AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP interdit aux moins de 18 ans - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire
 

Partagez | 
Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]
Invité
Invité
MessageSujet: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Lun 15 Jan 2018 - 22:24



Brynjolf Virsen




Identité



Age: 499 / 35 environ (né un 22 décembre)
Surnom: C'est pas une très bonne idée
Groupe:  Vampires (super) odieux
Nationalité/Origine:  Groenlandais
Orientation: Dominant (ne s'intéressant qu'aux dominants)
Métier: Officiellement, pdg d'une grande entreprise regroupant une société de téléphonie, une société de composants informatiques de pointe et une société d'assurances (Wolf Corp). Officieusement dirige une petite mafia locale qu'il n'a pas l'intention d'étendre
Race : /
Signes Particuliers:  Violent ?

Derrière l'écran



Comment as-tu découvert le forum ?  Voir ligne suivante
Es-tu un DC ? De qui ?  Val Rym
Age:  Pas changé !
Votre avatar provient de : Witcher, Geralt de Riv
As-tu lu le règlement ? Si oui, écris-en-nous la preuve ici :
Commentaire(s): Cette fois c'est la bonne !


Apparence



Tandis que Brynjolf se détendait sur une chaise longue l'un des membres de son cercle le détaillait, profitant qu'il ne pouvait le voir.
Son regard s'accrocha dans ses cheveux gris blanc légèrement humides, caressant ses épaules. Il les avait détachés après avoir bu, bien que les rejetant en arrière. Ses sourcils étaient à peine plus foncés, sa courte barbe de la même teinte. Pourtant son visage aux traits nordiques était encore beau d'une jeunesse éternelle. Pour l'heure ses yeux étaient fermés mais il les savait d'un vert intense, trop intense quand il dévisageait quelqu'un. Un regard à le faire frissonner malgré lui.
Tandis qu'il se détendait ses traits semblaient moins sévères, il n'avait pas l'air de porter un regard réprobateur sur le monde. Oh il l'avait déjà entendu rire, et de bon cœur encore. Un rire franc, naturel.
Pas tonitruant, comme sa voix son rire ne s'élevait jamais plus que nécessaire.
Son visage n'était marqué que d'une cicatrice plus ou moins oblique sur le front et la joue gauche mais peu de vampires aussi anciens n'en portaient aucune. Beaucoup avaient été des guerriers en tant qu'hommes, tous les membres du cercle l'avaient d'ailleurs été à différentes époques.
En descendant sur sa gorge il arriva jusqu'au médaillon poli par les années qu'il portait toujours. Souvenir de son clan aujourd'hui presque éteint, un loup aux yeux d'émeraude, comme les siens.
Plus bas, son torse généreusement musclé, marqué de quelques fines cicatrices. Aucune pilosité, ce que le guerrier avait souligné en parlant de son passé, s'amusant de ce qu'à l'époque de son humanité il regrettait de ne pas en avoir car c'était une preuve de virilité, quand à présent plus personne n'en voulait.
Ses mains, larges et puissantes, reposaient l'une sur ses abdominaux bien dessinés et l'autre sur l'accoudoir. Mains capables de tenir une épée lourde et de la manier avec dextérité, rendues légèrement rugueuses par l'exercice régulier.
Soudain il ouvrit les yeux et son observateur glissa les siens vers le sol. Son aura ne trompait pas, écrasante, le fond des âges courait dans ses veines.
Brynjolf se redressa, inspira profondément et rejeta lentement l'air. Les autres membres du cercle l'observèrent à leur tour, comme s'il était un chef dont ils attendaient la décision. Il n'en était rien, ils étaient tous amis de longue date, mais c'était un vieux réflexe.
Puis il se leva, laissant voir combien son pantalon de cuir épousait bien ses jambes, marquait bien sa taille. Pas comme une seconde peau, il ne le serrait pas d'aussi près, mais donnant envie de glisser ses doigts dans le léger interstice voire de le lui enlever.
Le vampire jeta sa serviette sur son épaule.
« Eh, Brynjolf, pourquoi tu ne ferais pas construire une piscine ? Ce serait agréable après les combats.
-Si tu en veux une fais-la creuser chez toi ! » répliqua le vampire.
Puis il se détourna pour marcher vers le manoir.
Le regard de son observateur glissa sur ses fesses appétissantes, s'imaginant y presser sa main.
« Arrête de le reluquer, tu n'as aucune chance ! lança un autre vampire quand le plus âgé fut suffisamment loin.
-Je me demandais seulement pourquoi il avait les cheveux blancs. Il devait avoir quarante ans tout au plus quand il est mort.
-S'il ne te l'a pas dit c'est que tu n'as pas à le savoir. »
Bien que contrarié par cette réponse le vampire continua à observer sa démarche assurée de vampire ayant parfaitement conscience d'être un prédateur redoutable et le maître absolu des lieux.
1m89 de pure confiance en lui.




Personnalité



« Est-ce qu'il a déjà eu des esclaves en dehors de ceux qu'il loue pour nos réunions ? demanda le plus récent dans le cercle quand le maître fut entré dans le manoir.
-Il en achète de temps en temps. Il les nourrit, les effraye, puis les lâche dans son domaine et les traque. S'ils sont trop faibles pour lui convenir il les attache à un arbre et les laisse pendant deux jours sans manger ni boire. Ensuite il les ramène en boutique.
-Il n'en a jamais gardé ?
-Il en a gardé quelques uns, mais jamais plus de deux ou trois traques. Ensuite ils sont trop effrayés ou trop prévisibles.
-Il ne se fait servir que par des vampires ?
-Oui. Il n'a aucun plaisir à soumettre des créatures aussi faibles.
-Il y a des hybrides plus forts que les humains normaux.
-Ils le répugnent. Il a horreur des hybrides, leur vue l'insupporte.
-Ne pose pas trop de question baby, tu n'es pas assez ancien ici pour qu'il le tolère.
-Il n'y a pas de mal à éviter de le contrarier en sachant ce qu'il déteste.
-Je ne te conseille pas de t'intéresser à lui de trop près. Il te ferait sortir du cercle, tu n'es pas son genre et il ne tolère pas ceux qui ne sont pas son genre et qui s'intéressent trop à lui.
-C'est quoi son genre ? »
Le vampire qui lui répondait jusque là haussa les épaules.
« Les femmes. reprit un autre.
-Mais il n'y en a... Oh.
Aucun vampire ?
-Personne ne prendra le risque de te répondre sur le sujet. »
La conversation se tut bientôt. Ceux qui en savaient plus qu'ils ne le disaient ne voulaient pas contrarier le plus puissant en dévoilant ce qu'ils pressentaient ne pas devoir être entendu de tous.
La plupart savaient que Brynjolf n'aimait que les vampires dominants pour le plaisir de les soumettre, que dès qu'il en avait soumis un il s'en désintéressait, sauf s'il avait eu beaucoup de mal à l'avoir.
Quelques uns savaient que bien qu'il maltraite les humains et prenne plaisir à les traquer il n'en avait jamais tué un en le buvant parce-qu'il n'aurait pas supporté que son cœur batte trop faiblement pour faire couler son sang assez fort dans sa gorge. Ce qui ne l'avait pas empêché d'en tuer beaucoup après, en leur tranchant la gorge d'un couteau, en leur perçant le ventre de son épée, en les projetant avec violence contre une surface.
Ils savaient aussi qu'il haïssait les dirigeants vampires, qu'il considérait comme des bureaucrates narcissiques, empâtés et fainéants qui avaient gâché le plaisir de la traque et d'être un mythe. Qu'il méprisait du plus profond de son cœur cet élevage industriel et que s'il avait autrefois respecté les vampires les plus anciens il aurait craché au visage de tous ceux qui faisaient partie du système politique et permettaient de maintenir cet état d'indolence crasse.
Un seul d'entre eux sait qu'il a une peur panique de l'eau dès qu'elle dépasse sa taille et qu'il ne sait pas nager. Il a également appris des années auparavant qu'il vérifie toujours son bain avant de s'y tremper et déteste la présence de mousse à sa surface.
Par contre tous savent qu'il supporte difficilement la présence de plusieurs vampires s'il ne les a pas invités ou qu'ils ne le servent pas et que c'est pour cette raison qu'il vit dans un manoir isolé dans la forêt, trop territorial pour supporter ou comprendre que des vampires vivent si près les uns des autres.
Ils savent également que même s'il est le maître de leur cercle et a besoin de plusieurs adversaires lorsqu'ils se battent épée contre épée et bouclier contre bouclier au risque de se tuer il est également un homme d'affaires redoutable et maîtrise les technologies avancées de leur époque. Guerrier puissant, sanglant, gardant une collection d'épées impressionnante et des protections de toutes les époques, véritable musée dans sa demeure, il n'en reste pas moins ancré dans la modernité dès qu'elle lui permet d'étendre son empire et de conserver son titre de millionnaire.
Ceux qui ont eu l'occasion d'être invités lors de ses rares soirées savent qu'il aime le rock et qu'il ne déteste pas voir les autres danser, même si on ne l'a jamais vu faire lui-même.
Ils savent qu'il ne porte pas de montre parce-qu'il a toujours quelqu'un pour lui indiquer l'heure, qu'il laisse son téléphone à une sorte de majordome, dicte ses mails à un secrétaire.




Histoire



Il y a bien longtemps, plus longtemps encore que ne naquit Brynjolf, des navires quittèrent les terres nordiques pour voguer vers un nord plus hostile encore. Un nord que nul homme n'avait encore foulé. Ils étaient menés par des capitaines en quête de terres plus pures, d'étendues sauvages inexplorées.
Bien des hommes périrent et les temps furent durs. Il ne resta bientôt plus grand chose de la civilisation qu'ils avaient emportée avec eux.
Lorsque Brynjolf vit le jour trois clans occupaient les terres reculées. Celui du loup, celui du soleil levant et celui du firmament. Des périodes de paix alternaient avec des guerres qui se résolvaient dans le fracas des armes blanches et des boucliers. L'isolement et la lutte permanente contre les éléments naturels les avaient empêchés d'évoluer et la rareté de certains matériaux les avaient fait revenir à un âge antérieur bien que leur philosophie et leur envie de construire leur avenir ne se soient pas affaiblis.
Ainsi Brynjolf fut élevé pour devenir fort et réfléchir avec sagacité, chaque pas déraisonnable risquant de conduire à la mort.
Très tôt il se passionna pour le combat, inquiétant son père mais comblant sa mère, d'esprit plus guerrier. Il voulut monter au sommet, réunir les clans, les faire retourner vers les terres qu'ils avaient autrefois quittées, croyant qu'ils y découvriraient un monde extraordinaire où ils pourraient prospérer.
N'abandonnant jamais, de constitution robuste, il parvint à devenir un guerrier à la hauteur de ses espérances et à se hisser dans la hiérarchie.
Ce fut à l'âge de vingt-deux ans qu'il reçut la marque qui ornerait son front et la moitié de sa joue jusqu'à la fin de sa vie. Heureusement elle fut bien soignée, lui évitant d'être enlaidi et de risquer la mort, mais il devrait toujours garder un trait rougi par le coup reçu.
A trente ans il devint le second de son chef. Il était autant craint que respecté, même si ses proches savaient qu'ils bénéficieraient toujours d'un traitement particulier. Peu à peu il instilla dans l'esprit de son supérieur l'idée de monter une expédition vers le sud. Ses arguments n'étaient pas difficiles à trouver, le manque de ressources freinait clairement leur extension. Mais son chef savait également qu'en affaiblissant son clan par le départ d'une expédition il deviendrait une cible trop facile pour les deux autres. Brynjolf le comprenait mais cela ne l'empêchait pas de penser que c'était la seule solution à terme.

Puis une nuit, alors que Brynjolf avait trente-quatre ans, arriva un voyageur à bout de forces. Un voyageur qui ne parlait qu'une forme très éloignée de leur langue, faiblement, butant sur certains mots. Intrigué, le conseil restreint décida de le laisser se reposer à l'abri de la hutte de la guérisseuse. Elle le soigna et le réchauffa de son mieux et le voyageur dormit pendant pratiquement trois jours.
La quatrième nuit il s'éveilla. Brynjolf avait demandé à être averti dès que cela serait fait et il se présenta avant les premières lueurs de l'aube. Il questionna le visiteur sur l'endroit d'où il venait et celui-ci lui parla d'un continent où les villes étaient si grandes qu'on ne pouvait les parcourir entières en une journée, où les hommes avaient des dizaines d'activités différentes, où les bêtes grandissaient dans de verts pâturages.
Un continent où les maisons avaient plusieurs étages, où les guerres entraînaient des milliers d'hommes.
Brynjolf ignorait s'il devait croire tout ce qu'il racontait mais il se rendait compte qu'ils vivaient depuis trop longtemps isolés et que bientôt plutôt qu'un des deux autres clans assimile le leur ce serait un immense pays qui viendrait conquérir leurs terres.
Si ce voyageur était arrivé jusqu'à eux il ne serait sans doute que le premier, il fallait agir avant que d'autres ne le fassent à leur place.
Lorsque le jour se leva plus sûrement le voyageur se rendormit mais le conseil fut rapidement convoqué. Brynjolf fit un discours éloquent et reçut l'approbation de tous. Leur chef décida qu'une délégation serait envoyée aux autres clans pour tenter d'établir une paix relative le temps que leur expédition revienne.
Brynjolf proposa que chaque clan envoie dans l'autre des membres des familles dirigeantes. Des sortes d'otages qui seraient bien traités et seraient rendus au retour de l'expédition. Son supérieur accepta d'en proposer l'idée.

Les pourparlers durèrent plusieurs jours, durant lesquels Brynjolf fut absent de son clan. Lorsqu'il revint il apprit que la guérisseuse chargée de soigner le voyageur était morte et avait été enterrée. Le voyageur quant à lui avait disparu. Le lien avait rapidement été fait, d'autant plus que la guérisseuse avait été laissée exsangue. Déjà un groupe de guerriers était parti pour tenter de le retrouver mais ils n'y parviendraient peut-être jamais.
Heureusement plutôt que de remettre en question l'expédition vers le sud cela en renforça l'importance. Si les hommes de l'extérieur étaient tous aussi vicieux il fallait qu'ils apprennent à les connaître et à lutter contre eux au plus tôt.
Les faits furent relatés aux autres clans et bientôt les échanges de familles furent faits. Le chef du clan des loups n'ayant qu'un seul fils et son épouse étant décédée l'année précédente il confia son neveu et sa nièce. Brynjolf quant à lui dut confier sa fille et sa femme pour atteindre le nombre demandé à chaque clan. Ce fut un déchirement pour lui mais puisqu'il faisait partie de l'expédition qui partirait bientôt il savait qu'il ne les aurait revues avant son retour.
Ainsi il quitta son clan avec une vingtaine d'hommes, chaque clan représenté par six à sept hommes.

Ils n'atteignirent jamais le continent au sud. Lors de la troisième nuit quelque chose décima les guerriers. Ils essayèrent de se défendre, tranchèrent les chairs de ce qui les attaqua, mais la force de leur adversaire était trop grande, sa rapidité exceptionnelle. Jamais ils n'avaient eu à combattre une telle chose.
Lorsque ce fut terminé Brynjolf gisait dans son sang, étalé sur la neige immaculée.
Il vit alors le voyageur s'agenouiller près de lui. L'homme était couvert de sang mais il n'était pas blessé. Brynjolf sentit que sa fin était proche. Il pria son dieu de veiller sur les siens tandis que du sang s'échappait de ses lèvres et que son souffle peinait à se faire.
« Je ne vais pas te tuer. » émit l'étranger.
Les yeux mi-clos, le guerrier tombé le vit s'entailler le bras puis l'approcher de ses lèvres.
« Bois. Mon sang te guérira et te sauvera. »


Lorsqu'il se réveilla la nuit était revenue. Une soif atroce asséchait sa gorge, il avait l'impression que sa peau était trop tirée par le manque d'hydratation. Il se redressa prudemment mais constata qu'il n'avait plus la moindre blessure. A la lumière du feu de brindilles et de mousses il s'examina, à demi-nu. Les seules traces sur sa peau étaient celles qu'il avait reçues longtemps avant l'expédition. Avait-il rêvé ? Même le sang avait disparu.
Les pans de la toile de tente furent écartés et laissèrent le passage au voyageur. Les souvenirs revinrent alors à Brynjolf et il comprit qu'il n'avait pas rêvé, sans comprendre comment il était encore en vie.
« Non, tu ne l'es plus. rectifia le voyageur alors qu'il n'avait pas prononcé un mot.
Tu dois être assoiffé. Ce sera dur au début, mais nous sommes suffisamment loin des hommes pour que les risques de massacre soient moins élevés.
-De quoi parlez-vous ? Qu'avez-vous fait et pourquoi suis-je encore en vie ? Pourquoi avez-vous bafoué notre hospitalité ?
-J'avais faim. répondit simplement la créature.
Aucune de vos nourritures, aussi généreuses soient-elles, n'aurait pu me suffire. Les vampires sont ainsi Brynjolf, tu es ainsi.
-Je n'ai jamais tué quelqu'un qui m'avait soigné et accueilli chez lui !
-Tu le feras. Tu feras beaucoup de choses Brynjolf. Mais d'abord tu apprendras. Les jeunes vampires peuvent facilement devenir fous sans l'aide de leur maître. »

Au début il ne le crut pas. Il pensa qu'il était fou et prit sa soif, son envie de mordre et de goûter au sang comme l'effet d'une drogue qu'il lui aurait administrée. Il tempêta, se rebella, mais il n'y avait rien à faire. La créature lui apporta un homme et lui ordonna de le mordre et de boire son sang. Brynjolf refusa, même si cet homme n'était pas de son clan. Il ne le connaissait pas et n'avait aucune raison d'obéir.
Le vampire le laissa avec l'homme. A la fin de la nuit il entendit un cri atroce. Il laissa passer quelques minutes puis entra et au dernier moment il empêcha le guerrier de tuer l'homme en le buvant.
Brynjolf fut frustré qu'on l'arrête mais le vampire lui donna sa première leçon, lui expliquant que boire le sang d'un mort le tuerait.

Dans les semaines qui suivirent Brynjolf fut si obsédé par sa soif qu'il ne pensa à aucun moment à ceux qu'il avait laissés derrière lui. Il buvait avidement chaque homme que lui apportait le vampire, apprenant à s'arrêter à temps bien que ce soit très difficile. Une fois il lui demanda une femme, en ayant assez d'approcher son visage des hommes, mais la créature lui dit qu'il ne pourrait pas supporter leur sang. Il refusa de le croire, jusqu'à ce que le vampire enlève une jeune femme plutôt jolie. Brynjolf tenta de la boire mais à peine avait-il eu quelques gouttes de son sang dans sa gorge qu'il dut recracher, l'éloignant vivement de lui. Il se rinça la bouche, continuant à cracher et à pester, maudissant celui qui la lui avait amenée. Il lui assura que c'était parce-que son sang était malade ou empoisonné et qu'une autre femme serait différente.
Le vampire tua la captive sous ses yeux et demanda s'il était prêt à tenter une autre expérience, sachant que chaque captive serait tuée. Brynjolf resta intraitable, exigeant une autre femme, disant seulement au vampire qu'elle ne devrait pas être de son clan.
Trois passèrent entre ses mains, trois périrent. Leur vie lui importait peu, il tempêtait à chaque fois, accusait le voyageur de lui en donner volontairement d'indigestes.
La quatrième fut son épouse. Quand il réalisa qu'il la connaissait, ses souvenirs remontant à travers sa soif, il était trop tard. Elle l'avait vu dans sa fureur d'être apaisé, fou de n'avoir rien pu boire depuis quatre nuits.
Il hurla contre celui qui l'avait emmenée jusqu'à lui mais le vampire fut intraitable. Elle ne provenait pas de son clan. Brynjolf réalisa que c'était vrai. C'était lui-même, sur sa propre idée, qui avait emmené son épouse dans le clan du firmament. La pauvre femme était en larmes, effrayée devant son mari qui ne ressemblait plus à ce qu'il avait été au foyer. Il avait toujours été brutal mais jamais il ne l'avait terrifiée.
Brynjolf eut le son d'une bête blessée et trahie par son propre passé. Le responsable de son état s'approcha de la jeune femme, couteau en main.
« Arrête ! C'est ma femme ! le retint vivement le guerrier.
-Je te l'ai dit. Chaque femme que j’amènerai devant toi sera tuée, jusqu'à ce que tu renonces à les boire.
-Je renonce ! Je renonce mais ne la tue pas !
-Il est trop tard. Je ne la ramènerai pas, elle en a trop vu, elle en sait trop. »
Brynjolf réalisa que c'était vrai.
« Alors elle restera avec moi. J'ai besoin d'une femme, je ne vais pas coucher avec des hommes !
-Tu réagis comme un animal. Tu ne peux même plus te reproduire, femme ou homme ça n'a plus d'importance.
-C'est toi qui es un animal si tu crois qu'on peut toucher à un homme de cette façon ! »
Ils se disputèrent longtemps tandis que la captive pleurait et s'horrifiait de tout ce qu'ils dirent.


Finalement Brynjolf garda son épouse auprès de lui, et plus tard il alla chercher ses enfants. Ils continuaient à descendre vers le sud mais il était de plus en plus fort et se maîtrisait de mieux en mieux pour ne pas massacrer tout le village où il se rendait. Il comprenait qu'il ne ferait plus jamais partie de son clan, même si le médaillon à son cou restait son bien le plus précieux. Ils ne seraient pas assez nombreux ni assez forts pour étancher sa soif, même avec tous les clans réunis ils n'y suffiraient pas. Le voyageur lui expliqua que c'était pour cette raison qu'il allait de ville en ville, de continent en continent. Il aimait découvrir de nouveaux paysages mais sa soif avait aussi besoin d'assez de vies humaines.
Régulièrement Brynjolf maltraitait son épouse dans une sorte de rage et de violence dépassant souvent ce qu'elle pouvait supporter. Les enfants dormaient dans une autre tente pour éviter d'avoir à voir un tel spectacle et la pauvre femme s'empêchait autant que possible de crier pour qu'ils ne les entendent pas.
Le voyageur restait parfois à observer le mouvement sous les fourrures, sec, plein de colère. Brynjolf se moquait qu'il reste là, tout ce qui comptait était qu'il se satisfasse de sa femme. Au matin tout son corps était marqué de bleus, parfois de griffures.

Elle ne put supporter éternellement ce mauvais traitement et les rigueurs d'un voyage aussi long. Loin de toute civilisation, avec seulement quelques objets de confort, malmenée plusieurs nuits par semaine, elle s'affaiblit rapidement. Leurs enfants tenaient bon, leur père ayant encore assez d'humanité pour les protéger de son mieux et en prendre soin, mais elle tomba malade au bout d'un mois.
Ce fut à peu près au même moment qu'ils atteignirent la côte, d'où de grands morceaux de glace flottant à la surface pouvaient être aperçus.
Les vampires manquaient cruellement de sang, ne pouvant plus s'abreuver qu'à des animaux, ce qu'ils détestaient tous les deux. Ils étaient affaiblis mais également rendus plus sauvages par cette faim chaque jour plus grande. Ils se disputaient souvent, la plupart du temps sur leur avenir proche.
Brynjolf avait trop changé à cause de la soif et de la certitude qu'il ne pourrait plus jamais appartenir à un clan pour regretter sa vie d'homme, mais il ne voyait aucun avenir dans celle de vampire.
Puis en se réveillant un soir il trouva sa femme et ses deux enfants égorgés, alignés sur la neige, près de la plage.
Le coupable était évident. Il se jeta sur lui et ils se battirent au point de se laisser pratiquement morts à l'aube, mais le plus âgé vainquit.
« Tu nous aurais tués tous les cinq à attendre un bateau ! Le seul moyen de traverser c'est de nager et de passer par les blocs de glace, aucun humain ne peut le faire, encore moins une femme et deux enfants ! Nous ne pouvons pas rester plus longtemps ici sans mourir ! » lui asséna-t-il tout en le gardant cloué au sol.

Brynjolf ne pardonna jamais au vampire mais il le suivit. Parce-qu'il n'avait pas le choix s'il voulait survivre, parce-que le vampire avait raison et qu'il le savait.
Une semaine après le début de la traversée, alors qu'ils risquaient bel et bien de mourir tant ils étaient affaiblis, un navire fit son apparition. Ils grimpèrent le long de sa coque la nuit venue et firent un festin sanglant. Avant le matin ils enfermèrent les marins encore en vie et s'endormirent au plus profond du vaisseau.


Lorsque Brynjolf découvrit le continent européen et les pays modernes il n'en crut pas ses yeux. Il se rendit compte du point auquel son peuple était archaïque et au début il était si inadapté à son environnement qu'il était totalement dépendant de son compagnon pour sa vie quotidienne.
Mais peu à peu il apprit, découvrit et devint plus indépendant. Son aîné ne l'empêcha pas de voler de ses propres ailes mais ne lui permit pas non plus de le quitter totalement, même s'il ne le verbalisait pas.
Le guerrier était sans pitié, ils n'étaient pas de son clan, il n'était attaché à aucun des humains qu'il rencontrait. Il avait besoin de boire et il buvait, quand il avait envie d'une femme il se servait. Il les tuait toujours ensuite, comme l'avait fait son aîné avant lui, pour que personne ne puisse raconter ce qu'il faisait. S'il y avait des témoins il les traquait et les achevait.
Il aima de plus en plus ces chasses, les cris de terreur. Il sentait que c'était sa nature et le fait qu'ils n'appartiennent en rien à son clan les faisait paraître comme des personnes n'étant là que pour son plaisir.
Il finit par rencontrer d'autres vampires. Avec certains il se battit pour les chasser de son territoire, avec d'autres il s'entendit et passa de bons moments.
Avec deux autres vampires ils formèrent une sorte de petit clan et s'installèrent dans une grande ville. Mal leur en prit. Si pendant trois mois ils vécurent une vie d'opulence et de plaisirs elle s'arrêta brusquement quand des chasseurs s'en prirent à eux. Habitués à être tout puissants ils ne comprirent pas assez vite que ces êtres faibles auxquels ils buvaient pouvaient les faire souffrir et même les tuer.
Ils avaient constaté la brûlure de l'argent mais ils se croyaient intouchables. A tort.

Le premier d'entre eux, le plus jeune et le plus doux avec les humains, fut capturé et enchaîné en haut d'une tour, à peine abrité de la lumière du soleil. Son créateur put sentir sa douleur et supplia les autres de l'aider à le secourir. Brynjolf n'hésita pas mais son compagnon de longue date tenta de le modérer. Ces humains étaient trop dangereux, ils ne pouvaient pas risquer de mourir pour un vampire assez naïf pour s'être fait capturer. Finalement le plus ancien resta en arrière tandis que les deux autres attaquaient.
Mal leur en prit. La vingtaine d'humains, réunis et armés d'argent jusqu'aux dents, dans des armures étincelantes de ce métal, leur porta des coups pratiquement mortels. Ils furent transpercés de flèches d'argent, taillés par des lames qui les firent hurler.
Le créateur du premier captif fut tué tandis que Brynjolf était emmené et enchaîné.
Un calvaire sans nom commença pour lui, comme pour lui faire payer tous les crimes qu'il avait commis jusque là. La soif devint rapidement insupportable, la douleur intolérable. On lui fit subir toutes les horreurs possibles, étudia la façon dont il se régénérait. On lui donnait de temps en temps du sang d'animal pour qu'il ne meure pas.
Son cadet trépassa tandis que Brynjolf continuait d'espérer que son compagnon de toujours le sauverait.
Il ne le fit jamais.
A chaque aube on l'exposait au soleil et on l'y laissait jusqu'à être certain qu'il ne pourrait en supporter plus. On l'interrogeait, on le brûlait à l'argent. Ses cheveux, d'un châtain soyeux proche du brun, furent rasés comme toute sa pilosité à l'exception de ses sourcils, expérience pour voir si le soleil le brûlait davantage sans cette protection. On l'exposa entièrement nu et observa ses larmes de sang.
Lorsque ses cheveux et sa pilosité repoussèrent ils étaient devenus d'un gris blanc irrémédiable. La torture avait accéléré leur vieillissement.

Après des mois pourtant il fut sauvé. Un groupe de vampires mieux organisés et préparés le délivra de la tour et l'emporta pour prendre soin de lui. Très affaibli, incapable de marcher et pouvant à peine s'alimenter, il mit plusieurs semaines avant de redevenir une partie de ce qu'il avait été. Pour le reste il était animé d'une soif de vengeance qui dépassait pratiquement celle du sang. Vengeance contre les chasseurs qui avaient pu s'échapper mais aussi contre son créateur. Par deux fois c'étaient ses propres décisions qui avaient causé sa perte ou celle de sa famille mais par deux fois le vieux vampire avait joué un rôle important dans le drame qui s'était joué. Il ne lui avait jamais pardonné la mort de sa famille, ne pas l'avoir délivré lui coûterait la vie.
Le groupe qui l'avait sauvé l'aida pour les chasseurs et il finit par en venir à bout mais il ne put accepter de l'aider à traquer son créateur. Il rallia par contre des vampires plus indépendants à sa cause. Ce qu'il avait subi sans en mourir, son charisme, l'âge qu'il commençait à atteindre alors que beaucoup de vampires étaient plus jeunes que lui, faisaient de lui une sorte de légende. Il avait eu pour ambition de s'élever du temps de son humanité, la vengeance et sa nature le lui faisaient vouloir encore une fois en tant que vampire.

Cela lui prit plusieurs années. Son créateur, pressentant sans doute que Brynjolf ne resterait pas inactif s'il survivait, fuit à travers tout le continent, depuis l'ouest vers l'est.
Ce fut en Russie que Brynjolf et son clan le rattrapèrent. Bien que le vampire traqué soit le plus ancien de tous l'union des plus jeunes et leur détermination eurent raison de lui.
Pendant six jours Brynjolf l'exposa comme il avait été exposé puis ordonna de sang froid qu'il soit abattu.
Immédiatement après il ressentit une profonde tristesse. Ils s'étaient côtoyés pendant des années, le vampire lui avait appris énormément de choses, lui avait permis d'être libre contrairement à d'autres créateurs plus exigeants. Mais il était impardonnable et Brynjolf n'aurait pu supporter qu'il foule encore le même monde que le sien.
Il quitta le pays avec son clan, n'ayant plus rien à y faire.



Durant les années et les décennies suivantes Brynjolf œuvra pour conserver un clan d'une taille moyenne, ne voulant trop attirer l'attention ou être entouré de trop de vampires mais sachant que leur dévotion serait essentielle en cas de coup dur. Il fit également en sorte de s'enrichir, la modernité lui donnant envie de vivre dans le confort et son statut de maître vampire devant selon lui être marqué par un environnement à sa hauteur.
Après la première guerre mondiale il partit s'installer en Amérique. Ce continent lui semblait plus sûr pour les affaires et il voulait changer d'environnement.
Il continua à vendre et à acheter selon les opportunités, observant le monde de près. Sa collection d'armes de toutes époques le suivait toujours et pour bien des choses il préférait la beauté et la noblesse du passé à l'opportunisme et la débauche du présent, mais il savait que l'adaptation était la clef de la réussite.
Il voyait cependant d'un mauvais œil la prolifération des vampires et sentait que tout allait mal se terminer. Dans son cercle d'amis, vampires avec lesquels il organisait des combats pratiquement mortels à la manière de son clan d'origine, les avis étaient partagés. Il y en avait pour souhaiter que les vampires puissent enfin se dévoiler au grand jour, d'autres comme Brynjolf appréciaient l'anonymat et de se jouer des humains ou de les terroriser.
Lorsque la guerre des vampires commença Brynjolf eut un lourd soupir et pressentit que contrairement à ce que les exaltés prétendaient ce serait la fin des libertés. Les vampires étaient trop dominants, trop narcissiques, pour ne pas vouloir tout diriger s'ils avaient ne serait-ce qu'une nation.
Il vit peu à peu le monde changer et sa réprobation n'y fit rien. Il ne voulait pas se mêler de politique mais lorsqu'ils enfermèrent les femmes il brisa de nombreux objets chez lui.
Il avait eu raison, les vampires étaient devenus des dictateurs. Il n'aurait pas voulu être un humain mais pour la première fois depuis longtemps il se dégoûta d'être un vampire.
Son clan s'était déjà réduit à cause de la guerre et de ceux qui avaient un avis trop différent du sien, il ne garda auprès de lui qu'une poignée de vampires, soit des serviteurs dont il ne voulait se passer soit des amis proches.
Pour comble de malheur il était installé depuis bien longtemps dans la forêt près de Dornia, l'un des pires endroits où vivre avec de tels dirigeants.
Il hésita à déménager, à partir vers des territoires plus vierges où la dictature aurait moins de prise, mais il ne voulait pas les laisser gagner sur tous les tableaux. Il s'était toujours adapté, il devait continuer.
Il avait toujours agi illégalement, il continua. C'était plus dangereux face à des vampires, mais il n'allait pas les laisser le priver de sa petite mafia ni du plaisir que les femmes pouvaient lui procurer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Lun 15 Jan 2018 - 23:11


Re bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
♥ Doudou Félin ♥
Messages : 176
Métier : esclave de maison
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Lun 15 Jan 2018 - 23:44

reuh monsieur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Mar 16 Jan 2018 - 0:46

Re o/
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 47
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Mar 16 Jan 2018 - 7:50

Oooh un violent owo' Je plaint ses futurs esclaves (s'il compte en avoir) ~

Re bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mignon malgré lui
Messages : 159
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Mar 16 Jan 2018 - 10:28

Content de te revoir parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Mar 16 Jan 2018 - 14:08

Ah ! Le retour ? La fiche avait disparu malgré qu'elle semble prometteuse ^^

Bon courage pour ta validation (et re-bienvenue évidemment !)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Mar 16 Jan 2018 - 14:12

Rebienvenue parmi nous avec ce très joli bébé <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Mer 17 Jan 2018 - 15:44

Allright, ça c'est du super-vilain bien super-vilain, mamamia o_O

Je te souhaite bien du fun avec ce deuxième personnage <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Jeu 18 Jan 2018 - 16:16

Salutations ! Ravi de te revoir parmi nous et désolé de l'attente !

Une fiche bien longue que j'ai dévorée ! Cependant j'ai quelques petits soucis qui m’empêchent de te valider dans l'immédiat.

Ton histoire manque de marqueurs temporels. Ce que je veux dire, c'est que je n'arrive jamais à me dire quelle est la période à laquelle l'action se déroule. C'est assez perturbant... Donc si tu pouvais me coller des années/périodes, je t'en serais reconnaissante !

Également, j'aimerais plus de précisions sur comment il a acquis ses entreprises, parce qu'on ne parle pas d'un commerce de rue, mais trois grandes sociétés regroupées ensemble. Il a bien fallu du travail pour les avoir et les unir ! Savoir le pourquoi du comment est préférable ! J'aimerais également plus de développement sur la "mafia". Que fait-elle ? Comment s'est-elle implantée en Dornia ? Est-elle grandissante ou dans le déclin ? Est-elle connue ou invisible ? Ce genre de détails tu vois !

Tout le reste est fort intéressant et correct, j'ai juste besoin d'ajouts sur les points mentionnés ! N'hésite pas à me pm ou a venir sur discord pour en discuter !

Merci d'avance !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   Ven 26 Jan 2018 - 21:11

Bonsoir à tous :)

Merci pour vos messages et désolée pour le temps de réponse, j'avais oublié de surveiller les réponses au sujet et du coup je pensais qu'il n'y avait pas de nouvelles !

Jack je te mets tout ça en spoiler à la fin de l'histoire très bientôt :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brynjolf Virsen [Terminé][Stand-By : absence]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: Fiches archivées-
Sauter vers: