retire aussi mon veston, ouvrant deux boutons de ma chemise. J’inspire profondément, observant l’esclave dans tout son ensemble. Je sais que Markus me connaît bien, mais aura-t-il aussi été en mesure de pressentir la suite des événements, ou se fiche-t-il complètement que j’envoie un servant qu’il a lui-même acheté à la mort ou au marché noir, s’il me déplaît ? Qui sait ? Je m’approche donc de l’animal, ne le lâchant pas des yeux et fini par m’arrêter à quelques centimètres de lui, sans omettre de lui demander son nom. Kvanh. Nom étrange et original que je n’ai encore jamais entendu. Il dépeint complètement par rapport à Vlad et à mon environnement. Son allure vestimentaire est ancienne, du style victorien et sa posture n’a nullement changée. Il me semble toujours aussi hautain. S’il se sent supérieur aux vampires, je vais lui apprendre à courber l’échine devant moi.

Je lève les yeux vers ses bois, constatant leur immense taille et me demande s’ils ne seront pas une gêne pour moi. Vaut mieux-t-il les couper ? Probablement, mais ils repousseront, c’est une certitude. Je jette un œil à Vlad qui se retient de lui sauter dessus. Sa colère et son incompréhension suintent par tous les pores de sa peau et je suis flatté de sa possessivité. Il n’est absolument pas ravi de sa présence ici, ce qui est normal, à voir comment ils étaient prêts à se sauter dessus en boutique. Néanmoins, j’ai confiance. Je sais qu’il n’osera pas lui faire du mal sans mon consentement verbal. Du moins, il en a tout intérêt. Pour le moment, je ne sais pas encore quoi faire de Kvanh. Et pour l’instant, je dois goûter son sang pour savoir s’il est vraiment apte à me nourrir lorsque j’en aurais envie. C’est cela qui déterminera s’il peut rester chez moi ou non.

« Avant toute chose, je dois goûter ton sang. Cela déterminera si tu peux rester ici, ou non. »

Je souffle, restant toujours dans son dos. J’ignore les protestations silencieuses de Vlad qui n’a pas son mot à dire et me penche en direction de la nuque de Kvanh, évitant soigneusement ses bois. Ma main droite agrippe l’un de ses bois et je le force à pencher la tête sur le côté, tandis que ma main gauche se pose sur la hanche de l’animal. J’inspire son odeur qui n’est pas désagréable avant de mordre dans sa gorge à pleines dents, sans aucune délicatesse. Très vite, l’hémoglobine gicle dans ma bouche et s’écoule à grands flots dans ma gorge.

Je bois goulûment ce sang qui est loin d’être mauvais. Il est bon, agréable et presque fin. J’avale de grandes lampées de ce plasma avant de retirer mes crocs au bout d’une minute. Je pousse un soupir d’exaltation, tandis que des gouttes de sang perlent dans mon cou. Je pousse un grognement, n’ayant pas envie que cela tâche ma chemise et sort un mouchoir de ma poche, épongeant le tout. J’observe la plaie de Kvanh dont le sang gicle encore à cause des battements de son coeur. Je lèche bientôt l’hémoglobine, me retenant de replanter mes crocs pour poursuivre ce festin. Lentement, le sang coagule et je peux me reculer. Je lèche mes lippes avec un sourire satisfait.

« Ton sang est aussi fin que tu ne le sembles, Kvanh. Tu as de la chance, ce n’est pas aujourd’hui que tu vas mourir. Bienvenue chez moi. »


Je souffle en glissant mes mains dans mes poches, faisant glisser mon regard sur la silhouette élancée de l’animal. J’inspire profondément, me mordant la lèvre inférieure. Markus a de très bons goûts. L’animal est loin d’être repoussant, même si ses attributs animaux me dérangent, je pressens qu’il sera loin de me déplaire. J’inspire finalement et jette un regard à Vlad qui semble sur le point d’exploser sur Kvanh.


« Voici Vlad, je suppose que tu le connais. Il m’est extrêmement fidèle, tu as intérêt à suivre son exemple. Ou bien, je pourrais très bien le laisser te sauter à la gorge. Il en meurt d’envie. Pour le moment, Vlad, tu ne le touches pas… Sinon, c’est toi qui sera démembré. Nous remettrons notre visite chez le médecin à plus tard. Si tu as des questions, Kvanh, pose-les maintenant. »


L'apparence du code est reprise d'un LS de ©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Dim 3 Juin 2018 - 21:26

Nouant ses doigts derrière son dos, Vlad avait levé la tête vers le plafond pour faire appel au premier Dieu venu pour que celui-ci entende sa prière. Une seule prière. Simple, mais qui lui ferait grandement plaisir : que le sang de Kvanh soit mauvais. Il ne demandait que ça, seulement ça … Malheureusement pour lui, cette modeste requête ne fut pas exhaussée. Déjà, à son plus grand désarroi, il pouvait lire un sentiment de satisfaction se dessiner sur le visage de son maître confirmant ses craintes : il aimait le goût de son hémoglobine et donc, par extension, le cerf allait pouvoir rester. Il venait de passer le « test » avec brio. Fuck. Lorsque Varrick le présenta à ce cerf qu'il connaissait si bien, il était resté muet. Muet au niveau de ses lèvres bien que son corps parlait pour lui. Son regard perçant, sa posture légèrement courbée laissant ressortir ses puissantes épaules et ses crocs acérés bien visibles ne pouvaient indiquer qu'une chose : Kvanh n'était pas le bienvenu. Le cervidé avait de la chance que le vampire ait clarifié la situation immédiatement, sinon ses crocs bien pointus se seraient déjà plantés dans la chair fraîche du cou de la princesse.

« Pour le moment … » siffla-t-il en laissant descendre ses yeux sur son corps. Maintenant qu'il l'avait si proche de lui, il allait être en mesure de l'analyser en détail. Silhouette fine. Absente flagrante de musculature. Peau parfaite. Taille élancée. Aucune chance que ce corps-là puisse être utile en arène. Or, Varrick ne demandait-il pas que ses esclaves lui soient rentables ? Son regard s'arrêta pile à l'endroit de l'anatomie où les cuisses se faisaient relier au torse et il resta un moment fixé dessus, ce qui pouvait rendre l'atmosphère un peu … gênante ? Aucun doute. Il ne pouvait servir qu'à ça.  Si cette carrure n'était pas faite pour taper les gens, elle était faite pour se faire taper. Il n'y avait plus aucun doute. C'était le seul moyen pour qu'il lui soit rentable. Sifflant entre ses canines, il redressa ses iris pour les planter dans ceux du cervidé. Au moins, il avait une belle gueule. Vlad ne pouvait pas le nier. Il allait avoir du succès et Varrick allait pouvoir mettre un tarif intéressant sur la passe …

« Tss. Je t'ai à l'oeil, toi. J'ai peut-être pas l'droit d'te toucher, mais s'tu fais le moindre geste bizarre envers mon maître. La moindre parole … Crois-moi, j'saurai m'montrer très méchant. D'plus, par ta faute, j'peux pas aller chez l'médecin. Ça aussi, tu m'payera un jour ou l'autre. » Honnêtement, il s'agissait surtout de menaces en l'air histoire de clarifier la situation. Vlad n'avait aucune idée de comment se montrer méchant sans devoir toucher l'autre … Il ne pouvait que compter sur l'intimidation bien que cette petite tête blonde semblait difficile à intimider. Tapant du pied par terre comme pour évacuer sa frustration, il fit volte-face, sa queue faisant un pseudo-mouvement à la l'Oréal avant de se mettre en retrait et croiser les bras, boudant comme un enfant découvrant son petit frère pour la première fois et réalisant que ses parents allaient devoir partager en deux l'amour qu'ils lui portaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Métier : Esclave
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   Jeu 12 Juil 2018 - 10:04



Let life surprise you

C’était dans un long silence que le cervidé s’était avancé dans l’antre du vampire. Le visage fermé, le corps droit, il ignorait tant bien que mal les gestes menaçants du chien de garde. À l’aise, il ne l’était pas. Au fond de lui, il pouvait entendre des cris de détresse qui lui disaient de fuir pour sa vie. Mais sa raison était plus forte. Pour survivre, il devait faire face.

Ce qui suivit était monstrueusement normal, néanmoins Kvanh ne put s’empêcher de ressentir un frisson à cette évocation. Il déglutit tandis que les battements de son cœur se mirent à s’accélérer. Toujours figé sur place, ses oreilles plaquées en arrière, il tenta vainement de tendre son bras, mais s’arrêta net en sentant le souffle du vampire dans son dos. Incapable de bouger, forcer à tendre son cou, le cerf préféra fermer ses paupières et prier pour que cela se finisse rapidement.

Aucun vampire n’avait encore osé boire à la source. La morsure était une première et il l’avait toujours redoutée. Le visage crispé, il dut se mordre les lèvres pour retenir un son de douleur lorsque les crocs aiguisés du vampire allèrent transpercer sa chair. La sensation était désagréable. Il pouvait sentir la vie lui être extirpée.

Lorsqu’enfin Varrick eut fini, malgré les frissons que sa langue sur son cou, sa main sur ses hanches pouvaient lui arracher, son visage exprimait tout son mécontentement. Ses sentiments étaient contradictoires, bien qu’en avait jamais douté, il pouvait se sentir flatté des compliments du vampire, cependant, il n’appréciait guerre de servir de repas. Ainsi son regard se mit à snober le maître des lieux pour mieux se poser sur son très cher collègue.

Plus il le regardait, plus il avait l’impression d’avoir une espèce de doberman hargneux face à lui. Enfin, si on oubliait cette queue touffue bien évidemment. Les menaces du vampire ne semblaient pas l’atteindre. Il restait toujours aussi stoïque, imperturbable ou presque. Malheureusement, le vampire avait déjà dû sentir que l’intérieur était plus chaotique que ce que voulait bien montrer le cervidé.

Son attention sur perdit ensuite dans le décor lorsqu’il se mit à réfléchir aux questions, non pas qu’il possédait, mais qu’il pouvait se permettre de prononcer. Ce fut lorsqu’il redressa sa tête, sur le point de reprendre la parole qu’il sentit le regard insistant du chien sur son bassin. Kvanh s’arrêta net et arqua un sourcil en l’observant, son attention encore une fois détournée du vampire.

Ses menaces déclenchèrent un léger sourire au coin. Il ne doutait absolument pas de ses paroles, mais trouvait sa maladresse plutôt amusante. Ses bras croisés, il toisa un moment ce dernier avant de lui répondre simplement.

« Je suis curieux de savoir ce que tu définis comme gestes bizarres. »

Il posa alors brièvement un regard sur le vampire, se permettant de le détailler un instant avant de reprendre la parole.

« Comment dois-je vous appeler ? Quelles sont les règles ? Et qu’attendez-vous de moi ? »

Voilà les seules questions que Kvanh jugeait essentielles pour qu’il puisse évoluer dans son nouvel environnement sans risquer la mort chaque seconde.



© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let life surprise you | Varrick & Vlad   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let life surprise you | Varrick & Vlad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» #1010 + Let life surprise you ► Katherine et Abigail
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» — bring me to life
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Life in UCLA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Dornia :: Habitations :: Quartier riche :: Appartement de Varrick Johnson-
Sauter vers: