AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Un recensement de septembre est ouvert! C'est par ici!

Partagez | 
Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Sam 27 Mai 2017 - 13:24

Une fois que la Roll’s parvint enfin a les ramener a la maison, Andréas remit simplement son manteau sur ses epaules. Il aida son maitre a sortir de la voiture et les fit rentrer rapidement. Ses lèvres embrassèrent doucement son maitre tandis que ses doigts le défaisaient de ses affaires mouillées.

- Chuuut… tout va bien…


Il ne savait pas s’il allait vraiment rassurer ou appaiser son maitre aves ses murmures… ou s’il essayait de calmer son propre cœur qui tremblait de peur. Seigneur… qu’avait il fait ?
Il ecarta les vetements mouillés pour les mettre dans un sceau, il allait devoir les prélaver a cause du sang. Il attira a nouveau son maitre jusque dans la salle de bain, toujours sourire aux lèvres comme s’il n’était pas atteint.

- Viens avec moi…


Ses gestes devenaient prudents. Il avait peur que son maitre, aussi dévétu que lui, en simple caleçon, ne s’effondre comme un château de cartes. Il le fit monter, il ne savait comment dans le bain qu’il remplit en même temps d’une eau chaude et fumante.
Le silence entre eux lui était insupportable.

- Est-ce que tu veux du savon aux madeleines ou plutôt celui au caramel ?


Doucement il penetra a son tour dans l’eau qui lui semblait brulante tant il avait froid.

_________________
me:
 


Dernière édition par Andréas le Mar 11 Juil 2017 - 12:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Sam 27 Mai 2017 - 18:22

Tous ces efforts pour moi, est-ce que je les mérite vraiment ? Arrête, arrête tu recommences comme ... Comme quoi ?! Comme avant, quand tu n'avais plus Niels, et que tu n'avais pas encore Andréas, crétin. C'était une période compliquée... Arrête ton char, tu étais un exécrable dépressif ! Ma conscience marque des points. J'ai tendance à reculer, au lieu d'aller de l'avant, manière bizarre de me fustiger pour toutes les choses que j'ai faites, que j'aurais pu faire. J'ai du mal à me regarder en face, parfois.
Ses mains me tirent dans la baignoire. Je suis déjà nu, je ne suis conscient que par flashs. C'est insupportable ce que je nous fais subir. Arrête ça, putain !!
"Est-ce que tu veux du savon aux madeleines ou plutôt celui au caramel ?"
La question me fait écarquiller les yeux. Elle est terre à terre, elle est simple, mais bourrée d'inquiétude, de volonté de bien faire. Comment peux-tu le laisser autant en panique quand il a tant besoin de toi...Il m'a même ôté mes lunettes. Je bouge à peine, et déjà je suis sur lui, me courbant entre ses jambes ouvertes pour l'embrasser, tout amoureux que je suis. Je ne veux ni des madeleines ni du caramel.

- Sois mon savon...lave-moi, purifie-moi, mes pensées me traînent dans la boue...j'avais enfin avancé...avec toi, j'étais tout à toi, tout avec toi. Mais certains lieux...comme cette forêt, certains endroits, certaines lumières, certaines odeurs me rappellent des moments de ma vie passée que je ne peux plus endurer. Je voudrais tout plaquer, tout recommencer, avec toi, en finir avec les fantômes, les secrets, les ombres. Je t'aime...mon éternité est à toi, n'imagine jamais le contraire. Mais je dois être sincère avec toi, pour que tu comprennes pourquoi ce genre de moments me mettent à genoux.


Je n'ai pas envie, pas envie qu'il prenne la fuite, qu'il se sente menacé quand il n'y a pas lieu de l'être. Peur de le blesser, quand c'est ce que le monde passe son temps à faire autour de lui. Je suis le seul rempart contre ça, et je m'apprête à lui faire un aveu douloureux.

- J'ai perdu mon Créateur. Enfin, il m'a abandonné, il y a longtemps maintenant. 100 ans, je crois, je ne sais plus bien. Tu sais que...nous les vampires, nous avons un lien très puissant avec celui qui nous fait le don de la Mort. C'était aussi mon cas. Je ne veux pas te dire son nom, ce serait lui donner encore plus d'importance. Je ne me suis jamais remis de sa disparition. Il était mon père avant tout, pour me guider dans les ténèbres de cette existence étrange. Parfois, je me souviens combien j'ai souffert avant de te retrouver.

Je le sens se crisper. Non ne pleure pas mon serpent, ne pleure pas tu vas me tuer...

- Tu n'es pas un lot de compensation, Andréas. Je...Où est-ce que tu as mis ma veste ? Il...il y a quelque chose dedans que ...je garde depuis plusieurs semaines...


Mon front glisse contre sa clavicule.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Sam 27 Mai 2017 - 21:05

Le petit cobra ne s’attendait pas a ce que son maitre, muet depuis plusieurs dizaines de minutes, peut etre même une heure ait tout a coup un tel débit de voix. Il lui avait juste demandé quel parfum il préférait pour son savon. Il essaie de suivre le débit de sa voix, comprendre la totalité de ce qu’il dit… et s’il le prend avec tout le serieux du monde n’importe quel autre l’aurait crut completement fou. Son maitre marque une breve pause, comme pour reprendre son souffle.

Evidement que tous ces mots l’atteignent. Il a la sensation d’être dans un bain de larmes, le cœur et la gorge sérrés. Ne disant plus un mot. Il ne sait pas ce qui pourrait se passer s’il décidait de l’interrompre… de pauser une pauvre question. Son corps se crispe. Qui ne le ferait pas devant de tels avoeux ?

Il se sent a la fois si triste pour son maitre, si malheureux de ce qui lui est arrivé alors qu’il sait qu’il n’aurait rien pu faire pour l’en empecher ! Il n’a pas vecu cent ans… il n’était pas là quand tout cela est arrivé. Et en même temps, hors du contexte, il ne sait plus bien, lui non plus, qui il est ni pourquoi il est là.

Il sent son maitre contre lui. Il ne lui semble pas qu’il y ait mieux a faire. Ou en tout cas, il ne connait pas les autres possibilités qui s’offrent a lui.

- Sigvald… Calme toi… Tout doux…

Sa voix est murmurante. Il s’allonge un peu plus dans le fond du bain, le fait poser sa tête sur son cœur, esperant que les battements réguliers parviennent a le calmer.

- Tout va bien… chuuut…


Ses bras l’entourent. Il n’a jamais crut qu’il devrait un jour proteger son maitre… et encore moins d’ombres qui ont disparu depuis longtemps de la surface de la terre… sauf de son esprit. Il lui caresse les cheveux, Soupire presque comme si c’était de soulagement avant de reprendre un sourire aux lèvres.

- Je suis là maintenant… ne pense plus a lui…


Craignant qu’un film et un pot de glace ne suffise a appaiser son maitre, Andréas prend le temps dans le bain, comme s’ils étaient encore dans le ventre d’une mère commune… dans le ventre de la Destinée.

- Ta veste ? Je l’ai suspendue sur un ceintre en arrivant… je te la donnerais après…


Ne lui demandant pas a nouveau pour le savon, le petit serpent prend son préféré et un gant sur le rebord du bain, massant soigneusement le dos de son maitre avec. Il ne le redresse qu’un bref instant, posant ses lèvres contre les siennes pour le rincer.

- Tourne toi…


Tout aussi tendrement il lui lave le torse, les jambes, les bras et le visage… comme si c’était un père s’occupant de son jeune enfant. Quand a-t-il appris cette douceur ?

- Je vais te laver les cheveux, tu veux ?


_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Lun 29 Mai 2017 - 19:47

Ses mains m’entraînent contre son torse mince et ma joue rencontre ses pectoraux. Là, au-dessus de son petit cœur courageux. Je ferme les paupières, me laisse bercer, retrouve un semblant de sérénité de manière presque immédiate. Je suis resté un enfant pour certaines choses, sevré trop tôt, envoyé à l’école militaire trop tôt, je n’ai pas vu mon père, à peine connu ma mère. Andréas est ma seule famille, même si sur l’échelle de ma vie il ne représente qu’un soupir de temps. Il prend tellement plus de place que ça. Je n’y pense plus, plus à rien, ça je sais faire, faire le vide. J’obéis sans complexe, totalement livré à lui, et je me dis que s’il avait une lame en argent dans la main et qu’il était mal intentionné, ce serait le moment ou jamais de me réduire en cendres. Et après tout, que pourrais-je envisager de mieux que d’être assassiné par l’être aimé ? Doucement je rouvre les yeux et me redresse tandis qu’il lave mes épaules, mon dos, ses doigts roulant sur les tatouages. Nos lèvres se rejoignent, ondulent à peine les unes contre les autres et je sens ce frisson grisant le long de mes reins. Mais je ne dis rien, n’en montre rien, me tournant et l’observant avec une certaine fascination quand il monte ses petites mains jusqu’à mon visage, qu’il lave, rejetant mes cheveux en arrière, puis frottant mon corps avec le souci d’une mère, d’un père.

- C’est toi qui me maternes, je n'ai pas l'habitude…je suis donc si peu mature ?

Je souris. Les cauchemars sont chassés. Miracle. Non. Tout s’efface et s’éclipse quand il s’agit de se montrer solide pour le cobra royal. J’acquiesce. Il y a si longtemps que nous ne sommes pas allés au spa nous faire masser, et comme notre soirée tombe un peu à l’eau…enfin, au final, c’est le cas de le dire. Je lui tourne complètement le dos et m’allonge, jambes repliées tout de même – ma baignoire n’est pas une piscine olympique – et appuie ma nuque sur son bassin. Les yeux levés, je le contemple à l’envers, massant doucement son mollet sous l’eau. Je fais couler un peu plus d’eau chaude, sentant sa température externe légèrement plus basse que d’habitude, sans doute à cause de la pluie que nous avons prise sur la tête…

- C’est marrant…tu es venu au monde entre mes mains, et aujourd’hui, je dépends des tiennes. Je suis désolé…j’aimerai t’éviter ce genre de moments. Je me ferai pardonner, c’est promis.


Il y un ange qui veille sur moi, et sa peau sera de nouveau couverte d’écailles magnifiques dans les jours qui arrivent.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 30 Mai 2017 - 12:26

Andréas ne répondit pas. Il n’était pas certain qu’il s’agisse d’une question de maturité ou non. Il se contenta de lui adresser un sourire bienveillant avant de l’embrasser. Doucement,pour qu’il ne se fasse pas mal il laisse son maitre glisser sur ses hanches pour pouvoir lui laver les cheveux. Il y a tant de sang autour d’eux dans le bain… L’eau en laisse même un leger reflet rougatre.

- Ne dis pas ca… J’aime bien m’occuper de toi, tu sais…


Le petit cobra n’a pas pour ambition de pouvoir sauver son maitre de ses cauchemars, de pouvoir le défendre contre le monde exterieur ou même juste de ses propres caprices. Il essaie juste d’encaisser ces mauvais moments, il les déchargera plus tard… en silence. Il n’essaie que d’endormir les horreurs que son maitre a pu faire et les recacher au fond de lui.

- Ferme les yeux…


Rincant doucement ses cheveux, il se sent satisfait de l’avoir si bien netoyé, presque jusqu’à l’interieur de son être. Un peu a la fois. Peut etre un jour il arrivera a le netoyer entièrement.
Se redressant doucement il entame son propre netoyage, minutieux et prudent. Il sait que sa peau recouvre encore des ecailles en formation et il ne doit pas trop l’abimer – dans l’idéal, ne surtout pas en arracher- pour que ses ecailles puissent etre formées quand elles sortiront.

- Je serais a nouveau bientôt a demi noir…


Il sent sous son eponge, sous ses doigts, les petites plaques dures. Aller dans cette forêt n’était pas une si bonne idée… heureusement il leur reste le restaurant de sushis…

- Peut etre qu’on devrait essayer d’aller dans des endroits ou tu n’es jamais allé… On se ferait des souvenirs rien que tous les deux…

Quand il eut finit il se rinca a son tour et il se dressa pour attraper des serviettes dont une pour son maitre.

- Viens te secher.


Il le secha en premier même s’il avait froid avant de s’arranger un peu… Il se contenta d’accrocher sa serviette a sa taille. Il devait se depecher de se secher lui aussi, sa peau commencait déjà a se refroidir.

Rapidement il laissa ensuite son maitre se débrouiller quand il ne lui resta plus que les cheveux a secher pour se frotter la peau plus ardement… Finissant tout de même par faire percer ses petites ecailles au niveau du cou.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mer 7 Juin 2017 - 21:05

Des souvenirs. A deux. Nous. Lui. Moi. Nous.

Ses yeux verts, déjà verts à la naissance, et ses mains qui se tendent, cherche à se raccrocher à quelque chose quand sa mère vient de mourir en le mettant au monde

...

Ses premiers pas, sa première année de vie dont j'ai suivi chaque détail, des rechutes aux guérisons, des joies aux tragédies

...

La longue, injuste séparation d'un père et d'un fils

...

Seigneur, dans quel état t'ai-je retrouvé en Bavière ? J'ai tué ton maître, je suis devenu le tien

...

L’Égypte, la première nuit, sur la plage.

......

Je t'aime.


Il y a des souvenirs, chaque instant est un souvenir, et chaque instant est douloureux car je sais que je n'oublierai rien du bonheur, mais aussi rien de la tristesse. Le voilà gelé en sortir du bain, s'arrachant les écailles naissantes en se frottant trop frénétiquement.

- Tu vas te blesser !

J'ai presque crié, je me suis rué hors du bain, nouant juste un drap de bain autour de mes hanches à la vitesse de l'éclair pour attraper ses mains qui veulent le frictionner. Je fronce les sourcils. Du sang lui coule un peu dans le cou, mais ce n'est pas du sang de sa douleur que je veux boire. Je feule, doucement, me penche sur son petit mètre 66 et éponge le liquide avant de venir lécher la plaie pour la faire cicatriser. Là. Je sèche le tout et d'un œil analyste, repère les zones où la peau va bientôt percer. Il est grand temps de lui appliquer la "crème spéciale" que j'ai fait concevoir pour lui au laboratoire. A chaque nouvelle mue c'est la même chose.

- Tu as assez pris soin de moi pour les cent prochaines années alors maintenant, laisse-moi gérer.

Je l'attrape au vol, l'enroule dans le peignoir en polaire et le soulève en saisissant au passage un pantalon propre de pyjama pour mes fesses, et mes lunettes sur le lavabo. Odin me miaule dans les pattes ...Ah oui, forcément avec toute cette déprime vespérale, la ligue des fracasseurs n'a pas eu sa pitance !

- Désolé Ta Majesté mais j'ai un paquet à livrer au canapé ! Et c'est urgent !

Je souris à mon cobra dont je ne distingue que le bout du nez dans la couverture improvisée. Heureusement le salon est toujours bien chauffé, car tous les habitants de cette maison ont un véritable goût pour les températures exotiques ; moi le premier. J'ai toujours aimer me dorer sous les Tropiques, alors avoir des serpents et un amant hybridé reptile, ça n'était pas un hasard il faut croire. Je dépose justement cet amant dans le gros canapé de cuir rouge, devant la télé que j'allume par la pensée, et insère la clé USB avec tout nos films, avant de me faire alpaguer par Loki, Màni, Laufey et Odin qui me suivent religieusement jusqu'à la cuisine où je sers la pâtée et l'eau à tout le monde. Je suis toujours à demi cul nu, alors je me coiffe vaguement dans le reflet de la porte vitrée qui donne sur le jardin, puis enfile mon bas de pyjama et retourne auprès d'Andy qui est en train de choisir un film.

- Tu veux que j'aille te chercher un pull ?

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Jeu 8 Juin 2017 - 19:59

La voix de son maitre le fait sursauter alors qu’il lui crit qu’il va se blesser, il ne s’attendait pas a cette voix déchirant le silence. Le temps de comprendre ce qu’il lui disait il était déjà attrapé. Il ne s’était pas débattut le moins du monde, pourtant il était un peu surpris. Il aurait très bien put se rebiffer et le mordre pour se sauver, il le savait, il avait toujours cet instint et pourtant n’en fit rien. Il le laissa le lecher de partout, fremissant, se laissant aller dans ses grands bras protecteurs.

- J’aime bien prendre soin de toi…


Rapidement il se sent attrapé et enroulé dans un peignoire qu’il lui faut quelques secondes a reconnaitre tant il est en boule. Le temps pour Sigvald de reprendre ses quelques affaires que les petites boules de poiles et d’ecailles viennent quémander leurs repas. Ils envoient toujours Odin en premier. Sans doute parce qu’il a un certain charisme et que, sans savoir vraiment pourquoi même Andréas a envie de tout lui ceder.

- Un paquet ? C’est pas très flatteur !


Emmitouflé dans ce cocon improvisé, le petit cobra commenca a bailler. Chez lui c’était un signe de détente et de sentiment de sécurité… mais aussi du au fait qu’il était fatigué. Son corps était secoué d’hormones en tout genres qui s’activaient a faire pousser ses ecailles mais aussi a soigner les plaies qu’il venait de se faire.

Il regarde finalement le maitre des lieux et accessoirement son amant quitter le salon pour nourrir cette bande de petits affamés. Sagement le petit cobra s’habille un peu mieux du peignoir. Ce n’est pas le sien, il est beaucoup trop grand pour lui mais il en apprécie la chaleur et la douceur. Il aime la sensation du polaire sur sa peau.

Andréas regarde la liste des films dont ils disposent. Il ne sait pas lequel mettre. Il faut dire qu’il est fatigué et ne pense pas réellement regarder jusqu’au bout.

- Non… je suis bien dans ton tien… mais je veux bien une glace quand même… ou un chocolat chaud…

Il sourit, s’étendant dans cet accoutrement terriblement tentant pour accueillir son amant. Il avait encore envie de le blottir contre lui.

- Tu viens faire dodo sur mon cœur ?


S’étirant a nouveau, il bailla grandement avant de frotter ses yeux. Depuis combien de temps était il si détendu quand il était sans calecon ? Oh biensur, il se doutait qu’il ne se sentait si calme que parce que c’était Sigvald… Il n’aurait pas fait le malin avec un autre.

- Je t’ai ramassé le courier… mais il n’y avait pas quelque chose dans ta poche de veste ?


Il sourit doucement et se redressa pour embrasser son maitre. Il avait bien envie de savoir ce que ce pouvait etre et encore plus si c’était pour lui.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Jeu 8 Juin 2017 - 21:11

- Mon petit paquet…

Je minaude à son oreille en lui embrassant le cou, vautré à moitié sur le canapé contre lui. Le chocolat chaud ne se fait pas prier et je suis un éclair quand il s’agit de lui faire plaisir. La tasse est haute, large, fumante, et j’ai pris la peine d’ajouter un peu de chantilly dessus pour avoir le délice de baiser sa petite bouche une fois qu’elle sera pleine de sucre et de crème. Je lui remets un peu les cheveux en ordre, comme il a pu le faire pour moi, et choisis un film sur la sélection « aléatoire ». C’est juste histoire d’être ensemble avec un fond sonore assez bas, car je ne le sens pas capable de faire sur la durée ce matin, et moi non plus. Les émotions de la nuit sont parties, et je me sens vidé, quoi qu’heureux malgré tout. C’est lui qui me fait cet effet-là. Il est mon chocolat chaud, avec un nuage de crème chantilly.

- Ne me chouchoute pas trop, je risque de devenir un vieux ronchon aigri et capricieux à force.

Je dis ça pour plaisanter, et étends mes jambes en riant tout bas de manière à poser ma tempe contre son cœur, au-dessus du peignoir supra molletonné. Là, je ferme les yeux et son odeur douce m’envahit, tout tartiné de baume qu’il est sur les zones fragiles, mais c’est son parfum de reptile qui me monte aux narines et me fait comater alors que l’action commence seulement à se mettre en place dans le film. J’entends vaguement des explosions. Une ou deux…voitures.

Ma veste…merde, j’avais complètement oublié ! Je me redresse presque pris la main dans le sac et ses lèvres accueillent ma surprise d’un baiser rieur. Que je lui rends en cherchant une échappatoire. Je sais parfaitement ce que j’ai laissé dans ma veste et que dans ma détresse je voulais absolument lui donner maintenant mais…c’est trop tôt, pas le bon moment ! Le bon moment ? Quand est-ce que ce sera un meilleur moment que celui partagé entre deux hommes qui s’aiment dans le confort d’une maison chauffée ? Abruti de Sigvald ! Je me fustige, fuis son regard, m’empresse d’aller planquer mon œuvre et reviens le rassurer sur mon attitude.
Je veux que ce soit parfait, merde pas maintenant…
Et voilà pourquoi est-ce que je ne suis pas capable de faire comme si de rien n’était ! De lui mentir ou d’ignorer sa question, à laquelle il n’attendait peut-être pas – d’ailleurs ! – de réponse immédiate ou précise, ou sérieuse et je…Je bloque le flux de mes pensées en inspirant profondément dans le couloir avant de regagner le salon. C’est bon tout va bien, il ne se doute de rien. En me rallongeant, je saisis une de ses mains sous le peignoir, la porte à mes lèvres et baise chaque phalange, chaque petit morceau de cette main.

- Ne t’inquiète pas, bébé…c’est juste…un…petit ca…deau…hmm…

J’étais du genre insomniaque : autant dire que ça, c’était avant, quand je vois la vitesse à laquelle je m’endors sur les genoux de mon cobra…il est déjà trop tard pour me ramener du pays des songes.

HRP:
 

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Ven 9 Juin 2017 - 15:44

L’entendant se repeter et l’appeler a nouveau « paquet » Andréas sourit et le serra dans ses bras. Il le laissa s’installer entre ses jambes pour que ce soit confortable pour lui. Il soufla doucement sur la fumée de son chocolat, cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas eut son maitre somnolant sur lui.

- Ce n’est pas grave si tu deviens ronchon et capricieux.


Sans ce débattre il le laissa a nouveau lui échapper pour aller chercher sa veste. Andréas ne comprit pas mais le laissa faire. Après de longues minutes son maitre revint et se recoucha. Il but son chocolat doucement et ce n’est que lorsqu’il se sentit sur le point de s’endormir qu’il le reveilla et ils se mirent au lit.

Le lendemain matin, Andréas s’était levé le premier et comme a son habitude il commenca par servir un repas a chacun avant d’ouvrir le courrier de la veille. C’est là qu’il la trouva. Cette courte lettre qui invitait Sigvald a une sorte de conférence. Il ne savait pas ou ca se trouvait mais il savait que c’était loin. Devait il la lui donner ou la cacher ? Il hésita un peu… Mais finit par la lui donner, se doutant pourtant qu’il n’allait pas refuser d’y aller – même pour lui -.

- Tu as reçu du courrier, furent les premiers mots qu’il dit a son maitre lorsqu’il vint prendre le petit déjeuner.

Mais ils n’étaient pas des mots froids et en colère, juste un peu contrarié. Jusqu’au jour du départ Andréas avait essayé de le retenir. Il l’avait regardé partir tristement sans pouvoir le retenir… et les 48h qui suivirent furent terribles. D’abord impossible de joindre son maitre qui devait pourtant être arrivé a destination, pour ensuite l’entendre dire que c’était mouvementé…

Hormis ca, Le collègue de Sigvald était passé tous les jours a la maison et ne fut pas bien accueillit par Andréas avant le quatrième jour… ou il daigna enfin manger en meme temps que lui. Enfin bref, cette maudite semaine était enfin finie. Andréas était venu rechercher son maitre dès qu’il avait su qu’il allait rentrer. Il faisait gris et plutôt froid mais rien ne semblait pouvoir le dissuader d’être là.
Son corps était parcourrut de frissons mais il était tout de même couvert d’un manteau long et sombre. Il appréciait cette tenue qui le rendait comme un prince. Il ne se laissait pas importuner par les quelques vampires qui essayaient de s’attirer ses bonnes graces et les renvoya rapidement a leurs affaires personnelles. Il avait toujours une lame d’argent sous son manteau quand il devait s’éloigner autant de chez son maitre.

- Cessez de me déranger. J’attends quelqu’un.


Grondant il sortit ses crochets pour dissuader quiconque de venir le toucher et enfin il le reconnu, la bas, au loin : son maitre. Seul et unique. Il bondit rapidement pour venir a lui et sauter dans ses bras.

- Tu es rentré !


Se retrouvant dans ces bras qui lui avaient tellement manqué et qui lui soutiraient presque des larmes de joies, il s'arreta un court instant. Cette odeur, qu'est ce que c'était?

- Qu'est ce que tu sens?

Hors Rp <3:
 

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Dim 11 Juin 2017 - 13:02

Presque une semaine d'absence pour le Grand Congrès International de Médecine organisé cette année au Cambodge, à Thala Barivat. Mon invitation était plus protocolaire qu'autre chose, n'ayant pas le poids de certaines organisations comme Nigh Genetic, mais par esprit d'éthique et pour essayer de contrebalancer un peu les grands pouvoirs, je m'y étais rendu. WildMind, mon laboratoire, avait besoin de son représentant le plus direct afin de promouvoir les droits des hybrides et les nouvelles méthodes médicamenteuses, notamment chez les reptiles, des espèces fragiles que je tente de protéger et de défendre depuis des années et des années maintenant, presque un demi siècle.

Se séparer d'Andréas n'avait été que la première difficulté de cette histoire. A Thala Barivat, j'ai retrouvé mon Père, mon Frère, mon propre sang. Le hasard s'est-il moqué de nous ? Je n'en sais rien, je ne tiens pas à lui poser la question. Mais ces retrouvailles ont été...mouvementées. L'ayant aperçu dans la salle de conférence, je me suis violemment soulé, avant de sonner à sa porte et d'engager un combat de règlement de compte digne d'une série de science-fiction. Et nous avons fini la nuit au poste de police. Je ne saurais dire combien de temps ma colère et ma rancune ont tenu. Il m'avait abandonné. Je lui avais voulu jusqu'à en mourir. Pourtant une fois calmé et derrière les barreaux, ces sentiments d'enfant blessé avaient été apaisés. Nous avions tant de choses à nous dire, de plaies à refermer, de considérations à exposer, de rancœurs à étaler. Mon amour passionné et absolu pour lui avait fait la place à une tendre soumission, une puissante amitié. Mon coeur, ayant trop souffert, s'était évidé et rempli de l'affection d'Andréas pour moi, et de la mienne pour lui.
J'ai dit à Niels que je comptais me marier. Que j'étais amoureux. Que j'avais refait ma vie, et que je voulais désormais qu'il fasse partie de celle-ci en d'autres lieux et en d'autres termes que ceux de la violence et de la haine qui nous avaient animé depuis si longtemps.
L'annonce lui a fait mal, mais c'était le meilleur compromis que je pouvais lui proposer. C'est impossible, jamais je ne pourrai le chasser définitivement de mon existence, même si je l'ai ardemment souhaité. On ne peut renier son Créateur, c'est quelque chose que j'ai compris.

Mais il y a des choses plus importantes.
En descendant de l'avion, je vais récupérer ma valise sur le tapis roulant. Je suis de retour chez moi, et j'ai l'impression d'être parti des mois. Chemise ouverte sur les premiers boutons, manches remontées aux coudes, je tiens mon manteau sur le bras car il fait assez chaud, quand une odeur familière me saute au nez. C'est mon bébé... Mon torse se gonfle d'une joie intense, et le voilà qui me saute au cou. Je lâche tout, l'enlace, le soulève, le serre fort contre moi, les larmes me montent aussi aux yeux.

- Bébé...putain ce que tu m'as manqué...

Je remonte mes lunettes pour essuyer mes paupières humides et un peu rouges et le repose au sol. Sa question me replonge un peu dans la réalité, et je me renifle. C'est vrai que je sens un peu le parfum de Niels. Il a du flair mon cobra.

- C'est une longue histoire. Viens, je te raconterai à la maison. Tu es venu me chercher, est-ce qu'on t'a importuné ?

Je sens bien l'argent dissimulé dans ses vêtements. Vraiment, il m'impressionne parfois.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 13 Juin 2017 - 19:25

Andréas devait bien admettre qu'il était un peu desorienté dans l'aéroport, autant par la taille du batiment que par la foulle qui s'y trouvait. Il avait même prudement gardé son manteau plein d'argent... Certains poissons ou même quelques grenouilles se montraient comme toxiques pour ne pas être attaqué par les prédateurs et il avait fait exactement comme ces petits animaux. Et si ca n'empechait pas les prédateurs de l'approcher et de lui tourner autour aucun ne venait l'embeter plus que ca. Il ne savait pas combien de temps ce petit jeu pourrait encore fonctionner mais heureusement il eut vite fait de trouver son maitre et de lui sauter dans les bras. Son coeur était serré par la joie immense de le retrouvé. Il lui avait tant manqué.

- Toi aussi tu m'as beaucoup manqué.

Le petit cobra n'est plus choqué par le sang qui coule très légèrement de ses yeux.

- Non... S'il te plait ne pleure pas...


Andréas le voit un peu fatigué sans doute. Il doit en avoir marre des heures d'avions et de toutes ces histoires qui l'avaient perturbé.

- Non ca va... je suis un grand maintenant...


Doucement ses lèvres glissent contre celles de son maitre suppliant pour un seul tout petit baiser... Tout cela lui a tellement manqué. Et s'il n'a pas envie de le lui donner et bien il le lui volera. Il ne veut pas attendre. Il n'en peut plus d'attendre comme ca. Ca fait une semaine qu'il a été privé de toute forme d'affection physique. Il ne le supporte plus.

- Viens on rentre...

Sa main glisse dans celle de son maitre pour le guider jusqu'au taxi qui les attends. Il a un sourire indécrochable aux lèvres... un sourire d'enfant qu'il n'avait plus affiché depuis qu'il l'avait quitté a deux ans... Quelque chose d'ancien et de nouveau était revenu en lui : la fierté d'avoir accompli quelque chose de nouveau. Ce ne fut qu'une fois assis sur le siège arrière qu'il se permit enfin de soupirer, soulagé d'avoir réussit a échapper a tous ces vampires. D'une main il recoiffe rapidement ses cheveux en bataille. Lui qui s'était fait si beau pour retrouver son maitre... il était décoiffé. Il ne pouvait pas se le permettre.

- Je t'ai même fait un repas complet avec tout ce que tu préfères...


Il savait qu'il n'avait plus qu'a lui faire réchauffer en arrivant. Il était a la cuisine depuis la veille. Il avait dut recommencer certaines recettes mais s'était accroché jusqu'a la perfection. Il était très fier de ce qu'il avait fait. Et peut etre qu'après avoir satisfait ses papilles il pourrait servir son besoin de sang. Même si ses ecailles avaient bien repoussées - et accessoirement qu'il s'était bien abimé en s'occupant de lui cette semaine tout seul- il y avait encore plein d'endroits qui n'avaient jamais connu la morsure et il avait bien envie d'en découvrir la sensation.

Le petit cobra ne lui avait encore rien dit mais cette semaine lui avait semblé longue et il avait quelque peu... surallimenté les petits pensionnaires de la maison. Il faut dire qu'ils avaient tous bien vite compris qu'en étant dans ses jambes ils auraient ses restes de repas et accessoirement un bon repas derrière. Lui il avait perdus trois kilos... même s'il ne s'en était rendu compte que quelques minutes avant de venir chercher son maitre en mettant son pantalon et en voyant qu'il était trop grand.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Sam 17 Juin 2017 - 22:41

Evidemment la Roll’s est au garage, à qui je m’attendais ? Je n’aime pas les taxis, en fait je n’aime pas qu’on me conduise. J’aime mon indépendance malgré ma fortune, et j’aime la sensation que procure la conduite d’un moteur puissant. Mais bien sûr Andréas ne peut pas sortir la voiture, car il ne possède pas le permis et il sait que la moindre égratignure me rendrait malade ; c’est un modèle qui n’existe plus dans le monde et qui compte ses exemplaires sur les doigts d’une seule main. Je le suis dans le taxi après avoir essuyé mes larmes de soulagement et l’écoute me vanter les mérites du plat qu’il a préparé pour mon retour. Je souris, amène sa tempe contre mes lèvres d’une main dans ses cheveux et ferme les yeux. L’avoir tout contre moi après tout ce qui s’est passé à Thala Barivat, c’est comme remettre un pied dans la réalité, le présent, l’avenir. Il est les deux, et si je n’ai jamais eu de doute sur notre relation, je suis désormais sûr de ce que je veux pour lui, pour moi, pour nous. Nous discutons des petits pensionnaires durant le trajet, et je lui évoque un peu les conférences auxquelles j’ai assisté ; après tout il est un hybride esclave, pleinement concerné donc par la cause que je défends. Mais je sens dans sa voix que cette séparation a laissé des traces et a été compliquée.
D’ailleurs je ne tarde pas à réaliser l’ampleur de ce que j’avais pressenti une fois le dîner terminé, quand il s’apprête à servir le dessert. Odin est sur mes genoux, à moitié endormi, et quand je lève les yeux sur la silhouette d’Andréas je ne peux m’empêcher de me dire que…ses fesses ne sont plus si rondes qu’avant. Et en poussant un peu l’inspection : il a été obligé de mettre une de mes ceintures pour tenir son pantalon. Je chasse mes lunettes dans mes cheveux et appuie mon menton sur ma paume.

- Tu t’es négligé…

Ce n’est pas un reproche. Mais cela me fait mal de voir qu’une semaine d’absence a eu un tel impact sur lui.

- Bébé…c’est fini je ne te laisse plus tout seul comme ça. Tu as perdu au moins deux kilos en cinq jours. Viens-là, viens m’embrasser et me promettre que tu vas manger mieux maintenant…sinon où est-ce que je vais mettre mes mains quand on fait un câlin, hmm ?


Derrière le petit sous-entendu, l’inquiétude s’évanouit. Je suis là maintenant, et il a autant besoin de moi que j’ai besoin de lui. Voilà toute l’histoire. Ce n’est pas sorcier. Il hésite à s’approche mais le fait finalement et je me lève, déposant un Odin roulé en boule sur ma chaise. Je l’enlace, l’embrasse avec insistance contre le plan de travail et glisse la cuillère dans le tiramisu.

- Est-ce que je dois te donner la béquée … ?

Fais-je en approchant une cuillère pleine de boudoir au chocolat-café de sa bouche.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 20 Juin 2017 - 23:17

Andréas savait que dans la vie de son maitre, juste derrière le plaisir de l’avoir pour amant, il adorait sa voiture. Seulement, s’il avait l’age de pouvoir passer le permis, le jeune cobra preferait toujours se laisser promener et ce n’était pas sans dire ce qu’une rayure sur cette voiture pourrait déclencher chez son maitre.

Aussi il l’avait laissée soigneusement au garage. Il aurait tout le temps d’aller la voir, bien nettoyée par les soins d’Andréas, quand ils seraient rentrés. Pour le moment il fallait donc se contenter d’une petite promenade en taxis. Sentir son maitre s’occuper de lui, baiser sa tempe, s’occuper de lui en soit, lui décrocha un sourire qui ne laissait aucun doute sur son bonheur. Son maitre lui avait manqué… beaucoup trop manqué.  Puis il l’écoute avec beaucoup d’attention ce que son maitre lui raconte sur sa si longue semaine. Il ne se doute pas que son maitre lui dit la vérité et toute la verité. Il n’a pas l’ambition d’être « la raison » qui a poussé son maitre a vouloir défendre les hybrides reptiles, mais il sait qu’il n’y est pas melé qu’un peu.

Puis enfin ils rentrent. Andréas range son manteau sur un ceintre, aide son maitre a se défaire de ses affaires encombrantes. Sa valise est lourde.

Le temps de faire un peu de rangement donc, et le diner est servit. Andréas n’est pas peu fier de ce qu’il a réussit a faire. Qui aurait crut qu’il deviendrait presque un chef dans ce domaine la premiere fois qu’il a transformé la cuisine en champ de bataille a la pate a gateau ?

Pour le dessert il a fait un tiramisu, qu’il a recommencé deux fois pour etre absolument certain de sa perfection. D’ailleurs Odin et les autres chats ne se sont pas plein de faire disparaitre ses echecs et ont tous la peau du ventre bien tendue.

« Tu t’es négligé » Andréas se stoppe dans son activité si joyeuse. Est-ce qu’il est entrain de lui faire un reproche ou alors de le gronder comme un enfant ? Il ne répond pas. Il n’a rien a répondre a cela. Il ne peut decement pas mentir a son maitre. Et les mots qui s’en suivent lui donnent encore plus la sensation de se faire gronder.

- J’en ai perdu trois…

Doucement  il vient prêt de son maitre, il pose le plat devant lui, entre leurs assiettes. Il a le regard bas mais après quelques secondes comprend rapidement qu’il ne se fait pas tellement disputé. Le corps puissant de son maitre l’enserre dans ses bras. Il lui  a juste… tellement manqué. Il ne le fait pas exprès, son maitre le sait sans doute. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Andréas se retrouve appuyé contre le plan de travail, embrassé et une cuillère de tiramisu au bord des lèvres.

Il n’a pas besoin de répondre a la question de son maitre qu’il accepte de manger cette cuillère de tiramisu. C’est toujours pareil. Et en plus ce n’est pas entièrement de sa faute. Il avait déjà un peu maigrit quand son maitre avait recommencé a travailler. Au tout début. Et encore, son maitre rentrait aussi souvent que possible pour les nourrir et ce n’avait pas été dramatique : Il se sentait abandonné.

Là, était tout le probleme.

Etant seul bipède ici, même si son assistant passait tous les jours, il n’avait pas ou si peu de contact avec les etrangers qu’il avait longtemps refusé de le laisser l’approcher.

- Je l’avais fait pour toi…


Il sourit et embrassa son maitre. Il avait encore quelque chose pour lui. Quelque chose qui, il le savait déja allait terriblement lui plaire.

- J'ai autre chose pour toi...


Se défaisant de l'emprise de son maitre il alla jusqu'a la chambre précipitement pour aller chercher une petite boite rectangulaire d'une bonne vingtaine de centimètres de long sur une hauteur d'environ dix. Il avait eut du mal a dénicher cette rareté. Et presque autant a l'emballer, il faut le dire!

Revenant avec l'objet dans les mains il le tendit a son maitre. Un gros ruban rouge avait été crolé au ciseaux. Mais heureusement, ce qui comptait n'était pas l'emballage grossier.

- Ouvre le ! Ouvre le !

Dans le petit papier cadeau se trouvait une mini roll's, identique a celle qui se trouvait dans le garage. Son coeur tambourinait dans sa poitrine. Il esperait tellement rendre son maitre heureux. Il se fichait bien que son maitre n'ait rien pour lui, seul son plaisir et sa joie seraient suffisant pour le contenter.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Jeu 22 Juin 2017 - 21:09

- Trois…

Trois kilos. C’est beaucoup pour un gabarit mince comme le sien, et dans ce genre de moments c’est le médecin qui prend le pas sur l’amant. Ma main trouve sa joue après que la cuillère ait disparu dans sa bouche et je le tâte, l’examine, soupire en effleurant ses hanches. Les choses se répètent décidément. Ce n’est pas la première fois qu’il me fait le coup…et le pire c’est que je ne l’ai pas vu venir, trop préoccupé par ce séjour professionnel et les retrouvailles agitées avec Niels. Il faudra que je lui parle de ça aussi, même si ça n’est pas essentiel pour l’instant. Pour l’instant…

- Je ne t’abandonnerai pas, je pars pour mieux revenir, tu le sais.

Mais cette peur est ancrée en lui. Le lien rompu à la naissance avec une mère qu’il n’a jamais connu est peut-être la raison de tout ceci. Je ne sais pas, il est assez réservé sur la vie qu’il a menée durant notre longue séparation, et je ne veux pas mettre le nez dans son dossier sans son accord. J’ai déjà tué son précédent maître à mains nues, je ne voudrai pas commettre d’autres impairs, quoique cette ordure l’avait bien cherché. Maltraiter mon bébé, le laisser crever de froid alors que son corps est une merveille fragile et sensible…
Je sens mes tripes se nouer lorsque ces souvenirs m’effleurent, mais le baiser d’Andréas et le sourire qu’il m’offre me font oublier les vilaines ombres derrière les arbres de la Bavière. Oublier. Pour un temps. Ce cerveau de chirurgien ne peut oublier.

- Il était délicieux. Merci beaucoup. Tu t’es donné du mal pour mon retour et je suis vraiment heureux.

Je baise ses doigts avec un sourire doux mais il m’échappe, le bracelet serpent en or jetant un petit éclat mutin dans son regard. Autre chose que son amour ? C’est possible ? Je peux exiger ça ? non mais attendez je n’exige rien du tout ! Màni ouvre un œil en me sentant m’agiter dans la cuisine avec la vaisselle. Je suis toujours nerveux quand il s’agit de cadeau, je ne sais pas pourquoi, ni d’où ça me vient mais…
Une tornade blond vénitien fait irruption de nouveau dans la pièce avec un assez gros paquet. On dit que ce n’est pas la taille qui compte…c’est stupide. Je me retrouve avec le paquet dans la main et la tête de quelqu’un qui veut dire : « C’est pour moi ça ?... » OUI ! Abruti, c’est pour toi sinon il l’aurait donné à Modi ou quelqu’un d’autre ! Mais quel crétin des sables. Son enthousiasme me contamine et je ris en tirant sur le nœud malhabile que je mets soigneusement dans ma poche. Là encore, il s’est donné du mal, et quand la figurine roule dans mes doigts, je reste muet.

- Andy…

C’est…si personnel. Si sensiblement bien visé. Et d’un autre côté je me sens idiot d’attacher autant d’importance à ma voiture. J’entends son petit cœur danser comme un fou et je ris plus fort. J’ai tout ce qu’il me faut ici. Un toit, un confort, une famille, un homme qui m’aime, qui m’attend à la maison, me fait de bons petits plats et m’offre des merveilles. Brusquement je me sens rempli, comme si j’avais été vide trop longtemps. La petite carrosserie luit comme celle de sa grande sœur, et la Niké à l’avant est réalisée avec une grande finesse. C’est un objet de collection…

- Tu as dû fouiller sacrément internet pour trouver ça…je suis…wahouu…

Elle roule en plus. Je la fais rouler sur la table, comme un gosse, avant que mon regard ne soit absorbé par celui plein d’attente de mon cobra. Tant pis pour la vaisselle, les chats, le varan et toutes les étoiles du ciel. Je le saisis aux hanches et le soulève dans mes bras, l’invitant à accrocher ses jambes autour de ma taille.

- J’ai très…très très très envie qu’on soit intimes pour te remercier…vraiment très intimes.

Nos lèvres se frôlent, une pointe de résistance dans les siennes quand les miennes le veulent, le veulent tellement. Je pourrais le dévorer. L’escalier n’est qu’une formalité, et c’est contre la porte de la chambre que le véritable baiser a lieu, de ceux qui changent les crapauds en princes charmants dans les contes de fées que je ne lis plus depuis mes 9 ans. C'est dire si ça date.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Ven 23 Juin 2017 - 14:16

C'est vrai, son corps était si fin que tout se voyait dessus qu'il ait prit ou perdu un kilo on le voyait immédiatement. Il sentit bien les mains de son maitre le palper, le caresser et l'estimer. Et il avait aussi bien vite compris qu'il ne s'agissait pas des caresses de son amant mais bien d'un examen médical de son médecin tout atitré ! Pourtant il se laissa faire. Il avait appris aussi, un peu a la longue que c'était un moyen pour son maitre de se rassurer. Il était appaisé parfois, de pouvoir l'analyser et s'assurer qu'il était encore là, en vie, malgré les quelques supplices qu'il s'infigeait.

- Je sais que tu ne m'abandonnes pas...


Il ne savait pas vraiment d'ou lui venait cette peur immédiate dès qu'il se retrouvait seul de ne plus jamais revoir son maitre. Il n'avait jamais connu sa mère, qui ne le porta même pas dans ses bras et ne l'alleta pas. Il avait été mit au sein d'une autre mère -qui n'était pas hybridée avec un serpent- et qui venait de perdre un de ses jumeaux. Elle ne l'aimait biensur pas autant que son véritable enfant mais elle le tolérait les premières années. Il fut sevré du lait sécurisant de sa mère adoptive un peu brusquement et brutalement. Ca lui avait prit, un jour comme ca et sans raison apparente: elle avait commencé a le repousser et le rejeter au fond du dortoir, dans un coin.

Elle n'avait plus assez de lait pour les deux enfants et, quitte a choisir sa véritable descendance avait été prioritaire sur le lait. Aussi, alors qu'il commencait tout juste a aller mieux, les scientifiques - qui avaient déja it la somme sur son compte- avaient commencé a le nourrir au biberon. Il avait été victimisé jusqu'a trois ans par son "frère" puis séparé de ces individus.

Par la suite il était devenu plus prudent, plus timide avec les gens. Et quand il fut transféré vers le centre d'éducation il s'était échappé.Il avait erré dehors pendant quelques semaines avant qu'on ne le retrouve. Il avait été livré a un precepteur qui décida de ne pas lui imposer la vie en cage mais le gardait sévèrement chez lui. Il avait enfin retrouvé un peu de sérénité et de sociabilité... quand celui ci mourrut. Il ne savait pas ce qu'il s'était passé. Il savait juste qu'il était mort. Et c'est comme ca qu'il était entré dans ce cirque... dans cet enfer qui avait fait de lui la personne brisée et méfiante que son maitre avait un jour retrouvé après leur si longue séparation. Aussi il avait toujours un peu le coeur sérré de le voir partir. Et c'était surement tout ce qu'il avait vécu qui l'avait rendu comme ca.

Entendant son maitre le féliciter pour le repas, Andréas se contenta de sourire. Il avait fait des efforts oui, mais être félicité comme ca vallait bien tout le travail qu'il avait fait. Et puisque son maitre était si heureux il avait bien envie de le rendre plus heureux encore !

Aussi il revint avec la petite voiture qui était encore emballée. Il rit même un peu en voyant la tête que son maitre faisait. Il ne semblait pas comprendre le cadeau qu'il lui faisait mais dès qu'il l'ouvrit, le coeur d'Andréas lui sembla exploser de joie.

Il le regardait jouer avec sa petite voiture de collection comme un enfant.

- Oui c'est vrai... j'ai eut du mal a la trouver... Il n'y en a que six modèles dans le monde.


L'homme qui la lui avait vendue lui avait expliqué que c'était un vieux vampire qui avait, au cours de sa vie fait un modèle identique pour chacun de ses fils. Aujourd'hui on ne savait pas tellement ou se trouvaient les cinq autres modèles.Mais il était content d'avoir dépensé tout ce qu'il avait put economiser pour ce cadeau.

- Moi aussi j'ai envie de toi... Tu m'as trop manqué...


Ses bras s'étaient glissés dans le cou de son maitre tandis qu'il l'embrassait. Il essaya même d'obtenir un baiser plus poussé que ce que son maitre lui donnait. Il le souleva sans peine, comme s'il ne pesait rien. Il serra ses jambes autour de sa taille, se laissant porter jusqu'a la chambre. Ils n'étaient pas encore entrés qu'Andréas se fit a nouveau embrasser. Bien qu'il se tenait solidement a son maitre et refusait de poser un pied a terre, son bras se décrocha difficilement pour atteindre la poignée de la porte et leurs ouvrir.

Il avait absolument tout prévu pour que le retour de son maitre soit un moment formidable. Le lit était fait et couvert d'un couvre lit en satin de la même couleur que la lingerie qu'il portait et de la même matière. Seule une petite dentelle crolée autour de la taille du petit cobra différenciait les deux objets.

Il ne se fit d'ailleurs pas prier quand ils arrivèrent près du lit pour se laisser tomber dedans et commencer a se débarasser des vetements de son maitre. Il dénoua facilement sa cravatte, et les boutons de sa chemise. Elle était toute froissée. Dire qu'il avait mit si longtemps avant que son maitre ne parte pour la rendre bien lisse. Il s'en soucia peu et la saisissant fermement d'une main la retira du torse de son maitre contre lequel il se blottit. Toute cette chaleur... ca aussi ca lui avait manqué. Et pourtant il y avait toujours cette odeur qui devait venir de la chemise, imprégnée sur sa peau. Andréas avait du mal a la reconnaitre ou même cibler quel genre d'odeur cela pouvait etre. Ce n'était pas de la viande... ce n'était pas du sang... ca ne sentait pas les fruits ni les légumes. L'odeur était un peu forte, ocre...Poudrée. Du parfum?
Ses yeux se relevèrent vers son maitre qu'il embrassa avant de sourire.

- Tu t'es parfumé avec des produits bon marché?


Sans lui laisser le temps de répondre il s'attaqua a sa lèvre inférieure qu'il mordilla avant de la sussoter. Ne se doutant pas un seul instant de la vérité. Il glissa ensuite a la rencontre de la langue de son maitre, ses doigts attrapant sa ceinture pour essayer de la défaire et de l'attirer plus sur lui.

-hss!!

Siflant de mécontentement face a la difficulté qu'il avait a se débarasser de la dite ceinture il se redressa un bref instant.

- Sig'... c'est pas ta ceinture...

Il en était le premier étonné. D'ou venait elle? Est ce qu'il savait que ce n'était pas la sienne? Est ce qu'il l'avait achetée pendant le congrès? Mais alors ou était celle qu'il avait mit dans sa valise?

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Dim 25 Juin 2017 - 11:33

A ce que je sais, les esclaves font rarement des cadeaux à leurs maîtres. En premier lieu parce que ceux qui trouvent confort et sécurité, voire amour, sont assez rares, et que ce sont les maîtres qui ont ce genre d’attention. Mais je ne suis pas affublé d’un complexe de supériorité qui me ferait prendre mal ce geste. Notre relation n’a rien du schéma habituel. Je ne peux qu’être touché, d’autant plus que mon cobra a eu du mal à s’habituer à moi, ainsi qu’à son nouveau mode de vie. Comme les chats ramènent des oiseaux morts ou des souris que le palier ou sur les petites marches donnant sur le jardin derrière la maison, il me fait un don, bien que la comparaison scientifique ici soit un peu décalée. L’histoire des six exemplaires passe un peu à la trappe quand sa bouche formule le même désir que le mien et nous voilà embarqués dans un tourbillon-brasier.

Le lit devient rapidement un champ de bataille et je suis si impatient que je manque de casser la tête en bois en m’y agrippant tandis qu’il m’enlève ma chemise et que je redécouvre son corps transformé quand le pantalon quitte ses jambes. Je plisse les yeux, gronde d’excitation en voyant la dentelle. Décidément il a tout prévu…c’est presque un complot contre ma retenue. Je feule, l’enlace, jarte mes chaussettes en le couvrant tout en rendant la lumière nettement moins révélatrice. Des produits bon marché ? Parfumé ? Sur le coup je ne suis pas sûr de comprendre, ai-je oublié qu’il avait l’odorat fin ? Non, du tout, et je n’ai rien à cacher. En concentrant mon nez sur ce que je semble dégager, je me rends compte que le parfum de Niels a imprégné mes vêtements et laissé une faible trace olfactive sur ma peau. Sans doute lors de nos adieux à l’aéroport. Mais je n’ai pas le temps de répliquer qu’un nouvel assaut me coupe dans ma volonté de répondre à sa question. Je geins doucement et griffe légèrement ses cuisses sous l’effet du plaisir en train de m’échauffer les sens. Nos langues s’embrasent et mon érection enfle dans mon boxer.

- Ce n’est rien c’est juste…

Je m’écarte brusquement en l’entendant siffler, réalisant qu’il s’attaque à ma ceinture. C’est vrai…la mienne a fini en lambeaux lors de la bataille de coqs avec Niels, j’ai donc dû en racheter une quand nous avons quitté le commissariat. Ainsi que des lunettes. Je lui caresse le front et viens défaire la boucle.

- Elle est neuve. L’autre a subi des dégâts. Ce n’est vraiment rien, bébé, tiens…regarde. Hop…

Elle saute dans un léger claquement de cuir, et je la laisse tomber au sol. Me redressant torse nu, le ventre légèrement palpitant de désir, je fais glisser les deux bords le long de mes cuisses sans honte pour ma virilité animée. Il faut dire qu’elle est restée si longtemps capricieuse que je ne m’offusque plus de ses interventions, surtout quand nous sommes au lit et que cela fait une semaine que nous ne nous sommes vus, touchés, frôlés. Il m’est dur de résister, de lui raconter ce séjour avant de passer à l’acte…mais j’ai peur qu’il ne me prenne pour un menteur, même par omission, ou qu’il perde confiance en moi.
Le temps est suspendu soudain. Je soupire devant son regard plein de questions et me laisse rouler sur le dos à côté de lui, bras derrière la tête.

- Je voulais attendre avant d’en parler, je ne sais pas si c’est vraiment le bon moment mais bon… Je me suis battu avec mon Créateur. Je l’ai retrouvé à Thala Barivat lors du Congrès. Il est une des plus éminentes personnalités du monde de la recherche médicale aujourd'hui. C’est son odeur que tu sens, et j’ai dû racheter une ceinture car on s’est…quasi entretués.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Ven 30 Juin 2017 - 23:29

Lui qui pensait faire une mauvaise petite plaisanterie a son maitre fut bien vite surprit de prendre le retour du baton. Son maitre passa, sans qu'il ne demande rien, aux avoeux. Il lui expliqua que ses affaires étaient neuves et que si elles étaient neuves et bien c'était parce qu'il avait retrouvé son Créateur. Et comme si cela ne suffisait pas a serrer le coeur du petit cobra il lui avoua que c'était l'odeur de ce vampire qu'il sentait a cet instant parce qu'ils avaient essayé de s'entretuer.
Le sourire amusé et plein de cette excitation de revoir son maitre... de faire l'amour avec lui s'éffaca peu a peu de ses lèvres.

Il essayait de comprendre mais son coeur avait tant de mal... Après s'être redressé sur les coudes puis assit, son maitre encore proche de lui, il le repoussa doucement d'une main sur l'épaule. Son maitre avait effectivement raison sur un point : ce n'était aucunement le moment de dire ca. Il avait même, bien que son hybride ne le sache pas, raison pour une seconde chose : S'il avait découvert que son maitre lui avait caché ces choses là, il ne s'en serait pas remis si facilement.

Hélas, si Andréas avait préparé toute leur soirée, il n'avait pas pensé que ce vampire allait venir contrecarrer ses plans. Il ne savait pas tellement quoi repondre a son maitre, il n'avait pas de réponse toute faite qu'il aurait put sortir d'un chapeau comme un magicien. Aussi il évita de le regarder droit dans les yeux, se sentant a nouveau comme lorsqu'ils s'étaient rencontrés les deux premières fois : ignorant et vulnérable.

- Je vois... Va prendre une douche... Je t'attends.


Il ne voulait plus sentir cette odeur sur son maitre. Il ne voulait aucunement comprendre qu'il y aurait toujours une personne plus importante que lui dans la vie de son maitre et ceci quoi qu'il fasse. Il n'était pas pret a l'entendre. Il ne voulait pas s'habituer a cette odeur, de peur que ce vampire là, dont il ne savait finalement même pas le nom, ne finisse par habiter chez eux. Il voulait que toute trace de cet individu soit effacée.

Repoussant un peu plus son maitre pour l'inciter a aller prendre sa douche, il lui fit quand meme un petit sourire.

- Je ne bouge pas d'ici...


Il le laissa s'éloigner, il ne voulait pas aller avec lui. Il avait besoin de réfléchir seul. Comble de l'ironie quand on savait qu'il venait de se plaindre toute une semaine parce que justement il était seul. Il laissa le temps a son maitre de prendre une douche bien chaude et de se décaper. Ses yeux pleurant bien malgré lui tant de larmes qu'il n'essaya de retenir qu'en voyant son maitre revenir dans la chambre. Il essuya ses joues d'un mouvement du bras.

- Est ce que... tu l'aimes plus que moi?


Son petit coeur fragile tremblait de craintes et suppliait d'etre rassuré. Il avait cette boule, tellement lourde et tellement grosse dans la gorge que même ses sanglots semblaient se briser dessus.
Sigvald était sa première histoire d'amour et il ferait tout pour que ce soit la seule de toute son existence. Cela ne pouvait pas ne pas lui faire mal.

- Tu étais avec lui... quand tu ne répondais pas a mes appels...?


Sa voix était murmurante et douce malgré la dureté de ses mots accusateurs et inquiets. Il suppliait secretement toutes les étoiles du ciel qu'il ne lui dise pas un truc du genre " tu vas voir on sera bien tous les trois."

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Sam 1 Juil 2017 - 9:04

J’aurais mieux fait de me taire. Oui j’aurais aimé me convaincre de cela, mais quand le passé rattrape le présent il ne faut pas se désister. Andréas est mon compagnon, et je ne suis pas un menteur. Pourtant lorsque je constate l’effet qu’a ma révélation je me sens ignoble. Alors je ne cherche pas à comprendre quand il me demande d’aller prendre une douche. C’est vrai, ça doit être insupportable de sentir une autre odeur sur la personne qu’on aime, une odeur qui n’est pas la nôtre. Comment est-ce que j’aurais réagi à sa place ? Je me serais sans doute senti trahi, d’une certaine façon, même si ce n’est absolument pas ce que je souhaite pour lui…Je ne l’ai pas trompé, c’est différent, même si…ce baiser. Il était bien présent, et rien ne l’excuse. Mélange orageux de colère refoulée et de volonté de vengeance, il n’y avait aucun amour dedans. Cet amour qui autrefois me liait à Niels. Aujourd’hui, et je m’en suis assuré en prison, tout cela est bien fini. Nous avons remis les compteurs à zéro. Il est mon Père, je suis son Enfant, et pour moi tout est clair et limpide, il n’y aucun doute, aucune confusion à avoir.
Je me sens infiniment seul sous la douche, et quand je me sèche, mon reflet me fait pitié.
Tu n’as toujours pas… !
Non, je n’y arrive pas, j’ai peur qu’il me rejette si je franchis le pas. Je me balance de l’eau froide au visage et peigne mes cheveux en arrière avant d’enfiler un bas de pyjama gris en coton. Modi m’attendait au bas de l’escalier avec un air un peu trop encourageant ; cet animal est beaucoup trop intelligent… Je lui gratte le dessous de la tête et rejoins Andréas dans la chambre. Est-ce qu’il m’en veut encore ? Je me renifle rapidement. A priori il n’y a plus trace de Niels sur moi, je sens parfaitement le gel douche à la madeleine qu’il aime tant, j’espère que cette attention sera perçue. Mais en apposant la main sur le bois de la porte tirée, je sens l’odeur des larmes qu’il essaie de chasser en me découvrant dans l’embrasure.

- Quoi ?!

Cette question…c’est donc son inquiétude. Que je puisse aimer mon Créateur plus que lui ?

- Ce n’est pas comparable…Andy, ça n’a rien à voir. Il est mon Père, et toi, toi tu es l’homme que j’aime, avec qui je veux vivre, avoir des…


Allais-je dire « avoir des enfants » ? Bien sûr, c’est le souhait de tout homme comblé, mais c’est impossible pour un vampire. Et puis question enfants on a toute une tripotée de petits compagnons qui occupent laaaargement nos journées !
Je souris, gagne le lit et cherche son front, ses joues, descends vers ses lèvres mais il se dégage. Son geste ne me surprend ni ne me gêne, mais il ne peut imaginer combien je m’en veux de le savoir en train de se remettre en question.

- J’étais avec Niels, oui, quand tu as essayé de m’appeler. On s’est battus. Mon portable a été explosé, alors excuse-moi…C’était…c’était bon pour moi. J’avais tant de rancune, tant de colère qui m’empêchaient d’avancer, c’est une bonne chose de l’avoir revu. Maintenant je sais que je peux m’émanciper totalement, ne plus me damner, me reprocher des choses que je n’ai pas faites, je peux avancer, Andy. Et avancer, c’est avec toi. Personne d’autre.


Son cœur s’emballe, le mien demeure inerte mais une tension palpable monte dans ma voix, dans mes gestes. Régler mes comptes avec Niels au Cambodge m’a fait prendre une décision. « Je vais me marier », lui ai-je dit. Mais à ce moment-là, tout était encore confus dans mon esprit. Je ne savais pas si je voulais m’approprier Andréas pour me mettre la tête dans le guidon, ou si c’était le désir de construire et d’aimer qui me motivait. Là, je sais. Je sais que c’est au-delà de tout ça. De la poche flottante de mon pyjama, je sors une minuscule boîte noire couverte d’un joli velours et ma gorge étrangle un gémissement de joie.
C’est le moment, je vais le faire, je vais le faire… !
Par la pensée j’ouvre l’écrin qui révèle un petit anneau d’or gravé de très fines écailles.

- Bébé…je t’aime, et je veux t’appartenir. Est-ce que tu veux…m’épouser ?

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 4 Juil 2017 - 21:43

Andréas avait du mal a croire son maitre quand il lui dit qu’il était plus important que son Créateur. Bien que Sigvald ne soit pas son géniteur il savait que c’était lui qui lui avait permit de vivre et il avait du mal admettre que quelque chose puisse etre plus puissant que le lien qui l’unissait a son maitre. Alors comment son maitre ne pouvait il pas etre plus proche de celui qui lui avait offert l’éternité que de lui ?

Pire que ca, il lui confirma qu’il était occupé avec son maitre chaque fois qu’il n’avait pas put lui répondre.

Alors que son cœur frissonnait encore de doutes il le vit lui présenter une petite boite et sur un coussin, a l’interieur de celle-ci se trouvait une bague. Elle était fabuleuse. Elle était en or et couverte d’un motif d’écailles. Il était si surprit qu’il ne sut pas toute suite quoi répondre. Il restait sous le choc.

-Ou… oui.

Sa voix est cassée par l’émotion. Il n’aurait jamais cru que ce genre de chose soit possible. Ses bras passèrent dans le cou de son maitre pour le serrer contre lui. Oui, il voulait que son maitre ne soit rien qu’a lui pour maintenant et pour toujours. Ce n’était pas grave s’il n’avait pas de bague pour lui toute suite.

-Je veux etre avec toi pour toujours…


Ses yeux s’étaient remis a couleur. Il ne se savait pas si émotif. Il avait l’impression qu’il ne faisait que de pleurer. Il les essuya a nouveau avant de sourire. Ses lèvres vinrent conquérir ses lèvres prudement. Tout son corps tremblait légèrement.

Il ne savait pas pourquoi son maitre avait décidé de lui faire cette annonce, là toute suite maintenant comme ca. Mais cela lui semblait avoir écarté toutes ses craintes.

- On devrait peut etre ouvrir une bouteille de champagne pour féter ca… ?


Il tendit les bras pour qu’il vienne s’y loger et pourquoi pas le porter jusqu’à la cuisine pour boire une petite coupe. Andréas avait toujours appartenu a son maitre. Il ne savait pas si cela allait changer quelque chose que son maitre soit a son tour tout a lui.

- J’ai fais des pains aux crèmes pour ton petit déjeuner et ta gamelle pour demain midi… Je sais que tu vas avoir beaucoup de travail en revenant de cette semaine de séminaire.


_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Lun 10 Juil 2017 - 9:33

L’illusion d’un cœur qui cogne, si fort, si ardemment dans cette poitrine de marbre gelé, d’un cœur qui s’emballe, se réveille, jaillit comme le magma d’un volcan. Je frissonne, les poils de mes avant-bras se hérissent et quand j’entends cette réponse qui semble mettre mille ans à venir, je rabats mes cheveux en arrière dans un geste atrocement nerveux. Un gémissement de soulagement m’échappe et prenant les devants, les petites lèvres de mon cobra se tendent vers les miennes, scellant cette demande. Je ne savais pas ce que cela faisait. Je ne me suis jamais marié. C’est un brin romantique, sans doute que la pratique s’est un peu égarée avec les siècles, mais elle n’a rien perdu de sa magie, de son magnétisme. L’accomplissement. C’est ce que je ressens. Je ne voulais rien d’autre, je ne me suis pas trompé, pas cette fois. Je suis devenu un homme, un vrai, après tant de chemin, j’ai trouvé l’âme à laquelle je voulais livrer la mienne par le biais de l’amour. « Je veux être à toi pour toujours… » Je crois marmonner un « rien ne me rendrait plus heureux… » vite balayé par le désir, entité farouche qui reprend ses droits à la vitesse de la lumière. L’écrin trouve refuge sur la table de nuit de gauche et mes mains s’emparent de son corps, désormais corps de mon fiancé, et cette idée me fait drôle, elle me donne encore plus envie de le consommer. Mes crocs sortent, doucement, nos langues se caressent et la chaleur des préliminaires me ronge les reins.
« On devrait peut-être ouvrir une bouteille de champagne pour fêter ça… ? »
Non, rien ne pourra m’arrêter, pas même l’envie de boire un verre, de sacrer notre union. Je gronde dans son cou et attache ses bras autour du mien, solide.

- Nous aurons tout le temps pour ça plus tard…

Mon ton m’échappe un peu, je ne suis pas si avide d’ordinaire. Sans doute est-ce la situation exceptionnelle qui me rend possessif et excité… Le voilà qui se remet à parler de ma gamelle pour demain, du travail, je ne veux pas penser à demain pour l’instant. Je scelle ses lèvres d’un geignement et reprends les étapes là où nous les avions laissées. Pantalon, boxer, dentelle…Elle saute, avec les dents. Je la tire le long de ses cuisses et me couche là comme le fauve satisfait de sa prise, de la vue. Je baise l’intérieur de sa jambe, lèche, ferme les yeux en grondant jusqu’à ce qu’il se couche entièrement sans chercher à savoir ce que je m’apprête à faire. Il le sait. Cela lui a terriblement manqué en une semaine. A moi aussi.

- Je veux goûter mon fiancé. Ici...

Il tressaille, et je souris, je sais que j’ai visé juste. La peau de ses petits bijoux est si douce. Un autre baiser, un peu plus haut, puis une caresse langoureuse à la base de son intimité toute chaude. Ma conscience s’éteint peu à peu, envahie par le plaisir et le besoin de donner ce même plaisir.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 11 Juil 2017 - 12:17

Andréas gémit timidement. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eut son maitre contre lui a faire ces choses là. Il ne savait pas a quel moment de leur relation il avait commencé a adorer ca a ce point mais il y était devenu accro. Y a t'il chose qui pourrait plus l'exciter que de voir son maitre le dévétir ainsi? Il se laisse faire sans peine, cedant peu a peu au plaisir qu'il ressent et se couchant docilement.

- Je t'aime...

Sa main caresse nerveusement les draps, a la recherche d'une semblable qu'il finit par trouver et saisir. Il sent tout son corps frissonner d'envie, sursaute. Il voit le sourire satisfait de son maitre et y répond par un petit rougissement. Contrairement a son maitre qui a développé une expérience dans ce domaine, le petit cobra sait qu'il est toujours un peu primitif mais cela ne le gène plus quand ils sont là, tous les deux.

Sa jambe glisse le long du corps de son maitre en une caresse capricieuse et désireuse tandis qu'il se redresse un peu pour glisser sa main dans les cheveux de son maitre. Son coeur frémit. Oui, il le sait, il l'aime comme au premier jour et la seule chose qu'il espère c'est de l'aimer comme ca jusqu'au jour de leurs morts.

Sa main sous la surprise d'une caresse a la base de son sexe se ressert dans les cheveux de son maitre. Il s'étonne toujours un peu d'etre aussi désireux et imprévisible quand il est dans cet état. Son bassin se soulève en un court sursaut, s'appuyant contre le corps de son maitre avant qu'il ne le morde doucement. S'opposant.

-hn.. pas comme ca.

Il sait que son maitre est avide de caresses et de douceur mais dans l'instant présent, Andréas a bien plus envie de ne faire qu'un avec lui. Parvenant difficilement a rouler pour se mettre sur le ventre il s'extrait de l'emprise de son maitre. Il sait qu'il a ce qu'il faut dans sa table de nuit pour que le petit reptile ne souffre pas de l'acte et le lui apporte, le faisant rouler sur le dos pour venir le surmonter a quatre pattes au dessus de lui, ses lèvres viennent chercher leurs semblables, ses crochets le mordent d'impatience, cherche sa douceur et sa force.

Sa voix murmure a ses lèvres d'autres "Je t'aime" qui ne sont adressés qu'a lui et ne pourront jamais etre les mots qu'il adressera a un autre. Sans lui laisser le temps de répondre il l'embrasse a nouveau, sa main glissant entre leurs corps pour caresser celui de son maitre jusqu'a sa virilité. Il la frolle du bout des doigts, la caresse prudement avant de s'en saisir. Il n'est pas encore un expert de ce domaine mais puisque son maitre a prit les devant pour le demander en mariage il a décidé qu'il pouvait bien se risquer un peu lui aussi et sortir de sa zone de confort.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 11 Juil 2017 - 15:05

Pas comme ça ? Quoi déjà ? Pas le temps de réfléchir me voilà maîtrisé sur le dos, lui me chevauchant dans la lumière intime de la lampe de chevet. Je veux le voir, je veux toujours le voir. Je sais qu’il préfère que la lumière soit éteinte pour dissimuler sa gêne. Il rougit. Une autre chose qui me rend bouillant. Mes mains trouvent sans peine le chemin des siennes quand il me transmet le petit tube blanc. Il m’embrasse, je fonds dans un soupir viril, littéralement happé par sa prise d’initiative.

- Andy…hmmmnn…

J’aime ses morsures, j’aime la sensation de lui appartenir, et je réponds fiévreusement à sa quête. Nos lèvres se répondent, nos ventres se rencontrent, frémissants, contractés, je passe mes mains dans ses cheveux après être remonté le long de son cou le long de ses écailles noires, sa nuque, lui mordille la mâchoire en me dressant sur un coude avant de me faire surprendre comme un bleu. Je frissonne de haut en bas et ouvre les yeux, tombant dans son regard reptilien. Sa main se tient là, sur ma verge dure, et je peux compter sur les doigts d’une main les fois où il a pris les devants de cette façon. C’est beaucoup pour moi…pour lui aussi, je ne lui en demande pas tant, mais il a l’air de savoir ce qu’il fait et d’en avoir envie. Je souris, passe une main entre nos ventres et viens envelopper la sienne, l’ouvrant, nous prenant tous les deux l’un contre l’autre dans un doux frottement. Je suis vite haletant, faire l’amour m’a manqué, son odeur si particulière m’a manqué, sa voix plaintive aussi….

- Je t’aime, je t’aime aussi… Ne va pas trop vite je n’ai pas envie de te faire mal…Viens.

Doucement je glisse sous lui, lui levant les hanches, jusqu’à ce que ma langue puisse venir le préparer. Au moment où j’appose ma langue, la chair tressaille et il se crispe, alors j’éteins complètement la lumière mentalement.

- Détends-toi, je m’occupe de tout.

Ma voix s’élève comme un écrin de chaleur autour de nous et de ma main libre, pendant que je lèche son anneau rosé, je mets une noisette de lubrifiant sur mon index avant de masser cette zone si fragile et si érogène à la fois. Sa respiration accélère encore et j’entends palpiter les artères dans ses cuisses. L’envie de mordre juste là est forte, mais elle ne surpasse pas mon amour pour lui et ma volonté de lui faire du bien. Ma langue le pénètre et je sens mon sexe devenir clairement douloureux. Et bien quelles retrouvailles ! Je me prends en main et me caresse en essayant de ne pas trop m’emballer, mais à ce stade et maintenant que je le sens humide et prêt, mon cerveau empêche tout acte raisonnable d’avoir lieu…


HRP:
 

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mar 18 Juil 2017 - 15:23

Son corps n'a pas l'habitude de ce genre de choses. Il les aimes, mais il se sent toujours un peu géné de les découvrir. Rapidement sa main est enveloppée de celle de son maitre qui en vient a les masser tous les deux. Il se sent se crisper et se tendre de plaisir et en meme temps il rougit. Comment pourrait il s'empecher de rougir ? Il est là au dessus de l'être aimé mais c'est lui qui leur fait le plus de bien. Sa voix plaintive et soupirante s'arrete alors nette. Que fait il ? Andréas est un peu troublé de ne pas profiter de lui plus que cela. Et tout a coup il comprend. Il le sent a cet endroit si sensible de son corps, sursaute et frémit. L'image qu'il a de lui le met plus mal a l'aise et son maitre doit s'en rendre compte car il les plonge dans le noir.

Biensur il sait ce qu'il lui fait mais tout n'est plus que sensations, frémissements, caresses, douceurs et envies. La voix rassurante de son maitre lui assure qu'il s'occupe de lui comme pour le rassurer. Oui, tout va bien. Sa voix parvient tout juste a murmurer quelques suppliques, son sexe est droit, il le sent, il est prêt et il a envie. Son corps se cambre, son torse frole les draps et plusieurs frissons le parcourent.

-J'ai envie de toi...


Son corps se redressa un peu brusquement, comme un sursaut.Il glissa dans les bras de son maitre cherchant ses lèvres et ses caresses. Il ne savait pas comment il pourrait tenir plus longtemps ainsi.

-Embrasse moi... Serre moi dans tes bras...


Sans lui laisser le temps de répondre a ses envies primitives il lui mordit la lèvre inférieure, ses mains le caressaient, le griffaient un peu, désireux.

- Je t'aime...

Ses bras l'enlacent, son cœur bat si fort qu'il lui est douloureux.Tout son corps le désire mais il sait finalement encore bien mal comment faire ces choses là. Il est maladroit dans ses gestes, même en repoussant la main de son maitre quand il la trouve accrochée a son sexe, s'en saisit rapidement, essayant de le masser mieux et plus fort.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}   Mer 26 Juil 2017 - 13:34

Le grondement d’un vampire possède de nombreuses nuances : intimidation, menace, faim, contrariété, excitation sexuelle…Je ne sais pas si je suis un homme facile ou juste raide dingue amoureux, mais au moment où il chasse ma main pour m’empoigner je me sens à la merci d’une force indomptable. Est-ce que c’est ça, appartenir à l’autre ?
Ces nobles sentiments sont éphémères, ils font place à une certaine brutalité que je sais encore maîtriser si j’ose dire. Mes crocs s’allongent, il les voit et je sais qu’il les craint autant qu’il les aime, bien que je ne l’ai jamais mordu sans son accord au préalable, formulé ou suggéré par un regard. Je sens déjà l’orgasme monter et cela me frustre parce que nous n’avons encore rien fait… ! Bon sang je suis incapable de m’abstenir une semaine sans en subir de conséquences c’est pathétique…Je me sens soudain très vieux. Mais le vieux n’a pas dit son dernier mot. Je ne mets fin à ses baisers que pour instaurer une nouvelle charge et le retourner dans les draps, lui faisant enserrer mes hanches de ses jambes fines. Il vaut mieux pour commencer privilégier un angle simple. La pénétration me libère, je râle, crocs brillants, luisants, je sature de sensations et à ce rythme tout va voler en éclats. J’attrape les draps de chaque côté de sa tête et m’enfonce doucement dans le fourreau chaud et étroit de son corps. C’est mal, je sais, de consommer avant le mariage, mais ne l’avons-nous pas déjà fait tant et tant de fois depuis la plage égyptienne ? Grisé par autant de souvenirs j’imprime un mouvement plus prononcé. « Je t’aime… », au milieu de ses soupirs, comment suis-je sensé résister ? Les draps s’arrachent sous mes ongles et je fais tomber mon bras au-dessus de sa tête, à quelques centimètres à peine de ses lèvres, ressentant le besoin impérieux et viril de le conduire à l’extase, aussi prétentieux cela soit-il.

Je jouis bruyamment mais je ne suis pas rassasié. De toute façon les draps sont bons à jeter à la poubelle ou à servir de chiffons…L’entre-deux est tendre, je le nettoie un peu, lèche le sel de la transpiration sur sa peau chauffée par l’effort, ma langue parcourant son sillon… D’une main sur la nuque je le fais ployer et m’offre la vue sur son fessier tendu tandis que j’entame une levrette ample et savoureuse. Je ne suis pas prêt de m’arrêter, à vrai dire il est possible qu’il me supplie de le faire, au bord de l’évanouissement. Voilà qui n’est qu’un avant-goût de la nuit de noces…


A suivre ♥

THE Ring:
 

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un jour tout s'en ira... ce jour là je serais là [Sigvald] {+18}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et un jour tout change, il parait qu'on appelle cela la vie et on grandit ... | Venez nombreux !
» A chaque jour suffit sa peine ▬ Kyle
» - Quel jour sommes-nous ? - Aujourd'hui - Chic, c'est mon jour préféré !
» Le couple du jour
» Je craque .. ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: