AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
(clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Mar 11 Juil 2017 - 10:25


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Les beaux jours semblaient revenir peu à peu, et c'était tant mieux. Tu n'aimais vraiment pas la pluie et ainsi, tu pouvais te promener plus loin et plus longtemps sans te prendre une saucée en pleine face. Les rayons du soleil qui traversait les feuilles des arbres et la petite brise caressant ton visage, te détendirent d'une vitesse folle. Tu ne ressentais aucun danger et tu avais envie d'aller un peu plus loin que d'habitude, alors c'est ce que tu faisais à l'heure actuelle. D'un côté tu avais envie de passer par l'église afin de voir la personne qui t'avais aidé par le passé et peut-être aussi prier un peu... Mais avec une journée aussi belle, tu avais surtout envie de te tremper les pieds quelque part. C'est ainsi que tu longeais les sentiers battus de la forêt, passant par des petits passages que tu connaissais bien afin d'éviter les mauvaises rencontres. Tu savais très bien que beaucoup de personnes se promenaient en forêt, surtout quand il faisait beau. Alors tu préférais te faire piquer par des plantes et éviter les racines que de devoir tomber sur un vampire sur les sentiers principaux. Il fallait continuer à être méfiant, jamais relâcher sa garde lorsque tu ne savais pas si tu allais pouvoir t'enfuir aisément ou non.

Il fallait quelques minutes de marches avant que tu puisses arriver dans l'endroit que tu convoitais. Et par chance, il n'y avait encore personne à cette heure. Pourtant, il faisait chaud mais c'était certainement parce que tu avais une cape et des vêtements noires... Soupirant, tu te dirigeais vers le beau ruisseau, dont tu savais qu'il devenait encore plus beau la nuit. Une idée folle te venais, de vouloir rester jusqu'à la tombée de la nuit afin de pouvoir profiter du beau paysage que l'endroit allait te donner. Étant donné que tu étais arrivé vers la fin d'après midi, tu pouvais bien attendre quelques heures ici sans problème. Alors tu avais enlevé ta cape rouge afin de la mettre de côté mais pas trop loin de toi, ainsi que d’enlever ta veste noire afin de dévoiler la chemise blanche. Cela te faisais du bien d'enfin te déshabiller un peu. Tu déboutonnais quelques boutons avant de te baisser pour plier un peu ton pantalon noire afin d'ensuite te redresser et entrer dans l'eau. Bien que n'y trempais que tes pieds, cela faisait vraiment du bien.

Tu prenais de l'eau dans le creux de tes mains, plusieurs fois pour te mouiller le visage et le cou, mouillant en même temps ta chemise mais cela te rafraîchissais beaucoup. Tu en avais aussi profiter pour te mouiller les cheveux, gardant un œil sur tes affaires. Tu restais là, pendant quelques heures le temps que le soleil ne se couche enfin. Il faisais encore chaud même sans le soleil alors tu pouvais bien rester encore ici quelques temps. Cela te détendais beaucoup à vrai dire, ça te changeais de tes ballades en forêt où tu avais toujours l’impression d'être suivis... Ici, il y avait peu de monde parce que le ruisseau était difficile à trouver alors tu pouvais ainsi mieux te sentir en sécurité même si au fond... En tant que hybride libre, jamais tu ne le seras en vérité. Les pieds encore dans l'eau, ta tête s'était levée vers le ciel où tu pouvais commencer à voir les étoiles. C'était vraiment un beau panorama.
© Nephilith pour EPICODE.



Dernière édition par Kleim le Mar 29 Aoû 2017 - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Mar 11 Juil 2017 - 12:36


Retrouvailles dans la nuit
Au fond, rien ne me poussait à aller dehors cette nuit-là. Au fond, j'ignore même pourquoi j'ai décidé de profiter de mon jour de repos pour m'aventurer seul hors de la ville. J'ai laissé un mot à Shaya, qu'il ne s'inquiète pas. Même si il aurait plutôt tendance à me souhaiter de me faire dévorer par des loups, je préférais le prévenir que j'avais bien l'intention de revenir. Histoire de ne pas être inconfortable, j'y suis aller vêtu d'un simple T-shirt à manches courtes et un jean ordinaire. Pas besoin de mettre un costume cravate et de faire le pingouin pour aller là bas après tout. Au fond, je n'étais même plus sûr d'avoir mis les pieds ici, dans cette nature presque sauvage. Je ne suis pas dupe, c'est la demeure de pas mal d'esclaves libres. Dont certains que j'avais vu naître sûrement. Je ne comprend pas, comment peuvent-ils survivre ici ? Comment font-ils pour ne pas avoir la crainte que chaque nuit soit la dernière ? La milice traîne souvent dans le coin, espérant pécher un bon poisson pour le ramener au centre de dressage, briser ses envies de liberté et le remettre en cage. La méthode brusque ne me plaisait pas trop, mais c'est ainsi. Ils ne sont en sécurité que vers nous, pas ici...

Et ainsi plongé dans mes pensées, je crains m'être perdu. Je finis par me stopper et écouter autour de moi... Un écoulement d'eau pas si loin que ça. Une rivière peut-être ? Ou un ruisseau... Peu importe, ça me fera un repère pour la prochaine fois. Alors je m'y dirigea sagement, à pas tranquilles, regardant tout autour, écoutant. Les oiseaux ne chantent pas à cette heure, seul un hibou s'exprime ou peut-être est-ce une chouette ? Je ne reconnais pas vraiment la différence des chants, si on peu appeler ça un chant. Plus je m'approchais du cours d'eau, plus une odeur venait me chatouiller les narines. Une odeur de sang, mais pas totalement humaine... Un hybride par là ? Probablement oui.. Malgré tout, je continuas de m'approcher jusqu'à l'apercevoir, paisiblement posé les pieds dans l'eau. Sans chercher à cacher ma présence, je m'approche encore, troublé par un drôle de sentiment. Ce parfum avait quelque chose de familier. Cette tignasse blanche aussi... Et on dirait qu'il y a quelque chose dans son dos qu'une chemise tente de cacher. Un sentiment de déjà-vu oui. Je m'approche encore. Et c'est quand je vis son visage que le souvenir me revint. J’eus un léger sourire, je l'ai retrouvé.

« Je n'oublie jamais un visage quand j'en vois un. Ça faisait longtemps, Kleim. »

Il était de ceux que j'appelle fils, l'un de ceux que j'ai vu naître, grandir au sein de mon laboratoire, l'un de ceux dont j'ai perdu la trace quand il eu seize ans. Que fait-il là, seul dans la nuit ? Je n'avais pas souvenir qu'il soit particulièrement sauvage. Avait-il simplement le droit à une sortie ? Ou était-il devenu un être libre d'une manière ou d'une autre ? Restant à bonne distance pour ne pas lui faire peur, je repris la parole d'une voix douce :

« Que fait-tu là, seul dans la nuit ? Les loups vont commencer la traque, tu ne devrais pas être là. »

Revoilà le père inquiet pour un fils qui ne l'aime sûrement pas, qui le haï même peut-être. Mais c'était plus fort que moi, c'était ancré en moi. Il restait un enfant pour qui j'ai donné du temps et de l'énergie et dont je me soucis. Il n'est qu'un jeune hybride, un milicien n'aurait aucun soucis à l’attraper et le traîner pour une séance de correction. Et je ne voulais pas que ça lui arrive. Alors j'observe ses réactions, j’attends sa réponse. En même temps, je tentais d'analyser son état général du regard.


Dernière édition par Jack A. Spaltter le Jeu 20 Juil 2017 - 5:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Mer 12 Juil 2017 - 12:48


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Jusque là, tu pensais que tu allais pouvoir être seul encore longtemps. Bien qu'au fond tu savais que la nuit il y avait plus de personnes qui sortaient, ce ruisseau te semblait difficile à trouver et tu avais espéré que tu puisses être seul jusqu'à que tu veuilles repartir vers ta cachette. Tu regardais les étoiles avec un petit sourire aux lèvres, détendu et envieux de pouvoir un jour voler vers elles-ci... Peut-être qu'au moins là-bas personne ne cherchera à te priver de ta liberté. Tu étais plongé dans tes pensées, tellement que tu n'avais pas entendu cette personne arriver près du ruisseau. C'est lorsque tu entendais sa voix que tu écarquillais les yeux, ton cœur ratant un battement. À ce moment-là, tu avais crus que c'était fini pour toi, tu avais même pas compris ce qu'il t'avais dit. Tout ce que tu faisais, c'est que tu te tournais vivement vers la source du bruit avant de t'emmêler les pinceaux et tomber dans l'eau. Su-per. C'était certes pas très profond mais tu sentais la fraîcheur de l'eau tremper tes vêtements. Au moins tu avais encore ta veste noire et ta cape sur le côté... Mais vraiment. Si cela n'aurait pas été ce vampire là, qui était à quelques mètres de toi, tu aurais certainement été attrapé tellement que tu n'avais pas été assez méfiant.

Tu crus rêvé d'ailleurs en voyant cet homme. Bien que cela faisait des années que tu l'avais pas vu, ce visage tu le connaissais et il était resté dans ta mémoire. Il restait là, à te regarder et te demander ce que tu faisais là. Pendant ce temps, toi encore les yeux écarquillé, tu essayais de reprendre tes esprits, te demandant toi-même ce que tu devais faire. Finalement, tu finissais par lentement froncer des sourcils tandis qu'un grognement s'échappa de tes lèvres. Agacé, oui tu l'étais maintenant que tu avais le cul dans l'eau. Il t'avais fais peur cet idiot ! Tu restais largement méfiant même si il ne semblait pas vouloir t'attaquer. Tu te relevais alors en le foudroyant du regard, te sentant comme un idiot à être à moitié trempé.

« Toi... Qu’est-ce que tu fais là ?! Et tu n'as pas à me dire ce que je dois faire ou non ! »

Tentant d'essorer ta chemise blanche qui te collais maintenant à la peau, tu soupirais de nouveau, sortant ensuite de l'eau pour être à l'opposé du vampire. Même si tu le connaissais, cela n'empêchais pas qu'il restait une créature de la nuit et puis, il était tout de même celui qui t'avais élevé au centre d'élevage et tu savais que dans tout les cas, il restais un homme qui était favorable à ce foutu système d'esclavage. Ton cœur battant violemment contre ta poitrine, tu ne savais plus où te mettre et tu savais que courir dans cet état là n'allais pas t'aider. Bien qu'il ne faisais pas aussi froid que les autres saisons, tu n'étais pas très enchanté d'être comme ça, aussi invulnérable qui plus est. Te secouant ta tignasse, tu te tournais ensuite vers le brun, le détaillant du regard. Sans surprise il n'avait pas changé contrairement à toi... Et maintenant que tu avais grandis et que tu étais « sauvage » tu ne pouvais plus lui faire confiance.

« Je me doute bien des dangers qu'il peut y avoir la nuit, mais jusque là j'ai toujours pu les esquiver. » Pas lui visiblement, mais tant qu'il cherchait pas à faire quelque chose de fâcheux... « Je faisais que... de profiter de cet endroit. Il est reposant. Enfin... plus maintenant. »

Méfiant, tu croisais les bras contre ton torse mouillé avant d'attendre de voir ce qu'il allait te répondre. Si il était assez perspicace, il allait bien finir par deviner que tu étais libre et sans maître. Mais quelle sera sa réaction ?
© Nephilith pour EPICODE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Sam 15 Juil 2017 - 21:20


Retrouvailles dans la nuit
Je lui avait fait peur on dirait. Vu le bond qu'il a fait et surtout vu son état après son plongeon improvisé, il était clair qu'il en s'attendait pas à de la visite. Encore moins à la mienne, c'est certain. Qui aimerais vraiment revoir un père qu'il méprise ? Au fond, je ne sais pas si il me déteste maintenant qu'il a grandit. Peut-être bien que oui, peut être bien que non, j'allais rapidement le savoir. Mais je sentais d'ici une grande méfiance à mon égard. Il est libre. Je l'ai vite compris. J'entends son cœur vivant battre vivement, il aimerais fuir. Mais si je voulais le pourchasser, j'en aurais pour seulement quelques secondes. Quelques secondes avant de le saisir dans mes bras et le forcer à rester avec moi. Je n'avais pas envie de lui imposer quoi que ce soit. Pour le moment, il restait tranquille, juste distant, mais tranquille. Un petit oiseau sauvage ne se laisse pas approcher si facilement. Surtout les rapaces. Il connaît les dangers de la nuit hein ? Je n'en doutais plus. J'eus un léger sourire triste en comprenant que j'étais un parasite à ses yeux, un être qui est venu bouleverser la paix de cet endroit. Suis-je donc si néfaste ? Pourtant la nature ne semble pas mourir sous mes pieds. Ce n'est que dans les contes effrayant que les vampires sont de telles créatures. Je n'avançais pas, pour ne pas l'inquiéter davantage. Après toutes ces années, je comprenais sa méfiance. Moi aussi peut-être, je devrais me méfier. Si ça se trouve il n'est plus l’oisillon que j'ai connu et élevé. Alors je me suis assis sur un rocher propre et l'ait regarder, prenant doucement la parole :

« Tu as donc pris ton envol, en fuyant loin du nid. Tu es courageux d'affronter un monde pareil seul. Enfin, peut-être as-tu trouvé une « famille » si j'ose dire. Peut-être as-tu des alliés fidèles désormais. Mais dis moi mon enfant. Quand viendront les loups, tes ailes seront-elles assez fortes pour te permettre de fuir ? Car eux, même sans ailes, s’élèvent jusqu'aux cieux. »

Je fermais les yeux pour humer l'air humide de la nature. N'ayant pas besoin de respirer, c'était comme s'accorder un petit plaisir. Ce parfum est agréable. Je rouvrais les yeux pour regarder celui que je considérais comme un de mes fils. Je continuait de l'observer et remarqua un petit quelque chose. Une croix, posé sur son torse. Est-ce donc là son nouveau guide ? Je ne pouvais m’empêcher de sourire.

« Tu sembles avoir trouver un nouveau Père, avec son Fils, et le Saint-esprit hm ? Est- il mieux que moi ? Est-ce qu'il te protège mieux que moi je ne t'ai protégé ? Est-ce qu'il te guide mieux que lorsque j'ai guider tes premiers pas et tes premières paroles ? Raconte moi mon fils, que t'apporte t'il, lui que nous ne voyons jamais. »

Je ne remettais pas en cause ses pensées et ses croyances. J'étais curieux. Curieux de savoir ce qui l'avait poussé à se tourner vers cet être mystique que nous avons sûrement tous appeler un jour. Moi même, dans ma mortalité, j'allais à l'église tout les dimanches. Mais je ne comprenais pas pourquoi. Sûrement étais-je trop jeune et trop con pour comprendre. Et même maintenant, je ne sais pas pourquoi des personnes en appellent à lui. Lui qui n'est jamais venu, pourquoi on y croit ? Je voulais garder l'esprit ouvert et comprendre, apprendre, même encore maintenant que je suis un vieux vampire. Je reste assis sur mon rocher et lève la tête vers le ciel étoilé. Gardant un doux sourire, je voulais le rassurer :

« Ne crains rien Kleim. Jamais un père ne deviendras un loup. Tu peux revenir par ici, je ne compte pas t’enchaîner. »

Je voudrais le convaincre de revenir à l'abri parmi la civilisation, de retourner sous mes ailes paternelles. Au moins il serait en sécurité, au moins je pourrais de nouveau veiller sur lui et lui assurer un avenir meilleur. Oui, meilleur que toutes ces nuits d'angoisse, à chercher perpétuellement de quoi survivre. Je voulais lui épargnez ça, cette souffrance inutile alors qu'il pourrait être heureux parmi ceux qui l'ont vu naître. Maintenant je gardais le silence, écoutant ses réponses, observant ses réactions. Cette nuit promet d'être intéressante.

_________________
The Joker:
 

Merci Yi ♥:
 


Dernière édition par Jack A. Spaltter le Jeu 20 Juil 2017 - 5:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Dim 16 Juil 2017 - 12:13


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Sa façon de parler s’insupportait. Tu avais l'impression de faire face à un philosophe ou quelque chose comme ça... Dans tout les cas, le ton qu'il prenait à ton égard te perturbais. Tu ne savais pas sur quel pied danser avec cet homme qui semblait vouloir t'amadouer un peu. Sa voix douce et ses paroles ne t’aidaient cependant pas à te calmer, bien au contraire. Tu te demandais même si il ne se foutais pas de toi... ça faisais si longtemps que tu ne l'avais pas vu, donc tu avais du mal à le comprendre et savoir si il était sincère ou non. Tu ne savais plus très bien quel genre de vampire il était... Des ,alliés... Non tu n’en avais pas vraiment, à vrai dire tu étais assez solitaire en fin de compte. Mais qu’est-ce que ça pouvait lui faire après tout ? Tu serrais les poings, gardant tes sourcils froncés. Même si il restait à sa place, tu restais méfiant, ne souhaitant pas te faire avoir par ses belles paroles.

« Je survis seul et ce depuis des années... Et si je me fais attraper, je ferais en sorte de m'enfuir de nouveau ! Pas question que je tombe de nouveau sur un monstre sans cœur, égoïste et lâche! »

Tu le savais pourtant au fond de toi que tout les vampires n'étaient pas comme ça. Mais tu ne voulais plus tenter l’expérience. Cela avait suffit pour te dégoûter de tout ça, et vu ta chance, tu allais forcément tomber sur quelqu'un qui allait encore te vouloir du mal. Tu serrais les dents, sentant ton souffle te couper quelques instants. Il ne pouvait pas savoir ce que tu ressentais, cette envie qui débordait de toi. Tu n'avais plus envie d'être un simple jouet ou un punching-ball. Tu étais un être vivant, tu valais mieux que tout ces suceurs de sangs morts vivants ! Mais tu essayais de te calmer un minimum, ne souhaitant pas dire des choses que tu ne pensent pas. Ce serait bien vil de ta part... Tu voulais juste être tranquille, pouvoir te promener sans à chaque fois ressentir un danger pour ta vie. Par contre, il s’aventurait ensuite sur un terrain miner. Parler du Seigneur de cette façon insupportait et seul lui réussissait à calmer tes maux. Tu te pinça la lèvre à ses mots, comprenant très bien qu'il voulait certainement te tester là-dessus. Beaucoup ne comprenaient pas pourquoi certains vénéraient quelqu'un que l'on ne voyait pas. Ils se moquaient sans comprendre tout ce qui est derrière, la signification de ces gestes et des paroles... Ca te mettais hors de toi. Tu serra entre tes mains ta croix.

« Il ne suffit pas de le voir pour croire en Lui. J'ai mûrit et gardé espoir grâce à lui ! Tandis que toi, tu as été là que pour m'élever et me jeter en cage, Lui est toujours là aujourd’hui avec moi et me guide même dans les moments les plus sombres de ma vie ! Tu ne peux pas comprendre, tu n'as pas la foi... »

Tu t’emportais peut-être un peu trop mais tu n'arrivais pas à garder ton calme. Jamais il pourra réussir à te mettre le doute sur ce que tu croyais. Tu repensais à tout ses moments où tu étais perdu, où tu étais désespéré et que tu avais réussit à retrouver ton calme, espoir en priant et en avouant tout ce que tu avais sur le cœur. Il était ton guide, celui qui te faisait avancé. Tu avais beau ne pas le voir, tu savais qu'il était partout autour de toi et même dans ton cœur. Tu finissais par longuement soupirer tandis que ta gorge s'était noué. Tu n'aimais pas parler de ça, surtout avec quelqu'un qui n'y croyait pas. Tu ne savais jamais comment expliquer, comment dire ce que tu ressentais vis à vis de ça. Soufflant, tu finissais pare te reculer avant de t'asseoir dans l'herbe, frissonnant.

« Comment je peux te faire confiance... Je ne peux plus me permettre de faire n'importe quoi, je ne veux plus être servi comme un simple meuble de salon. J'ai beau t'avoir connu par le passé, tu restes un vampire et au fond, je ne connais pas plus de choses que ça de toi... »

Serrant encore les poings, tu baissais légèrement la tête, prenant un second souffle. Tu te sentais comme étouffer, ne sachant pas comment prendre cette situation, ni comment te comporter avec cet homme.

« Comment savoir que tu ne vas vraiment pas me remettre dans une cage... » susurrais-tu, blessé.
© Nephilith pour EPICODE.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Dim 16 Juil 2017 - 16:04


Retrouvailles dans la nuit
Le temps passe, l'inquiétude reste, la méfiance s’intensifie et se change presque en colère. Il ne me fait pas confiance. Je ne suis plus son éleveur, je suis un monstre parmi tout les autres. J'écoute ses réponses, alors il n'avait pas vraiment eu de chance. Tomber sur un vampire cruel qui lui en aurait fait voir de toutes les couleurs. Il y en a, c'est sûr. Kleim n'a pas eu vraiment de chance. Alors il avait fait le choix de se séparer de ce monde pour de bon sans lui donner de seconde chance. Au fond, on lui en aurait pas donné. Tant que son maître le voulait, il le gardait. C'était peut-être la seule solution qu'il avait et je comprenais.Puis je sentis en lui la colère. Je l'avais offensé en parlant ainsi de son nouveau guide. Mais oui, je voulais voir, tester, comprendre. Qu'est-ce qui le pousse à vivre aujourd'hui ? Est-ce Lui ? Qu'on nomme à peine, qu'on ne voit pas et qu'on oublie si vite. J'osais croire que nous étions beaucoup à prier quand notre cœur battait, mais quand il s'est arrêter, nous avons cesser de croire. Et c'est mon cas. Je ne voulais plus croire en un être qui a laisser les ténèbres me saisir et faire vivre mon corps mort. Mais pourrait-il le comprendre ? Pour eux peut-être, cette immortalité est une punition divine, une interdiction de contempler le Paradis, seulement de s'approcher de l'Enfer. Car nous péchons, chaque jour un peu plus. Nous sommes des êtres abjects, par notre forme et notre façon d'être. Nous aimons la chair, nous sommes des péchés vivants. Moi même sûrement, mon âme est souillée depuis longtemps. Avant même que je ne meurs pour être honnête. Je ferme les yeux, l'écoute encore. Il n'as aucune raison de me faire confiance oui.

Je reste assis sur ma pierre, j'entends un murmure. Oui, comment savoir. Rouvrant les yeux pour le regarder assis dans l'herbe, je prend doucement la parole :

« Ne pense-tu pas que je t'aurais déjà capturer si j'en avais l'intention ? Pense-tu que je te parlerais, que j'essayais de te comprendre si j'avais simplement l'intention de te remettre en cage comme un vulgaire oiseau de compagnie ? Non mon fils, je t'écoute sans me jeter sur toi comme un prédateur fou. »

Je remis une mèche de cheveux en place et me leva de ma pierre, m'approchant de l'eau. Elle est si belle, légèrement brillante sous la lune. Je souris légèrement et glisse une main dans ce courant frais. C'est vraiment agréable comme sensation. Je comprend pourquoi le jeune oiseau appréciait d'être là. Le lieu est vraiment profitable. Je relève le regard vers l'oiseau sans m'approcher davantage, laissant l'étendue d'eau faire barrière entre nous deux. Il serait si facile de sauter et de le saisir. Mais je n'étais pas là pour lui mettre des chaînes. Il a fait son choix, je ne suis pas de ceux qui traquent pour remettre en cage.

« A ton avis, pourquoi n'ai-je plus la foi ? A ton avis, qu'ai-je ressentit le jour où je me suis rendu compte que je passerais l'éternité avec un cœur immobile ? A garder pour toujours en moi les graines des péchés. Quand je me suis rendu compte que prier ne m'avait pas protéger de cette malédiction. Dieu m'a laissé devenir un démon dans ce monde de démons. Alors dis moi, pourquoi n'ai-je plus la foi ? Est-ce qu'Il ne m'a pas pardonné mon enfance et m'a châtier ainsi ? »

Maintenant certes, j'accepte ma condition de créature nocturne, mais ce ne fut pas si facile. Et encore parfois, j'aimerais remonter le temps, ne pas avoir bu cette nuit là. Le mal est fait, je suis ce que je suis, plein de succès et de déboires. Et cette nuit, je ne suis qu'un homme qui retrouve un être qu'il a aimé ne serait-ce qu'un peu.

« Tu dis ne pas me connaître, mais as-tu seulement ce désir de me connaître ? Si pour toi je suis un ennemi, en as-tu vraiment envie ? Peut-être que tu veux juste que je m'en aille, tout de suite pour ne jamais revenir. »

_________________
The Joker:
 

Merci Yi ♥:
 


Dernière édition par Jack A. Spaltter le Jeu 20 Juil 2017 - 5:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Lun 17 Juil 2017 - 10:24


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Gardant le regard baissé, tu restais dans cette position sans savoir quoi faire d'autre dans tout les cas. Tu étais coincé et tant qu'il ne partirait pas, tu ne te sentirais pas tranquille. Tu ne savais de toute façon pas comment prendre toutes ses paroles et si tu devais réellement lui faire confiance. Après toutes ces années à être dans la nature, tu te méfiais tellement que tu ne savais plus peser le pour et le contre. Il essayait pourtant de t'assurer qu'il n'avait pas l'intention de t'attraper et même ça, cela ne te mettais pas tant que ça en confiance. Tu restais cependant à ta place, soupirant longuement.

« Si tu le dis... Et arrête de m'appeler Fils, tu veux ?!... »

Tu n'avais pas envie de renchérir de nouveau à ce sujet. Car après tout, si il restait à quelques mètres de toi, c'est qu'il tentait forcément de te faire comprendre que tu n'avais rien à craindre. Mais malgré tout, tu restais sur tes gardes, au cas où. Tu étais beaucoup moins fort que lui, c'est vrai, mais tu avais espoir que la chance continue de te sourire pour encore quelques temps. Tu étais encore bien trop perdus pour essayer de tenter quoi que ce soit ou de prendre des décisions décisives. Quelques instants après, tu levais ton regard vers lui lorsqu'il parlait de nouveau du Seigneur. Ses paroles te touchèrent, bien évidemment. Ce genre de choses était tellement difficile à expliquer. Les vampires étaient arrivés comme un cheveux dans la soupe... Il y avait beaucoup de suppositions sans que l'on sache la réelle vérité alors tout le monde avait son avis... Tu continuais de toucher néanmoins ta croix, sentant encore ton cœur faire des siennes.

« … C'est un vampire qui m'a fait découvrir la religion. Selon lui, c'est Satan qui a envoyé cette malédiction, pour faire souffrir les humains... Le Seigneur aime tout le monde mais son pire ennemis et tout aussi puissant que lui. Il y a des choses que l'on ne peut pas expliquer, ni guérir... »

Tu ne pouvais de toute façon, pas le forcer à croire en Dieu, ni à avoir la foi. Il faisait ce qu'il voulait, croyait en qui il voulait, tant qu'il ne te forçais pas toi à changer d'avis. Tu restais sur tes positions et savait que toi, il t'aidais énormément dans la vie de tout les jours. Après, ça ne tenais qu'à toi de faire les bons choix, de faire les bonnes actions et de te repentir si tu faisais de mauvaises choses. N'étant pas un vampire toi-même, tu ne pouvais pas guérir les mœurs du brun ni lui expliquer concrètement tout ça. Tu ne faisais que de dire ce que le vampire de l'église t'avais raconté. Bien que tout le monde avait sa propre version de cette « malédiction »... Regardant le ciel d'un air nostalgique, tu écoutais évasivement ce qu'il te racontait et cela te posais une nouvelle fois un gros dilemme. Tu savais que tout les vampires n'étaient pas mauvais, mais si tu te trompais ? Et si ta décision infectait le futur et allait t'amener le malheur ? Tout était confus, tout amenait à croire que tu allais faire le mauvais choix alors que... certainement pas. Au fond, tu te sentais bien seul, sans vouloir le montrer, fier que tu es.

« Fais comme tu veux... » Disais-tu en t'allongeant sur l'herbe, le regard vide.

Tu étais tiraillé entre l'envie de lui faire confiance, et l'envie qu'il s'en aille et te laisse tranquille. Ce serait peut-être l'un des seuls vampires qui ne voudraient pas t'attraper et te remettre en cage mais en même temps tu ne pouvais pas en être complètement sûr. Les paroles c'est bien, mais les gestes, c'est mieux, non... ? Serrant les dents, tu finissais par te relever. Les sourcils froncés, tu t'approcha de nouveau de l'eau, restant néanmoins à une distance convenable du vampire.

« … Jure moi devant Dieu que jamais tu ne forcera ou tentera de m'attraper pour m’emmener à la civilisation. Jure le moi... »

Ton regard dans le sien, ton te sentais légèrement trembler...
© Nephilith pour EPICODE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Mar 18 Juil 2017 - 4:39


I swear
Etait-il seulement présent pour regarder ce qu'il se passait maintenant ? Etait-il seulement là, prêt à sauver son enfant si je venais à perdre la raison ? Non, bien sûr que non, il ne sera jamais là. Je ne crois plus, je ne croirais plus jamais. Il me demande de ne plus l’appeler fils. Pourquoi donc est-ce si gênant ? Est-ce parce que désormais, il se considère comme le fils de Lui ? J'osais le penser et au au fond, ça m'attristait d'avoir ma place prise par un être imaginaire. Je le laisse m'apprendre qui lui a offert ce guide. Satan hein, manquerais plus que ça. De toute manière, il est si facile de rejeter la faute sur un être dont nous n'avons aucune preuve d'existence. Je ne rajoute rien, c'est inutile et je ne voulais pas le vexer à nouveau. Me rapprocher de lui est comme s'approcher d'un oiseau sauvage. Un moindre faux mouvement... Et il déguerpit à tout jamais. Il s'était allongé, puis il est revenu vers moi, ne laissant guère plus que l'eau comme frontière entre nous. Jurer devant Dieu ? Au fond, je n'en avais pas envie. Mais nul besoin de le penser. Si ce n'est devant Lui, je peux quand même jurer. Sans le nommer, je le peux quand même :

« Je le jure. »

Ai-je simplement dit alors. Nul besoin de fioritures, c'était les seuls mots qu'il voulait de moi alors que je reste accroupi près de l'eau. Je retirais ma main de l'eau en soutenant le regard de l'hybride. Il semblait avoir peur... Suis-je vraiment si horrible que ça ? Pourtant je tente d'être amical. Mais je devrais comprendre. Je lui souris amicalement, simplement et me redresse. Je me permit de regarder l'heure. La nuit est encore jeune, nous avions un peu de temps à perdre encore. Et si les miliciens arrivaient, j'aurais vite fait de les entendre et mettre Kleim à l'abri. Je ne me faisais pas de soucis, pas pour le moment. Je m'assis dans l'herbe, les pieds proches de l'eau pour profiter de ce courant frais avant de reprendre la parole :

« Mon nom est Jack Spaltter. J'ai 440 ans, je suis né en Angleterre. Mon père était médecin, brillant même. J'ai été transformé contre mon gré à mes 20 ans. Je n'ai toujours vécu que par la science et j'ai participer à la naissance de la race hybride. »

Je tournais le regard vers lui. Oui, sans moi, il ne serait pas ainsi. Sans moi, il ne serait sûrement jamais né. Mais il s'en fiche bien, ce qui est fait est fait, aucun retour en arrière. Et les hybrides sont tellement fascinants qu'en aucun cas je ne regrette. Lui même, ce cher Kleim qui se tient devant moi est un fascinant représentant de la race hybride. Je souris légèrement, au fond, j'étais fier de moi, fier de lui. Fier qu'il ait osé prendre son envol, qu'il ne soit pas soumis plus bas que terre. Pour un oiseau, c'est quand même un comble de ne pas pouvoir voler. Je rassemblais mes souvenirs du temps que nous avons passer ensemble, des seize années où je me suis occupé de lui. J'eus un léger rire, je redressais la tête et lui dit d'un air amusé :

« Dis moi Kleim, tu te souviens quand tu étais encore avec moi ? Quand tu me harcelais pour que je te chante une chanson avant de partir ? Je n'aime pas chanter, mais je faisais l'effort pour toi. Je crois même me souvenir de la chanson... »

Je dressais le regard vers la lune en continuant de sourire. Est-ce la nostalgie que je ressens au fond de moi ? Je n'ai pas vieillit depuis, ce n'était qu'un court passage de ma vie et pourtant, la mémoire est bien là. Je me demandais bien s'il se souvenait de ça, ou même d'autre chose ? Peut-être n'a t'il que de mauvais souvenirs de moi. Ça m'attristerait et je tentais donc déjà de lui remémorer des choses positives. J'étais loin d'être un tortionnaire, j'osais croire qu'il y avait quand même des moments agréables en ma compagnie. Je garde le sourire, m'éclaircit la gorge et refait une nouvelle fois cet effort :

« Hey there little Sunshine
How do you do,
there’s a great kingdom,
waiting for you!

As you lay your tiny head,
dream of the world,
They’re gonna love you,
their sun will return!

Little Sunshine,
Little Sunshine,
Let your radiance show!
Little Sunshine,
Little Sunshine,
Let your kind heart glow! »

Spoiler:
 

_________________
The Joker:
 

Merci Yi ♥:
 


Dernière édition par Jack A. Spaltter le Jeu 20 Juil 2017 - 5:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Mer 19 Juil 2017 - 15:11


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Tu n'allais certainement pas lui en vouloir de juste te jurer sans quoi que ce soit d'autres venant de lui. Si il n'y croyait pas alors tu n'allais le forcer. Quoi qu'il en soit, dire ça devant toi, les yeux dans les yeux, te faisait le plus grand bien. Tu sentais doucement tes muscles se détendre avant que tu ne soupire longuement. Ta main allait de nouveau se plonger dans tes cheveux tandis que tu reprenais ton souffle. Même si ce n'était que des paroles, depuis le début il était resté à sa place alors tu voulais tenter de lui faire un minimum confiance. Bien sûr, il restait un vampire, et tu n'allais pas pouvoir changer sa nature mais... Tu en connaissais déjà un qui n'a jamais depuis essayé de te dénoncer ou de t'attraper, alors tu pouvais faire un effort de faire confiance à un autre... Passant ta main sur ton visage rougie au passage, tu restais cependant encore à ta place, observant le brun qui s’asseyait dans l'herbe à son tour.

Tu ne t'attendais pas à qu'il se mette à se faire une biographie, mais tu l'écoutais quand même. Tu ne voulais pas faire preuve de mauvaise foi et puis... Autant que tu en sache plus sur lui, pas vrai ? Il était sacrément vieux... En tant que vampire. Mais eux au moins, cela ne se voyait pas sur le visage. Parce que toi, tu continueras de grandir, vieillir et tu finiras bien par mourir, que ce soit dans la nature ou non. Tu te demandais si certains vampires ressentaient de la tristesse ou ensuite de la nostalgie lorsque leur esclave meurent... -si il les gardes jusqu'à la fin, bien entendu. Mais ce n'était pas le sujet de la conversation. Même avec cette méfiance qui était restée gravée en toi, tu voulais essayer de croire en cet homme. Il était ton créateur, celui qui t'avais élevé, mais cette crainte des vampires t'empêchais de rester totalement positif et confiant. Le regard baissé, tu écarquillais un peu les yeux lorsqu'il commençait à parler d'une fameuse chanson.

Ta tête se levait lentement vers lui, tandis que tu restais totalement silencieux. Tu te souvenais oui, qu'il te chantait souvent une chanson à cette époque, mais tu avais du mal à t’en souvenir, comme si elle s’effaçait doucement de ta mémoire à cause de ce que tu avais vécus. Et lorsqu'il commençait à chanter, tout redevenait plus clair dans ta tête. Elle revenait comme l'effet d'une bombe en toi. Tu restais bouche bée, écoutant et te remémorant simplement de la mélodie qui te serra le cœur. Et c'est sans surprise que cette mélodie qui faisait ton bonheur avant, sonnait désormais comme une triste comptine qui te faisais venir les larmes aux yeux. L'enfance, c'est la naïveté, l'innocence, on croit que tout sera beau et calme tout le long de notre vie, mais lorsque l'on devient adulte, l'on voit toutes les horreurs de ce monde et l'on se rend compte que l'on serait bien mieux dans l'ignorance.

Au fond, tu ne pouvais certainement pas oublier complètement cette mélodie, elle résonnait en toi comme un chant d'espoir bien que cela pouvait paraître très fleur bleue. Mais c'était un souvenir dont lequel tu étais accroché, même si en ces temps troubles, tu l'avais enterré tout au fond de toi. Le cœur encore serré, tu te souvenais de d'autres paroles, que tu chantonnais souvent à voix basse. Et de nouveau, ces paroles t'échappèrent, pour se mêler à la brise de la nuit et à la mélancolie que cela te faisais ressentir.

« Though the shadows may close in,
You will stay strong,
Your little spark of love,
will cast out the dark...
»

Bien que tu étais quelqu'un de fier, tu ne pu empêcher les larmes déborder de tes yeux, qui roulaient ensuite sur tes joues chaudes avant de s'écraser en silence sur l'herbe fraîche. Satané vampire... Tu resteras fort... hein ? C'est ce que tu essayais d'être aujourd'hui et tu réussissais plus ou moins avec brio pour l'instant. Mais c'était mauvais si le brun réussissait déjà à te mettre dans tout tes états à cause d'une mélodie... Reniflant, tu finissais par te mettre à genoux devant l'eau afin de prendre de l'eau entre tes mains et éclabousser ton visage. Ton cœur battant à vive allure, une fois avoir frotter ton visage, tu relevais celui-ci vers le brun.

« ...Tu l'as déjà chanté à quelqu'un d'autre ? »

Tu te faisais peut-être des idées à te dire que cette mélodie était unique pour vous. Mais cela ne te surprendrais pas si au final d'autres bambins l'avaient entendue. Tu restais à genoux devant la rivière, tu laissais l'eau de ton visage, couler le long de ta peau. Ton visage était beaucoup moins dur qu'au début de votre conversation, ce qui était normal rien qu'à y penser. Mais tu n'osais toujours pas t'approcher... La gorge encore serrée, tu tentais tout de même de penser à autre chose. Tu détournais d'ailleurs le regard, réfléchissant à un truc à dire de moins gênant.

« ...Et... D'ailleurs, tu n'as pas de travail à cette heure ? Du moins, la nuit vous êtes pas censé faire vos trucs là... ? »
© Nephilith pour EPICODE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Ven 21 Juil 2017 - 4:48


I swear
Cette chanson était peut-être au final un lien bien plus fort qu'on ne pouvait le croire. Un souvenir enfouit au fond de nos cœurs, qu'une voix réveille soudainement. Au fond de moi, j'aime sûrement cette chanson. Une chanson qu'on chante à un enfant pour le rassurer, un air que j'ai parfois entonné pour l'aider à dormir. Je ne suis pas vraiment un grand chanteur, mais un enfant est honnête, si c'était insupportable, il me l'aurait déjà dit à l'époque. Alors j'ose croire que c'est à peu près agréable à écouter. C'est l'un des avantages de l'immortalité, on a tout le temps pour tout apprendre. Mais peu importe actuellement, je savoure simplement cette retrouvaille quelque peu inattendue, quelque peu étrange, un peu tendue, mais qui au fur et à mesure devient appréciable. Il semblait surpris, troublé quand j'ai commencer la chanson, comme si les souvenirs lui revenaient soudainement. Et ce fut mon tour d'être surpris quand c'est lui qui a commencer à chanter. Il s'en souvenait alors. Ça me touchait d'une certaine manière et je ne pouvais que continuer de sourire. Il pleurait, est-ce que cette mélodie le touche à ce point ? Mais il semble fier, il n'as pas l'air d'apprécier de se montrer si faible, presque retourné dans le passé face à moi. Ai-je chanté ceci à quelqu'un d'autre ? Serait-tu jaloux mon garçon ? J'hausse doucement les épaules pour lui répondre honnêtement :

« Je n'aime pas vraiment chanter mon grand. Tu es bien le seul pour qui je faisais cet effort. Bien parce que tu me le demandais. »

Il était le seul que j'endormais avec ma voix et non pas simplement en le couchant au lit et coupant la lumière avant de partir en fermant la porte. J'ai beau avoir pris soin de nombreux enfants, chacun restait unique à sa façon. Pour Kleim, c'était ça, sa berceuse. C'était là sa petite exclusivité. Il restait tout proche de la rivière et je ne bougeais toujours pas. Je préférais le laisser approcher de lui même, ça irait mieux dans le sens là. Il semblait embarrassé de parler de son enfance. Ce sourire ne quittait pas mon visage, il devenait amusant ce petit là. De nouveau, j'haussais les épaules en levant légèrement les yeux au ciel :

« Les vampires ont aussi le droit à des jours de repos tu sais ? Aujourd'hui je suis sensé me reposer, mais j'ai décider de me promener, de prendre l'air. »

Tout simplement. Nul besoin de chercher midi à quatorze heures comme dirait l'autre. Je travaille tellement en temps normal, j'ai bien le droit de m'accorder un peu de repos. Et au final, j'ai bien fait. Retrouvez un enfant est toujours quelque chose qui fait plaisir, même si ce n'est pas totalement cordiale comme relation. Je n'avais pas vraiment envie de lui parler du travail, ça pourrait lui rappeler de mauvais souvenirs et briser le peu de confiance entre nous. Les liens se retissent tout doucement, prudemment, la moindre erreur et tout casse de nouveau. Je voulais savoir comment il s'est retrouvé dans cette situation. Un vampire mauvais sûrement qui l'auras pousser à fuir. Ou un abandon en pleine nature ? J'ai souvenir qu'il parlait d'avoir été considérer comme un meuble. Je ne savais pas si c'était une bonne idée de lui demander, de lui faire ressortir toutes ces mauvaises choses. Non, clairement une mauvaise idée. Je préférais parler de quelque chose de plus léger, de plus tendre :

« Tes ailes vont bien au fait ? Il me semble qu'elles te faisaient mal par moment non ? C'était peut-être leurs croissances maintenant que j'y pense.. »

Une chose banale qui surgit sans trop d'explications, c'était la seule chose qui m'a traversée l'esprit sur le coup pour tenter de garder un dialogue correct. J'espérais sincèrement que rien n'était arrivé à ses plumes. Il n'avait pas des ailes qui lui permettrait de voler, mais ça restait quelque chose de joli, de vivant, d'important sûrement pour lui. Le sang qui coule en moi pourrait l'aider à guérir les éventuelles blessures si elles ne sont pas trop vielles, mais il n'as pas l'air de souffrir actuellement, ça devait aller. Une douce brise vient faire s'agiter nos cheveux. Et je souris encore en réalisant à quel point on est opposés. Lui a les cheveux blancs, moi je les ais noirs. Lui est mortel, je suis immortel. Il a la foi envers quelque chose, moi je ne crois plus en rien. En soi, nous sommes tellement différents, et seule une sorte de lien familiale nous réunit. Seul le lien d'un père et d'un fils nous donne une raison de nous parler, de tenter de nous comprendre, de peut-être nous apprécier en tant que tel. Ou puis-je dire que notre liberté est aussi un point commun. Puis une inquiétude me franchit l'esprit :

« Tu manges bien au moins ? Ça ne doit pas être évident de trouver de quoi s'alimenter ici... »

Je n'avais toujours pas la moindre idée de comment il survivait dans cette nature sauvage. Il semblait bien la connaître désormais, mais cette inquiétude restait plus forte. J'étais prêt à courir lui chercher de quoi se remplir le ventre si il fallait, mais maintenant, le laissez seul, alors que les miliciens commencent à tourner, ça ne m'enchantait pas vraiment. Je suis clairement un papa poule, ou pire, gâteux. Ah la la, mon pauvre Kleim, tu n'as pas de chance avec un père comme moi hm ?

_________________
The Joker:
 

Merci Yi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Jeu 27 Juil 2017 - 19:44


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Tu ne pu t'empêcher de lentement sourire lorsqu'il disait qu'effectivement il n'avait chanté ça qu'à toi. Ce qui était logique au final étant donné qu'il disait ne pas aimer chanter mais... à cette époque tu avais certainement un pouvoir de persuasion assez fort. Tu étais assez satisfait pour le coup, mais tu ne disais rien, gardant juste un petit sourire aux lèvres. C'était donc un souvenir sur lequel tu pouvais t'attacher. Au moins lui... C'était peut-être l'un des seuls moments que tu pouvais aimer te remémorer. Tu devenais un peu plus paisible, ton regard s'étant dirigé de nouveau vers le ciel découvert. Tu pouvais maintenant penser que tu ne risquais rien, pas vrai ? Tu continuais d'écouter le brun qui disait être en repos. Bien sûr qu'ils avaient le droit aussi de se détendre un peu mais de base c'était juste une simple question. Et puis, ça pouvait permettre de changer vite de conversation avant que ça ne devienne trop gênant.

«  Je vois... Et à parler aussi à un fugitif. »

Mais ça ne semblait pas le déranger après tout, alors tu ne disais rien d'autre à ce sujet. C'était tant mieux pour toi parce que tu n'avais pas envie d'être ramené en ville si c'était pour être encore avec un gars odieux. Tu te sentais bien pour l'instant, à l'air libre, à faire ce que tu voulais sans limite. Même si c'était dangereux, au moins tu n'avais pas l'impression d'être enchaîné inutilement. Frissonnant, tu soupirais, battant un peu des ailes pour les détendre. Comment elles allaient ? C'était une bien drôle de question mais bon... Il avait en plus répondu à sa propre question mais tu avais quand même envie de lui répondre. Maintenant que tu étais à peux près sûr qu'il n'allait pas te faire de mal, tu voulais pouvoir parler avec lui normalement, sans prise de tête.

« Ca va. C'était certainement dû à leur croissance oui... Mais depuis je ne ressens plus rien, même si ça me gêne quand je les cachent, ce qui est normal je pense... »

Soupirant en disant cela, tu étais un peu agacé de devoir toujours les cacher mais c'était parce que tu le voulais aussi. Au moins comme ça elles ne te gênaient pas et tu pouvais faire les gestes que tu voulais sans devoir te coincer une aile quelque part. Mais ce soir tu pouvais les montrer, les bouger sans avoir rien à craindre, et ça te faisais du bien. C'était comme des muscles que tu te plaisais à étirer. Cette liberté tu ne pouvais que te l'offrir en de rare occasions mais ça t’allait comme ça. Tu finissais par bailler, sentant un peu la fatigue t'envahir, mais tu tentais de ne rien montrer. Il ne cessait au final de s'inquiéter pour toi, et tu roulais des yeux.

« Ca, dépend. Parfois je réussis à voler de la nourriture ou je chasse... Mais j'ai toujours réussis jusque là à me nourrir, même si certains aliments me manquent encore ahah... »

Les choses sucrés par exemple ou de bons plats qui peuvent être préparés que dans des cuisines et non dans la nature comme ça à la vite fait. Mais tu avais fini par t'habituer à ce que tu devais manger au quotidien.... Et tu étais bien content parfois lorsque tu croisais des sorte de campeurs que tu pouvais voler sans aucun regret. Car après tout, c'était pour survivre... Le Seigneur pouvait bien te pardonner ça non ?

« Mais ça ne me pousseras pas à retourner en ville... Je peux m'en passer du restes. Il le faut bien... »

Prenant un petit cailloux entre tes doigts, tu le jetais ensuite dans l'eau, avant de te relever, frottant tes avants bras. Tu allais au final reprendre ta cape pour l'enfiler, trouvant que ça se rafraîchissais malgré la saison.

« Il faut bien faire des sacrifices, pas vrai ? Mais j’ai beau manquer de pleins de choses... Tu vois bien que je me porte pas mal, donc faut arrêter de s’inquiéter. Je ne suis plus un enfant tu sais ? »
© Nephilith pour EPICODE.



Dernière édition par Kleim le Sam 19 Aoû 2017 - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Jeu 27 Juil 2017 - 22:00


I swear
C'était devenu un grand garçon débrouillard, loin du petit oiseau déplumé sur lequel je veillais. Et je restais fier de le voir arriver à vivre ainsi. Ce n'était pas réellement ce que je lui souhaitait, mais je ne peut pas vraiment contrôler la vie de chacun des enfants qui naissent au laboratoire. Au moins lui est encore vivant, sain d'esprit. Je ne peux rien demander de plus, ce n'est pas grave. Peut-être que c'est la dernière fois que je le revois, ce petit oiseau devenu grand. Il me dit que ces ailes vont bien, tant mieux. Il est rare que des enfants naissent avec ce genre d'appendices et on a rarement l’occasion de savoir ce que ça donne une fois sortit du laboratoire. Je n'étais pas là pour prendre des données médicales, juste pour me renseigner. Je l'écoute aussi me dire comment il arrive à survivre. Eh bien, je me doutais bien que certaines choses devaient lui manquer. Je ne me verrais pas vivre sans accès à certaines choses moi non plus. Il semblait commencer à avoir froid alors que moi, je ne ressens rien. L'un des avantages de l'immortalité ma foi. Je ne suis plus un enfant, je m'attendais à entendre cette phrase à un moment ou à un autre. Elle me fit sourire alors que je reste où je suis, le regardant encore :

« Je vois bien que tu n'es plus un enfant oui. Tu es un grand garçon, mais je resterais toujours ton père. »

Et un père, ça ne se change pas. Ça se fera toujours du soucis pour ses petits. J'essayais d'oublier, de passer à autre chose, mais avec une mémoire comme la mienne, l’exercice est loin d'être facile. Peut-être que j'y parviendrais un jour, peut-être. Je finis par me lever tranquillement et par m'étirer de tout mon long, faisant craquer ma colonne vertébrale. Ça fait pas du bien sur le coup, mais après ça détends. Je remet bien mon haut par tic de perfection. A force de devoir avoir le costume impeccable pour le bureau ou le conseil, c'est devenu systématique, même quand je suis tranquille chez moi.

« J'aimerais te convaincre de revenir en ville, dans la sûreté. Mais c'est une bataille déjà perdue n'est-ce pas ? »

Je me doutais bien que le convaincre de rentrer avec moi serait impossible, c'est pour cela que je le considère comme une bataille perdue d'avance. J'aurais voulu qu'il soit sous la garde d'un bon vampire qui prendrait soin de lui, j'aimerais m'en convaincre, mais c'est peine perdue. Et même si il rentrait, le pourcentage de chances qu'il tombe sur un maître qui prendrait soin de lui est tellement ardue à calculer que je n'oserais pas. Je regarde encore ce cher Kleim avant d'entendre un son. Ça aurait pu être un animal, mais non. C'est rapide, ça se rapproche. Des pas. Est-ce les miliciens ? Ou des libres se rapprochant ? Pas de risques à prendre. Brisant la distance de sécurité, je me rapproche rapidement de Kleim, le prenant par les épaules pour le rapprocher de moi et lui dire doucement :

« Les loups approchent sûrement. Joue le jeu, après je t'emmène à l'abri. »

Ils sont deux, des vampires. Oui, sûrement la milice qui déboule de nulle part. Une simple tournée de routine, sans objectif, ce ne serait pas si étonnant que ça. Dans tout les cas, j'ai la ferme intention de protéger Kleim. Juste pour cette fois. Les deux hommes arrivent finalement et nous voit. Je souris légèrement, eux semblent méfiant. Qui est-ce demande l'un. Je répond calmement et d'un signe de main mon identité. Les voilà plus surpris que méfiant.

« Ne vous en faites pas, je faisais quelques expérimentations avec cet hybride ! D'ailleurs on va y retourner, je dois voir sa vitesse de pointe ! Allez mon grand, on y va ! »

J'espérais que mon jeu d'acteur serait assez convaincant et surtout que l'oiseau allait suivre le délire le temps qu'on s'éloigne d'eux. Je me tourne dans la direction opposée et lui sourit. Allez court, je te rattrape.

_________________
The Joker:
 

Merci Yi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Sam 19 Aoû 2017 - 22:42


Kleim & Jack
Pourquoi es-tu là ?!


Décidément, le mot « père » te filais des frissons, tu n'aimais pas ça. Comment il pourrait l'être après tout ? Tu ne croyais plus en ce mot, pour toi il signifiait rien du tout. Il était qu'une connaissance à tes yeux même si tu lui faisais plus ou moins confiance par rapport à d'autres personnes et il devrait s'en contenter. Tu te doutais que, le connaissant il allait forcément encore caser le mot « enfant » dans une de ses phrases et tu sentais que tu allais finir par abandonner de lui dire d'arrêter. Tu soupirais tandis qu'il essayait encore une fois de te demander de revenir en « sûreté », c'est-à-dire... en ville, parmi tout les autres vampires et esclaves qui n'ont pas d'autres choix que d'écouter leur maître. Ça te fatiguais. Quand est-ce qu'il allait comprendre que tu n'étais pas prêt ? Pas encore, tu n'avais pas envie de revivre ce que tu avais vécu... Tu n'avais pas assez de chance pour cela. Mais forcément, il semblait comprendre que c'était sans espoir pour le moment. Ça n'allait pas être ce soir que tu allais changer d'avis et que tu allais rentrer.

« En effet... Laisse moi le temps. »

Enfin, jusqu'à que tu te fasses attraper... Tu ne pouvais pas savoir quand est-ce que tu allais finir par retourner là-bas, de quelle façon tu allais y arriver. Soudainement, le silence de la nuit se brisa, la distance entre vous se brisa d'une vitesse fulgurante. Tu sentais ses mains se poser contre tes épaules avant de te rapprocher de lui. Tu allais dire quelque chose, mais ton regard croisa le sien, et tu compris très vite que cela était grave. Ton expression de visage se changea très vite en comprenant ce qui se passait et votre moment de tranquillité était ainsi rompu brutalement par l'arrivée de d'autres vampires. Ton sentais ton cœur battre plus vite, une boule se former dans ton estomac... Soudainement, tu semblais beaucoup moins sûr de toi. Tu avais peur. Ton regard se porta lentement sur les deux vampires qui demandèrent qui tu étais. Tu espérais sincèrement qu'il allait t'aider et non te planter un couteau dans le dos. C’était pas le moment de te trahir.

Tu ravalais ta salive, essayant de te calmer le plus vite possible, reprenant peu à peu un visage moins apeuré. Tu devais te montrer fort et lorsque le brun leur répondu, tu fus surpris juste quelques secondes le temps de comprendre ce qu'il voulait dire et une fois avoir croisé de nouveau son regard, tu hocha la tête. Ainsi, tu te retournais afin de commencer à courir, remettant au passage correctement ta cape sur tes épaules. Il n'avait pas essayé de te refiler à ces mecs, cela te montrais qu'il ne t'avais pas mentit et qu'il ne comptait pas te forcer. Ça te suffisais pour lui faire confiance pour cette fois. Tu te demandais jusqu'à où tu devais courir, mais tu te disais qu'il voudrait certainement te rejoindre pour te dire quelque chose. Tu espérais aussi que ces vampires n'allaient pas vous suivre, sinon il allait falloir trouver autre chose. Tu te mordais la lèvre en courant, évitant les racines d'arbres et autres buissons. Tu avais encore cette boule au ventre qui te stressais, tu avais l'impression que ton cerveau allait exploser.

Quelques minutes après, à bout de souffle, tu t'arrêtais. Tu étais peut-être assez loin ? Le cœur battant à vive allure, tu te penchais en avant, posant tes paumes de main contre tes genoux en reprenant ton souffle. Tu sentais tes jambes trembler et même de la sueur froide couler le long de ta tempe. C'était une situation stressante, elle te ravageais de l'intérieur. Il venait de t'aider et tu lui devait ça...
© Nephilith pour EPICODE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Joker ♦
Messages : 89
Métier : Directeur de Farmacom / Membre du Conseil
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♠ Joker ♦
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   Mar 29 Aoû 2017 - 7:13


I swear
La tension avait monté d'un cran quand j'ai sentit les deux miliciens arriver. Heureusement que je suis un bon acteur, un bon manipulateur à mes heures. J'allais pouvoir sortir Kleim de là, le sauver de la cage et de la torture. La peur en lui était palpable et je me faisais tout autant du soucis pour lui. Fort heureusement, il a joué le jeu et s'est dépêcher de filer. Les deux hommes armés semblaient assez convaincu pour s’excuser platement et reprendre leurs routes dans une autre direction. Maintenant je peux m'atteler à rejoindre l'oiseau sauvage. Je finis par le retrouver, épuisé par sa course folle et encore inquiet. Je tâche de ne pas être trop silencieux pour ne pas le surprendre et le reprend contre moi en douceur pour le rassurer, glissant une main dans ses cheveux. C'est fini que je lui murmure doucement, tu es en sûreté. Je ne l'ai pas trahi, je suis peut-être un gros con, mais pas un traître ou un lâche. Ah, quand je raconterais ça à Vincenzo, il en aura la larme à l’œil ! Mais pour le moment, il fallait que j'apaise la conscience du libre qui a dû avoir une belle frayeur. Je lui souris doucement et caresse sa joue :

« Tout va bien, ils sont repartis dans un autre sens. Tu ne devrais pas les croiser de nouveau, du moins pour ce soir. »

Un sourire tendre, paternel encore une fois. Tu t'attache trop mon cher Jack. Oui, je sais. Tapotant doucement la tête de l'hybride, je me recule et m'étire longuement. Je n'avais pas prévu de cavaler comme ça, mais ça fait toujours du bien. Je regarde l'heure sur ma montre. Hmm, on a quand même causé pas mal de temps et il ne faudrait pas que le soleil me surprenne. Je suis trop important pour ça et il n'y aurait pas assez de monde pour venir pleurer sur ma tombe ! Puis même si je meurs, mon spectre reviendras de l'au-delà et... Mais dans quel délire je pars moi ? Peu importe. Je fixe de nouveau Kleim. Il ne semble pas s'être blessé pendant sa cavale, tant mieux. Son sang n'attireras personne ainsi. Nous allions devoir nous séparer bientôt. Je lui caresse la joue de nouveau et reprend un air paternel :

« Rentre à l'abri te reposer de tes émotions mon grand. Nos routes se séparent pour le moment, mais je sais que nous nous retrouverons. Ne crains rien, jamais je ne te trahirais. Je ne dirais à personne que tu es là. Tu me fais confiance désormais hm ? »

J'osais croire que ce que je viens de faire pour le sauver était une preuve suffisante de ma bonne foi envers lui. Si son Dieu est vraiment avec lui, c'est moi qui ait agit pour lui. Je ne crois plus vraiment à cet être mystique qui nous aurait tous maudit. Mais je ne peux blâmer cet enfant pour avoir une attache, un support dans ce monde sauvage. Je suis sûrement un être horrible de donner vie à des êtres condamné dès leur premier souffle. Mais ce genre d'actes me donnent bonne conscience. Je sais que je peux être quelqu'un de bien. Si j'étais si cruel, il serait déjà en cage. Un dernier regard dans les environs. Personne, pas de prédateurs qui rode dans le coin. Mes oreilles ne perçoivent rien que le bruissement des feuilles secouées par le vent. Rien de bien important. Il est en sécurité, je peux partir l'âme tranquille. Il est grand maintenant, et fort, il s'en sortiras bien. Et je sais qu'il n'est pas vraiment seul. Je dresse la tête vers le ciel. Tu n'as pas intérêt à le laisser tomber toi. Un dernier regard, un dernier mot :

« Prend soin de toi garçon, que je te revois en vie et libre la prochaine fois. »

Une petite courbette pour la forme et je file pour disparaître dans la nuit. Je ne m'en fait pas pour lui. Je sais que je le reverrais. Que je recroiserais ce fils.

Hey listen!:
 

_________________
The Joker:
 

Merci Yi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(clos) The devil lullaby (pv. Jack A. Spaltter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» LULLABY :b muaaaaaaaaaah !
» Jack Skellington
» fiche technique jack rellon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: