AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]
Le Maître du Harem
Messages : 82
Métier : Riche rentier et accessoirement Président des Emirats Arabes Unis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maître du Harem
MessageSujet: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Mer 12 Juil 2017 - 3:23

ft. Rayan Merad

ft. Memphis

Verre de rhum et bijoux dorés
M'habiller. C'était la seul chose que je lui avait demandé. En trois jours. Je lui avais laissé deux jours d'adaptation à cette nouvelle vie. Je me doutais que ça devait être compliqué et déroutant pour lui. Il arrivait dans un nouveau lieu avec des personnes qu'il ne connaissait pas. Et je savais que certains magasins d'esclaves pouvaient être assez durs avec leurs marchandises. J'avais donc tout fait pour que ces deux jours se passent au mieux pour lui. Je lui avait donné une chambre somptueusement décorée, de sublimes habits et de riches bijoux pour qu'il puisse se sentir à l'aise. J'avais même ordonné au majordome, que l'on m'avait sérieusement attribué, de s'occuper tout le temps de Mathias – c'était son nom – pour qu'il se sente à l'aise.

Mais il avait totalement échoué... Pourquoi je l'avais choisi, alors ? Eh bien... J'ai cruellement besoin d'un esclave. Je ne peux vivre dans ses conditions ! Le vendeur me l'avait « chaudement conseillé ». Il était docile à souhait, obéissant, bon dans les tâches ménagères et « en petit plus », aimait la lecture. Ce n'était pas entièrement ce que je cherchais, mais j'en avais besoin. Et vite. En plus, il me plaisait bien physiquement. Des traits fins, brun, les yeux verts et une silhouette fine, il allait faire l'affaire ! Eh bien non... Je m'étais royalement mépris.

Cet après-midi-là, quand Arthur, mon majordome, était allé réveiller Mathias, celui-ci avait mit un temps fou à se préparer. Ce que je pouvais comprendre, les habits que je lui avais donné ne devaient être en rien semblable à ceux qu'il portait habituellement. Quand je l'avais appelé dans ma chambre, nu après mettre lavé – alors que je détestais me laver seul –, il avait eu un mouvement de recul, avait baissé la tête et n'avait pas prononcé un seul mot. Il n'osait même pas me regarder, moi, son maître, ni même m'adresser la parole. Ce n'était clairement pas comme cela qu'il allait me divertir... Mais le pire était à venir. Quand il m'avait habillé, il y était allé tellement brusquement, qu'il en avait déchiré une manche de mon costume. Costume qui valait trois plus que l'esclave en lui-même...

Ce n'était, encore une fois, pas le bon. Je ne m'étais absolument pas énervé, et je l'avais simplement congédié. Arthur s'était occupé de tout. Il m'avait habillé de mon costume noir satiné qui se mariait à la perfection avec une simple chemise blanche. Il ne m'avait mis ni cravate, ni nœud de papillon, sachant que je n'aimais pas cela, et il m'avait enfilé mes chaussures après me les avoir cirer. Pendant ce temps-là, je lui avais demandé ce qu'il avait pensé de Mathias ces deux derniers jours. Sa réponse m'agaça un peu plus.

- Eh bien Monsieur... Je suis persuadé qu'avec un peu de temps et d'explication, il pourrait devenir un parfait esclave pour vous. Il lui manque juste... de l'expérience.

- Nous le rapporterons dès ce soir.

Ma réponse avait été claire. Cela pouvait paraître injuste, mais je n'avais pas de temps à perdre avec ce genre d'esclaves. Leur apprentissage ne me concernait pas. Ici, je n'avais le droit qu'à trois esclaves, et je voulais qu'ils soient parfaits. Donc, oui, j'avais déjà renvoyé deux esclaves en une semaine. Et alors ? Ils ne me convenaient pas. Ce n'était pas plus compliqué que ça.

***

Après un long moment, qui m'avait paru être une éternité, passé au magasin à négocier la reprise de l'esclave, Arthur et moi-même étions ressortis. Il était déjà une heure avancé de la nuit et cette mascarade qui durait depuis mon arrivée à Dornia pour trouver un esclave commençait à m'épuiser mentalement. Tous les esclaves américains étaient-ils si... insignifiants ? Mon pays commençait à cruellement me manquer, et ce n'était que le début.

Pour me changer les esprits, je demandai à Arthur de m'amener dans un endroit où je pourrais me détendre, peu importe où, n'ayant pas encore eu le temps de visiter là ville, je ne connaissais pas grand chose. C'est comme cela que je me retrouvai devant une grande porte en bois, sans plus d'indication. Arthur m'avait certifié que cet endroit me conviendrait et qu'il m'attendrait garé plus loin. Je n'aurais qu'à l'appeler pour qu'il vienne me chercher.

Je décidai donc de lui faire confiance et ouvrit les lourdes portes. Peu importe où j'allais, tout ce que je voulais, c'était penser à autre chose. Je fus étonné de la salle qui se trouvait derrière ces portes. Un jeune homme peu vêtu et munit d'un beau sourire vint m'accueillir.

- Bienvenu aux « Plaisirs de la vie ». Laissez-moi vous accompagner jusqu'au bar où vous pourrez choisir une première boisson qui vous sera offerte par la maison.

Je dois l'avouer, j'étais agréablement surpris. Le club était des goûts les plus raffinés. Cela se voyait, les personnes qui venaient passer du bon temps ici n'étaient pas n'importe qui. Je le savais déjà, je reviendrai. Il se pouvait qu'ici, je rencontre des personnes fortes intéressantes. Mes yeux se posèrent partout. J'observais tout, que ce soit la décoration, les clients ou les agréables employés. Tout avait l'air si... sensuel. Je me sentais déjà dans mon élément.

Au bar, je commandai mon verre offert et on me dit de m'installer, qu'un serveur m'apporterait ma boisson et m'expliquerait le principe du bar. C'est en allant m'installer dans un des sofa de cuir bordeaux que je le vis. Il était plus loin, avec plusieurs clients, à jouer d'un instrument que je connaissais bien. Il avait une grâce que tous les autres n'avaient pas. D'où j'étais, je ne pouvais seulement distinguer sa fine silhouette, peau hâlée et ses deux longues cornes.

Le serveur m'interrompit dans ma contemplation pour me donner mon verre. J'en profitai pour m'installer confortablement et mis mes jambes sur le repose pied qui était à disposition. Le serveur m'expliqua toutes les « règles » et, lorsqu'il me demanda si je voulais bénéficier des services d'une de leur gourmandise, je répondis d'une voix sans équivoque:

- Oui. Je veux celle-là.

Le serveur se tourna vers la personne que je lui indiquait et me répondit, légèrement blême:

- Toutes mes excuses, Monsieur. Mais cette Gourmandise est déjà occupée avec d'autres clients. Je ne peux...

Sans même le laisser finir, je sortis une liasse de billet de l'intérieure de ma veste. Je pris 500 dollars et les posa sur la table attenante. Si j'avais bien appris une chose dans la vie, c'était que tout s'achetait.

- Je le veux. Et au plus vite. Et s'il arrive dans moins d'un quart d'heure, je vous donnerai 500 dollars de plus.

- Bien, Monsieur.

Le serveur repartit sans même que j'y fasse attention. Je posai mon bras gauche sur l'accoudoir, maintenant mon menton de mon simple pouce et ayant mon indexe sur les lèvres. Dans mon autre mains, mon verre de rhum attendait que je le boive. Mes yeux étaient rivés sur ma futur gourmandise, ne le lâchant pas du regard. J'étais impatient qu'il arrive.

_________________
Peuple des Emirats Arabes Unis ! Vous seuls savez de quoi vous avez réellement besoin ! Et si vous m'avez choisi, c'est que vous avez besoin de moi ! Si je pars aujourd'hui, ce n'est pas pour ma protection ! C'est pour la votre ! C'est pour que, une fois ces terroristes arrêtez, parce que oui, ce sont des terroristes, vous puissiez de nouveau avoir le meilleur Président qui soit pour diriger votre magnifique pays ! C'est donc à regret que je vous quitte. Mais ne vous inquiétez pas ! Je reviendrai plus fort que jamais pour votre bien !
#00ccff


Dernière édition par Rayan Merad le Mar 25 Juil 2017 - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Métier : Gourmandise
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Jeu 13 Juil 2017 - 13:04


Les vampires autour de moi discutent entre eux et commentent mon visage, mes cornes, mon talent, tandis que je joue du oud pour eux. Ils m'ont demandé d'être présent et d'accompagner leur conversation mais ne souhaitaient pas que j'y participe activement. La musique est toujours une bonne solution pour être à la fois présent et absent dans un groupe. Cette situation m'arrange car cette nuit, je ne souhaite pas diviser mon attention entre plusieurs clients. À vrai dire, je me fatigue un peu à devoir passer d'un homme à un autre en prétendant qu'ils sont tous uniques. Il y en a certains qui sortent du lot, certains avec qui je me sens bien, avec qui je peux parler et parfois me laisser aller. Il y en a certains qui me regardent avec plus d'intensité. Mais la grande majorité ne sont que de passage et même s'ils payent cher, ils ne méritent pas toute l'attention que je leur donne. Alors lorsque l'un des hôtes d'accueil vient me murmurer quelques mots à l'oreille, accompagné par une gourmandise venue me remplacer, je sens un immense soulagement me submerger !
Est-ce mal ? Tant que cela ne se remarque pas, j'imagine qu'ils ne peuvent pas me punir. Alors je hoche la tête, toujours en souriant et fais signe à l'autre esclave d'approcher pour m'accompagner sur quelques portées avant de prendre complètement la main. Il tient un luth entre ses mains. Ce n'est pas tout à fait le même son que mon oud, mais cela devrait amplement suffire. Nous ne nous concertons que d'un regard avant qu'il ne se mette à jouer. L'enchaînement est fluide, mes notes s'espace d'autant que les siennes se rapprochent et bientôt ma musique se tait pour que la sienne puisse prendre la place.

Les regards de l'assistance se sont posés sur nous et je décide de faire un dernier effort, un qui permettra que ces vampires gardent de moi une image un peu plus scintillante que celle des autres gourmandises. Je veux être inoubliable. Aussi, je passe une main sur l'épaule dénudée de mon acolyte et me penche jusqu'à l'embrasser dans le cou. Un frisson lui remonte le long du dos et il rosit légèrement tandis que je souris en lui caressant la joue du revers de la main. L'attention autour de nous s'est faite bien plus soutenue et je peux sentir la concupiscence de nos clients. Sans m'attarder davantage, je me lève en emportant mon instrument avec moi.
Le serveur m'attend un peu plus loin et me désigne du menton mon nouveau client en précisant que je dois m'y rendre sans tarder et le choyer. Allons donc, pourquoi faudrait-il que je le bichonne particulièrement cet homme plutôt qu'un autre ? Cela aurait-il à voir avec le fait que pour m'arracher à la présence du groupe qui avait demandé ma compagnie, il a sans doute déboursé un gros montant ? Le club pense avant tout en termes de profits et les clients juteux, il faut les harponner sans tarder et avec douceur. Je congédie d'un geste négligeant le serveur en assurant que j'en faisais mon affaire. Pour qui me prend-t-il ?

Je m'avance vers le vampire qui s'est installé comme un prince dans un des canapés et profite de mon approche pour le détailler. Il ne semble pas être américain... Quelque chose dans sa façon de se tenir me rappelle mon prince. Beaucoup de clients s'affaissent dans l'assise qu'on leur propose, mais malgré leur apparente nonchalance, il y a toujours un petit quelque chose qui les trahit, comme s'ils ne se sentaient pas légitime de se tenir de la sorte. Cet homme-là, en revanche, semble être tout à fait à l'aise et s'est installé naturellement comme si l'endroit lui appartenait et que tout lui était dut. Il semble plus à sa place ici que beaucoup d'autres, ce qui me renvois pendant une demie seconde au harem de mon prince.
Le cliquetis de mes bijoux s'arrête juste à côté de lui.

— Bonsoir maître. Tu as demandé ma présence ? J'ai fais le plus vite possible, j'espère que tu n'as pas trop attendu.

Huit minutes. Voilà le temps qui s'est écoulé entre le moment où le serveur m'a dit de quitter mes obligations première et le moment où mes pieds se sont arrêtés à côté du canapé. Je ne pouvais pas partir précipitamment, mais il n'était pas question non plus de trop faire attendre celui qui avait demandé avec tant de force et de billets de me voir de près.

— Je suis content que tu m'ai choisi. Est-ce que je peux m'installer à côté de toi ?

Mon sourire est aussi doux que du miel et je ne tarde pas à m'asseoir sur le canapé juste à côté de lui, en le frôlant, les jambes repliées sur l'assise et l'un de mes coudes posé sur le haut du dossier. Mes doigts se joignent et s’entrelacent, je cale mon corps dans une courbe à la fois gracieuse et alanguie.

— Je m'appelle Memphis. Et toi, qui es-tu mon maître ? Que souhaiterais-tu que je fasses pour toi ?

De près, il me fait encore plus penser à mon prince. En plus jeune. Son visage est avenant et il semble aimable. J'aime la façon dont il me regarde. Lui il n'est pas comme la majorité. Lui il sort du lot.

Le lendemain est un espoir, pas une promesse.

_________________

© Leo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du Harem
Messages : 82
Métier : Riche rentier et accessoirement Président des Emirats Arabes Unis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maître du Harem
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Ven 14 Juil 2017 - 5:02

ft. Rayan Merad

ft. Memphis

Verre de rhum et bijoux dorés
Tout du long et sans bouger, je l'avais observé. J'avais beau être loin, mon regard gris ne l'avait pas lâché à un seul instant. Je l'avais vu joué de l'oud pour ces vampires inintéressants qui ne savaient même pas profiter correctement d'une telle présence. C'était du gâchis. Un esclave pareil, on ne l'utilisait pas pour jouer de la musique pour animer une discussion. Un être pareil, il fallait lui donner de l'intérêt, s'en occuper. Quand son collègue était arrivé, j'avais observé le moindre de ses mouvements. Le voir poser ses lèvres sur la peau fine et blanche du cou de son remplaçant me fit sourire. Je savais pertinemment que s'il s'arrêtait, c'était pour moi.

Je le vis s'avancer vers moi. L'intensité de mon regard sur lui n'avait pas baissé une seule fois, bien au contraire. Il y avait dans sa démarche et dans ses gestes quelque chose d'irréel, de presque divin. Il respirait la grâce. Ses bijoux d'or dont était appareillé sa taille tintaient au fil de ses pas, et sa peau caramel avait l'air d'être d'un douceur pure. Plus il s'approchait, plus les détails de son visage s'éclaircissait. Les traits de son visage étaient doux. Il avait une bouche fine et un nez droit, et ses oreilles étaient plus longues que la normale. Je me disais que c'était sans doute dû à son hybridation, tout comme ses deux cornes sublimement décorées par des anneaux dorés. Je trouvais que sans elles, il n'aurait pas eu le même charme, il lui aurait manqué ce petit détail pour être parfait. Parce que oui, c'est ce qu'il était. Une créature des plus parfaite qui m'avait été donné de voir dans mon existence.
Mais ce que je préférais chez lui était de loin ses yeux. Ces deux orbes d'un bleu-vert plus ou moins prononcé selon la lumière et maquillées d'or et d'azur étaient tout simplement hypnotisantes.

Quand il s'arrêta face à moi, la seule chose qui avait bougé était mon visage, légèrement relevé, pour continuer à regarder le sien. À cet instant, il y avait deux choses que j'appréciais: la vitesse à laquelle il était arrivé – même pas dix minutes. D'ailleurs il ne faudra pas que j'oublie les cinq cents dollars de ce serveur – et la douceur de sa voix. Elle était presque enchanteresse. Je sentais qu'avec lui, je pourrai m'abandonner quasi entièrement. D'ailleurs, rien que de le voir m'avait fait oublier tous les problèmes que j'avais eu cette nuit-là.

- Non, c'est parfait. Un peu plus et je me serai impatienté, lui répondis-je un sourire éclaircissant mon visage.

Je posai mon verre et lui tendis ma main pour qu'il la prenne. Sa main était chaude dans la mienne et sa peau était d'une douceur sans pareil. Après lui avoir susurré un « Et moi je suis heureux que tu es pu te libérer. Viens-là. », je le tirai à moi avec délicatesse et fermeté à la fois, pour qu'il vienne s'installer sur le confortable sofa.

J'avais lâché sa main pour qu'il soit libre de ses mouvements, et, avec un petit sourire en coin, je le laissai faire. Une fois confortablement installé, je pris son menton entre mes longs doigts pour pouvoir ancrer mon regard au sien.

- Mem... phis... dis-je d'une voix doucereuse. C'est un nom peu commun. Égyptien, si je ne me trompe. Tu parles l'arabe ?

Je passai mon pouce en de tendre caresse à la commissure de ses lèvres. Lentement, je le posai sur sa lèvre inférieure et lui ouvrit légèrement la bouche.

- Tu peux m'appeler Adrian.

Je déposai ma main entière sur son visage dans une caresse qui devait être fraîche pour lui et chaude pour moi.

- Eh bien... Je t'ai entendu jouer de l'oud à merveille tout à l'heure. Est-ce que ta voix est aussi mélodieuse ? J'aimerais vraiment t'entendre.

Ma main était passée de sa joue à son cou gracile, dont je profitais du toucher en de douces caresses avec mon pouce.

_________________
Peuple des Emirats Arabes Unis ! Vous seuls savez de quoi vous avez réellement besoin ! Et si vous m'avez choisi, c'est que vous avez besoin de moi ! Si je pars aujourd'hui, ce n'est pas pour ma protection ! C'est pour la votre ! C'est pour que, une fois ces terroristes arrêtez, parce que oui, ce sont des terroristes, vous puissiez de nouveau avoir le meilleur Président qui soit pour diriger votre magnifique pays ! C'est donc à regret que je vous quitte. Mais ne vous inquiétez pas ! Je reviendrai plus fort que jamais pour votre bien !
#00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Métier : Gourmandise
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Ven 14 Juil 2017 - 15:24


Il a de belles manières et m'accueille bien. J'aime ça. Et lorsqu'il parle, il y a un léger accent qui roule sur sa langue. Je me sens bien plus à l'aise avec lui qu'avec le groupe de vampire et je répond à son sourire sans me forcer. La pulpe de son doigt passe sur ma lèvre, la caresse en douceur et sans cette pression avide que certains ont, à essayer de compenser la frustration de ne pouvoir me toucher en se faisant plus brusques, me fait pencher doucement le visage sur le côté, pour l'y appuyer un peu dans le creux de sa paume lorsqu'il passe sur ma joue.

— وبطبيعة الحال، وأنا أتكلم العربية، سيد أدريان. عادة. [Bien sûr, je parle arabe, maître Adrian. Couramment.]

Mon corps se penche à son tour, en avant, pour s'échouer contre celui de mon client. Il a de beaux yeux clairs, comme le ciel au-dessus du désert. Ce n'est pas le même bleu que celui des yeux de Lawrence, celui-ci est moiré de gris et de vert, comme une étoffe précieuse qui ne renvois pas toujours la même couleur selon la lumière.

— Je peux chanter pour toi, oui. Je peux chanter quelque chose de doux, comme ta main. Pourquoi pas en arabe ? Je n'ai pas beaucoup l'occasion de parler ma langue depuis que je suis arrivé ici, ça me ferait plaisir de la parler  pour toi.

Il hoche la tête et je change de position. Mes jambes, jusqu'à présent repliées sous moi, se déplient pour passer par-dessus les siennes, me rapprochant de plus de lui encore. Il semble vouloir me toucher, je ne peux pas lui refuser ce souhait.
Un instant je réfléchis à ma chanson, avant d'en choisir une qui se prêtera très bien à l'atmosphère du club. Rien qui ne me demande de grandes vocalises et qui puisse incommoder des autres clients, mais juste de quoi faire quelques jolies notes avec ma voix et satisfaire mon maître de la soirée.



— ينمو الطفل حتى ♪
وسوف عبور المحيطات ♪
كما انها ستوفر الجنية من الجن ♪
وعلى حد سواء وسوف نكون سعداء، تكون سعيدة ♪
وعلى حد سواء وسوف نكون سعداء، تكون سعيدة ♪


C'est une histoire pour enfant, mais peu importe, je la trouve belle. J'ai envie de bercer Adrian, de le charmer en quelques notes, comme on le ferait avec un cobra pour qu'il ne morde pas. Mes doigts se délient et je viens replacer derrière son oreille une mèche de ses cheveux noirs, qu'il porte un peu long. Bien sûr, je veille à ne pas être trop invasif, trop intrusif, ce n'est pas à moi d'aller vers lui en premier lieu.
Ma chanson s'interromps en douceur après trois couplets, pour ne pas ennuyer mon auditoire et je laisse retomber le silence avant de passer ma main, qui s'était un instant égarée sur sa nuque, sur la sienne qui se trouve encore dans mon cou. Comme il est bon de reparler sa langue ! J'aime l'anglais, mais ce n'est pas aussi naturel pour moi que de parler arabe.

— Je connais d'autres chansons, mais elles seraient gâchées par les conversations tout autour de nous, sayidi. Est-ce que tu viens de loin jusqu'à Dornia ? Je ne t'ai jamais jamais vu au club, je t'aurais remarqué.

D'habitude, ce genre de phrase est une pure flatterie pour que mon client se sente spécial, mais pour une fois je suis sincère. S'il était déjà venu, je l'aurais remarqué de loin, j'aurais fait le rapprochement avec mon prince tout de suite, j'aurais cherché à l'approcher pour découvrir qui il est. C'est une chance que ce soit lui qui m'ait remarqué ! D'un autre côté, il me semble difficile de pouvoir passer à côté de moi sans me voir, sans s'attarder sur mes traits ou mes cornes.
Le lendemain est un espoir, pas une promesse.

_________________

© Leo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du Harem
Messages : 82
Métier : Riche rentier et accessoirement Président des Emirats Arabes Unis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maître du Harem
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Sam 15 Juil 2017 - 4:15

ft. Rayan Merad

ft. Memphis

Verre de rhum et bijoux dorés
Un fin sourire étira mon visage. Effectivement, il parlait bien l'arabe. Le dialecte était légèrement différent de chez moi, mais cela restait compréhensible. Et surtout, plus jeune j'avais dû apprendre toutes les nuances de notre belle langue. En politique, une erreur de langage pouvait avoir des conséquences dramatiques. Son accent me rappelait mes voyages en Égypte. Je n'y étais pas allé souvent mais leur intonation m'avait marqué. Il avait une voix une peu plus chantante que par chez moi. Le beau Memphis avait dû vivre quelque temps au pays des pharaons. Mais cela m'étonnait, un homme comme lui aurait dû faire partie du harem du Prince Ayman. À ma dernière visite, celui-ci n'avait pas arrêté de me parler de ce fameux harem, allant jusqu'à me montrer deux de ses plus beaux joyaux: Sekhmet et Anubis. Je savais très bien qu'il avait fait cela parce qu'il avait un complexe d'infériorité face à mon harem que je lui avais fait visiter quarante ans plus tôt. Par pure politesse politique, j'avais fait comme si ces deux esclaves étaient les deux plus belles choses que j'avais vu.

Mais Memphis, près de moi, méritait de loin sa place dans les plus beaux harems princiers. Alors que faisait-il à l'autre bout du monde, dans un club, certes sophistiqué, où n'importe qui pouvait se payer ses services ? Je le laissai s'installer à son aise contre moi, posant une main sur une de ses cuisses qui était à présent sur mes jambes. Le beau brun, en plus de la musique, maîtrisait l'art du langage. Il savait trouver les bons mots pour me séduire, et, bien que je ne savais pas s'il était sincère ou s'il le faisait juste pour son travail, je pris plaisir à me laisser aller. Je l'écoutai chanter sa berceuse aux douces promesses tout en continuant de lui caresser le cou de ma deuxième main.

Sa voix avait été d'une délicatesse pure. J'en avais fermé les yeux pour en profiter pleinement. Je les avais rouverts en sentant sa main frôler ma joue et remettre une de mes mèches brunes derrière mon oreille. Sa main s'était ensuite posée sur ma nuque et, alors que mes yeux plongèrent une nouvelle fois dans les siens, mon sourire s'agrandit un peu plus laissant entrevoir mes dents blanches.

- لديك صوت جميل حقا، ملاكي.    [Tu as une voix vraiment magnifique, mon ange.]

J'entrelaçai mes doigts aux siens, les caressant au passage de mon pouce. Cela ne faisait pas si longtemps que ça que j'étais à Dornia, mais mon pays et ma langues me manquaient terriblement. Cela me faisait un bien fou de pouvoir enfin la reparler. Memphis était pour moi comme une douce brise me ramenant à mes origines.

- انها سوف تغني لي في المرة القادمة عندما سنكون أكثر عزلة ... أنا من قطر. هذا ليس الوقت أن أعيش في Dornia. لم تتح لي الوقت لزيارة المدينة وأعمالها. ولكن إذا كنت قد عرفت أن هذا الكائن كما هو متوقع هنا، وأود أن تأتي قبل ذلك بكثير.    [Ça ira, tu me les chanteras une prochaine fois, lorsque nous serions plus isolés... Je viens du Qatar. Cela fait peu de temps que je vis à Dornia. Je n'ai pas eu le temps de visiter la ville et ses occupations. Mais si j'avais su qu'un tel être que toi m'attendais ici, je serais venu bien plus tôt.]

Je passai un bras autour de sa taille et l'attira pour qu'il s'assoit à califourchon au-dessus de moi. Cet homme m'attirait au plus haut point et je le voulais bien plus près de moi. Ma main qui n'était pas enlacé à la sienne trouva place sur ses hanches. Elle faisait des allées et venues, remontant jusqu'à la limite de ses dessous-de-bras, en de tendres caresses. Sa peau était si douce que je n'arrivais pas à m'empêcher de l'effleurer. Bon, ce n'était pas comme si j'avais envie de m'arrêter non plus...

- ولكم، وسيم ممفيس. ماذا تفعل في هذه المدينة، في هذا النادي، ومكانك ويجب أن يكون أصحاب النفوذ الأثرياء؟ حتى الذين تجرأوا تحدي الآلهة بجعل كنت تعمل هنا؟    [Et toi, beau Memphis. Que fais-tu dans cette ville, dans ce club, alors que ta place devrai être auprès de riches personnes influentes ? Qui a donc osé braver les dieux en te faisant travailler ici ?]

Est-ce que je sous-entendais que sa présence devait être auprès de moi ? Oui, totalement. Le bel être qu'il était m'avait entièrement séduit. Depuis le départ, c'était lui que je cherchais. Je voulais qu'il m'appartienne, qu'il ne soit qu'à moi. Que plus aucun homme, vivant ou non, pose la main dessus. Et je me connaissais, je ferais tout pour que cela soit le cas.

_________________
Peuple des Emirats Arabes Unis ! Vous seuls savez de quoi vous avez réellement besoin ! Et si vous m'avez choisi, c'est que vous avez besoin de moi ! Si je pars aujourd'hui, ce n'est pas pour ma protection ! C'est pour la votre ! C'est pour que, une fois ces terroristes arrêtez, parce que oui, ce sont des terroristes, vous puissiez de nouveau avoir le meilleur Président qui soit pour diriger votre magnifique pays ! C'est donc à regret que je vous quitte. Mais ne vous inquiétez pas ! Je reviendrai plus fort que jamais pour votre bien !
#00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Métier : Gourmandise
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Sam 15 Juil 2017 - 15:33


Il me complimente, il m'accapare, il me parle de lui et je frissonne doucement sous ses doigts lorsqu'ils passent le long de ma taille. M'entendre parler en arabe, même si ce n'est pas tout à fait le même que celui de mon prince, me donne l’impression d'être de retour au palais. Je suis à nouveau l'un des favoris - non, mieux, je suis Le favori - et mon maître fait ma joie car je fais la sienne. Je suis à nouveau une créature si précieuse que l'on me couvre de bijoux, que l'on cherche mon attention et mon affection, que l'on me montre avec fierté. Les autres me jalousent et moi je me sens revivre lorsque je vois le sourire sur les lèvres de mon prince, car il est heureux de m'avoir à ses côtés. Mes chansons le bercent, ma musique le charme, mes mots éveillent son esprit, les plats que je lui sers le mettent en joie. Je suis parfait, à l'image que l'on a voulu me donner. Je crois que j'entends battre mon cœur un peu plus fort maintenant.
Ma main libre s'est posée contre le torse inerte de mon maître du soir et je bois ses paroles comme le ferait une plante assoiffée lorsque tombe enfin la pluie salvatrice. Je sens mes feuilles reprendre des couleurs et mes racines me tenir un peu plus droit. Si seulement cela pouvait durer plus d'une soirée, je pourrais même refleurir.

— آمل أن المدينة سوف يرجى لك، سيد أدريان. إذا لم أستطع، وأنا سوف تظهر نفسي. ولذا فإننا سوف نكون معا في حين اكتشاف Dornia. [ J'espère que la ville te plaira, maître Adrian. Si je le pouvais, je te la montrerais moi-même. Ainsi nous serions ensemble tout en découvrant Dornia. ]

Sa question me fait plaisir et me fait mal tout à la fois.
Elle me fait plaisir car il a vu que j'étais un joyau, une perle rare qui n'a sa place que sur une couronne, et je suis heureux qu'un homme tel que lui réalise ma valeur. Cela conforte mon idée que je suis fais pour autre chose que passer de main en main. Mais sa question me fait mal car elle me rappelle que je suis un favori déchu, un hybride relégué à un rang moindre et qui a peut-être perdu de sa valeur à force d'être acheté pour une nuit. Mon sourire s'éteint quelque peu, mon regard se voile de honte et je baisse les yeux en serrant un peu plus sa main. Lui qui vient d'un pays proche du mien, qui ressemble tant à mon prince, peut-être peut-il me comprendre ?

— كنت واحدا من أروع الكنوز الأمير أيمن بن عبد المجيد في ناصر الدين. عشت في القصر مع إخوتي، وكنا نفخر سيدنا. وقدم لي هدية لأحد أصدقائه، لتبين لها المودة والاحترام. السيد ماك أليستر هو الأمريكي، وتبعه إلى Dornia. يعمل الكثير، وتمنى أن لدي الكثير من الاهتمام كما هو الحال في الماضي، كما وجد لي هذه المهمة. لذلك حتى لو أنها ليست في كثير من الأحيان، وأنا لست وحيدا. انه رجل جيد. [ J'étais l'un des plus beaux trésors du prince Ayman ibn Abdelmajid en-nâser ed-dîn. Je vivais au palais avec mes frères et nous étions la fierté de notre maître. Il m'offrit en cadeau à l'un de ses amis, pour lui témoigner son affection et son respect. Maître McAlister est américain, je l'ai suivi à Dornia. Il travaille beaucoup et souhaitais que j'ai autant d'attention que par le passé, aussi il me trouva ce travail. Ainsi, même s'il n'est pas souvent là, je ne suis pas seul. C'est un homme bon. ]

Je me force à rayonner de nouveau. Il ne faut pas dire du mal de son maître ! Surtout que le mien n'est pas aussi terrible que ça, je serais terriblement ingrat de me plaindre. Lawrence m'a dit que je devais être moi, que je ne devais pas craindre d'avoir des rêves, des attentes et qu'il fallait les accomplir. Mais n'est-ce pas trop de demander que d'avoir plus que ce que me donne mon maître ? J'ai peur d'être puni par le sort si je venais à vouloir plus. Vouloir un maître à moi, qui me garde près de lui au lieu de m'envoyer dans les bras des autres.
Sans réfléchir, je porte la main de maître Adrian, toujours enlacée à la mienne, jusqu'à mon cœur. Il pourra le sentir battre, je sais que les vampires sont souvent sensibles à cette palpitation à laquelle les vivants sont si habitués.

— Je suis heureux que tu sois venu dans ce club, maître. Avec toi ce soir, je parle ma langue et j'ai l'impression de retrouver un peu de mon pays. Si j'avais été au palais, je t'aurais offert du thé, des chebakia et des loukoums. Nous nous serions promené dans les jardins. Je t'aurais conté des histoires dans une pièce remplie de lanternes.

Si j'avais été au palais, j'aurais pu jouer mon rôle correctement, sans être bridé, être un hôte parfait dans un décor enchanteur. Il nous faudra composer avec le club et le peu de choix qu'il nous laisse.

— Maître Adrian ? As-tu déjà été dans le désert ? As-tu déjà chassé le lièvre avec des lévriers ? Ou des faucons ?

Le lendemain est un espoir, pas une promesse.

_________________

© Leo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du Harem
Messages : 82
Métier : Riche rentier et accessoirement Président des Emirats Arabes Unis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maître du Harem
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Dim 16 Juil 2017 - 6:14

ft. Rayan Merad

ft. Memphis

Verre de rhum et bijoux dorés
Il posa sa chaude main sur mon torse froid. La différence de température entre mon corps mort et le sien bien vivant me fit frissonner. C'était l'une des raisons pour lesquels j'adorai être mort. Cette chaleur irradiante réchauffait à elle seule mon corps entier. Je me sentais presque vivant. Un doux sourire illumina mon visage alors que j'observai son harmonieux visage. Je ne savais pas si c'était mon imagination ou non, mais Memphis avait l'air d'être bien avec moi. Et ça me plaisait. Je voulais qu'il ne voit que moi, comme je ne voyais que lui. Je voulais que chacune de ses pensées passent par moi, qu'il ne vive que pour moi.

- لذا سأنتظر. سوف انتظر حتى يكون لك يا جميل ممفيس، الذي يظهر لي كل ركن من هذه المدينة. وإذا كان هناك الأماكن التي لا أعرف، ثم سوف نكتشف معا.  [Alors j'attendrai. J'attendrai que ce soit toi, ô beau Memphis, qui me montre tous les recoins de cette ville. Et s'il y a des endroits que tu ne connais pas, alors nous les découvrirons ensemble.]


Je continuai de lui parler en arabe car je trouvais que ma langue était bien plus belle pour m'exprimer. Et puis, les Américains n'avait pas un langage suffisant pour parler de Memphis. Leur langue n'était pas assez aboutie pour cela. Et surtout, je remarquais très bien que le magnifique taureau était plus à l'aise ainsi.

Je remarquai tout de suite qu'il y avait un problème. D'un coup, son cœur s'était alourdit à une sombre pensée. Ma question l'avait embarrassé. Mais je voulais savoir. Je voulais tout savoir de lui et surtout, je voulais savoir à qui m'adresser pour qu'il devienne mien. Mon pouce caressa avec tendresse le dos de sa main qui s'était resserrée sur la mienne. Je pris son visage entre les doigts de ma deuxième main pour le relever afin que nos regards se croisent. J'effleurai ses lèvres de mes doigts, y traçant un sourire qui avait fané un peu plus tôt. Ma paume se logea sur sa joue, comme si cela avait toujours été sa place. J'avais un regard bienveillant, comme si je lui disais muettement « N'aie crainte. Tu n'as pas à avoir peur ni honte devant moi ».

En l'entendant me parler de lui, ce fut mon visage qui se ferma. Cet idiot Ayman. Comment avait-il osé abandonner une telle créature à un ricain qui ne comprenait pas un centième de son existence. Surtout que Memphis était bien plus éblouissant qu'Anubis et Sekhmet réunis. Mais c'est vrai que cela m'arrangeait. Bien que l'entente entre nos pays soit cordiale, ce n'est pas à moi que le prince d'Égypte aurait fait un tel présent. Alors que maintenant, le bel hybride ici, je pourrais faire en sorte qu'il devienne mien. McAlister... J'allais devoir me renseigner sur ce personnage. Mais je pensais avoir mes chances. Si ce cher monsieur abandonnait Memphis à lui-même, c'est qu'il ne devait pas réellement y tenir.
Je posai mon front contre le sien, nos bouts du nez se touchant. Jusqu'à maintenant, je n'avais jamais été aussi proche de lui. Le fait de savoir qu'il ne me suffisait d'un seul mouvement pour capturer ses lèvres me fit sourire. J'aimais contrôler la situation, tout autant que j'aimais être agréablement surpris. Mais je ne le ferai pas. Ou du moins, pas maintenant. Je lui chuchotai d'une voix rassurante :

- وكان الأمير الخاص احمق لفصل منك. تماما مثل سيد الحالي. لا هذا ولا ذاك قد تمكنت من القبض على القيمة الحقيقية.   [Ton prince était un idiot de se séparer de toi. Tout comme ton maître actuel. Ni l'un, ni l'autre n'a réussi à capter ta vrai valeur.]

Je n'en dis pas plus. Ma condition actuelle ne me le permettait pas. Il n'avait donc pas besoin de savoir que je connaissais personnellement son prince. Mais cela ne m'empêchait pas de dire réellement ce que je pensais de lui. Il souriait à nouveau, mais pas avec le même éclat. Je remarquais qu'il ne pensait pas entièrement ce qu'il disait. Il n'était pas heureux. Eh bien soit ! Je me ferai un plaisir de le rendre plus brillant que le soleil lui-même.
Il me guida jusqu'à son cœur où je posai la paume de ma main. Je sentis son organe vital battre contre ma main. Bom-bom. Je prenais cela comme s'il s'ouvrait à moi, comme s'il me permettait d'entrer dans son jardin secret. Et cela me plaisait, encore plus que tout le reste. Tout comme ces mots qui me parvinrent comme une douce mélodie.

- Et moi je suis heureux de t'avoir rencontré ici, malaki [mon ange]. Dans ton palais, tu m'aurais peut-être servi les meilleures douceurs du monde, fait visiter les plus beaux jardins et raconté les plus belles histoires, mais cela aurait été éphémère. Juste le temps d'une soirée avant que tu ne rejoignes ton prince. Ici, au moins, je sais que ce n'est pas l'unique et dernière fois que l'on se verra.

Je ne lui parlai pas de mon intention de le posséder, tout du moins, pas tout de suite. Je préférai profiter encore. Je lui replaçai une de ses mèches derrière son oreille et je posai tendrement mes lèvres sur le bout de son nez. Cela avait juste été une petite caresse, comme une brise qui passe sur notre visage et qui s'arrête aussi vite qu'elle avait commencé.

Sa question me fit sourire. Ce n'était pas mon sourire chaud et rassurant, mais plutôt mon sourire joueur et taquin.

- Oui, malaki. J'ai chassé de nombreuse fois dans le désert. Plus souvent avec des faucons, c'est ce que je préfère. Pourquoi ? Me comparais-tu au faucon et toi au lièvre ?

J'enlaçai à nouveau sa taille, mais plus fermement, le rapprochant au plus près de moi. Mon souffle passa dans son cou remontant jusqu'à son oreille. Je lui susurrai alors aussi charmeur que je l'aurais été avec un cobra :

- Parce que si c'est le cas, je me ferai un plaisir de t'arracher d'ici, voler jusqu'à mon antre et te dévorer tout cru.

J'aimais jouer avec les gens. Pas au point de leur faire du mal, au contraire, mais juste assez pour voir leur visage s'illuminer. Et quand je jouais, je n'étais jamais faux. J'étais toujours honnête avec moi-même et mes sentiments.

_________________
Peuple des Emirats Arabes Unis ! Vous seuls savez de quoi vous avez réellement besoin ! Et si vous m'avez choisi, c'est que vous avez besoin de moi ! Si je pars aujourd'hui, ce n'est pas pour ma protection ! C'est pour la votre ! C'est pour que, une fois ces terroristes arrêtez, parce que oui, ce sont des terroristes, vous puissiez de nouveau avoir le meilleur Président qui soit pour diriger votre magnifique pays ! C'est donc à regret que je vous quitte. Mais ne vous inquiétez pas ! Je reviendrai plus fort que jamais pour votre bien !
#00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Métier : Gourmandise
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Dim 16 Juil 2017 - 23:46


Je rougis et ouvre de grands yeux lorsqu'il parle de mon prince en le traitant d'idiot. Personne n'insulte jamais le prince ! Il ne faut pas ! Du moins, moi je ne le peux pas. Mais c'est un compliment de s'entendre dire que l'on mérite d'être gardé et chéri, non ? J'ai l'impression que c'est ce que je dois retenir.
Il m'attire un peu plus, nous sommes tout près l'un de l'autre et je crains un instant qu'il ne m'embrasse. Ce n'est pas interdit, mais je n'aime pas embrasser des inconnus. Je n'aime pas que l'on s'approprie ce geste alors qu'on ne me connaît pas. Mais Adrian ne va pas plus loin, reste à un souffle de moi, me regarde dans les yeux et continue de parler. Je me détend. Je souris, pour de vrai à nouveau. S'il revient me voir, c'est une bonne chose. Carmen aime que l'on fidélise de nouveau client, moi j'aime être le centre de leur attention et je crois que j'aime bien ce vampire. Ce serait une bonne chose de se revoir.

Il pique un baiser sur le bout de mon nez et mon expression change aussitôt. Surprise ! Je ne m'y attendais pas, personne ne fait jamais cela avec moi. Un gloussement m'échappe alors qu'il nous compare à un faucon et un lièvre. Voilà qui m'est beaucoup plus familier. Les avances, beaucoup m'en font mais il est interdit que me prendre tout à fait, aussi je me plais à y répondre en me sachant hors de portée.
Mon corps se coule contre celui de mon client, mes bras viennent se poser de part et d'autre de son cou, mon ventre s'échoue contre le sien. À mon tour, je me fais miel et soie pour jouer avec lui.

— J'espère que ton nid est haut perché, et bien gardé, sayidi. Carmen tient beaucoup à son personnel et pourrait envoyer un bataillon à ma rescousse avant que tu n'ai pus te faire une idée de ma saveur.

Un frisson remonte le long de mon dos, un frisson qui me donne un peu chaud pourtant. Je n'ai jamais jalousé mes frères d'avoir été partager la couche de mon prince, mais je les ai jalousés de voir qu'ils recevaient des mots doux et parfois brûlants dans le creux de l'oreille. Et ils sont bien plus beaux dans notre langue.

— ولكن أود أن يطير بدلا فوق صحراء معك، والماجستير، من أن تبقى حبيسة وحدها. أنا لست الأرانب التي تعيش في الكثبان الرملية، وأنا الثور المقدس الذي يأمل واحة من المياه العذبة، والعشب الأخضر. أنا المؤسفة في الصحراء. إنها أرض جميلة كما قاتلة بالنسبة لي. [ Mais j'aimerais mieux survoler le désert avec toi, maître, que d'y rester prisonnier et seul. Je ne suis pas un lièvre qui vit parmi les dunes, je suis un taureau sacré qui espère une oasis, de l'eau fraîche et de l'herbe verte. Je suis malheureux dans le désert. C'est une terre aussi belle que mortelle pour moi. ]

Mes mains passent sur la barbe courte qui mange les joues du vampire et je me penche sur lui. Mes lèvres effleurent sa pommette haute, en réponse au baiser sur le bout de mon nez.

— إذا كنت تحمل الشمس في القرون بلدي، وأنا يمكن أن يجعل لي تنمو الأجنحة وتبعناك. هل لدي الحق لمتابعة لكم، سيد؟ [ Si je puis porter le soleil entre mes cornes, je puis sans doute me faire pousser des ailes pour te suivre. Ai-je le droit de te suivre, maître ? ]

Je sens que je dérape, que j'en demande beaucoup, que cette question va plus loin que le jeu. Que suis-je en train de faire ? De trahir de mon maître actuel ? De demander à un autre de me prendre avec lui ? Ce n'est pas bien, je ne dois pas !
Mais Lawrence à dit... Il a dit que je pouvais, n'est-ce pas ? Que je pouvais avoir envie d'autre chose et le dire. Que ce n'est pas mal de dire lorsqu'on a envie de mieux. Je veux mieux que rentrer seul tous les matins et attendre que parfois Emanuel rentre de ses voyages et passe en coup de vent dans l'appartement en me regardant à peine. Il a les yeux fixés sur ses comptes, pas sur mon visage. Et lentement, cela me plonge dans une détresse insupportable.
Alors ce n'est pas un mal si je demande à être sauvé, n'est-ce pas ? J'en ai le droit ? Le droit de choisir un maître qui comprend ma langue, mon pays et ma valeur... Ou suis-je en train de faire une terrible erreur et de me montrer naïf ?

— Sayidi... Une vache est trop lourde pour un faucon. M'abandonneras-tu si tu ne peux m'emporter ?

Le lendemain est un espoir, pas une promesse.

_________________

© Leo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du Harem
Messages : 82
Métier : Riche rentier et accessoirement Président des Emirats Arabes Unis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maître du Harem
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Lun 17 Juil 2017 - 23:42

ft. Rayan Merad

ft. Memphis

Verre de rhum et bijoux dorés
Je prenais un plaisir fou à découvrir toutes ces expressions sur son visage. La rougeur sur ses joues, à peine perceptible au vu de sa couleur de peau, me fit sourire tendrement. Il était craquant. Et puis, il y avait aussi ses yeux lorsqu'il était étonné ou surpris. Ces expressions marquaient son visage tel que je pouvais les lire comme dans un livre ouvert.
Son petit rire me fit sourire à nouveau. Si mon cœur ne s'était pas totalement arrêté, il aurait manqué un battement à l'entende de ce doux son. Son visage devint plus charmeur et, alors qu'il se rapprocha au point que je sentais chaque battement de son cœur contre ma poitrine, mon visage se peignit du même charme taquin.

- Oh ne t'inquiète pas pour cela, malaki. Mon nid est perché sur la plus haute tour du monde, et s'il le faut, je serai capable de corrompre les plus grandes armées pour qu'elles retiennent ton Carmen et ces troupes. Juste pour avoir le plaisir de te goûter...

J'avais chuchoté ma dernière phrase dans le creux de son oreille. Mes mains autours de ses hanches avaient resserrées notre étreinte, et mes crocs frôlèrent son cou dans une invitation des plus luxurieuse.
Je l'écoutais en profitant de ses caresses sur ma barbe bien taillée, relevant la tête vers lui pour en avoir plus et appuyant ma tête doucement sur ses lèvres pour intensifier le contacte contre ses douces lèvres. Ce fut à mon tour d'être étonné par ses propos. S'il continuait, j'allais fortement penser que le bel égyptien serait prêt à tout plaquer pour être avec moi. Et si tel était son souhait, j'irai à la rencontre de son maître actuel dans les plus brefs délais.

- يا ملاك جميل، ونعرف أن في بلدي، لقد تمكنت من تحدي الطبيعة. الصحراء ليست سوى حماية ضد أعدائنا. لدينا أكبر وأجمل واحة، وأنا أعلم أنك، وأنت الثور جميلة، تشعر بأنك في مكانك ولا يغيب عن أي شيء.  [Ô mon bel ange, sache que dans mon pays, nous avons réussi à braver la nature. Le désert n'est qu'une protection contre nos ennemis. Nous avons la plus grande et la plus belle oasis, et je sais que toi, beau taureau que tu es, te sentirais à ta place et ne manquerais de rien.]

Je passe une de mes mains dans son dos, puis sur sa nuque, la caressant du bout des doigts. Un doux sourire apparut sur mon visage et je repris tout bas, pour qu'il soit le seul à entendre ce que j'avais à lui dire, pour que notre bulle d'intimité soit la plus totale, qu'il n'y ait que nous deux, comme si le monde autour de nous c'était effacé.

- المالكي، وأنا أريد منك أن تكون بجانبي. يمكنك أن يتبعني أينما ذهبت. وإذا كنت لا يمكن أن يبدو لجعل لكم تنمو الأجنحة، إني جاعل لك وأنت تستطيع أن تطير معي، معي.  [Malaki, je veux que tu sois à mes côtés. Que tu me suives où que j'aille. Et si tu n'arrives pas à te faire pousser des ailes, je te les créerai et tu pourras voler près de moi, avec moi.]

Certes j'allais peut-être un vite pour lui, mais depuis que j'étais à Dornia, c'était lui que je cherchais, c'était lui que je voulais. Et s'il me donnait une seule occasion de d'être à moi, je sauterais dessus pour que cela soit le cas. Quand le doute prit sa voix, je caressai un peu plus sa nuque, puis son cou et enfin sa joue. Mes yeux bleus s'ancrèrent dans les siens. Je ne voulais pas que Memphis doute. Je voulais qu'il comprenne que j'étais capable de le soutenir et de lui donner tout ce qu'il veut.

- ممفيس. يمكن أجنحتي تحمل أثقل الأحمال. وحتى لو لم أكن قادرا على، وسيكون من الغباء جدا أن أترك لكم. أنا لست الأمير الخاص بك أو ماك أليستر. أنا أعرف الماس عندما أرى واحدة. وكنت أفضل ما رأيت في حياتي الطويلة. هكذا تقول لنفسك أن لديك كلمة أن أقول، وأنا الخروج من الجحيم أنت حيث أنت الآن. فما استقاموا لكم فاستقيموا تجعلك جوهرة أجمل موجود على الأرض، وسيد الحالي وأيمن نأسف بشدة بعد أن كنت أسقط مثل عاهرة المشتركة.  [Memphis. Mes ailes peuvent porter les charges les plus lourdes. Et même si je n'en étais pas capable, je serai bien stupide de t'abandonner. Je ne suis ni ton prince, ni McAlister. Je sais reconnaître un diamant quand j'en vois un. Et tu es le plus beau que j'ai vu de ma longue vie. Alors dis-toi bien que tu n'as qu'un mot à me dire, et je te sortirais de l'enfer où tu es à présent. Je ferais de toi le plus beau bijou qui existe sur Terre, et ton maître actuel et Ayman regretterons amèrement de t'avoir abandonné comme une vulgaire catin.]

Je lui embrassai le cou tendrement, remontant jusqu'à sa joue, puis son oreille, et lui dit entre chaque baiser pour finir d'en un souffle au creux de son oreille.

- المالكي. ممفيس. أبيس. كن الألغام.  [Malaki. Memphis. Apis. Sois à moi.]

Une sonnerie retentissante me fit sortir de ma bulle dans un sursaut. Je poussai un grognement en attendant l'annonce qui était faite à travers les enceintes:

- Messieurs, nous vous informons que le soleil va se lever dans une demi-heure. L'établissement ferme ses portes. En espérant que vous ayez passé une excellente nuit aux Plaisir de la vie et en espérant vous revoir très prochainement. Bonne journée.

Je ne voulais pas bouger. Le temps était passé trop vite à mon goût. Et, alors qu'autour de nous les gens se préparait à partir, moi je restais assis, Memphis à califourchon sur moi et mes mains sur ses hanches. J'attendais qu'il me réponde. J'attendais qu'il confirme vouloir m'appartenir. Je savais que c'était le cas, et même s'il ne l'avouait pas maintenant, à mon réveil, je chercherai des informations sur ce McAlister.

_________________
Peuple des Emirats Arabes Unis ! Vous seuls savez de quoi vous avez réellement besoin ! Et si vous m'avez choisi, c'est que vous avez besoin de moi ! Si je pars aujourd'hui, ce n'est pas pour ma protection ! C'est pour la votre ! C'est pour que, une fois ces terroristes arrêtez, parce que oui, ce sont des terroristes, vous puissiez de nouveau avoir le meilleur Président qui soit pour diriger votre magnifique pays ! C'est donc à regret que je vous quitte. Mais ne vous inquiétez pas ! Je reviendrai plus fort que jamais pour votre bien !
#00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Métier : Gourmandise
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]   Ven 21 Juil 2017 - 17:31


Est-ce qu'il était sérieux ? Je ne suis plus sûr de rien. Ils sont nombreux les beaux parleurs à m'avoir promis monts et merveilles, je me suis toujours laissé bercé par leurs paroles car elles étaient comme un baume sur mon coeur. Je peux, l'espace d'une soirée, croire qu'il y aura quelqu'un pour m'arracher à la morosité de mon quotidien et cela me permet de repartir du bon pied et d'affronter encore quelques temps la solitude de l'appartement ainsi que le désintérêt de mon maître. Souvent, ce petit jeu de promesses s'arrête bien vite, les vampires se lassent ou craignent que mon propriétaire n'ait vent de cela et ne porte plainte. Je sais alors que ce n'était qu'un jeu.
Adrian, lui, me serre plus fort et promet encore. Je rutile sous ses yeux et il est facile de déceler une pointe d'avidité dans son regard. Il n'en démord pas, même lorsque le club annonce sa fermeture. Alors, est-ce vraiment une proposition ? Suis-je vraiment capable, ce soir, de décider qui sera mon maître à l'avenir ? Je cille, cherche un indice sur son visage qui me fasse penser qu'il plaisante et que le jeu s'arrête. Après tout, j'ai parfaitement joué mon rôle, il n'y a rien de plus à attendre de moi. La ligne parfaite de mes sourcils s'incline et se fronce.

— Sayidi...

Je calcule rapidement le pour, le contre et les risques que nous encourons tous les deux. Lui qui est riche, assez pour me faire quitter mon poste et m'accaparer le reste de la soirée, ne craint pas grand chose. Et moi je peux prétexter le jeu, le rôle, la naïveté. Alors je me repose dans sa main juste avant de me pencher et l'embrasser au coin des lèvres.

— Emanuel McAlister. Rosserman & Cie, son numéro est sur leur site. Si tu fais de moi le joyau de ta couronne, Sayidi, je n'aurais aucun autre maître.

Doucement, je m'écarte et lui échappe, quittant son étreinte avec un sourire. Inutile de me faire de faux espoirs, il n'appellera sans doute jamais. Mais qui ne tente rien n'a rien, d'après le dicton. Mes mains se glisse dans les siennes et je l'attire vers moi pour qu'il se lève. L'heure c'est l'heure, Carmen n'apprécie pas que l'on fasse perdre du temps aux clients.

— Sinon, reviens me voir ici. J'ai aimé notre soirée.

Main dans la main, nous retournons dans le hall d'entrée où les clients sortent un à un, parfois accompagné de leur esclave pour la soirée. Je souhaite à mon prince d'une nuit de faire de beaux rêves et le regarde partir avant d'aller aux vestiaires me changer. Un de mes camarades tente de me déstabiliser en me demandant si je crois encore au prince charmant car il a entendu des bribes de ma conversation. Je lui rétorque que moi je sais offrir à mes clients la promesse éphémère d'être à eux corps et âme, ce qui fait de moi un meilleur hôte que lui. Il pince les lèvres et se détourne tandis que je retire mes parures d'or. Lorsque je sors, habillé d'un pantalon noir et d'une chemise bleue tristement commune sous un long trench coat noir, le majordome de mon maître attends dans la voiture pour me ramener. Encore une fois le trajet se fera en silence et il ne montera pas avec moi dans l'appartement, ne me tiendra pas compagnie. Il a mieux à faire.
Ce matin, je me réchaufferai le coeur avec le souvenir de cette rencontre inattendue que j'ai faite et qui me permet de me bercer de douces illusions. Peut-être, peut-être...

~ RP CLOS ~

Le lendemain est un espoir, pas une promesse.

_________________

© Leo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Verre de rhum et bijoux dorés [PV Memphis][Clos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bijoux d'hier, bijoux d'aujourd'hui...
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Verre canette coca cola
» Un verre ça va , 3 verres bonjour les dégats ^^
» Nuage doré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: