AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]
Vampire ni pour ni contre
Messages : 76
Métier : Conservateur et écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire ni pour ni contre
MessageSujet: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Ven 21 Juil 2017 - 19:20

A l'intention de monsieur Kingslay,

Bonjour,

Votre secrétariat m'a donné votre adresse mail afin que je puisse vous contacter directement pour adresser une demande  particulière au conseil.

Je me présente, Orlin Begue, conservateur du muséum d'histoire naturelle. Je ne viens pas vers vous à ce titre, mais en tant que chercheur souhaitant établir plusieurs observations et donc établir un protocole particulier. Or, pour ce fait j'aurais besoin de l'accord du conseil.

Ma demande étant spécifique, je souhaiterais vous l'expliquer de vive voix. Si vous êtes d'accord pour une rencontre, n'hésitez pas à m'envoyer vos disponibilités, je me tiendrais à votre disposition.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à ma demande

Je vous prie d'agréer, Madame/Monsieur, l'expression de ma considération distinguée

Orlin Begue
Conservateur au muséum d'histoire naturelle
BegueOrlin@lycos.com
07.88.56.23.14

Dans son bureau, Orlin tapote avec frénésie sur son clavier. Avec concentration, il rédige un article pour un magasine d'archéologie. Les fins connaisseurs en tapotage sur clavier pourront distinguer sa nervosité, Orlin ne tapote pas comme à son habitude. Il a un rythme plus saccadé, ses doigts défilent sur le clavier mais de temps à autre ils s'arrêtent au-dessus d'une touche le temps que ses yeux cessent de fixer la porte. Ironie que de voir un vampire stressé, eux qu'on a l'habitude de qualifier d'arrogant et d'assuré dans tout ce qu'ils entreprennent. Orlin pourrait être le personnage principal d'une farce. Pourtant, sa transformation avait amélioré ce défaut, il s'était ouvert, il avait entreprit de nombreuses actions qu'il n'aurait jamais envisagé de réaliser en étant humain.
Orlin regarda l'heure sur son ordinateur, puis il s'étira un peu en fermant les yeux avant de pincer l'arrête de son nez. Le vampire avait l'impression d'attendre pour un entretien. Il avait pourtant l'habitude des rendez-vous depuis le temps qu'il était à ce poste. Mais celui-ci était particulier. il se mettait la pression, il désirait tellement que son projet soit validé. Le dossier n'était pas complet, il lui manquait un élément phare : l'esclave qu'il pourrait envoyer mais il avait espoir de le trouver. La validation par le conseil était capital, il ne voulait pas commencer une expérience, si elle avait des risques d'être gâchée par d'autre.

Du retard, son rendez-vous avait du retard. Juste quelques minutes mais cela suffisait pour augmenter sa nervosité. Il essaya de se concentrer de nouveau sur son article, rien à faire l'inspiration ne venait plus. Il maudissait son manque de confiance en lui, il était pourtant bien courageux à chaque fois d'entamer les premiers pas. Il exerçait à chaque fois une performance, une danse dans laquelle il finissait par ne plus savoir sur quels pieds danser. Orlin examina une dernière fois son bureau pour vérifier si tout était à sa place.

Il se rassurait ainsi.

On toqua à la porte, fébrile il se redressa pour autoriser à rentrer dans son territoire. Apparu la tête de son archiviste, il s'en étonna, Orlin s'attendait plutôt à voir son secrétaire pour lui signaler l'arriver de monsieur Kingslay.

- J'ai ramené votre rendez-vous, il était perdu dans les dédales de notre musée.

Orlin aimait bien la manière de s'exprimer de son archiviste , elle lui donnait l'impression qu'il s'amusait en toutes circonstances. Il l'appréciait d'autant plus que son travail était irréprochable. Cependant, il fronça les sourcils

- Où est Monsieur Cunliffe ?

-Ne le voyant pas à son bureau je peux emettre l'hypothèse qu'il a décidé de se prendre une pause...

Ses doigts se crispèrent, froissant au passage un papier. Il retient sa colère, ce n'était pas le moment. Son rendez-vous devait être à la porte, il était hors de question qu'il l'entende bégayer sa haine contre un de ses employés. Il devait placer toutes ses chances de son côté. Orlin attrapa un stylo, ramena son agenda ouvert vert lui pour écrire en gros et en français "virer ce connard de secrétaire" plusieurs traits bien appuyé et un cercle autour de la phrase finirent de la ponctuer. Le stylo regagna son pot, l'agenda sa place à titré.

- Est-ce que tu peux le faire Entrer, Ss'il te plait. Il réussit tant bien que mal à contrôler les mots sortant de sa bouche bien qu'il força un peu plus sur deux mots pour s'appliquer. Son origine étrangère pouvait très bien l'expliquer.

Son employé hocha simplement la tête, accompagné d'un sourire de sympathie avant de faire demis tours pour faire rentrer l'invité. Orlin se leva pour passer devant son bureau afin de pouvoir serrer la main à cette personne importante. Par réflexe persistant maintenant depuis des siècles il tira légèrement sur ses manches pour les arranger, il inspecta son pantalon et termina par son col et ses cheveux.

Tout étant parfaitement dans l'ordre, il pouvait l'accueillir comme il le devait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Lun 31 Juil 2017 - 14:26



Absorbé dans la contemplation d'un antique fossile conservé derrière une plaque de verre, un pouce passé dans sa ceinture et un fin sourire admiratif sur les lèvres, Ulysse profitait du calme du musée d'Archéologie. Comme bien souvent lorsque l'un des siens sollicitait son attention, il avait répondu au message d'Orlin Begue de façon positive, dans les plus brefs délais. Il avait fixé le rendez-vous à 16h, et avait pris soin d'amener, dans sa sacoche, des petits financiers aux amandes. Quel genre d'anglais manquerait l'occasion d'allier une discussion avec un thé et un petit gâteau ?

Il était arrivé avec une petite heure d'avance, souhaitant profiter de son déplacement pour découvrir l'exposition actuellement en place au musée et, n'ayant trouvé personne à la réception, il s'était avancé seul dans les couloirs, traversant la collection permanente pour arriver... 230 Millions d'années dans le passé. Ponctuant ses observations de petits hochements de tête satisfaits, Ulysse constatait l'excellent travail qui était tenu au sein de ce musée.

Excellent point pour M.Begue.

¤

Il n'avait pas encore parcouru la moitié des salles et couloirs, lorsqu'un homme au phrasé des plus particuliers était venu à sa rencontre. Plaidant un sens de l'orientation défaillant en ce lieu qu'il ne connaissait que fort peu, Ulysse décrocha un sourire flegmatique à celui qui se présenta comme l'archiviste du musée, avant de le suivre jusqu'au bureau d'Orlin Begue. Il patienta dans un petit couloir, assit entre deux immenses peintures aux couleurs un peu passées, et, lorsque l'archiviste le lui proposa, il se releva pour entrer dans l'antre du conservateur.

Un bref coup d’œil circulaire lui suffit pour estimer à quel genre d'homme il allait avoir à faire, puis il posa son regard souriant sur le dénommé M. Orlin Begue. Bien propre sur lui, vêtements sans fantaisie mais repassés avec soin et cheveux bien peignés, il ne possédait pas cet air poussiéreux qu'arboraient pourtant souvent les hommes d'histoire. Il émanait en revanche de lui une aura qu'il connaissait bien, pour l'avoir à ses cotés au quotidien en la personne d'André, son majordome.

Maniaque.

Au coin de sa bouche, son sourire s’agrandit imperceptiblement, et il s'avança pour saluer M.Begue.  Il ne savait pas grand chose de lui, mais avait tiqué sur sa nationalité Française, craignant un instant de se retrouver confronté à l'un de ces artistes à la vulgarité exacerbée qui pullulaient sur le vieux continent. Il n'en était visiblement rien, aussi ce fut une main franche et amicale qu'Ulysse tendit vers le conservateur.

« M.Begue. C'est un plaisir de vous rencontrer. Au vu de ce que j'ai pu découvrir de votre exposition  actuelle, laissez moi vous féliciter pour la tenue exemplaire de votre musée... Et vous offrir quelques douceurs pour accompagner le thé. »

Un sourire amusé, et Ulysse sortit le petit paquet de financiers qu'il avait acheté au salon de l'excellent pâtissier Adamson, sur le chemin. Tenant l'élégant pochon transparent par en dessous, il observa les minces signes de nervosité qu'il pouvait déceler dans les détails du visage de son vis-à-vis, ne se départissant pas de son sourire bienveillant.

_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire ni pour ni contre
Messages : 76
Métier : Conservateur et écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire ni pour ni contre
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Ven 4 Aoû 2017 - 19:37

Le vampire propre sur lui serra avec caractère la main de son ainé se retenant par derrière d'essuyer sa main. Une mauvaise manie qu'il s'efforçait à abandonner. L'approche franche et amicale du leader le rassura d'une certaine manière. Toutefois, ce sentiment fut de courte durée.  Des douceurs ? Le thé ! Mais quel thé ? Il y avait pas de thé dans son bureau. Serait-il trompait dans ses intentions ? Pensait-il être invité pour un goûter découverte ? Non, il était bien trop âgés pour s'intéresser à se genre d'enfantillage. Mais où il allait bien pouvoir trouver du thé !

Sourire professionnel et légère courbette de la tête alors que cela carburait dans son esprit.

- Je vous remercie pour votre compliment, heureux de voir que notre travail porte ses fruits. Oh! je vous en remercie, il ne fallait pas mais il est vrai que le thé est bien meilleur avec de petites douceurs..


Baratin, mensonge et hypocrisie mais Orlin savait parfaitement s'en sortir malgré sa panique totale. Des années et des années d'entrainement à jouer le change entre son horrible timidité et sa froideur et sévérité extérieure. Quelle idée aussi d'avoir demandé de l'aide à un anglais. Il lui désigna un siège un peu vieillot, mais a l'apparence confortable en face de son bureau tendis qu'il regagnait le siens.

-Je vous en pris faite comme chez vous. Il prit le téléphone . Je me renseigne pour voir où en est le thé.

Vite, il fallait trouver qui appeler sans être embarrassé. Soupire intérieur, il fit un numéro tout en espérant qu'il avait déjà regagné son poste. Lourd silence tandis que la sonnerie retentissait au bout du fil. Un coup d'œil au leader, un léger sourire professionnel pour cacher sa nervosité et son affolement.

-Oui ?

Sauvé ! Son archiviste celui connaissant sa situation et de plus fin connaisseur de thé afin à ce qu'il savait était présent à l'appel.

-Tanner. Savez-vous si le thé pour le rendez-vous est prêt ? Nous l'attendons.

-Le thé ? .... Ah, bien sûr il arrive, un des plus savoureux de ma collection !

Soulagement et petite émotion dans le remerciement qu'il lui fit. Avant de raccrocher L'archiviste ne put s'empêcher d'ajouter :

-Pendant l'heure du thé, profitez en pour lui demander s'il a une photo de la reine d'Angleterre dans sa poche , un parapluie à porté de main et s'il aime le pudding !

Il ne répondit pas à cela et il raccrocha.

-Nous aurons bientôt le thé...Est-ce la première fois que vous visitez le musée ? Il n'est pas bien grand mais nous avons pas à rougir devant nos collections. Mais c'est à propos d'un autre sujet dont j'aimerais m'entretenir avec vous...

Il a réussi à déjouer le piège du thé, mais il avait encore bien d'autres étapes à surmonter. Comme par exemple, faire face à un vampire supérieur? C' était assez intimidant mais ce n'était pourtant pas son premier d'ailleurs son créateur en était un. Mais il n'était pas leader et cela faisait toute une différence dans la balance. Surtout qu'il devait à ce vampire en face de lui vendre son projet pour que lui même le vende au conseil par la suite. Défendre ce qu'il lui tient à cœur, en tant que chercheur il y est habitué pourtant cela lui semblait toujours insurmontable.

-Préférez-vous attendre le thé ou voulez-vous qu'on en discute avant.

Autant ce tenir à sa volonté pour qu'il soit dans les meilleures dispositions possible. Pour se rassurer sans vraiment montrer son stresse, il arrangea un tas de feuille qui était déjà bien en ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Mer 9 Aoû 2017 - 19:04



Il y avait une chose particulièrement attendrissante chez Orlin Begue. Une chose qui, malgré toute l'application dont faisait preuve le conservateur pour se montrer à l'aise et impassible, fut facilement percée à jour par le regard flegmatique du Leader. Celui-ci s'était défait de la courte cape rouge qu'il portait sur l'une de ses épaules, pour la poser sur le dossier de son fauteuil, avant de s'installer dans le moelleux recouvert de vieux velours. Là, alors qu'il croisait tranquillement ses jambes tout en appuyant ses coudes sur les accoudoirs rembourrés, Ulysse avait posé ses yeux sur Orlin.

La vérité se trouvait dans les détails.

Et le cœur d'Orlin Begue s'exprimait dans ses gestes à peine trop crispés, à travers ses yeux qui se portaient avec impatience vers la porte de son bureau, et par les infimes rides qui se formaient sous l'effet de ses sourcils froncés.
Pour l'anglais, dont le quotidien récent avait été ponctué de vulgarité, de grossièretés et de provocations lorsqu'il n'était pas bousculé par des incidents, il était rafraichissant et très satisfaisant de se trouver face à un homme si concentré par son travail qu'il en venait à transpirer du stress par tous les pores de sa peau. Ulysse, n'ayant aucune idée du projet dont Orlin voulait lui parler, ne put que supposer que le dossier lui tenait à cœur. Ne restait plus qu'à découvrir de quoi il retournait.

Dans le petit bureau légèrement austère, la voix d'Ulysse résonna légèrement, pourtant tranquille comme un vieux roc posé là depuis des lustres.

« Je vous en prie Monsieur Begue, vous pouvez lever le voile dès à présent. Quel est donc ce projet qui vous tiens tant à cœur que vous craigniez de le présenter directement au Conseil ? »

Un fin sourire malicieux se forma sur les lèvres de l'anglais, et il noua ses mains devant lui, appuyées sur l'un de ses genoux.

« Dois-je comprendre, à travers votre préférence pour ma personne, que l'âge me rends plus malléable à vos yeux ? »

_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”


Dernière édition par Ulysse Kingslay le Mar 29 Aoû 2017 - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire ni pour ni contre
Messages : 76
Métier : Conservateur et écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire ni pour ni contre
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Sam 19 Aoû 2017 - 18:41

A croire que l'anglais faisait exprès de tourmenter Orlin. Est-ce parce qu'il était français ? Parce qu'il était plus jeune ? Ou simplement parce que cela se voyait comme une prune au milieu de la figure qu'il n'était point à l'aise ? Non, il était devenu un professionnel pour cacher sa timidité maladive. Il arrivait bien à parler devant des centaines de personne alors devant une seule... C'était bien plus facile! Maudit anglais sournois après le thé voilà qu'il lui donne un nouveau coup de massue en abordant la question de l'âge. Heureusement, qu'il était vampire. Humain, il aurait fait une crise de panique qu'il lui aurait empêché de continuer cet entretien. Maintenant, il était devenu des plus forts pour dire ce qu'il ne pensait pas. Il afficha une nouvelle fois un sourire professionnel quoi qu'un peu crispé.

-Aucunement ! Loin de moi l'idée d'utiliser votre âge à mon avantage. Se sont vos idées qui m'ont décidé.

Expliqua t-il avec sincérité. C'était vrai, mais il ne s'attendait pas à devoir se justifier. En parlant son regard se posa sur une pile de document où le journal du jour était plié avec soin. Il en détourna rapidement les yeux pour se focaliser sur son invité. Le passage sur le fantasme avec le miel lui revenait en mémoire... Quelle idée ! Mais c'est vrai qu'il possédait une légère odeur sucrée ou florale ...Enfin, il s'en moquait bien, pour lui chacun avait son intimité ...Il se dit qu'il devait aussi penser au mariage, pour plus tard...Afin de le féliciter. C'était étrange pour Orlin de savoir que ce vampire impressionnant en face de lui aller se marier ! Une cérémonie romantique pour ce grand gaillard...Bon! Il divergeait, ce n'était pas bien ... Concentration sur ce qu'il voulait lui demander !

-C'est en particulier vos idées sur les esclaves qui m'ont permis de me dire que vous étiez le bon interlocuteur...Voyez-vous en tant qu'archéologue, je suis intéressé par les modes de vies des sociétés de l'âge du bronze et du fer...Or, il me semble que les êtres libres ont pu reprendre une organisation de cette époque là... Bien sûr avec nos ville à côté, beaucoup de techniques ont dû être parasité, mais j'aimerais pouvoir observer leur mode de vie afin d'établir des comparaisons et si possible vérifier certaines hypothèses émises sur des sociétés plus anciennes. Pour cela, il me semble adéquate d'envoyer un esclave car moi même je ne peux pas les observer...Mais, il serait embêtant s'il n'était pas reconnu par la milice par exemple...  

Son discours était bien ficelé. Il se l'était répété souvent dans sa petite caboche et le matin même, ce fut répétition devant le miroir. Il établissait souvent ce manège avant un exposé, une conférence ou un interview. Un discours bien travaillé lui permettait de mieux se concentrer sur les mots pour ne pas qu'ils dérapent. Il n'avait plus qu'à croiser les doigts pour que le leader comprenne sa démarche ou du moins qu'il soit facile à convaincre s'il avait des doutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Mar 29 Aoû 2017 - 19:42



En bon et fin observateur qu'il était, l'Anglais ne rata pas le coup d’œil, pourtant bref, qu'Orlin jeta vers le journal. Ce dernier numéro était un tel ramassis de bouffonneries qu'Ulysse s'étonnait que le service de censure n'en ai pas altéré le contenu et il gardait, en travers de la gorge, un agacement certain pour l'immaturité dont avait fait preuve Jack cette fois-ci. Joutes verbales et immaturités étaient tolérables dans le cadre strict du conseil, à l'abri du public, mais, avec cette interview, le petit génie avait dépassé les limites de l'acceptable. Par ses paroles visant intentionnellement à décrédibiliser l'autorité et tourner au ridicule les membres du conseil, Jack s'était inévitablement attiré les foudres du Leader, qui lui avait sévèrement remonté les bretelles et se montrait, depuis, beaucoup plus pince-sans-rire vis à vis de lui.

Ramenant ses pensées vers la personne qu'il avait en face de lui, Ulysse écouta avec une attention toute particulière le discours d'Orlin Bègue. Aimable, il l'encouragea à continuer à quelques reprises , l'incitant d'un hochement de tête à reprendre le cours de ses phrases lorsque le rythme de celles-ci s’essoufflait. Puis le conservateur s'arrêta et le Leader haussa un sourcil pour s'assurer qu'il avait terminé. Un instant de silence s'étira dans le bureau, pendant lequel Ulysse fixa longuement son regard sur Orlin avant de lever le nez vers le plafond, pensif. Lorsqu'enfin il alla pour répondre, il fut interrompu avant même d'avoir pu prononcer le moindre mot : le thé venait d'arriver, et il leur fut servit avec zèle par l'archiviste qu'Ulysse avait croisé précédemment.

« Merci, vous êtes bien aimable. »

Le remercia l'Anglais tout en portant une tasse à ses lèvres, tenant la coupelle de son autre main. La porte du bureau se referma, laissant à nouveau Ulysse seul avec le conservateur. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire qui se voulait rassurant, et il se releva, abandonnant sa tasse sur la table pour faire quelques pas, un pouce passé dans sa ceinture.

« Je comprends la passion qui vous anime, Monsieur Bègue, et soyez assuré que je suis ravi de vous voir si motivé pour vos recherches. J'aimerais pouvoir vous accorder mon soutien, toutefois je peine à comprendre les intérêts que pourrait en retirer notre société. L'humanité est plus qu'obsolète, et il me semble fort désuet de vouloir creuser davantage les modes de vie d'un peuple dans lequel nous ne pouvons puiser ni inspiration ni sagesse. »


Ses déambulations l'amenèrent à longer quelques étagères, et il posa un regard patient et paternel sur Orlin, avant de revenir vers la table pour se resservir une tasse fumante.

« Une opération comme celle-ci engendre plusieurs problèmes délicats, Monsieur Bègue, en dehors du simple financement dont vous avez besoin. La difficulté majeure résidant dans le choix de l'individu que vous enverrez dans le camp de libre en question. Il est très difficile de s'assurer la fidélité de l'humain en question, ces jeunes créatures sont si volages... »

Le temps d'une gorgée, Ulysse vissa ses yeux gris à ceux de l'homme d'histoire. Dans un tintement, il reposa sa tasse sur son socle, avant de s'autoriser un sourire espiègle.

« Vous pourriez toutefois envisager mon soutien si vous songiez à étoffer votre étude par un axe supplémentaire... Nous savons que les libres bénéficient de l'aide ponctuelle de certains de nos congénères. Nourriture, armement, informations... Nos rangs sont troués comme du fromage français, et il nous serait fort utile de récolter quelques noms. Qu'en pensez-vous ? »



_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire ni pour ni contre
Messages : 76
Métier : Conservateur et écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire ni pour ni contre
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Lun 4 Sep 2017 - 15:41

C'était si prenant qu'Orlin oublia cette histoire de thé et lorsque l'archiviste toqua à la porte, il se demanda d'abord quel problème le muséum rencontrait. Le plateau entre ses mains lui rappela qu'il l'avait appelé quelque temps plutôt pour le sauver de ce mauvais pas. Heureusement, qu'il s'en était souvenu avant de l'engueuler comme un poisson pourri pour avoir osé les déranger. Il suivit son déplacement du regard, l'observant poser doucement le plateau pour servir le leader puis Orlin. Les tasses semblaient sortir d'une armoire appartenant à une grand-mère anglaise. Mentalement, il félicita son collègue de rester silencieux et de ne faire aucun commentaire, même s'il était persuadé que celui-ci en mourrait d'envie. Le vampire se pencha doucement pour attraper la tasse et la coupelle. Le thé n'était pas sa boisson de prédilection ou alors s'il en buvait, il préférait davantage le thé asiatique dans une vaisselle asiatique. En observant Ulysse, il s'adapta à ses gestes pour éviter tout geste déplacé dans l'art de boire le thé.

Lorsque le vieux vampire se leva, Orlin reposa la tasse sur son bureau pour lui réserver son attention, car il était certain qu'il s'apprêtait à répondre à sa demande. Plus les paroles s'écoulèrent plus il fronçait les sourcils. Le leader ne comprenait pas l'intérêt de l'archéologie. Comme beaucoup d'hommes d'affaires ou de puissants, ils avaient le nez tourné vers le futur et non vers le passé. A quoi cela servait de comprendre ce qui était terminé ? Mais sans histoire, on ne peut pas avancer. Si c'était pour défendre son travail, le conservateur savait être hargneux. Il hésita tout de même à lui couper la parole avant qu'il eut terminé, mais il réussit à se lancer avant qu'Ulysse se resserve de son breuvage.

-Sans vous offenser, je pense que vous vous trompez! Je sais qu'il est capital d'être tourné vers l'avenir mais l'archéologie reste important pour toujours avoir un lien avec nos racines et comprendre pourquoi nous en sommes là. Cela peut vous paraître abstrait, mais pour prendre les futures décisions, il est essentiel de connaître celles qui ont été prises avant...Je sais que simplement étudier les êtres libres ne m'amènera pas à grand chose et c'est pour cela que je suis sur plusieurs chantiers de fouille notamment dans l'espoir de trouver nos origines. N'avez-vous pas envie de comprendre comment les premiers vampires sont apparus et pourquoi ils sont restés si longtemps caché ?

Il c'était emporté, il voulait défendre son travail, mais il le regrettait un peu. Il se retenait à peine de baisser les yeux et se jura de ne plus intervenir tant qu'Ulysse n'avait pas finis. Il se demandait silencieusement en quoi cela posait un problème financier, ce n'était en aucun cas une action couteuse. Il est vrai que trouver le candidat idéal serait une autre paire de manche, mais il le trouverait, il n'avait pas d'inquiétude à ce sujet. Il allait reprendre sa tasse quand il arrêta son geste. Ses derniers propos avaient l'art de l'agacer légèrement. Il fut d'abord des plus mécontents par la référence au fromage français ensuite il lui faisait une proposition des plus délicates à accepter. Il n'était pas le moins du monde dénonciateur. Si des vampires voulaient aider et nuire à leur peuple en quoi c'était son problème. Chacun avait sa perception de l'esclavage. Il était un scientifique pas un politiciens ou un miliciens !

-Je ne m’attendais pas à ce genre de proposition…

Avoua-t-il sincèrement. Comme si son bureau était poussiéreux, il essuya de la main le bois

-Ce n’est pas vraiment d’un financement dont j’ai réellement besoin mais d’une autorisation spécifique auprès de la milice. Pour ne pas avoir de problème...

Ses autres études étaient assez bien financées pour qu'il puisse se permettre de ne pas demander une prise en charge pour celle-là. Son esclave vivrait par ses propres moyens et il y avait pas besoin d'argent pour écrire ses rapports, il avait surtout besoin de temps. Pour le moment ce qui lui posait surtout soucis c'est cette histoire de dénonciation.

- Il est vrai qu'il est délicat de trouver le bon humain ou hybride, mais ne pensez vous pas que même si je ne lui énonce] pas tous les faits de sa mission, il serait davantage difficile de garder sa confiance si on rajoute cet axe supplémentaire? Et Je…Eentre paparenthèse lles ffromage français ne sont pas tous troués !

Il se pinça les lèvres se demandant pourquoi il avait ajouté cela, il avait tellement hésité à le dire que son bégaiement était apparue légèrement. Les négociations étaient entamées et c'était toujours une période délicate pour laquelle il devait assurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Lun 23 Oct 2017 - 20:28



Aucune expression particulière ne passa dans les yeux du Leader, qui se contentait de laisser son regard gris tranquillement posé sur M.Bègue, qui semblait être mis à l'épreuve d'une subite perte de sang froid. Aucune agitation dans les prunelles, aucun frémissement dans ses mains qui tenaient toujours sa tasse en porcelaine au creux d'une délicate coupelle claire. Rien ne laissait présumer des chemins mentaux qu'empruntait la réflexion du vieux vampire. Ce fut finalement après quinze bonnes secondes de silence qu'Ulysse laissa un sourire en coin venir troubler le stoïcisme de son visage.

Malheureusement pour Orlin Bègue, ce demi-sourire était davantage désolé que convaincu. Secouant légèrement la tête, l'Anglais se baissa sans empressement, pour reposer sa tasse sur la table dans un tintement léger.

« Je suis navré, Monsieur Bègue. Malgré certains aspects absolument charmants, votre projet n'est pas sans quelques côtés risqués. Je ne saurais vous apporter mon indéfectible soutien, n'étant pas convaincu. Il vous est cependant toujours possible de présenter votre dossier au conseil par les voies classiques. »


Laissant quelques instants passer pour laisser le temps à son refus poli de s'imprimer dans l'esprit de l'homme d'histoire, Ulysse fit de nouveau quelques pas dans le bureau avant de se poster devant une petite fenêtre, les mains croisées dans le dos dans une posture qui le collait à la peau depuis son tout premier service militaire. Avec l'air de l'ancêtre qui explique pour la première fois à un enfant que l'extérieur est peuplé de dangereuses créatures mortelles, il reprit.

« Relâcher un être humain en zone libre, le laisser se mêler à leurs us et coutumes, lui donner l'opportunité de goûter à cette vie où il retrouverait un peu de pouvoir décisionnaire... Monsieur Bègue, c'est lui laisser entrevoir quelque chose que nous ne voulons pas qu'il découvre. Souvenez-vous qu'un grain de sable suffit à faire dérailler la plus performante des machineries. Sachez que si votre projet est accepté, il ne le sera que sous des conditions drastiques : l’extermination, sans exception, au terme de votre expérience, de toute la population recensée ainsi que de l'esclave infiltré. »

_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire ni pour ni contre
Messages : 76
Métier : Conservateur et écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire ni pour ni contre
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Mer 1 Nov 2017 - 15:36

Extrait d'une lettre adressée à William Stoker.

Il est vrai que vous pourrez me rire au nez devant le piètre spectacle que j'ai osé donné. Peut-être est ce à cause de votre compliment dans votre lettre précédente, ou encore l'idée d'être prêt qui m'a donné l'illusion de pouvoir accomplir des miracles.
Vous aurez bien raison de me sermonner, je ne suis pas fière de mon attitude. Enfin, je ne le suis déjà pas souvent... Rien ne change, vous allez me dire. Encore une fois, je me suis emballé bien trop vite par mes travaux. Je sais que peu de monde saisie l'intérêt de l'étude du vivant pour comprendre les sociétés du passée. D'autant plus nous, vampire, il est plus difficile d'imaginer un quelconque lien entre l'étude de ses civilisations humaines et nos sociétés vampiriques.

Je sais que vous seul vous pouvez me comprendre, cependant ce n'est pas vous que je dois convaincre. Il est bien difficile de réussir ce que l'on veut entreprendre, mais je ne perds pas espoir de réussir.

Vous aurez bien raison de me sermonner, je ne suis pas fière de mon attitude. Enfin, je ne le suis déjà pas souvent... Rien ne change, vous allez me dire. Encore une fois, je me suis emballé bien trop vite par mes travaux. Je sais que peu de monde saisie l'intérêt de l'étude du vivant pour comprendre les sociétés du passée. D'autant plus nous, vampire, il est plus difficile d'imaginer un quelconque lien entre l'étude de ses civilisations humaines et nos sociétés vampiriques.
Je sais que vous seul vous pouvez me comprendre, cependant ce n'est pas vous que je dois convaincre. Il est bien difficile de réussir ce que l'on veut entreprendre, mais je ne perds pas espoir de réussir.

Je sais que vous seul vous pouvez me comprendre, cependant ce n'est pas vous que je dois convaincre . Il est bien difficile de réussir ce que l'on veut entreprendre, mais je ne perds pas espoir de réussir.
Le rythme de l'échange était en train de lui échapper des mains. Ulysse était un gros poisson d'un autre monde, impossible de le saisir. Les codes des chercheurs ne marchaient pas avec lui. Il devait mettre la curiosité scientifique de coter pour lui apporter des preuves d'une utilité plus concrète. C'était des méthodes de politiciens qu'il ne pratiquait guère.

Orlin était mal parti en s'emportant de la sorte. Néanmoins, il pouvait toujours retomber sur ses pieds. Le leader venait de refuser poliment sa demande, toutefois, il n'avait pas mis fin à leur entrevue. Il y avait encore de l'espoir de retourner la situation à son avantage. Tout d'abord retrouver son calme en se concentrant sur la belle vaisselle qui servait de récipient au thé anglais. Un léger froncement de sourcils indiqua qu'il n'était point d'accord avec le discours du plus vieux vampire. Ce n'était que de la crainte de politicien ou bien de vieux vampire. Et puis cette impression de se faire sermonner était assez désagréable. Il appréciait que son "père" le fasse, mais c'était parce qu'il avait une relation particulière. Il ne connaissait pas particulièrement cet Ulysse. Mais il se devait d'être courtois et polie après tout il n'était que conservateur de ce muséum. Un sourire traversa son visage après avoir bu une gorgée de thé.

- Je ne peux que comprendre votre inquiétude. Je pense avant tout comme un chercheur et il est vrai que j'ai peu réfléchit aux conséquences. Mais je suis tout de même attristé de ne pas avoir réussi à vous convaincre de l'importance ce projet. Je peux concevoir qu'il est difficile de saisir l'étendu de cette étude... Cela doit être bien abstrait pour des personnes qui réfléchissent avant tout à la sécurité de notre société. Je sais que je ne pourrais pas envoyer n'importe quel esclave... Mais vous ne croyez pas que ses conditions drastiques soient... Trop ! Cela pourrait enflammer les révoltes des humains et hybrides non-esclaves...

Il hésita un instant avant de demander :

- Puis-je me permettre de vous questionner sur votre position par rapport à l'existence des humains en dehors des esclaves ?

À l'intérieur, le conservateur avait atteint une étape extrême de son niveau de panique, mais comme bien souvent, il s'empêcha toute impression qui pouvait le trahir. Il semblait d'être un calme olympien. Il se retient de se lever de crainte que rester assis soit impolie alors que le leader était lui debout ! Mais il n'était plus novice, s'il avait été nommé à ce poste important, c'est qu'il avait les moyens.


-Je peux vous proposer une rapide visite de la face cachée du muséum pour que vous puissiez mieux comprendre nos recherches ?


Proposa-t-il ensuite avec un certain espoir dans son regard pour qu'il accepte. Rare était les dirigeants qui venaient, or il était aussi capital qu'ils sachent que le budget attribué n'était pas inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Ven 3 Nov 2017 - 11:58



Les mains croisées dans le dos, Ulysse regardait par la fenêtre, y observant le reflet translucide d'Orlin qui s'y dessinait. La recherche historique était un passe-temps des plus charmants, le Leader lui-même appréciait particulièrement les expositions. Toutefois la demande de M.Bègue se heurtait ici à la ferme volonté d'Ulysse de ne pas laisser s'embraser la moindre petite étincelle d'espoir ou de rébellion chez les libres. Aux paroles du conservateur, l'Anglais tourna légèrement son visage vers lui, avec l'air navré mais ferme de celui qui ne changerait pas d'avis. Ses yeux brillèrent légèrement lorsque vint la question sur sa position concernant l'humanité libre... N'était-elle pas connue de tous ?

Revenant vers Orlin, Ulysse ne répondit pas immédiatement à sa question, acquiesçant plutôt pour valider l'idée d'une visite des coulisses avant de l'inviter, d'une main tendue vers la sortie du bureau, à le précéder sans plus attendre. En passant la porte, il jugea bon d'ajouter, afin de couper court à toute tentative de persuasion supplémentaire de la part du conservateur...

« N’espérez toutefois pas un brusque revirement d'opinion de ma part, M.Bègue, je suis trop vieux pour que mes positions soient balayées par quelques minutes de promenade dans vos réserve. »

Ils passèrent devant l'archiviste, qu'Ulysse salua d'une poignée de main en le remerciant pour le thé, infusé avec grâce selon lui, puis naviguèrent dans quelques couloirs non accessibles aux simples visiteurs. Sans crier gare, le Leader de Dornia répondit enfin à la question d'Orlin concernant l'humanité libre, au détour d'une grande statue de marbre.

« L'humanité est la pépinière de notre race, M.Bègue, en cela je ne vous apprends rien. Les centres font office de sphères d'endoctrinement, préparent nos potentielles futures recrues en leur inculquant nos valeurs. Les rebelles et les idiots ne se dirigent que vers une vie d'esclavage puis la terminent à la banque de sang. Les élèments exeptionnels sont, eux, voués à venir nous rejoindre, à terme. Nous avons là un système optimal et adapté à notre civilisation. Au risque que mes paroles heurtent vos oreilles, M.Bègue... Vous devez pourtant savoir que l'humanité libre est en phase de disparaître. Ce n'est qu'une question de temps et, à ce jeu, nous disposons d'un léger avantage sur les mortels, n'est-ce pas ? L'humain mortel est une créature d'une époque révolue, et n'est guère plus, aujourd'hui, que la forme larvaire de notre race. »


Malgré le flegme qui lui collait à la peau, Ulysse n'en restait pas moins un indécrottable patriote extrémiste. Au terme de la visite, le Leader prit congé sur une poignée de main ferme et un sourire agréable, sans aucune trace de gêne d'avoir refusé son soutien au conservateur.


_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire ni pour ni contre
Messages : 76
Métier : Conservateur et écrivain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire ni pour ni contre
MessageSujet: Re: Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]   Jeu 9 Nov 2017 - 21:16

Il avait une nouvelle fois tenté et une nouvelle fois échoué. Le leader était coincé dans son avis et il n’en aurait pas un autre. Cela infligea un coup au moral d’Orlin qui s’était bien sûr fait des films quant à ses futurs projets, mais c’était la vie et il avait l’habitude de se prendre des claques.
Quand ils furent dans le couloir, le conservateur prit le temps de fermer son bureau et assura en retour.

-J’aurais au moins essayé ! Ne vous inquiétez pas, je ne pensais pas vous harceler, mais plutôt profiter de votre présence ici pour vous montrer notre travail. Il est important pour nous d’être reconnu par le conseil. Après tout le muséum appartient à la ville, il est normal que nous rendions des comptes.

Ils croisèrent l’archiviste qui était en train de baragouiner seul en regardant ses dossiers entassés dans ses bras. Ils devaient certainement réfléchir où ranger quoi. Bien qu'il fut dans ses pensées, il leur adressa un sourire quand il remarqua leur présence et fut heureux d’échanger une poignée de main avec le leader. Orlin sut qu’il en entendrait parler pendant longtemps de cette rencontre. Orlin profita donc de lui faire visiter les coulisses pour lui montrer leur réserve, des œuvres qu'il fallait préserver, des œuvres en restauration... Notamment une statue de marbre colossale dont il fallait refaire certaine partie qui se sont cassé. Orlin pensait qu’il avait oublié sa précédente question, mais non Ulysse y répondit seulement avec un temps de retard comme s'il avait cherché à modeler sa réponse, mais Orlin savait que ce n’était pas le cas. L'attente correspondait certainement à une volonté de montrer le côté aberrant d'avoir osé poser ce genre de question.


Comme on pouvait l’attendre d’un chef, il s’exprimait bien. Il devait bien passer dans les discours télévisés. Les arguments étaient convaincants, mais Orlin aussi avait ses idées et il était difficile de le persuader du contraire.

-Vous avez raison. Mais je pense que l’humanité libre est toujours essentielle et que nous devons la préserver comme on pourrait préserver un patrimoine culturel, car il n’en reste pas moins que cette humanité fait partit de notre civilisation. Et si elle est destinée à disparaître, il est d’autant plus primordial de l’étudier pour avoir au moins les écrits sur cette période. Car même si nos corps sont immortels, la mémoire, elle, peut s’envoler et c'est bien connu que les écrits restent !

Chacun d’eux avait leur propre vision. Certainement celle d'un scientifique légèrement utopique dans sa manière d'envisager le système et celle d'un politicien réaliste et ancré dans la réalité. Mais il fallait bien que le monde comporte de tout pour que les idées fusent et permettent aux vampires d'avancer grâce à un panel de possibilité. Sinon ils seraient enfermés dans un monde étriqué ou seule une personne dicterait la marche à suivre. Aucun intérêt !


Même s'il était bien en entendu déçus de la conclusion, Orlin ne pouvait qu'être contant d'avoir au pu rencontrer le leader d'avoir partagé quelques-unes de ses idées et surtout de lui avoir montrer le potentiel du muséum et qu'il l'entretenait pour le mieux. Il n'avait pas tout à fait perdu des heures de travail !


L'échange de main fut bref, mais franc et le conservateur eu l'impression qu'ils se séparèrent en bon terme. Il lui précisa qu'il ne devait pas hésiter à venir visiter le muséum et à le prévenir pour qu'il puisse par exemple organiser des visites privés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand un diplodocus rencontre un ankylosaure [PV Ulysse ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ULYSSE mâle yorkshire toy 5 ans SPA DOUAI 59
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: