AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   Lun 26 Juin 2017 - 16:24





Assit sur le plus gros fauteuil du conseil, au centre de l'estrade de la salle de jugement, Ulysse observait d'un œil sévère celui qui leur était aujourd'hui amené. Tout en décortiquant les informations que le conseil lui glissait dans l'oreille, il pianotait d'un doigt sur l'un des accoudoirs rembourrés de son siège. Julius Ashleigh Miller. Un vampire qui avait échoué à trouver le droit chemin, sans doute la faute à son passé humain plus que misérable, et à un manque d'encadrement sur le long terme. Un gaillard bien bâti, bien qu'un peu mité aux yeux du Leader, avec ce fasciés qui peinait à cacher son arrogance.

Un véritable gâchis, pensa Ulysse tout en penchant la tête vers Yi pour écouter son compte rendu avec plus d'attention. Il écouta l'asiatique lister les vices de vampire accusé, et riva son regard gris sur celui-ci.

Le regard du paternel déçu par un fils.

Julius était de ces vermines, trempées dans une essence d'indécrottable rébellion, qu'il était généralement plus sage d'évincer, ces hommes là étant plus que sujets à la récidive. Mais Julius était aussi l'un des siens, et Ulysse faisait partie de ces vieilles personnes pétries de valeurs poussiéreuses. Persuadé que le soucis majeur du rebelle résidait dans son manque d'éducation, il choisit d'attribuer un châtiment d'une clémence qu'il n'aurait pas accordée à un humain ou un hybride.

Lorsque Yi eut terminé, Ulysse se redressa pour se lever de son siège, le dos bien droit, et prononça son verdict d'un voix grave et sans émoi.

« Julius Ashleigh Miller. Vous êtes condamné à cent quarante-cinq ans d'esclavage, pour vente d'argent non surveillée, fabrication de fausse monnaie et aide volontaire en faveur des esclaves libres... Après avoir terminé votre jugement, vous serez emmené dans un laboratoire pour vous faire injecter la substance inhibitrice qui réduira vos pouvoirs à néant. Nous ferons en sorte de trouver quelqu'un d'exécrable pour s'occuper de vous. »

Sa dernière phrase lui tira un peu le coin des lèvres sur un sourire tout mesuré. L'idée germa dans sa cervelle anglaise au moment même où les mots passèrent ses lèvres.
Scrutant le visage mal entretenu du-dit Julius, Ulysse pensa déceler les traits caractéristiques d'un certain soulagement. Sans doute s'attendait-il à être condamné à mort, comme l'aurait été un humain pour un crime bien moins grave. Nul ne pouvait nier que le conseil avait la main lourde sur les châtiments, les distribuant sans se faire prier, à titre d'exemple.

Quelques formalités paperassières furent effectuées par Yi, puis le claquement sonore d'un gros dossier sur le bois d'un bureau vint sonner la fin du procès. Les deux molosses qui avaient amené Julius devant le conseil se rapprochèrent de lui, et resserrèrent les longs bracelets qui lui retenaient les bras dans le dos.

Ulysse descendit de son estrade, laissant les membres du conseil faire à leur guise le temps de ranger leurs affaires. En quelques enjambées, il fut au niveau de Julius, qui se faisait emmener vers la sortie, et resta à sa hauteur, prenant la place de l'un des deux gardes. Une main sur la ceinture, il s'adressa au vampire déchu sans prendre le temps de le regarder.

« Vous vous êtes défendu avec bien peu de fougue, Monsieur Miller. Ne craigniez-vous point la mort ? »



Dernière édition par Ulysse Kingslay le Jeu 10 Aoû 2017 - 14:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   Lun 26 Juin 2017 - 18:20

entre sévérité et indulgence
ft. ulysse kingslay // color: firebrick // words: 579

S'il avait pu croire un seul instant se faire avoir par cet idiot de Yi, il en aurait ri avec puissance, certainement sans s'arrêter. Or, maintenant, les poignets de métal coincés dans des bracelets ayant une nouvelle texture – presque impossible à rompre pour des vampires –, il était là, à attendre que ce fichu jugement ce finisse. Il savait que ce coréen aux idées moyenâgeuses voulait sa mort, directe, sans aucun scrupule. Mais il prenait également en compte que les autres étaient plus soft, quand bien même ce qu'ils pensaient de ses crimes. L'américain avait eu de la chance, une sacrée chance qui n'était pas accordée à tous. Le leader du conseil avait fait preuve d'une certaine clémence et il ne s'y attendait que peu. S'il se souvenait de son nom, il pourrait lui glisser un petit merci à la sortie de cette salle, avant d'être réduit au rang d'esclave, et de finir derrière des barreaux miteux et une cage trop petite pour lui. Sous-merde. C'était peut-être même le mot qui lui convenait le mieux.

Il aurait pu rêver mieux, retrouver sa femme décédée de la main de vampires il y a maintenant trois siècles. Il ne se l'avouera pas, le cyborg ; mais il est heureux qu'elle soit morte plutôt qu'elle serve comme étrange objet qui ne sert qu'à reproduire. Même s'il aurait bien voulu y laisser la vie, il doit rester dans ce monde noir d'idées et de tumultes vampiriques. Ses fils, ses biens-aimés fils, Allan et Brody, il doit découvrir s'ils sont morts ou alors bien vivants. C'est pour ça qu'il est resté en vie toutes ces années. Pour espérer tomber sur eux. Sauf qu'il ne saut pas si les dit fils se trouvent à Dornia ou quatre pieds sous terre. Il ne le saura probablement jamais ; ou alors avec un coup de chance.

Yi remplissait les documents du procès, comme il avait l'habitude de le faire. Julius, lui, était poussé de force vers la sortie puisque c'était maintenant fini. Quelques bruits derrière qui l'interpellaient ; peut-être cet homme qui le déteste. Mais non. Sans un mot de l'américain, sans un regard de l'anglais, il commençait à parler, ayant prit auparavant la place d'un des gardes. Et là – drôle de question. « La mort n'est qu'une étape. Je l'ai déjà vécue une fois et j'ai enduré bien des souffrances. Je crois que ça ne me fera pas de mal de les ressentir à nouveau, Monsieur Kingslay. » Léger rire. S'il disait ça pour se moquer de lui, le leader aurait certainement lâché prise dès les premiers instants. Ils continuaient la route, et il restait avec lui. « Je peux vous renvoyer votre question. Avez-vous peur de la mort, qu'importe la manière utilisée pour vous y amener ? Je me doute que oui – humain ou vampire, il ne suffit que d'un instant pour que tout bascule. Le destin attend juste le moment précis pour que chacun se fasse baiser. Et là ; toc. Tout part. Qu'est-ce qui vous intéresse ici, qu'avez-vous à me suivre alors que vous avez tant de choses à raconter, et à écouter de la part de ce cher Kang ? » Et c'était parti.


Revenir en haut Aller en bas
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   Lun 26 Juin 2017 - 19:48



Un frémissement agita la lèvre supérieure d'Ulysse. Un instant, il se demanda si le condamné avait ingurgité quelques bouteilles d'alcool fort pour se montrer aussi désinvolte et détaché, tant vis-à-vis de son Leader, que du sort qui lui était destiné. Son attitude de donneur de leçons piqua la patience du vieux vampire, qui n'appréciait guère les tirades prémâchées sur la vie et la mort. Il abhorrait plus encore qu'un être inférieur à lui s'estime capable de lire ses pensées. N'ayant aucunement le désir de rentrer dans le jeu de Julius, il s'abstint sciemment de répondre à ses questions déplacées.

A quelques pas de la grande porte qui menait dehors, Ulysse approcha ses mains l'une de l'autre, et se frotta les phalanges, comme un combattant ayant donné trop de coups pour la bonne santé de ses articulations.

« Un instant, Messieurs. Monsieur Miller, suivez-moi je vous prie. »

D'une main levée en l'air, il arrêta les deux gardes qui s'apprêtaient à leur ouvrir les portes, et dévia sur le coté, ouvrant une petite salle qui servait de vestiaire. Cordial et impassible, il tendit la main pour inviter le condamné à entrer, referma la porte derrière lui, et le fit avancer un peu plus dans la pièce, d'une tape dans le dos appliquée du plat de la main. En silence, il fit quelques pas et retroussa les manches de sa chemise bouffante.

Le blanc était si salissant.

« Il me semble que vous n'avez pas bien saisi votre nouveau statut. »

Calmement, avec l'assurance de celui qui n'imagine pas pouvoir être arrêté, il s'approcha de Julius... Et écrasa sa mâchoire, piquée d'une barbe horriblement mal taillée, entre ses doigts. Il le tint fort, bien loin d'être dérangé par le léger écart de taille qui le forçait à relever la tête pour regarder l'autre dans les yeux. C'était un détail facile à régler.

« Laissez-moi vous offrir un conseil qui, si vous avez le bon sens de le respecter, vous épargnera de bien fâcheuses mésaventures. »


Il enfonça un peu plus ses phalanges dans les joues de Julius, et le tira vers le bas avec la ferme intention de le faire descendre en dessous du niveau de ses yeux.

« Apprenez le respect, et surveillez vos paroles. Si votre langue ne sait utiliser les bases de la politesse, gardez la bien au fond de votre bouche close. Nous vous offrons une chance, tâchez de ne pas nous faire changer d'avis avant même d'avoir passé les portes du conseil. »

_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   Sam 1 Juil 2017 - 0:18

entre sévérité et indulgence
ft. ulysse kingslay // color: firebrick // words: 750

Se montrer aussi insolent devant monsieur Kingslay était une chose risquée ; mais Julius aimait les défis, savoir où était la limite de telle ou telle personne. Après tout, maintenant, il n'en avait plus rien à foutre, ce n'était pas comme s'il était déjà condamné. Alors il se contente de rire. Parfois dans un souffle, d'autres fois à gorge déployée. C'était si bon de se moquer d'eux, de ces enfoirés haut-placés dans la société. Il se doutait que son jeu était beaucoup trop facile à cerner et qu'il allait sûrement l'éviter, et il avait touché bon. Sauf que maintenant, il allait passer un sale quart d'heure, ça ne resterait en rien impuni. Comme toutes ses actions passées. Le leader demandait aux deux gardes de s'arrêter alors que Julius s'apprêtait à être emmené vers un laboratoire pour réduire tous ses pouvoirs à néant. Il ne les avait de toute manière presque jamais utilisés.

S'il restait silencieux, c'était pour mieux s'esclaffer, se foutre de sa tronche par la suite. La salle d'à-côté de la porte s'ouvrait alors et monsieur Kingslay l'invitait à entrer. Julius ne savait pas s'il avait une réelle idée en tête, une envie de lui hurler dans les oreilles, de le remettre en place. Mais tout est plus excitant dans l'inconnu. Sauf la violence ; celle des mots comme celle que l'on ressent. « Nouveau statut de pute de luxe pour vampires ? Je crois l'avoir compris. » Nouveau pic d'insolence, et il le regrette. Sa mâchoire est écrasée entre les doigts de Kingslay, secs et rugueux, ne lui donnant aucune chance d'ouvrir cette bouche qui ne savait que débiter un nombre incommensurable de bêtises et de florissantes insultes ou adjectifs rabaissants. Julius savait qu'il n'aurait pas dû jouer avec le feu. Le voilà qu'il prenait des leçons de la part d'un être qu'il méprisait moins que Yi-Jun lui-même. Ses poignets étant liés, il n'avait aucun moyen de résister, de le forcer à réduire sa poigne qui ne ferait que déformer ce visage qui n'a presque plus aucune allure au fil des années. Il avait mal, Julius. Sauf qu'il se taisait, il ne voulait pas donner plaisir ou permettre un quelconque sourire, il devait garder cette plainte douloureuse au fond de sa gorge coûte que coûte.

La politesse ; quel étrange mot sorti de la bouche d'un leader qui a l'habitude de s'exprimer avec ça, comme si c'était d'un naturel déconcertant. Le cassé, lui, n'avait pas vraiment eu l'habitude de l'utiliser, il parlait comme il pensait, souvent de manière crue et irréfléchie. Si c'était un homme respectable il y a de ça des siècles, il n'y avait plus que des bribes de ce qu'on appelait le respect de soi et d'autrui. Il en faisait l'expérience au moment même. Kingslay semblait avoir fini, après avoir forcé ce cher Miller à descendre une tête plus bas pour imposer sa stature. Il avait lâché. Ce n'est sans aucune surprise que son premier réflexe était de se masser l'endroit où il avait forcé. Il n'était pas encore assez âgé pour avoir cette disparition de la douleur instantanée. Et il respire. « Je n'ai plus rien à perdre. Ce n'est pas comme si ça m'affectait personnellement. Si vous prenez les humains et les hybrides, vos propres créations, comme des sous-merdes qui ne sont bonnes qu'à servir, alors faites de même avec les vampires qui se montrent irrespectueux envers ces lois qui sont basées sur la loi du plus fort. Peu importe ce que l'on fait, il y aura toujours un moyen pour finir accroché à des chaînes lourdes, pesantes qui ne sont pas prêtes de nous lâcher. Cent quarante-cinq ans est un petit nombre en comparaison, avec l'éternité qui nous est offerte, monsieur Kingslay. » Il risquait gros. Il s'amusait à le titiller, voir jusqu'où il pourrait aller. S'il répond, il gardera sa langue au fond de sa gorge et se contentera d'obéir. C'était la seule chose qu'il devait faire maintenant ; obéir. Alors il obéira à Kingslay comme si c'était son chien. Il n'était rien de plus que ça, à présent.


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
I am the law
Messages : 104
Métier : Leader
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I am the law
MessageSujet: Re: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   Dim 2 Juil 2017 - 17:49



Bien droit, le visage austère, Ulysse observait celui qui avait ployé sous sa poigne. Son regard gris fixait les mouvements qui visaient à détendre la mâchoire de Julius, mise à rude épreuve par ses doigts écrasants. Loquace, il l'était sans aucun doute : Julius avait cette langue bien pendue, enrobée d'une insolence miteuse, que l'on retrouvait souvent chez les jeunes en pleine rébellion contre leurs aînés. Si la tirade égarée du brun tira un sourire moqueur au Leader, elle n'en fut pas moins irritante.

Alors, sans douceur, sans fioritures et sans émoi, Ulysse attrapa l'indigent par le col, et le redressa à sa hauteur, l'amenant à quelques centimètres de son visage. Sa voix ne laissa percer aucune trace de perte de sang-froid, malgré l'agacement que faisait naître le culot idiot du criminel.

«  J'aime à penser que c'est la peur qui vous amène sur le chemin du déni, et non la bêtise. Car il y a, Monsieur Miller, assez de jours dans une seule année pour nous donner le temps de vous ôter le goût à de la vie. Changez de ton immédiatement, et épargnez-vous 145 ans de calvaire. »

Son poing fermement resserré sur le tissu beige qui formait la chemise de Julius, Ulysse épingla son regard dans celui du condamné, juste un instant. Puis, sans le lâcher, il le poussa en arrière jusqu'à ce que ses mollets tapent contre l'un des bancs du vestiaire, et le força à s'y asseoir. Implacable, l'anglais se pencha légèrement sur le vampire, lui attrapa le menton dans sa main libre, et lui tourna la tête pour dégager son cou.

« Seul un changement d'attitude vous épargnera d’indicibles tourments. Il ne tiens qu'à vous, Monsieur Miller, de vous poser les bonnes questions et de réfléchir à votre situation. Ce que je vois aujourd'hui, c'est un potentiel gâché, et un homme qui se destine à être moins qu'un esclave. Je n'ose imaginer que ce soit réellement le destin auquel vous aspirez... »

Tout en l'assommant de ses mots, Ulysse regardait la grosse artère qui se dessinait dans le cou de Julius. Négligé de partout, sa barbe noire, mal rasée, lui piquait la gorge de poils sombres, enlevant certainement toute douceur à sa peau. Quand s'était-il lavé pour la dernière fois, nom de dieu ?
Du bout du pouce, le Leader força les lèvres insolentes, racla un peu contre les dents de Julius puis contre sa langue, avant de ressortir enrobé de salive. Sa main descendit sur la gorge de celui qui venait d'être dépossédé de tout statut social, et, de la pulpe du doigt, il étala la bave du crapaud. Un petit cercle, pour enlever un peu de crasse...

« Vous êtes prévenu, Miller. A vous de jouer vos cartes pour vous éviter ce triste sort. »

… Avant de le mordre. C'était une morsure sale, brutale et puissante, sans aucune précaution prise pour éviter la douleur. Une main agrippée dans les cheveux du criminel, lui tenant la tête en arrière pour l'empêcher de bouger, l'autre tenant fermement son épaule, Ulysse s'enfonçait sans pitié. Sous lui, il sentait Julius se tendre, se crisper sans doute malgré lui... Puis devenir un peu plus mou.

Lorsqu'Ulysse se redressa, il ne tenait plus l'autre que par les cheveux. Julius, le cou ravagé et trempé de sang, pendait quelque peu au bout de son bras. S'essuyant le menton avant que le liquide ne coule et ne tache sa chemise, l'Anglais lâcha son cadet, le privant de son maigre soutien. Il l'avait bu sans retenue, en guise de punition, malgré le goût âpre qu'avait déposé le sang de mauvaise qualité sur les parois de sa gorge.

Se détournant de Julius, le Leader ouvrit la porte de la petite salle, et appela les gardes. Il parti ainsi, laissant derrière lui un vampire flagada qui ne pourrait sans doute pas se relever seul.

_________________

“L'excès de sévérité produit la haine. L'excès d'indulgence affaiblit l'autorité. Sachez garder le milieu et vous ne serez exposé ni au mépris ni aux outrages.”


Dernière édition par Ulysse Kingslay le Jeu 10 Aoû 2017 - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   Ven 14 Juil 2017 - 5:20

entre sévérité et indulgence
ft. ulysse kingslay // color: firebrick

Qu'il était malmené, Julius. Lui qui avait pourtant encore ses pouvoirs, il aurait pu agir et répondre à tout ce que son aîné lui disait, s'attendant certainement à des représailles digne de ce nom. Mais il était plus fort, plus vieux. Il était plus habitué aux souffrances que lui ne l'était. Le condamné avait parlé. L'autre lui répondrait. La peur ? C'était un étrange mot, la peur. Il ne l'avait pas entendu ni ressenti depuis des années. Depuis le jour où Haley était morte. Il avait eu peur de devenir comme ceux qui avaient emporté la vie de sa femme. Peur de devenir un monstre, un sans-cœur. S'il a cru pendant un long moment que ce qu'il faisait était pour le bien, ce qu'il entendant maintenant de la voix de Kingslay le fait changer d'avis. Et s'il avait eu tord ? Et s'il s'était trompé sur toute la ligne depuis le début ? Le monde doit être comme il est. Il ne pourra rien y changer. Ce n'est pas fournir de l'argent, de la nourriture, des vivres qui pourront changer quoi que ce soit. Il était temps de revenir sur le droit chemin. Alors il ne répondait pas. Il devenait presque une poupée sur laquelle on pouvait se défouler. C'était déconcertant de la part de Julius ; mais il ne pouvait pas gagner. Ni aujourd'hui, ni dans quelques jours, années.

« Alors à quoi est-ce que j'aspirais ? Si vous connaissez la réponse, je serais curieux de l'entendre. Pour le moment, je ne suis pas mieux qu'un vampire en position de faiblesse. » Et il le confirmait. L'entrée à la bouche forcée, il aurait pu mordre dedans de toutes ses forces pour – presque – lui arracher le doigt. Il est déjà dans un piteux état. Il ne faut pas envenimer la situation. « Qu'est-ce que vous... » Il n'a même pas le temps de finir sa phrase qu'elle se conclut par un gémissement de douleur, bien audible. Il ne peut pas le forcer de reculer, lui dire d'arrêter. Il l'a cherché, il l'a trouvé. Il a voulu jouer au malin avec ses grands discours sur sa condition et sur la vie, la mort. Voilà que ça lui tombe sur le nez, au pauvre garçon. Il a beau vouloir le repousser, il ne fait que se crisper et perdre sa force à chaque gorgée de son propre sang qui tombe dans la gorge de Kingslay. Ça n'allait pas le nourrir, ni le désaltérer. Ça allait certainement le dégoûter, même. Le sang goutte, commence à tremper sa chemise puisque le leader ne prend même pas le temps de faire ça proprement. Il s'en fiche. Et puis il arrête. Le voilà épuisé. Il n'a même plus la force de se retenir un peu, de parler pour le maudire ou l'insulter. Un fracas au sol. « Va... crever en... enfer, Kingslay. Tu... me le... paieras. Bordel... »

Plus la moindre force dans les bras ou dans les jambes, juste de quoi essayer de garder la tête claire pour ne pas s'évanouir. Il voyait cet homme aux cheveux argentés s'éloigner, le laissant derrière lui comme s'il n'avait été qu'une attraction temporaire. Maintenant, il allait certainement pouvoir écouter les idioties de Yi-Jun, son larbin préféré, celui qui adorait lui lécher les bottes. Greffier personnel, même. Il n'en a plus besoin, pourtant, mais il respire lourdement, comme pour essayer de se donner un peu plus de vigueur, de ramener plus de sang dans ses veines alors qu'elles en manquaient cruellement. Tentative inutile. Il allait récupérer dans quelques heures, jours. Pas avant. Ils ne peuvent maintenant que le traîner, même pas le soulever. Les condamnés n'avaient pas ce privilège. Ils devaient se contenter du pire, pendant que les autres profitaient du meilleur.

Enfoirés.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre sévérité et indulgence [Julius A.Miller][Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Leah A. Miller [Terminée]
» Julius Will Kresnik [Terminé]
» Montrons ce que célérité veut dire [Tour I - Terminé]
» Action, chiche ou vérité ?
» Entre nos larmes et nos regrets, une âpre vérité. | Eric & Ariel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: