AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum de RP 18+ - Personnage masculin obligatoire - Monde fantastique à domination vampire - Humains & Hybrides esclaves ou êtres libres
 
Chers invités et membres, nous sommes activement en recherche de maîtres vampires voulant des esclaves! Nous en avons plusieurs en attente qui cherchent preneur!

Partagez | 
Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open
Invité
Invité
MessageSujet: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Mar 12 Sep 2017 - 17:48

Cheack : FAIL !


Cette nuit était une nuit de repos, tout du moins en apparence seulement. J'avais troqué les fourrures pour une tenue plus légère, un simple jean et un t-shirt quelque peu mité. Mes cheveux en bataille témoignaient de mon levé, je bâillais encore en me dirigeant comme un zombie vers le premier Drog-store que je connaissais. Je devais être beau tient ! J'en passais la main dans ma tignasse désordonnée en voyant ma tronche lessivée se refléter sur la vitre d'une boutique vendant de l'électro-ménager que je ne pourrais certainement jamais me payer. Ou si, dans une bonne quinzaine d'années, en changeant de métier. Et encore. Je fouillais ma poche arrière de jean, cherchant la quelque monnaie qui me restait, en tirant la langue sur le côté, un œil fermé. Je comptais les rares billets froissés et les pièces résiduelles dans le creux de ma main. J'aurais certainement assez, si je fais attention à mes dépenses pour finir le mois. Il me fallait refaire ma réserve de poches de sang et prévoir quelques provisions dont je restais friand malgré mon état mortuaire. La main retournait dans la poche avant de mon jean, gardant bien serrée ma maigre réserve d'argent. Tout indiquait que je n'étais point pressé. Et c'était bien le cas. J'essayais tant bien que mal de garder mes yeux ouverts, encore vaseux, le cerveau dans le brouillard et l'estomac dans les talons.  Il faut croire que l'on nous installe un radar dans ses moments là, mes jambes savaient très bien où elles allaient, mon ventre aussi. Je ressemblais bien plus à une larve, croisé avec une espèce sous-jacente de paresseux, croisé avec un ours mal léché quand on y regarde bien. Mais qu'importe. Je ne suis pas là pour faire un défilé, ni même courtiser. D'ailleurs, qui voudrait me faire une remarque en cette soirée ?

Je m'arrêtais au café du coin, prendre une bonne dose de caféine et de ce fait réduire un peu plus mes maigres économies. Il me fallait au moins ça pour pouvoir avancer dans la nuit, me réveiller un peu plus, remettre en route la vieille machinerie. Marcher encore, un bon quart d'heure, flânant un peu en regardant quelques vitrines sans y prêter réellement de l'intérêt. Croiser la patrouille de garde dans un croisement, les saluer d'un simple geste. Et les entendre rire, un peu plus loin. J'en hausse les épaules, ça leur passera bien et au pire ça leur fera un sujet de conversation à ces deux cons là. Il faut dire que je n'ai pas d'amis dans le métier et je ne m'en porte pas plus mal. Cela viendra peut-être un jour mais moi-même je ne cherchais pas spécialement à les approcher plus que cela. Une autre ruelle, d'autres éclairages et enfin, je pouvais voir la petite supérette. Je pus en sourire finement. Tout le monde ici l'appréciait, pour ses prix attractifs. Certes, ce n'était jamais luxueux mais on y trouvait notre compte. Elle avait l'avantage d'être ouverte que de nuit, les jours fériés et les week-end. Cela m'allait amplement, pour moi, qui n'avait pas vraiment d’horaires précis. Je passais la petite porte, une petite sonnette résonnait. Je prenais un panier près de la caisse et allais naviguer entre les rayons. Passage obligé vers les frigos pour me prendre mes poches indispensables pour ma petite survie. Je devais calculer, judicieusement, pour ne pas dépasser mon solde. Puis le rayon biscuit, trop gourmand, incapable de résister à un paquet chocolaté. Pour finir, j'optais pour quelques pommes, abordables en cette fin de saison, très sucrées et rassasiantes. Je trainais un peu, juste pour le plaisir des yeux, hésitant devant un pot de café soluble en me demandant si cela ne serait pas plus économique bien que son goût n'équivaudra jamais celui du petit café en bas de chez moi.


Codage par Libella
Revenir en haut Aller en bas
Tête de pioche enflammée
Messages : 73
Métier : Serveur au Chat Noir
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Mar 12 Sep 2017 - 22:50

Attrape-moi si tu peux
"Comment un vieillard pourrait m'attraper ?"
Je suis un intrépide, un enflammé qui réfléchit rarement avant d’agir et je suis, qui plus est, un accro au danger. C’est d’ailleurs pour cette raison que je passe un temps infini à me balader en ville, poussé par des envies d’en découdre avec des suceurs de sang, de retrouver Hordan, Monsieur Samuels et de voler, si possible, le plus de choses brillantes. Je suis un kleptomane né, j’adore les choses qui semblent avoir de la valeur et qui font plaisir à voir. Le feu est en quelque sorte, l’élément que j’adorerai avoir constamment en ma possession. Avec sa flamme dansante, ses couleurs orangées et rouges, je suis fasciné. J’adore cet élément à la fois beau et destructeur. J’aimerais bien le voir brûler tous les centres de dressage qu’il rencontrerait sur son passage. J’aimerais pouvoir le contrôler, qu’il enveloppe tout mon corps et que j’en devienne un être destructeur et craint de tous. Les vampires ne sauraient que faire et seraient obligés de s’incliner devant moi. Je serais alors leur maître, en quelque sorte. Je soupire longuement en regardant le ciel étoilé, fasciné par la voute céleste qui s’étend sous mon regard sombre. Mes mains contre le sol, je m’appuis sur ces dernières pour à moitié m’allonger et profiter un peu plus de la beauté qui s’offre à moi. Dans mon dos, je perçois les bruits de pas de quelqu’un d’autre. Je ne réagis pas, sachant pertinemment de qui il s’agit.
Il s’approche encore et soudain, je vois sa tête surgir et m’empêcher de voir davantage le ciel. Leiftan m’offre un énorme sourire, mains sur les hanches.

« Salut, qu’est-ce que tu fais au juste ? »

« Je regarde le ciel, ça m’donne des envies de liberté, ou des idées d’buter des vampires. »

« En regardant les étoiles ? »

Je hausse les épaules et laisse mon petit frère prendre place à mes côtés, et nous passons une bonne partie de la soirée à discuter tranquillement. Avec Leiftan et sa bonne humeur, nous ne parlons pas de la liberté, je me contente de regarder mon cadet raconter tout et n’importe quoi et rire de tout. Il m’amuse tellement que je ris plus que je lui réponds. Finalement, il finit par rejoindre un groupe qui se mêle au buffet et je prends la décision de quitter mon coin favori, en bordure de falaise et de me rendre en ville. Je sais que ce sont surtout les protecteurs qui se rendent en ville, pour chercher de la nourriture mais j’ai tendance à outrepasser cette règle pour arpenter les rues et faire tout ce que bon me semble. J’estime qu’étant donné que je suis libre, plus que maintenant, j’ai le droit de faire absolument tout ce que je désire.

Ce n’est pas désormais, que je suis parvenu à me libérer des chaînes de la servitude, que je vais me mettre à écouter les ordres. Je suis une sorte de tête brûlée mais il n’y a que moi que je mets en danger. Et jamais, ô grand jamais, je ne donnerai l’emplacement des campements d’esclaves libres qui, je l’espère, vont fleurir encore longtemps et surpasseront bientôt, le nombre conséquent de vampires. Exceptionnellement, je délaisse mon tuyau et ne prend que mon couteau que je cache dans une de mes rangers. Je pense que si les miliciens me voient, ils me sauteront rapidement dessus pour me questionner à propos de mes armes apparentes. Je me vêtis aussi d’une chemise, parce que ces suceurs de sang ne sont pas encore prêts à voir un quasi nudiste. De plus, mes tatouages, plus que subjectifs, leur donneront bien vite un portrait détaillé de moi. Et cela, je ne peux me le permettre.

Je sais que je risque gros en me baladant constamment en ville, mais après tout… L’avenir ne peut exister que si on met sa vie en jeu, et je ne me sentirai pas libre, si je ne peux pas mettre ma vie en danger quand j’en ai envie. Je boutonne ma chemise et m’éloigne dans la forêt, les mains fourrées dans les poches de mon bermuda de couleur noir. Mon chapeau orange juché sur la tête, je traverse les sentiers naturels et reste attentif au moindre bruit qui m’entoure. Enfin, j’arrive à l’orée de la forêt, et décide d’entrer par les rues mal famées de la métropole, là où je saurais que j’aurais moins de chances de me faire attraper.

Dans ce genre de quartier, je suppose que les forces de l’ordre ont tendance à remarquer les gens étranges, vu que les criminels parcourent ces rues. Je parcours les avenues pauvres de la ville et arrive bientôt dans un endroit un peu plus aisé de la mégalopole. Je songe à ce que je vais pouvoir faire lorsque soudain, je remarque plusieurs personnes vêtues de manière un peu plus distinguées entrer dans une supérette. Je distingue au poignet de certains, des montres dont la matière brille au soleil et m’attire immédiatement. Elles rendraient parfaitement bien dans ma cachette.

Je souris en coin et les suit. J’attrape un panier, pour ne pas faire tache dans le magasin, et marche à travers les rayonnages, le regard aux aguets. Je passe près de deux clients et en les bousculant, avec un savant mélange de détournement d’attention et de rapidité, je parviens à leur subtiliser leurs bagues. C’est déjà ça de prit ! Soudain, je vois un homme assez vieux qui se trouve dans le rayon du café. Je plisse les yeux, distinguant quelque chose de brillant. Une pièce de monnaie dépassant de son porte-monnaie, peut-être ? Qu’importe, ça brille, et il me le faut ! Immédiatement, je contourne un rayonnage et m’approche de lui. Je le bouscule et glisse ma main dans sa poche. Je parviens à m’emparer de son portefeuille que je range dans ma poche et m’éloigne déjà.

« S’cusez-moi, m’sieur ! »

Je me dirige ensuite vers la sortie, laisse tomber mon panier dans la pile et sort avec vélocité. Pour que c’vieillard me rattrape, j’ai de la marge. Il m’est donc inutile de courir.

©junne.

_________________
One day, we'll ride freely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Mer 13 Sep 2017 - 23:11

Cheack : FAIL !



Dead Love couldn't go no further Tout ceci ressemblait à une grosse face : Juger le pour ou le contre de l'achat d'un café soluble dégueulasse. Proud of and disgusted by her Oui, son goût était infâme mais il ne coûtait pas cher, me durerait un moment. Un peu d'eau, une simple cuillère et il était prêt. des avantages non négligeable. Push shove, a little bruised and battered Je me frottai le menton d'un air super sérieux devant ce rayon, alors que je savais déjà que je ne l'achèterais pas. J'en sifflotais un air tout bête avant de me faire percuter. Oh Lord I ain't coming home with you Non, il n'irait pas dans mon panier et mon attention était déjà attiré par tout autre chose. J'en haussais le sourcil, n'ayant entendu que de vagues excuses sur ce qui ressemblait bien plus à une légère caresse sur mon postérieur qu'à un véritable accrochage. Il n'aurait droit qu'à un simple petit grognement primaire, de tout manière je n'étais pas encore assez opérationnel pour sortir autre chose de ma bouche. My life's a bit more colder Je n'avais pas vraiment pour habitude que l'on me tripote mais je passais l'éponge, ignorant tout de ce qui se tramait réellement. Mon corps froid ne réclamait aucune chaleur si ce n'est celles de bras enjôleurs. Dead wife is what I told her Il est vrai que je manquais sévèrement de contacte, je me serais bien passé de celui-ci. Je m'éloignais enfin de mon rayon, allant pour payer. Je me dirige vers la caisse, y pose mon petit panier rouge et sort mes achats un par un sur le petit tapis. Le bip régulier du scanner n'arrivait pas à me sortir cette chanson de la tête. Brass knife sinks into my shoulder Je fouillais ma poche pour y sortir ma monnaie. Mes petites pièces étaient très utile. Je cherchais ensuite mon porte-monnaie mais ne le trouva pas sur moi. Oh babe don't know what I'm gonna do Je pestais intérieurement. J'essayais de me remémorer. L'avais-je oublier à la maison ? Fort possible. Il ne contenait pas grand chose en temps normal si ce n'est ma carte de milicien et mon ancienne carte identification avec le nom de mon ancien maître dessus. Ce qui m'ennuyait le plus c'est qu'il portait un petit écusson en forme de tête de loup, imitation argent, l'adresse de ma cabane, différents numéros de téléphone griffonné sur un bout de carton. Ce genre de petites choses sans doute futile pour certains mais dont je ne pouvais clairement pas me passer. Non, je ne pouvais pas l'avoir oublié, je sors toujours avec, partout, y compris quand j'ai la tête dans le cul.

I see my red head, messed bed, tear shed, queen bee Ma tête bourdonne déjà à l'idée d'avoir perdu ce porte-feuille par mégarde ou pire encore, sachant d'avance la colère que cela provoquerait si mon ancien maître venait à l'apprendre. My squeeze J'étais persuadé qu'il était tombé de ma poche à un moment ou un autre. Je sortais du magasin avec mon sac de course. Puis je me rappelait ce gamin, à peine croisé, qui m'avait touché. The stage it smells, tells, hell's bells, miss-spells Cela aurait bien put ressembler à une scène dramatico-comique. Ce gamin ne se doutait même pas d'avoir voler un porte-feuille ne contenant que de vulgaires papiers -presque- sans valeur. Le porte-feuille, lui, avait une valeur sentimentale à mes yeux et il n'en tirerait rien non plus. Je regardais à gauche et à droite de la rue, me demandant par quelle direction il avait pu s'en aller. A moins qu'il soit encore dans le magasin ? Que sais-je. Knocks me on my knees Je décide de me mettre contre le mur de la façade, non loin de cette porte et d'attendre un peu en essayant de reluquer les clients qui sont encore dans le magasin. Pour la peine, il m'a bel et bien réveillé et de manière bien plus efficace que ne l'aurait été un réveil ou un café trop corsé. It didn't hurt, flirt, blood squirt, stuffed shirt Profiter de ce moment pour boire ma première poche de la soirée avant de ne commettre un meurtre. Tenter de me calmer. J'allais jeter ma poche vide dans une poubelle à proximité. Hang me on a tree J'espérais ne pas en venir aux mains ce soir si ce bandit croisait mon chemin. Pour sûr qu'il passerait un mauvais quart d'heure. Puis je l'imaginais inspecter son larcin, faire une tronche de six pieds, rien que par désillusion. Quand on veut se faire du fric, on ne vient pas dans des quartiers modestes. After I count down, three rounds, in hell I'll be in good company Il a fallut que cela tombe sur moi, ce soir, alors que je ne suis pas de garde. La tuile. Je ne pouvais guère bouger d'ici tant que je n'aurais pas fait face à mon tripoteur. Il était peut-être loin maintenant. Je me faisais des illusions quand à retrouver mon porte feuille. Tant pis ! Je n'allais pas non plus crécher là jusqu'à l'aube. Je me décidais à aller jusqu'au poste le plus proche. Sans doute que là bas, je pourrais au moins demander la duplication de mes papiers, même si je perdais une bonne partie de mon temps. Je marchais alors, m'éloignant de la supérette le cœur lourd. Quoi que non, je n'ai plus de cœur viable."Quand on est mort, on est mort. En attendant, on a la crème glacée." aurait dit Patrick Jane, dans la célèbre série "The mentalist" et il n'avait pas tord. c'est une façon comme une autre de trouver du positif dans ce qui pourrait être négatif. Cela ne me réjouissait guère mais je n'avais pas plusieurs option devant moi. J'affichais tout de même un petit sourire, juste parce que cela me donnerait une raison supplémentaire d'aller réclamer à mon maître une nouvelle liste de numéros, sur l'oreiller. Cette pensée me donnait un peu plus d'humeur, peut-être un peu trop. Je devais avoir une tête de benêt, tête en l'air, pensif et siffleur. Qu'importe.


Codage par Libella
Revenir en haut Aller en bas
Tête de pioche enflammée
Messages : 73
Métier : Serveur au Chat Noir
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Jeu 14 Sep 2017 - 11:45

Attrape-moi si tu peux
"Comment un vieillard pourrait m'attraper ?"
Je sors tranquillement de la boutique, sans que personne n’ai remarqué mes différents larcins. Je compte passer par les égouts, et ensuite m’asseoir confortablement sur une souche d’arbre pour contempler mon butin, en espérant qu’aujourd’hui, il soit bon. En attendant, je n’ai plus qu’à faire profil bas jusqu’à ce que j’aie atteint l’entrée des égouts et éviter, le plus possible, les miliciens, ce qui est une entreprise assez délicate. Ils sont absolument partout, ceux-là. Déjà qu’en tant qu’esclave, je ne les aimais pas beaucoup, mais là, je les déteste plus que tout. Parce que je sais que c’est l’un deux, s’il m’attrape, qui me renverra en centre de dressage. Et ça, il en est absolument hors de question. Après avoir connu la liberté suprême, je ne sais pas ce qu’il adviendra de moi, si je me faisais de nouveau attraper. Sûrement que je me laisserais mourir, comme un animal farouche qui n’a plus la volonté de se battre. Je jette un œil au ciel étoilé et inspire profondément, m’arrêtant quelques minutes au coin d’une rue. Je garde le regard vissé sur la couleur bleue nuit que l’infini arbore sous mes yeux et me perd dans le néant de son corps impalpable.

Mains dans les poches, je joue avec l’une des bagues que j’ai dérobées et de l’autre, je tâte le cuir du portefeuille que j’ai subtilisé. Soudain, je fronce les sourcils. Il me semble tout de même un peu léger, j’ose espérer que je n’ai pas volé un pauvre, quand même ! Immédiatement, je quitte le ciel des yeux et m’enfonce dans une petite ruelle qui finit en cul de sac à cause d’un grillage que je n’aurais pas de mal à gravir. Je me laisse choir sur une poubelle dont le plastique grince un peu au moment de soutenir le poids de mon postérieur finement galbé. Je sors ensuite l’objet de ma poche et l’ouvre, fronçant les sourcils en découvrant son contenu. Des papiers, des cartes. Je consulte l’une d’elle et me raidis soudainement. Une carte de milicien ?!!!! Je reste immobile, les yeux écarquillés, ne sachant que faire quant à la marche à suivre. Moi qui était désireux de ne pas me faire remarquer par les forces de l’ordre, c’est raté ! Soudain, j’entends le miaulement rauque d’un chat et je lève immédiatement la tête vers la sortie de la rue, craignant qu’il n’ait été dérangé par quelqu’un. Mais rien, le calme plat. Je pousse un soupir de soulagement et retourne à mon observation de mon butin. Je regarde de plus près, la tête du type sur sa photo d’identité et ne peut m’empêcher de ricaner. Un vieillard. Je ne sais pas de quoi je pourrais bien avoir peur. Je doute qu’il puisse me courir après. Bien que…Monsieur Samuels me battait bel et bien à la course. Et pourtant, il avait soixante balais !

Je crois me souvenir que les vampires fonctionnent à l’âge. Plus ils sont vieux, et plus ils sont puissants…J’en frissonne d’horreur et grogne contre ma stupidité de m’être fourré dans ce pétrin et d’avoir volé un foutu milicien. C’est bien ma veine ça…Bon, au moins, il m’a perdu de vue, alors, rien n’est perdu. Je récupère la carte et la fourre dans ma poche, me disant que je peux au moins l’emmerder en lui volant ses papiers d’identité. Je jette par terre les petits bouts de papiers épars, regarde les numéros sur le bout de carton que je conserve et fouille à l’intérieur de la grande pochette. Je trouve un drôle d’objet. Une sorte de piécette qui me semble être en argent, enfin, cela m’étonnerait étant donné que c’est la matière que les vampires craignent.  Imitation argent, alors, qui brille tout de même et est frappée d’un loup. Je la fourre dans ma bouche et la tâte de mes dents, comme pour vérifier son authenticité. Bon, tant que ça brille, ça m’plaît. Je la fourre aussi dans ma poche et fouille le tout. Il ne reste que de vulgaires pièces qui brillent moins que l’écusson que je compte bien conserver. Je marmonne dans ma barbe et me gratte l’arrière du crâne, bien gêné d’avoir volé quelque chose qui ne me plaît pas et qui appartient, qui plus est, à un milicien. Je n’ai plus qu’à m’arranger à ne plus croiser sa route…

©junne.

_________________
One day, we'll ride freely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Ven 15 Sep 2017 - 22:31

Cheack : FAIL !



Alors que je marchais lentement, je sortais mon téléphone portable. La petite pièce à la tête de loup n'était pas qu'un simple écusson sans réelle valeur. Non. Mon maître me l'avait offert et il enfermait en son cœur un petit émetteur Gps. Mon maître ne supportait guère ne pas pouvoir me suivre à la trace du temps de mon vivant et j'ai garder ce petit outil après ma mort. Simplement parce qu'il s'agit d'un cadeau, certes, mais aussi permet encore et toujours à mon cher maître, ou à moi-même dans cette situation, de savoir où je posais mon charmant fessier de milicien. En cette soirée, je le trouvais fort utile. L'application de mon portable le localisait non loin de ma position actuelle. Cependant, quelque chose me chiffonnait en voyant le petit point bouger sur mon écran tactile, prendre des rues étrangement étroites, s'arrêter quelques instant avant de poursuivre son chemin jusqu'à s’immobiliser dans une sorte de cul de sac. Je connaissais bien la ville, assez pour savoir qu'au bout de cette ruelle, il n'y avait qu'un grillage grossier, à ce demander pourquoi la mairie en a installée un à cet endroit. Je m'imaginais alors plusieurs scénario : Soit mon petit voleur avait jeter mon porte-feuille dans les poubelles par manque de gain et je m'en féliciterais, soit ce sacripant s'installait confortablement sur une des dit poubelle en ignorant totalement être tracé. Les deux options étaient tout à fait envisageables. Je me décidais donc à aller jusque vers cette ruelle et mes sens aiguisées me permettaient d'entendre vaguement du bruit. Je me cachais un bref instant contre le mur avant de passer la tête et d'y apercevoir cette bouille avec ce chapeau sur la tête. Qu'est-ce qu'il fabriquait ? Je le voyais simplement jouer avec son butin comme une petite pie en admiration devant des pierres précieuses. Puis je reconnu mon porte feuille dans ses mains, je le voyais mordre mon pauvre émetteur GPS et me demandais sérieusement si il allait encore fonctionner avec ce traitement. Tant pis ! Il faut que j'agisse. Je sortais tranquillement de ma cachette, m'avançant jusqu'à lui, presque à pas de loup. Je savais que je venais de trouver mon petit lapin cleptomane.

- Hey ! T'as pas l'impression d'avoir quelque chose qui m'appartient ?

Je ne savais pas quelle serait sa réaction en me voyant là, serein, une main dans la poche, cachant mon téléphonne de sa vue, de peur qu'il le saisisse aussi bien que je lui souhaite du courage d'espérer ou même tenter de le faire. Je le fixais, sans animosité mais avec une fermeté digne de son magnifique popotin assis sur cette poubelle. Il pouvait fuir, sauter cette maigre barrière de grillage, courir, s'enfuir, crier, sursauter, se jeter sur moi par dépits ou par désespoirs. Je m'attendais à tout à vrai dire. Je lui laissait toutefois une toute toute petite chance infime en tendant simplement l'autre main que je possède, à plat.

- Tu as ... deux petites secondes pour me rendre ma carte et mon porte-monnaie. Tu te doute bien que je ne peux en aucun cas te laisser partir avec.

Et c'était vrai. Je ne pouvais pas le laisser partir, pas même si il me rendait tous mes dus. Je le savais, lui aussi à tous les coups. Cependant, je gardais cette petite distance de sécurité, juste pour lui montrer que je n'avais nullement l'intention de lui courir après, tout du moins, pas pour l'instant. Je ne lui avais pas demander mon écusson, oh non ! Trop utile en la circonstance. Si il pouvait me mener à son repère, je me ferais la plus grande joie de le cueillir lui et sa petite bande. Oui, je supposais qu'il ne sortait pas seul, ils ne le font jamais. Ils sont toujours par petits groupes, pouvant ainsi détourner plus facilement les patrouilles par de simples diversions. Certes, il arrivait que l'on déjoue ces quelques bandes mais certaines nous donnaient beaucoup plus de mal. J'allais certainement lui créer une sacrée surprise, plus tard, s'il ne décidait pas d’obtempérer. Je serais beaucoup moins magnanime, beaucoup moins "doux" et certainement bien moins enclin à lui concéder d'autres chances. Puis une petite ombre vint perturber ma concentration, des battements d'ailes et de cœurs que je connaissais. J'en affichais un léger sourire, levant le regard pour suivre son vol jusqu'à ce qu'elle se pose sur le chapeau du jeune homme.

- Je te présente Artémis ... Si tu ne me rends pas mon dut, je ne garantie pas que tu n'y perdes pas ton joli couvre chef ...

Et qu'il ne s'avise même pas de la toucher ou de la blesser. Mon regard se fit beaucoup plus froid et mon sourire légèrement malsain. Quel choix ferait-il ? Même si il s'enfuit, je pourrais facilement le tracer, à son insu. Et ma buse ne le quitterait pas non plus de ses yeux de rapace.


Codage par Libella
Revenir en haut Aller en bas
Tête de pioche enflammée
Messages : 73
Métier : Serveur au Chat Noir
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Ven 6 Oct 2017 - 12:05


Have a good day and happy to never see you again !




Assis sur cette poubelle, je suis persuadé que rien ne pourrait m’arriver. A l’abris, entre les immenses immeubles surplombant ma silhouette, je me crois en sécurité. Un léger sourire auréole mon visage. Même si je me suis attaqué à un milicien et que j’espère qu’il ne me trouvera pas, je me félicite tout de même d’être parvenu à lui échapper. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut subtiliser quelque chose à un vampire et de déjouer ses sens aiguisés. J’aurais presque envie de sauter sur place et d’aller le narguer. Mais bon, je ne suis tout de même pas con à ce point ! En tout cas, je me félicite. Même si le butin est maigre, l’enjeu était tout de même intéressant. Passer comme ça, entre les filets et sous le nez des vampires, c’en est plus que jouissif ! Je souris finalement de toutes mes dents et abaisse mon chapeau presque sur mes yeux, me retenant d’exploser de rire et de scander ma fierté en plein milieu de cette ruelle. J’aurais l’air bien con si j’attirais l’attention, putain ! Je suis tellement concentré sur ma propre joie, que je ne remarque même pas l’ombre qui apparaît soudainement à l’entrée de la rue. Je ne me raidis que quand j’entends la voix grave de l’homme qui vient de faire son apparition. Immédiatement, je lève le nez en direction du nouvel arrivant et blêmit en constatant qu’il s’agit du vampire que j’ai volé un peu plus tôt…Le milicien !


« Hey ! T'as pas l'impression d'avoir quelque chose qui m'appartient ? »


Je baisse les yeux en direction du portefeuille que je tiens toujours en main, les pièces et l’écusson en faux-argent, représentant un loup, déjà dans ma poche. Oui, en effet, j’ai plusieurs choses qui lui appartiennent. Ce n’est absolument pas une impression ! Dès que je le vois s’approcher, je saute immédiatement sur mes pieds et reste sur mes gardes, les yeux rivés sur sa silhouette qui s’arrête finalement et laisse entre nous deux, une distance sécuritaire. J’inspire longuement, son portefeuille toujours dans ma main. De mon autre main, j’enfonce un peu plus mon chapeau sur ma tête, comme si je me préparais déjà à la fuite. Et puis, je passe mon pouce sur le bout de mon nez, prêt à réagir à la moindre attaque. Déterminé, je reste vissé sur mes pieds, et plisse les yeux, essayant d’appréhender ses prochains gestes. C’est un vampire, rapide, déterminé, dangereux.
Je vais salement déguster…Je me crispe sensiblement lorsqu’il tend la main, à plat. Paume vers le haut, il n’a pas besoin de parler pour que je comprendre immédiatement ce qu’il désire. En même temps, pourquoi serait-il là, sinon ?


« Tu as ... deux petites secondes pour me rendre ma carte et mon porte-monnaie. Tu te doutes bien que je ne peux en aucun cas te laisser partir avec. »

Je grince des dents et garde mon regard sur lui, serrant le cuir de son portefeuille entre mes doigts. Oui, je sais que je ne peux partir avec. Il est bien gentil de me le préciser, mais rien ne me dit qu’une fois que je me serais approché pour lui rendre son dû, il n’en profitera pas pour m’attraper ! Et cela, il en est absolument hors de question. Je tiens beaucoup trop à ma liberté pour cela ! Soudain, un cri d’oiseau me fait sursauter et une pression se fait immédiatement pressentir au-dessus de mon chapeau. Une buse vient de se poser sur mon crâne ! Je ne rêve pas !


« Je te présente Artémis ... Si tu ne me rends pas mon dut, je ne garanti pas que tu n'y perdes pas ton joli couvre-chef ... »


Je me raidis et plante mon regard sur le vampire en serrant les dents. Il pense m’avoir comme ça, ou quoi ? Je partirai entier, et mon chapeau aussi ! Ce n’est pas pour rien que l’on m’appelle l’enflammé ! Telle une dynamite, j’explose et suis imprévisible. L’ombre d’un sourire apparaît sur mon visage et en une fraction de seconde, j’envoie valser mon chapeau de la main gauche. Evidemment, il reste accroché à moi, grâce à la ficelle autour de mon cou, mais cela déstabilise le rapace qui recule en un tire-d’aile. Les oiseaux sont prévisibles et puis, je lui fais perdre l’équilibre, alors bon…Sans attendre, alors que mon chapeau se décroche de ma tête, je lance brutalement le portefeuille du vampire qui, avec la chance que j’ai…lui atterri en plein milieu du visage. Un ricanement puissant franchi la barrière de mes lèvres et je fais volte-face. Je pivote sur le côté, bondi sur la poubelle et saute sur le grillage, le tintement des pièces se faisant entendre dans ma poche. Je m’accroche et passe de l’autre côté. Je me tourne ensuite vers le milicien, protégé par le grillage qui se dresse désormais entre nous deux. Attrapant mon chapeau, je le visse de nouveau sur mon crâne et sourit, levant les yeux vers lui.


« Tiens, je te le rends ton portefeuille ! »


Et puis, je le salue en levant légèrement le bord de mon chapeau.


« A plus ! »


Enfin, je tourne les talons et m’enfui dans la ruelle. Maintenant…il s’agit de courir…Le plus vite possible !

©️ 2981 12289 0

_________________
One day, we'll ride freely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Dim 5 Nov 2017 - 17:26

Cheack : FAIL !



Artémis n'est pas un oiseau stupide, elle est domestiquée, habile, vive et experte. Elle ne se risquerait pas à courir un trop gros risque. Bien entendu qu'elle sera déstabilisée par ce coup de chapeau mais ça ne sera pas sans mettre un petit coup de bec à ces doigts humains et à voltiller juste au dessus de lui. il comptait vraiment échapper à ses yeux de buse ? Bien que pour l'instant je n'avais cure que de récupéré mon bien, l’observant en penchant la tête sur le côté, je me rassurais tout de même que mon alliée n'ait aucun mal. Sans quoi, je n'aurais pas donné cher de sa peau de coyote. Je me penchais pour ramasser mon portefeuille, l'ignorant totalement alors qu'il faisait son mariole. Il ne se doutait vraiment de rien. Je le laissais partir et j'avais une bonne raison à cela. Mon porte-monnaie était vide ce qui ne me surpris nullement. j'en sourit en coin puis prenais la route. Je le suivrais, dans son ignorance, grâce à mon petit traceur. Artémis, elle, volait bien plus haut et ne lui laisserait aucune chance non plus. Le petit point bougeait sur la carte de l'application de mon téléphone portable, je savais où il allait. J'allais lui faire une petite surprise de taille. J'usais de ma vitesse, prenais les raccourcis que je connaissais Puis me postais à l'angle d'un mur avant qu'il n'atteigne le bout d'une ruelle. Il arriverait dans 5 ... 4 ... 3 ... 2 ...

- Salut ... Il me semble que tu as oublier de me rendre ma carte dans ta précipitation ...

Dis-je avec un sourire enjôleur, l'attendant le dos en appuis contre ce mur, les bras croisés. Artémis avait à nouveau pris position sur son chapeau de paille et penchait la tête pour le fixer. Elle était drôle ainsi à l'épier comme elle pourrait saliver devant la carcasse d'un mulot. Je me décollais du mur et jouais avec mon porte-feuille sans le lâcher des yeux.

- Tu m'as allègrement allégé ... Cependant, je veux bien passer un marché avec toi ... tu me rends ma carte et je te laisse partir ... en vie ...

C'était ma dernière proposition et je ne plaisantais pas. Je ne comptais pas lui courrir après toute la nuit et même si il gardait l'écusson, je n'irais pas le traquer. Les heures me sont comptées et l'aube ne me ferait pas plus de cadeau que je ne lui en ferais si il insiste trop.

- Réfléchis bien, tu n'as guère d'options. Tiens-tu à ta liberté ? oui ou non ?

Je tendais l'autre main, dans le but de l'inciter à me rendre ce que je réclamais. La fête était finit, il avait perdu cette manche, il fallait qu'il l'accepte et se résigne. En serait-il capable?


Codage par Libella
Revenir en haut Aller en bas
Tête de pioche enflammée
Messages : 73
Métier : Serveur au Chat Noir
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Lun 20 Nov 2017 - 22:37


Have a good day and happy to never see you again !




Trop fort, trop intelligent pour ce vampire qui me semblait bien trop vieux pour ce monde. J’étais parvenu à le berner et qui plus est, à m’enfuir sans qu’il ne puisse m’attraper. Est-ce que beaucoup d’humains pouvaient se vanter d’être parvenu à un tel exploit ? J’en doute. En même temps, qu’est-ce qu’il pouvait bien faire face à ma superbe agilité et mon sens de la répartie ? Rien du tout, assurément. J’étais passé maître en la matière. Je savais voler aussi rapidement qu’une ombre et me dissimulait parfaitement parmi la foule. J’étais un fantôme et non, ce n’était pas dans mes rêves les plus fous ! Et ce n’est surtout pas son piaf de malheur qui avait eu l’audace de se poser sur mon chapeau en tissu de couleur orange, qui serait parvenu à m’arrêter. Non mais, sérieusement…Qui se baladait réellement en ville avec un foutu rapace ? Est-ce que c’était seulement autorisé ? J’hallucine. Ce ne sont pas censés être des animaux dangereux ? Et puis, ce genre de volatiles, on les laisse en liberté ou, on les met dans des zoos ! On ne les laisse pas se poser n’importe où et encore moins se balader tranquillement en ville. Non mais bon sang…que faisait la milice ?! Qui était ce capitaine qui laissait ses miliciens avoir des buses en liberté ! Vraiment, on avait tout vu ici ! Quoi qu’il en soit…J’étais parvenu à m’échapper et l’éthique de la milice me passait bien au-dessus, maintenant. Désormais, la seule chose qui m’importait, c’était de pouvoir tranquillement rejoindre les égouts et ensuite, disparaître dans la forêt. Et vu l’avance que j’avais pris sur ce vieillard, il n’y avait aucune raison que…


« Salut…Il me semble que tu as oublié de me rendre ma carte dans ta précipitation… »


Je manque de rentrer dans le vampire et pousse un cri de surprise. Illico presto, je fais plusieurs pas en arrière et doit me soutenir au mur pour ne pas tomber en arrière, tant j’ai eu un mouvement de recul brusque. Non mais…Il est déjà là, celui-là ?! C’est pas possible ! Comment il a fait, d’abord ? Une minute…Ouais, c’est vrai…C’est un putain de vampire, il a dû user de sa super vitesse ou je ne sais quoi. Mais quand même, comment est-ce qu’il a fait pour me retrouver aussi vite ? Putain, c’est vraiment pas ma veine. Et voilà que son putain de poulet retrouve sa place sur mon chapeau. Non mais sérieusement, il ne peut pas se poser ailleurs ? Et puis, il croit impressionner qui avec sa volaille ? En fait, il est surtout ridicule à se balader partout avec une buse. Il est quoi ? Fauconnier ? Troubadour ambulant qui paye les gens en faisant des démonstrations avec sa buse ? Bordel.


« Tu m’as allègrement allégé…Cependant, je veux bien passer un marché avec toi…tu me rends ma carte et je te laisse partir…en vie...Réfléchis bien, tu n’as guère d’options. Tiens-tu à ta liberté ? Oui, ou non ? »


Bien sûr que je tiens à ma liberté…Il croit quoi, lui ?! Que je vais me laisser emprisonner comme ça, aussi facilement ? Je serre les dents et braque mon regard sombre dans le sien, hésitant. Si je refuse, il pourrait très bien avoir le moyen de m’attraper et la liberté, ce sera fini pour moi. Et si j’accepte, qu’est-ce qui me prouve qu’il ne m’attrapera pas tout de même ? Je suis au pied du mur. J’ai voulu jouer avec le feu et voilà que je me suis brûlé les ailes…Bien que j’aurais préféré que ce soit sa stupide buse qui se les brûle, ses ailes. J’inspire profondément, pesant le pour et le contre. Est-ce que je peux sérieusement lui rendre juste sa carte et conserver le reste ? Il n’est pas dupe, il sait que j’ai volé le reste de sa fortune. Et si je les garde, cela lui fera sûrement une raison de me traquer pour récupérer le reste, quand bon lui semblera. Et ainsi, mettre en danger Leiftan et tout le reste du campement. Nan, je risque trop gros.


« Nan tu sais quoi ? J’ai voulu jouer et je me suis heurté à plus fort que moi. Et les gagnants doivent accepter de perdre, parfois. J’suis désolé de t’avoir volé. Et d’avoir fui. »


Immédiatement, je fourre mes mains dans mes poches et en sort tout ce que je lui ai dérobé : carte, écusson en forme de loup, piécettes. Bref, je ne conserve rien et lui tend le tout.


« Je fais preuve de bonne foi. Je te rends tout et, tu me laisses partir. Ça te va ? »


©️ 2981 12289 0

_________________
One day, we'll ride freely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   Mer 29 Nov 2017 - 12:54

Cheack : FAIL !



Le petit fumier !

Première réflexion en le voyant.
Je le gardais à l’œil, l'épiant férocement. Artémis se mis à fondre sur le sol pour picorer mes maigres pièces. Peut-être avait-elle soucis de savoir si elles étaient véritables ou fausses. Cependant, il me rendait la totalité de mes biens. Je décollais donc mon dos de ce mur et m'approchais, toujours aussi méfiant que lui.

- Chose promise, chose due. Tu peux partir tranquille.

Je comptais tenir ma promesse, j'étais homme de parole. Je m'abaissais légèrement pour ramasser mes affaires, sans chercher à compter ma monnaie. Elle ne m'importait guère à vrai dire. Ce larcin ne lui avait pas été si gratifiant qu'il l'espérait. Il n'aurait même pas eu de quoi s'acheter un bout de pain. Une fois mon dû récupéré, je me redressais, Artémis vient à se poser sur mon épaule et je reculais lentement.

- Évite le quartier la prochaine fois, il y aura beaucoup plus de patrouille dans ce secteur, surtout à l'approche de Noël ... Ha ... Encore un détail ... Il va y avoir une rafle dans la zone Nord-ouest de la forêt dans deux jours ... Si des fois tu veux sauver quelques uns de tes ... amis.

Je rangeais mes cartes dans mon porte-feuille puis lui tournais le dos pour partir. Je ne sais pas pourquoi je lui avais donné ces indications. Leurs sorts m'importaient guère et si je faisais parti des miliciens appelés pour cette traque, je ne lui ferais certainement pas de cadeaux. Peut-être voulais-je simplement l'aider, un peu. Je ne sais pas. Toujours que j'allais reprendre ma vie et lui la sienne. Et si je le recroise? Qui sait ? Je serais sans doute encore moins disposé à lui laisser une chance. Mon porte-monnaie allait retrouver sa place dans ma poche et mes pas me conduirait vers mon studio où je pourrais enfin boire une bonne poche de sang après cette longue soirée mouvementée. Une chose est sûre, je n’oublierais pas ce visage, ni ce chapeau de paille.


Codage par Libella
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cheack : Fail ! [Rp Lorcan - Défi des dés] - Open
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ligue Retro : FAIL .... Ligue CHL ??
» We have the power of fail ♫ Feat Naoko ♥ ~
» You fail ... Try again ! ~ ftSiam
» Lysander Sarhtorian : présentation [validée]
» "failed connect to server login"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Abandonnés-
Sauter vers: