AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]
Invité
Invité
MessageSujet: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Mer 26 Avr 2017 - 6:37

C’était une de ces soirées où il avait envie de se perdre, de se détacher de son quotidien, de son existence, ne serait-ce que pour quelques heures. Et c’était dans ce bar qu’il avait trouvé son bonheur, peu regardant des néons qui agressaient les yeux ou de la musique qui sifflerait probablement encore au creux de ses oreilles lorsqu’il se réveillerait. Réveil qui promettait une sacrée gueule de bois, s’il se fiait au léger flottement qui semblait déjà vouloir prendre possession de son corps. Oh non, il n’était plus à son premier verre, l’alcool aidant à oublier qu’il était entouré de suceurs de sang, que leurs cœurs comme le sien ne battraient plus.

Ouais… Il était mort. C’était probablement ce qui troublait le plus le jeune homme, malgré les mois passés à être confronté à ce fait, à devoir apprendre les codes de cette nouvelle « vie » de mort à longs crocs. Enfin, ce n’était pas comme si cela le préoccupait en ce moment alors qu’il se laissait bercer par la musique, qu’elle le guidait à travers ces corps -aux températures fort variables- à s’en désarticuler.

L’allemand se souciait peu des frôlements, de ces moments où sa hanche en heurtait une autre, que son coude chatouillait quelques côtes ou alors qu’on lui rendait la pareille. Aucun ne se faisant assez insistant pour réellement capter son attention et le faire décrocher de ce délicieux abandon musical qu’il prenait plaisir à découvrir en toute simplicité. Tant pis si cela pouvait vexer, Lukas n’était pas venu pour quiconque d’autre que lui-même et un coup rapide au fond des chiottes du bar ne le séduisait pas vraiment.

Même si c’est la promesse d’une vessie soulagée qui l’y entraîna tout de même. Ce besoin satisfait -doit-on vraiment s’y attarder ?-, il se lava les mains en prenant quelques secondes pour vérifier qu’il n’avait pas changé de tronche entre deux bières -sait-on jamais dans ce monde de folie-… Non, toujours un brun au teint pâle, à la baby face tenace et au regard noisette souligné d’eye-liner. Il soupira légèrement avant de se redresser en s’étirant, exposant une seconde ou deux une lisière de peau sous son t-shirt, de même que la taille pas bien haute de son pantalon baggies qui mettait son arrière-train en valeur. Saleté d’agace ! Plutôt satisfait de lui-même, Lukas quitta l’endroit de délivrance pour aller se poser au comptoir du bar, commandant une énième bière que le serveur lui ramena sans vraiment écouter la commande du brun.

Le brave avait déjà cerné la bête, visiblement, ce qui n’était pas pour déplaire à l’homme qui paya sa consommation avant de se retourner sur son tabouret pour observer un peu la faune, peu désireux de retourner tout de suite dans la masse et d’y renverser le précieux liquide ambré qu’il dégustait. Il fut toutefois vite dérangé par quelques hommes fêtards et définitivement trop agités qui le firent soupirer avant qu’il ne se lève pour se trouver une autre place plus tranquille, même si c’était plutôt relatif dans un tel endroit. Enfin, c’était sans compter cette bouteille abandonnée au sol sur laquelle il eut la déconvenue de poser un pied légèrement incertain… Pour entreprendre, dans un juron bien senti, une aussi stupide que magistrale chute qui ne s’évita qu’au prix d’une taille qu’il enserra d’un bras dans un geste désespéré, sa tête heurtant désagréable sa victime au passage… Pendant qu’il réussissait héroïquement à garder sa consommation stable, bien qu’à bout de bras, si bien qu’il n’en perdît pas une goutte !

- Ouf!
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Jeu 27 Avr 2017 - 22:43

T'aimes pas le silence.

C'est plus fort que toi. Le silence te met sur les nerfs. Ca te rappelle un temps pas si ancien où le calme de la nuit n'était rompue que de sanglots désespérés, de tintements lourds de chaines et parfois, parfois, d'une voix d'argent dont la simple audition vous jetait, tes frères et toi, dans des tréfonds de tErrEur. Le silence, c'est l'écrin qui entoure le désespoir qui empreint ton âme encore aujourd'hui.

T'as besoin de bruit. Tout le temps. Y'a que ça qui chasse le faux calme qui te torture.

Alors tu t'écoutes, Varuna.  T'abreuves de paroles tes patients, tu peuples le silence de la machine à café de tes racontars sans queue ni tête, tu t'enveloppes du bruit de ton souffle que tu maintiens à dessein et de tes articulations quand tu cours et de tes muscles quand tu te tords et de et de et de tout ce que tu peux.

Mais parfois, tu peux plus te leurrer. Derrière toi, ton corps, ton esprit transparaissent les spectres de tout ceux qui sont morts à ta place. Ils écrasent ton être de leur présence t réduisent à néant tous tes efforts. T'es jamais parti de là bas en fait, Varuna, tu le sais hein ? T'es dans le Chenil. Toujours dans le Chenil. Tu rêves - ou plutôt, tu cauchemardes car la voix d'argent viendra tôt ou tard rompre ton illusion et Son Poing te raménera de force dans cet enfer de terreur et de paille moisie. Tu peux pas être parti. Tu peux pas t'être sauvé. T'es qu'un clébard, une lavette qui ne mérite rien d'autre que Lui.

Ce soir est un de ces soirs où le silence est magnifié par Eux. T'as fui, comme le lâche que tu es, fui dans l'espoir de t'abreuver de bruit et de vie, fui dans l'espoir de trouver quelqu'un en qui te perdre pour la nuit - un quelqu'un qui te prouvera que malgré tout, tu es là, vraiment là, et ne retournera jamais là bas.

Ce bar, c'est un de tes refuges. Tu t'y es glissé comme d'ordinaire, discrétement. On ne fait pas attention à toi, petit passe-partout habillé de sombre - et pourquoi le ferait-on ? Tu n'es pas le seul à venir ici t'étourdir de bruit, d'alcool, de danse et de sexe. Pas de fausses promesses, pas de déclarations d'amour, à peine de preuves de ta présence : t'es là en catimini, ombre égarée dans la nuit qui se dissolvera de l'esprit de tous les présents tel un spectre au premier rayon de soleil. Juste toi, ta chemise bien coupée et ton derrière mis en valeur pour qui se donne la peine de le regarder.

Mais personne le regarde pour l'instant. Normal, t'es adossé au mur. Un verre de soda à la main, tu regardes la masse grouillante de gens se trémousser au rythme de la musique. Ca colle, ça frotte, ça vit. Le brouahah des conversation est à peine couverte par l'ambiance musicale - juste assez pour te donner légérement mal au crâne et chasser le silence. Pourtant, tu te sens vaguement triste ce soir - ou plutôt, seul. Il te suffirait de te lever et de te dandiner un peu pour attirer une mauvaise compagnie pourtant. Tu le sais, tu le fais d'habitude. Mais la mauvaise compagnie, aussi bonne qu'elle soit au lit, te laisse un arrière-goût désagréable au coeur le lendemain - un arrière-goût de mots poussièreux, de stupre avide et de sel desséché. T'aimerais un peu plus ce soir. Juste un peu plus. T'aimerais pour une fois être un "toi" identifiable et mémorable et pas juste un "on" dont seul le cul laissera souvenir dans la mémoire d'un quidam.

Soudain la foule s'éclipse alors que quelqu'un te passe devant et bascule. Ca se passe comme au cinéma, les éventuels injures de sa part éclipsées par le tintamarre ambiant. C'en est presque drôle, mais ça n'empêche pas tes réflexes de réagir et tu te penches vers lui, ton bras libre tentant de ralentir sa chute.

Visiblement, z'êtes deux à avoir eu l'idée. Tu manques tomber aussi alors qu'il s'accroche à toi. Tu te retiens, ouf - mais c'est ton verre qui trinque et le soda te dégouline le long de la main lorsque la boisson commence à t'échapper. Grimace tandis que tu aides l'autre à se relever - mais il y a arrive plus ou moins tout seul.

- Ca va ?

Ce sont tes premiers mots alors que tu l'examines - certains diraient "toises" mais vu qu'il te rend dix bons centimètres, ça semble impossible. De toute façon, c'est pas volontaire. Juste le cabinet qui déteint. Non, il a l'air d'aller bien, et c'est tant mieux. Une gueule d'ange pareille, elle est mieux en bon état. Tu hausses les épaules en le voyant chercher à comprendre ce que tu lui dis dans le bruit. Le mouvement te rappelle que ton verre... Tu regardes ta main collante et le plancher sur lequel se dessine désormais une aurore boréale de boisson sucrée. Bon. Il te doit bien ça, le cascadeur. Tu reprends plus fort, te penchant vers lui presque à le froler tout en brandissant ton verre collant et presque vide.

- Tu m'offres un verre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Ven 28 Avr 2017 - 2:52

La bière est sauve, l’allemand n’a pas embrassé un plancher dont on doutera à raison de la salubrité… il ne reste plus qu’à reprendre pied, retrouver un peu de dignité et rencontrer cet étranger abordé comme dans un mauvais film! Lukas inspire… Sentant déjà l’autre chercher à le redresser… et exécute le reste du travail, avec une tronche de mec qui sait qu’il a eu l’air bien con, mais qui passe au travers. Et puis que seraient les mauvais films si on ne pouvait même pas les mimer de temps en temps? Et pour le coup, l’allemand s’intéresse à ce type qui lui a évité de se rouler pitoyablement par terre. Parce que l’air de rien, il avait beau ne pas l’avoir repéré avant de se suspendre à sa taille, c’est loin d’être un vilain petit canard, ce blond-là! Et ça lui fait légèrement hausser les sourcils, mais franchement, si c’est pour tomber sur quelqu’un, tant mieux si c’est une belle gueule! Ça rend le truc déjà vachement plus sympa!

Enfin, là, le brun, il revient un peu sur terre en clignant des yeux, penchant un brin la tête en s’approchant légèrement par réflexe pour comprendre ce que raconte l’autre dans le vacarme… Et lui décocher un sourire. Trop large. Mais vu l’alcool dans son sang de non-vivant, on lui pardonnera bien ses déboires?

- Alors! Figure-toi que je ne cherchais absolument pas à t’aborder comme un imbécile de première bourré de clichés, mais que cette connasse de bouteille, là, la coupable étant pointé du doigt par l’allemand. Bah, je me suis pris les pieds dedans. Tu nous excuseras, s’il te plaît, mais sinon, ça va très bien!

Fichtre, il n’y aurait pas une notice sur cette bouteille, comme quoi toute consommation entraîne un flot de palabres? C’est que ce pauvre mec, il risque de rapidement fuir si il est définitivement assommé à force de tirades.

- Et toi? Je ne t’ai pas fais mal?

Ouais, autant s’en enquérir, le pauvre blondinet ne l’a pas cherché, cette approche de bourrin! Et puis Lukas l’a bien senti chancelé sous son poids. Il a bu, mais il n’est pas définitivement con, l’allemand. Après, si l’autre a le temps de l’observer comme il le fait, ce n’est probablement pas trop mal! Sauf pour son verre, finalement. Seule victime du crash, mais non-négligeable, vu la main du vampire empreinte des restants de l’accident, ce qui tire bien une petite grimace à Ehrlich. Merde!

Et l’autre type semblait du même avis, vu sa question, verre brandit, qui arracha un rire au jeune, amusé. Oh, s’il n’y avait que cela pour lui faire plaisir, ça serait vite réglé! Aussi, il hocha du chef, profitant de leur proximité pour répondre en reportant le regard sur le faciès du blond.

- Qu’est-ce que tu as envie de boire?

Et dès que la réponse est obtenue, l’allemand file sourire aux lèvres pour aller acheter la consommation, poussant au passage cette saleté de bouteille sous une table où elle n’ira pas forcer d’autres gens à se rencontrer. Pas que ce soit désagréable, mais le prochain se cassera peut-être le nez et ça serait bête! Lukas vient s’accoter contre le comptoir, attendant que le barman lui fasse signe avant de passer commande. Il réalise à ce moment qu’il ne connaît même pas le nom de ce type à qui il offre un verre et roule légèrement des yeux en se frottant la nuque. Faudra bien qu’il lui demande en allant le rejoindre. Le jeune vampire prend une nouvelle gorgée de bière avant de réceptionner le verre et de payer la note, ne s’attardant pas davantage auprès du bar engorgé. Il rejoint le blond pour lui tendre le verre, toujours le sourire aux lèvres. Espèce de dadais! C’est qu’il est loin d’avoir l’alcool triste, le Lucky!

- D’ailleurs! Je m’appelle Lukas! Et toi?

Autant entamer la discussion. Il se voit mal lui donner son dû avant de filer pour… rejoindre personne. Il ne connaît pas un chat dans tout ce foutu bar! Et puis ce n’est pas comme si celui-là était de mauvaise compagnie. Il est même curieux de pouvoir confirmer ou infirmer cela, en profitant pour se caller contre le mur en avalant une nouvelle gorgée de sa bière miraculée, de façon à éviter d’être embêté par les passants. Oui, oui, exactement cette posture qui fait savoir qu’il va s’attarder et qu’à moins de donner une excuse et de filer, il collera au cul de son « sauveur ».  
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Mar 2 Mai 2017 - 14:05

Il est bourré. Pas besoin de sentir son haleine pour ça. Tant pis. Dans ce genre de coin, à quoi tu t'attendais ? Tu dois être le seul crétin à siroter un soda. Pas que tu n'aimerais pas un truc plus fort mais voilà, ici, c'est la fête et toutes les boissons ou presque sont arrosées au gore - sang frais messieurs, du sang qui plus tard dans la soirée vous servira bien et toi tu peux pas. Juste pas. Rien que le goût ferreux dans ta gorge, ça te rend malade, ça te rappelle l'époque où tu étais Muselé, nourri au compte-goutte. Juste assez pour pas crever... Tu n'as peut-être plus de coeur, mais ton estomac se serre à sa place.

Alors par méfiance, tu restes au soda, l'alcool compensé par le sucre. Ca rend moins léger, mais ça réveille au moins. Moins tu dors, mieux tu te portes. Tandis que Gueule d'Ange retourne t'en chercher un - t'aimes ce nom, il a quelque chose d'odieusement drôle vu ta situation - tu te frottes les poignets. Non, t'as pas eu mal. T'es petit et maigre mais des muscles fins se cachent sous ta carcasse - et puis, t'as une bonne résistance à la douleur. Encore un héritage familial, dieu bénisse la famille. C'est juste que c'est un réflexe chez toi. Des fois tu te grattes presque au sang, comme si le bout de tes ongles pouvait déterrer l'inconnu qui se dissimulait sous ce fantome de code-barre à force de creuser dans la chair. Scritch Scritch. Auto-mutilation ? N'importe quoi. Tu le saurais si c'était le cas après tout, t'es psy, non ?

Quand Gueule d'Ange revient, t'es à peine plus loin. Un couple bien mal assorti t'a fait dégager de là, le punk à chien pourléchant les lèvres d'un costard-cravate gominé. Dans ton regard absent, posé sur eux comme par hasard, y'a une nuance d'incrédulité doublée d'une étincelle d'envie. Le reste du monde pourrait s'écrouler qu'ils s'en foutraient les veinards - tandis qu'ils se foutraient, justement. Pourquoi ça t'arrive pas à toi, ce genre de truc ?

Quoique, ça pourrait t'arriver. Tu tournes la tête, poses les yeux sans faire gaffe sur le pectoral de ton hôte. Bien découpé, et tu n'as pas pu t'empêcher de remarquer qu'il avait une paire de fesses bien moulées dans ce pantalon. Oui, ça pourrait t'arriver... Si t'en as envie. Est-ce que t'en as envie, Varuna ? Envie de déguster de la cendre au réveil sous prétexte d'une partie de jambes en l'air ? Tu sais pas pour l'instant. T'hésites. De la compagnie oui, sûr mais le contre-coup... Faut vraiment que ça vaille le coup. Est-ce que le jeunot est plus qu'un tas de chair et d'hormones sur jambes ? Tu l'espères autant que tu le crains.

Tu saisis ton verre le remercie d'un geste de la tête, toujours sérieux malgré ton visage légérement souriant.

- Moi c'est Varuna. Appelle moi "Tombeur".

Tchin. Verre dans sa direction, tu lui portes un toast avant de le porter à tes lèvres vermeilles. Le sucre te fait du bien et te désaltère, t'entraine un moment loin de ce couple visiblement en pleine exploration médicale de leurs amygdales. C'est la seule explication que tu vois à leur comportement - la seule explication qui ne te fasse pas envie, putain. Tu t'essuies les lèvres du dos de la main, y déposant une trace de sirop coloré puis te les lèvres, par réflexe.

- T'es venu accompagné ?

Tu romps le silence. Non, c'est pas de la drague. Pas encore. C'est juste pour savoir si Lukas, Aka Gueule d'Ange va te lâcher dans la minute ou si ça vaut la peine de s'éloigner un peu du boucan pour échanger quelques banalités sans hurler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Lun 8 Mai 2017 - 6:23

Oui, il était bourré, mais de façon fort joyeuse et c’était déjà un sacré plus. De toute façon, il était bien connu que les discussions les plus philosophiques s’abordaient bien plus aisément avec quelques verres dans le nez! Et autant le dire, Lukas était parfaitement prêt à refaire le monde et probablement à complètement le délurer au passage! Ce qui ne l’empêcha toutefois pas d’aller chercher le soda du blond, non sans une petite mimique au passage. Qu’est-ce qu’il faisait dans un bar à s’enfiler les verres de soda? C’était un de ces mecs incapables d’avaler la moindre goutte d’alcool sans faire d’inconsidérées conneries? Oh puis va savoir! Il voulait un soda, il en aurait un! Et il ne tarda d’ailleurs pas trop avant de le lui remettre après l’avoir rejoint, lançant une œillade amusée vers le couple qui risquait bien vite de devoir trouver une chambre… ou au moins un coin un minimum isolé… C’est que baiser sur un plancher collant n’était pas nécessairement très glamour, surtout devant une foule… Quoi que tous les goûts étaient dans la nature, pour le meilleur comme le pire!

Enfin, l’attention de l’allemand ne se perdit pas trop longtemps sur ce couple d’anatomistes en herbes, préférant revenir vers son homme à patte collante… Dont le regard était posé sur lui, ce qui se révélait quand même intéressant, mine de rien. Luke sourit en coin, faisant savoir d’un petit signe que ce n’était franchement rien. C’est pas avec des soda qu’il allait lui coûter cher!

Et puis son « sauveur » ouvrit à nouveau le bec, dévoilant son prénom au brun. Varuna? C’était bien la première fois qu’il entendait pareil patronyme, si bien qu’il était bien incapable de supposer un pays d’origine, ou quoi que ce soit du genre. Toutefois, il n’eut pas vraiment le temps de questionner Varuna, vu la suite de ses paroles. Était-ce réellement une grossière tentative de drague? Le jeune vampire laissant tomber un léger rire en secouant légèrement la tête.

- Enchanté, Varuna. Seulement, de nous deux, c’est moi qui ai failli rencontrer le plancher. C’est moi le tombeur.

Et il lui adressa un large sourire, en levant sa bière en réponse à ce pauvre soda exposé à la vue, visiblement prêt à tenter de faire de l’humour, ce qui s’avérait presque louable. Son regard ne rate pas les lèvres délicieusement rouges. Sauf que bondir à la pulpe des gens pour y lécher le sucre, c’est pas comme ça qu’il a été éduqué. Alors il préfère prendre une gorgée de sa bière, en savourant la saveur tranquillement.

Fichtre, faut pas lécher ses lèvres comme ça, le tombeur! C’est indécent!

Et la question est une miette prometteuse. Il y a un peut-être derrière, doublé d’un peut-être pas, mais assurément une possibilité d’avoir un peu de compagnie pour socialiser d’une façon un brin plus poétique qu’un « j’ai envie de toi, viens baiser dans les chiottes » doublé d’une bosse contre les fesses sur le dancefloor. Du coup, l’allemand secoue la tête doucement avant de répondre.

- Nein. Je suis venue ici seul.

Autrement, il y aurait peut-être eu quelqu’un d’autre pour le rattraper, l’allemand bourré, quand il a tenté de faire le bacon sur le plancher! Mais dans ce cas, les deux larrons n’en seraient certainement pas là, alors c’est très bien ainsi. Lukas se passe la main contre la nuque, machinalement.

- Hm, j’imagine que c’est ton cas aussi? Si je ne suis pas trop pénible pour un mec sur le sucre, je cracherai pas sur un peu de social.

Ah bah voilà, c’est dit. Au pire, le Luke, il se prendra un refus et il ira ronchonner avec sa bière dans un coin!
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Lun 8 Mai 2017 - 10:16

Gueule d'Ange le tombeur ? Non, lui c'est le tombé, c'est toi qui l'a fait trébucher. T'es le tombeur, point. Mais bon, blague éventée - et blague pas spécialement drôle non plus de base. C'est que t'es pas vraiment Bozo le Joyeux Clown Rigolo en plus. Vaut mieux que t'arrêtes l'humour en fait. Reste sérieux monsieur le psy, au moins tu seras bon à quelque chose.

Alors tu hausses les épaules et savoure plutôt la vue de ce cou lisse tandis qu'il rit. A quoi il ressemblerait, orné de la marque de tes dents ? te demandes-tu distraitement. Rose sur blanc, creux sur plein, ta langue venant goûter les empreintes en cours de résorption... Venant déguster l'encre du tatouage que tu crois voir pointer sous l'encolure de son haut. Et ses mains dans ton dos, griffues, réclamant que tu ReCommences... Gorgée de soda, ça chasse la salive. T'emballe pas, c'est qu'une envie. Y'a rien de fait - et possiblement rien à faire. Ecoute-le. A ça, t'es bon. Ecoute la personne qui fait bouger ce joli petit corps, comprends, aide. Aime peut-être ? Non, jamais. Toi, t'es juste là pour les autres, pas pour toi. Ecoute - et essaie d'entendre, malgré le brouhaha ambiant et les gémissements que lâche mister Attaché-Case à coté de vous.

Tiens,"Nein "? Tu penches la tête légérement et l'écoutes mieux, façon Chiot guettant la Voix de son Maitre. Ouais, c'est très léger mais c'est là. Guttural, avec des sifflantes qui ZéZaient un brin. T'aimes bien, ça casse et ça délasse - et puis c'est bien moins brutal que les consonnes aggressives qui parsèment les déblatérations de Frederic quand tu le reçois dans ton cabinet. Lui, quand il parle, il t'attaque du flot des K et V dont il ponctue ses mots, sans rime ni raison - et ça, ça fait mal à ton petit coeur mort et à ton grand cerveau vivant. Les lettres, elles devraient rester à leur place : dans leur alphabet.

Et puis bon, y'a peut-être moyen. Ce qui te le fait dire, c'est cette main gênée qui vient frotter cette nuque - et cette ombre de sourire timide qui flotte au coin de ces lèvres. Ca fait ressembler Gueule d'Ange, bardé de piercings et d'eye-liner maléfique, à un adolescent à son premier flirt. Innocence feinte face à l'insolence arborée : le contraste est franchement mignon. Ca te donne envie d'en voir plus - et pas que physiquement parlant. S'il n'était là que pour le cul, il serait pas à hésiter, le Lukas ; l'alcool l'aurait déjà fait te sauter dessus.

-Allez, viens l'Allemand.


De la tête, tu lui indiques l'arrière du bar. Moins de monde là bas, et pour cause ; c'est là où se réfugient les couples cherchant un peu d'isolement - tout le monde n'est pas exhibitionniste ici, les trop imbibés, les trop crevés et vous deux, si du moins il accepte de te suivre.

-J'ai pas envie de me casser la voix si on peut juste parler normalement.

Tu te justifies pas, non. T'expliques juste. Si t'avais juste envie de tirer un coup, tu le trainerais plutôt aux toilettes. Pas glamour, mais efficace pour se vider un coup et se changer les idées - et y'a toujours quelqu'un de partant pour, ici. Toi compris, certains soirs. Mais malgré le bruit, tu t'accordes le luxe d'une phrase supplémentaire, un peu piquante. Hey, autant profiter de la situation, non ? C'est peut-être pas hilarant mais toi, ça te fait - un peu - sourire. Si ça se trouve, l'excès de sucre est dangereux pour le sens de l'humour. Faudrait que tu te renseignes, tiens - et que t'évites le soda au cabinet.

-T'arriveras à y aller tout seul, ou faut que je te protège des attaques des "connasses de bouteilles" ?


De tes quinze centimètres de moins, tu le nargues un chouia. C'est ça d'être trop grand : le sang monte pas bien jusqu'au cerveau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Sam 13 Mai 2017 - 6:36

Flop. C’était grosso modo le bruit que produisit la blague ratée en retombant aussi vite dans les limbes de l’humour pourri qu’elle n’en était sortie. Comme quoi, il allait falloir réviser tes plaisanteries, l’allemand, avant de se retrouver avec une sale étiquette. Le haussement d’épaule de Varuna était plutôt clair à ce sujet et Lukas en ravala un rire. On pouvait pas toujours réussir et il vivait pas plus mal que ça ce genre de petits échecs, heureusement pour lui. Il n’en était pas au dernier, assurément.

Et puis… À quoi il songeait, le blondinet, en l’observant de la sorte? À tous les coups, une réponse franche intéresserait grandement l’allemand, mais il y avait fort à parier qu’il pourrait bien se brosser avant d’avoir une miette de piste sincère. Tant pis. C’est pas comme s'il ne se savait pas craquant… Narcissique? Nah, mais il avait des yeux et il s’était déjà retrouvé devant un miroir, le Ehrlich. Alors il était réaliste, acceptait fort bien sa gueule et en profitait même de temps en temps.

Et parlant de craquant, ce petit mouvement de la tête alors qu’il lui répondait l’était bel et bien. Avait-il dit une connerie pour susciter cette réaction? Faut dire que Luke ne s’était pas arrêté à ce petit bout de langue natale glissé dans ses palabres. Le bon côté, c’est qu’entre Nein et Non, le parallèle n’était pas trop difficile à faire, le contexte aidant. De toute façon, il était visiblement démasqué, sa nationalité poppant joyeusement pour faire office de dénomination qu’il accepta sans problème, un sourire amusé florissant sur ses lèvres. Il avait beau vivre loin de sa terre natale, il n’y était pas moins attaché, loin de chercher à passer pour un bon petit américain ou d’étouffer son accent déjà.

Son regard noisette se porta vers la direction qui lui était indiquée du chef, vers l’arrière du bar et il haussa légèrement un sourcil… Il lui préparait un truc ou quoi le Varuna? Mais il lui plaisait bien de toute façon, alors il ne comptait pas se défiler simplement parce que le blondinet voulait d’un tête-à-tête… moins exposé. Dans tous les cas, ce dernier semblait éprouver le moyen de se justifier, ce qui ne manqua pas d’amuser le jeune vampire qui cacha une partie de son hilarité derrière sa bière pour en avaler une lampée avant de hausser légèrement les épaules.

- Si tu veux. Va, je te suis.

C’est pas comme si la distance réduite entre eux pouvait vraiment déranger le Luke. Au contraire! Quel dommage de renoncer à cette proximité pour un timbre vocal moins élevé! Pourtant, d’humeur coopérative, le plus jeune se décalait déjà pour gagner le fond de l’établissement… Enfin, ça, c’était sans compter la vannette du Varu qui faisait ronchonner le vampire malgré le sourire dans son regard pétillant légèrement troublé pas l’alcool qu’il avait ingéré. Ahah! Très drôle, il savait avoir gagné une connaissance, pas un chevalier servant. Restait qu’à l’imaginer épée à la main, avec son armure et une cape pour la classe, poussant les vilaines bouteilles cracheuses de flammes de la pointe de sa lame. Oh seigneur, Lukas, il fallait arrêter de boire si c’était pour y gagner ces images!

- Ah merde! Tu crois qu’il y a de ces bouteilles sauvages pour entraver mon avancée?! Comment allons-nous arriver jusqu’à notre destination?

Ouh, le ton tragique. Quel comédien! À quand la scène, la carrière, les fans, l’argent et les putes? Qu’à cela ne tienne, l’allemand fit une mimique moqueuse, se foutant de sa propre gueule, l’air de rien, avant d’entreprendre ce fameux périple vers le fond du bar, joignant l’action d’un signe vers Varuna pour qu’il le suive.

- Allez, viens nous saurons surmonter ces connasses de bouteilles.

Le tout ponctué d’un sourire malicieux, avant de se diriger vers l’endroit désigné, sans anicroche, fort heureusement. L’allemand en profita pour s’accoter contre un mur, au calme, appréciant cette diminution du débit sonore autour d’eux, sa main passant par réflexe contre son oreille pour la frotter.

- Mieux comme ça, Varuna-le-tombeur-qui-boit-du-soda?

Mais quelle sale bête, qui taquinait déjà ce pauvre blond!
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Mer 14 Juin 2017 - 18:19

Drôle de lascar. Va, je te suis qu'il te dit et finalement, il prend la tête. Pas grave, tu restes dans son sillage, sa haute taille lui servant à fendre sans difficulté la foule bien excitée. Veinard. Tu l'envies un brin pour ça vu que toi, autant tu peux briller en tête à tête, autant au milieu du peuple t'es un microbe baladé de ci de là par le moindre mouvement de foule. Il te manque quelques centimètres pour ça - et probablement pas mal de présence aussi, à en juger d'après le vide qui semble crépir le fond de tes pupilles la plupart du temps.

Enfin. Pas d'attaque de bouteille en cours de route - encore heureux, parce que le Germain a l'air d'avoir l'alcool tanguant. Pas d'incident non plus, à l'exception d'une main au cul - et aussitôt, ton coude part en arrière et cogne un thorax, suffisamment pour t'engourdir le coude et faire comprendre à l'indélicat que t'es pas une proie facile. Tu t'éloignes sans même te retourner mais l'autre crache ses poumons derrière, ça s'entend - et c'est bizarre mais d'entendre cette toux rauque, aboiement de Chien étouffé, te met bien plus mal à l'aise que le contact en lui-même. Pense pas Varuna, pense pas, c'est pas le moment. Accélère plutôt et rapproche toi de Gueule d'Ange.

Moins de monde enfin et tu rejoins le Grand Beurre de Lu'. Lui accotr au mut, toi cul posé sur la table, la différence de taille est moins frappante. Tant mieux. T'aimes pas être dominé - ou plutôt, tu détestes ça. En temps normal, tu gères mais t'es un peu plus tendu là, la faute à cette main baladeuse. Pas grave, tu avales une gorgée de soda, pomme d'Adam qui ressort alors que tu déglutis. Ca fera passer cette drôle de boule dans ta gorge. Enfin, t'espères.

- Mieux, Lukas-le-tombé-qui-carbure-à-la-bière. Je peux profiter de ta compagnie comme ça.

Bouteille posée à gauche, tu tapotes la table à droite pour l'inviter à s'asseoir à coté de toi. Oui, non, Peut-être ? Qu'il décide, t'en feras pas une comédie. De face, c'est pas mal aussi. C'est pas ton style d'obliger qui que ce soit à t'obéir - par contre à t'écouter, tu dis pas. Presque aussitôt, tu soupires et d'un geste purement réflexe, grattes grattes grattes l'intérieur de ton poignet. Stress, tout ça. Ca te passera un jour, t'espères.

Qu'importe. Vaut mieux se focaliser sur ton comparse là qui a l'air infiniment plus à l'aise que toi. Amusant, tiens. D'habitude, c'est toi qui mets les autres mal à l'aise. Peut-être est il plus vieux que tu ne le penses et rien ne l'intimide t il - mais t'en doutes. Les vampires pluricentenaires, c'est rare que ça traine dans les bars minables ou prenne une cuite à la bière et encore plus rare qu'ils sachent encore rire et faire des blagues nulles. Tu le sais trop bien - et penser à ton Père, l'exemple même du Mort-Vivant conservé dans la naphtaline, te fait courir un frisson bien désagréable dans le dos. Grimace, petit mouvement de tête. Pense pas à ça, idiot. Occupe toi du présent plutôt. Un sourcil dressé, tu le désignes du menton et romps la glace.

- Qu'est-ce que tu fiches ici ? Sociable et beau gosse comme t'es, j'aurai pensé que tu viendrais avec tout une bande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Sam 29 Juil 2017 - 19:16

Un allemand contre le mur et un Varu le cul sur la table. Le regard noisette se porta vers les pattes du meuble, simplement pour évaluer les risques que l’autre homme ne finisse malencontreusement le nez au plancher… Surtout, au vu de ce geste, pour qu’il vienne le rejoindre… sur la table. Vraiment ? Cinq minutes de rencontre et il essayait déjà de le grimper sur la TABLE?! Le brun se mord la lèvre, réprimant un sourire amusé, le regard brouillé d’alcool et pourtant brillant d’amusement. Saleté de ricaneur.

Et pourtant, il y va. Sur la table ! D’une stabilité décente, avec l’espoir qu’elle soutienne sans mal leurs poids même s’ils s’agitent ou roulent. Oh, calmos, l’allemand. Personne ne roule tout de suite ! Peut-être plus tard. Si le courant continue de passer correctement.

Une gorgée de bière pour faire partir les idées joyeusement dépravées… Faut-il vraiment une raison pour prendre une gorgée de bière, d’ailleurs ?! Mais ça arrange toujours bien de mettre des raisons. Un p’tit coup pour ci, pour ça, ça passe mieux. Glouglouglou. Et après, on se fait attaquer par des bouteilles, n’est-ce pas, Lukas ?

Enfin, pour le moment, elles sont loin, ces bouteilles maléfiques. L’allemand observe du coin de l’œil l’homme à ses côtés, appréciant tranquillement son profil qui lui est ainsi offert avant de sourire à ces paroles, hochant légèrement du chef.

- J’en déduis qu’elle ne t’est pas trop pénible, ma compagnie, alors ?

Roh allez, c’est pas comme si tu n’appréciais pas le moment aussi! Au contraire. Il semble plutôt sympa, cet homme, parfois un peu étrange, mais le Luke, il part du principe que les vampires le sont tous plus ou moins… Et souvent plus que moins, franchement ! Ça ne l’empêchera pas de l’apprécier, le Varuna, tant qu’il lui donnera pas une raison de le prendre sérieusement en grippe.

Le brun penche la tête, un brin intrigué par le frisson et les petits gestes de l’homme au soda. Ah, mais il n’a rien fait pour provoquer ça ! Et en même temps, il se voit mal aller faire chier l’autre en lui posant des questions aux moindres frémissements !

Allez, hop ! Une autre gorgée. Il y a une ébriété à conserver, ici !

Et c’est qu’il hausse sacrément les sourcils aux paroles que lui lance l’autre homme, lui faisant cligner des yeux avant de rigoler en secouant la tête, le détournant définitivement de ses questionnements. Toute une bande ?! Faut pas débloquer! C’est déjà un peu compliqué pour rencontre des vampires, mais en plus traîner avec toute une bande, ce n’est peut-être pas encore du calibre du Lucky !

– Justement, je fais du social. En ce moment, juste maintenant, même !

Tu la sens ma sociabilité, Varuna ?

– Mais je note que je suis beau gosse à tes yeux. Sauf si ton but, c’était simplement de flatter. Sourire plus large, en coin, et regard brillant à l’appui : – Et qu’est-ce qu’il est venu chercher ici, le Varuna en sucre ?

Ça a le mérite d’amuser l’allemand, dans tous les cas, ce dernier poussant le vice à s’agiter sur cette pauvre table, pour finir un peu plus proche de son interlocuteur du moment.
L’air de rien !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Dim 30 Juil 2017 - 20:21

Il te rejoint, le plateau tangue un peu mais tient bon. Tant mieux. T'es Tombeur ce soir, pas Tombé., t'as décidé alors tu t'y tiendras. Il est grand à coté de toi, mais moins que debout. Pas au point que ça en soit trop désagréable, et c'est tout ce qui compte.

Gueule d'Ange te regarde en coin, et tu lui rends la pareille, l'ombre d'un sourire affleurant sur ton visage. Oui il te plait, et non sa compagnie n'est pas désagréable - ce soir encore moins que les autres. Il est joyeux, insouciant, tout ce que tu n'es pas et c'est bon de le cotoyer, comme si ça allait déteindre un peu sur ton angoisse et ta gravité naturelle. Qui sait ? Si les vices sont contagieux, peut-être les vertus le sont-elle aussi. T'aimerais bien, et pas que pour ton travail.

Il reprend une rasade, tu fais de même. Gaz carbonique et sucre contre alcool - qui te revient par l'haleine, et un court instant tu te demandes si ses lèvres seront amères comme la levure de la bière ou sucrées comme un bonbon. Parce que vu ton regard, c'est à ça que tu penses un instant : les dévorer. Ca pourrait pas te faire de mal. Pas tout de suite. Demain peut-être - mais qui sait, peut-être demain ne viendra-t-il jamais.

- Quoi, je suis ta BA de la nuit, c'est ça ? Tu vas réclamer une médaille ensuite ?


Oui, c'est ça, regarde ailleurs Varuna alors que Lukas cille et rit. La blague t'échappe. Peut-être qu'elle est dans la bière. Ou dans le sang dont tu te prives si souvent - et ta main claque sur ta nuque, frotte, efface le vilain frisson que t'as senti grimper par là. Arrête de penser, enfin ! T'essaies et pour ça, plongeon dans les prunelles noisette qui se moquent de toi, gentiment. Il y danse un truc que tu penses être ni l'alcool, ni la luxure. Un truc qui volte et sautille, se cache entre les battements de cils et ressurgit au détour d'un sourire. La joie. Ou la vie. Tu ne sais pas, tu connais à peine les deux. En tout cas, ça fait un peu boum dans ta poitrine en réponse et ton sourire grandit un peu, façon reflet, miroir, tout ça.

Est-ce que la joie est contagieuse ?


Tu ne sais pas, mais tu te sens un peu plus léger sous ce regard. Rien que pour ça, t'as envie de lui dire merci. Alors du coup, ce que t'es venu chercher, pauvre poussin ? La réponse est claire alors que tu te tiens sous un reflet noisette.

- C'est toi que je suis venu chercher.

Vieille rengaine, ridicule. De quoi passer pour un dragueur des bas-fonds - mais c'est le ton qui te sauve, enfin t'espères. C'est pas dragueur, c'est... soulagé. Comme un homme au coeur du désert qui verrait les nuages de pluie s'assembler et l'ombrager, comme un assoiffé qui sait que quelqu'un tout là haut lui a accordé de quoi satisfaire ses rêves humides.

Non, c'est pas une phrase en l'air.

Alors tu te tournes et hop, ta main se lève, se pose sur sa nuque. Viens donc, gueule d'ange ! fait ton regard, un peu défiant malgré tout - et un peu perdu, comme toujours, comme si ce que t'avais sous la main pouvait s'envoler d'un moment à l'autre. Allez, viens - et tu mets de la pression pour qu'il se penche, grande bringue qui te donne un peu l'impression de vivre et non de survivre. Viens - et sous tes lèvres, c'est un peu amer, un peu sucré, un peu salé.

Un peu son goût à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Ven 25 Aoû 2017 - 2:32

Une BA de la nuit ? Ça paraît mal. Un peu comme s’il y avait matière à avoir pitié de Varuna. Ce qui est complètement faux. Lukas ne le connaît pas vraiment, mais assurément, ce n’est pas de la pitié qu’il éprouve pour le blondinet. Curiosité intéressée. Juste rencontrer des gens agréables qui viennent diluer la sale image du vampire qu’il a en tête, c’est déjà bien !

Et puis il y a un petit truc particulier avec le vampire-au-soda. Une espèce de complicité que l’allemand n’a pas à forcer pour fournir, autant dire qu’il a l’impression que le courant passe plutôt bien… Et vu les regards que parfois il se prend, le Lukas, plutôt très bien, même- Ce qui représente quand même une première sous plusieurs aspects. Enfin, il faut bien répondre aux paroles de l’homme et l’allemand laisse tomber un petit rire en secouant la tête, plissant légèrement les paupières sur ses billes noisette au passage.

- Nein. T’es l’agréable surprise de la nuit. C’est bien plus sympa, franchement ! Et je réclame qu’un peu d’attention.

Le tout s’accompagne d’une petite moue. Ah quand même, il passerait pour un gros con s’il considérait que passer du temps avec des gens était une bonne action ! Alors il l’observe un peu plus après une nouvelle gorgée de bière, cette main qui vient se plaquer contre la nuque du blond, frottant on ne sait quoi, ce regard qui revient dans celui d’Erhlich, agrandissant légèrement le sourire sur ses lèvres. Ce qui semble avoir son effet, puisque celui de Varuna suit la même expansion, ce qui n’est pas sans faire plaisir au jeune vampire.

Même si les paroles suivantes sont… Surprenantes ! Si ce n’était pas du ton de voix de Varuna, le Lukas, il rigolerait, il prendrait ça pour une blague un peu pourrie ou une tentative de drague ridicule.

Mais pas avec ce ton de voix.

C’est trop sérieux, trop sincère, trop soulagé.

Et ça détonne parce que l’allemand n’est sacrément pas habitué et loin de s’y attendre, si bien qu’il se laisse entraîner par cette main contre sa nuque, le regard plongé dans celui décoloré de l’autre vampire. Oh, il ne risque ni de se détourner, ni de fuir, laissant son visage se rapprocher jusqu’à ce que les lèvres s’effleurent, s’apprivoisent, puis se complète. Et l’envie lui fait lever sa main libre pour la glisser dans les mèches de l’autre homme alors que sa bière menace de rejoindre le sol, au risque de faire une nouvelle victime.

Faut bien avouer que ça fait sacrément longtemps qu’il n’a pas embrassé quelqu’un si peu de temps après l’avoir rencontré. C’est pas anodin, mais l’allemand ne pourrait dire que ça ne lui plaît pas. C’est spécial, même. La faute de Varuna, en quelques mots et un regard. Et il n’a beau pas trop comprendre, ça ne l’empêche pas de participer, se foutant bien des regards ou des commentaires qu’ils peuvent se prendre, assit comme deux adolescents sur une table à se rouler un patin.

À terme, c’est probablement ce qui manque à trop de vampires, ces moments insouciants aux notes de jeunesses, coincés dans la rigidité lassante de l’immortalité qu’ils sont.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Ven 25 Aoû 2017 - 13:15

Sous ta main, la peau de sa nuque, fraiche. Tes doigts s'égarent à l'arrière de son crâne, contraste entre le cheveux drus presque rasés et les mèches longues qui glissent alors qu'il penche la tête. Vers toi - Et blam, ton estomac palpite à son contact. Un moment de doute, atroce - et s'il reculait ? Si tu le forçais ? - qui plane - puis s'évanouit sous le ballet de ses lèvres qui t'invitent à entrer dans la danse. Sel, sucre, amertume... Quoi que ce soit, ça éveille quelque chose plus bas chez toi, dans le petit coeur mort que tu ne te souviens pas avoir connu.

Pourtant, tu te crispes sous sa main qui t'en rappelle une autre, une Poigne tantôt douce tantôt ferme mais toujours cruelle jusque sous les accès de gentillesse. Tes yeux se rouvrent, se rivent sur les noisettes devant toi. Maintenant, Varuna. T'es maintenant. Nulle lame ne va caresser ta peau pour te faire goûter l'Argent et la douleur de la Désobéissance. Calme toi ! et tu te forces à redevenir un peu plus mou, un peu plus souple, tu déplies cette main qui s'est repliée sur sa nuque comme un geste de défense. Calme. Voilà. Brave bête...

Vos lèvres se décrochent un peu trop vite. Ta faute. Tu détournes la tête, souffle précipité et regard qui fuit mais au creux de son cou, ta main redescendue dessine de minuscules huits de la pulpe de tes doigts. Elle trahit ton envie, cette main vagabonde, ton envie de de de de de bug de de quoi ? de de quelque chose. Peut-être juste d'un peu de compagnie - ou peut-être d'un peu de goût dans ta vie de fade blancheur, un goût léger qui ne vienne pas noyer sous ses accords le reste de ton existence. Le goût de l'insouciance... peut-être.

Ton regard se coule vers lui, timidement sous tes cils de jeune fille. Fausse vierge effarouchée va ! Ta langue connait des tours bien plus voluptueux qu'un baiser crapuleux et le reste de ton corps, tu refuses même d'y songer. T'as un peu honte des fois - quand t'as pas trop mal. Mais ce soir, t'as pas si honte que ça parce Gueule d'Ange, elle est restée. Elle te regarde et dans ses yeux, c'est ni la luxure qui précéde la satisfaction dégoutée du coup tiré vite fait ni le Vide absolu qui danse. C'est toujours cette étincelle qui voltige derrière le brun de ses prunelles, étincelle de vie et de joie que l'alcool renforce sans créer.

Ta bouteille vacille à coté de toi alors que tu te penches sur lui et que tes deux mains encadrent son visage. Tu t'en fous. Tu as soif d'autre chose que de sucre. Ton pouce droit passe sur ses lèvres cerise, y étale le peu de salive que tu y as laissée, aspect luisant du bonbon qui te fait te lécher tes propres lèvres. Tu regardes. T'as l'impression de tout voir - tout lui. Le reste du monde est parti, c'est tant mieux. Vos visages se frôlent et le baiser cette fois-ci est un baiser d'oiseau, picorement rapide de ses lèvres, le pouce encore entre vous telle l'épée entre deux amants de théatre, chaperon de sa vertu. T'en voudrais plus ,te dit ton corps et ton cerveau dopé aux hormones mais tu attends, front contre le sien, yeux dans les yeux. Tu attends - parce que si tu prenais juste, jamais tu ne pourrais goûter à cette étincelle de vie.

"Je peux t'accorder un peu plus d'attention ?"


Tu aimerais. Tu aimerais vraiment, comme tu veux peu souvent, toi qui dois toujours être au service des autres. Te lover contre Gueule d'Ange et lui offrir un peu de ce que tu es, que ce que tu vides se remplisse de son étincelle brillante. Le bar a disparu à tes yeux, et même la bouteille de soda, désormais cassée en mille fragments sur le sol, tu n'y penses plus.
Ce soir, tu as envie d'aimer un peu - et tes doigts redessinent en arabesques délicates le détail du tatouage qui dépasse de son col..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Sam 26 Aoû 2017 - 23:39

Un frémissement alors que ses doigts glissent contre le rasé, se mêle aux mèches longues de sa coiffure asymétrique. Oh, l’allemand ne le dira pas, mais il apprécie ce contact alors même que la pulpe de ses lèvres rencontre celle de l’autre vampire, en dégustant la saveur sans le lâcher du regard. Bourré, peut-être, mais pas assez pour lui faire perdre la carte et se jeter sans réfléchir. Le blond devant, il a exprimé des choses qui viennent chercher Lukas. Oh, il ne sait pas vraiment pourquoi, comment. Mais il n’est pas sans savoir que la vie, elle t’offre un petit bout de bonheur en prévoyant la prochaine merde qu’elle te fera, juste pour que tu relâches un peu ton attention, histoire de mieux te frapper dans le dos. Et le plus jeune, il sait qu’elle a frapper Varuna. Dur. Parce qu’on ne lance pas ce genre de mots avec tant de sincérité autrement.

C’est pas de la pitié. C’est une miette de reconnaissance, une miette de compréhension et cette envie, à défaut de tout savoir, de pouvoir vivre un moment agréable dans cette tempête impétueuse et cruelle que peut être la vie. Un petit bout de bonheur avant le prochain coup.

Alors pas question de reculer, que cette main quitte la joue du blondinet, à peine si le brun bronche aux doigts qui se resserre contre sa nuque, à ce corps près de lui qui se raidit alors que leurs regards se replongent un dans l’autre. Billes de noisettes brillantes dans la pénombre qui ne regardent que cet homme devant lui, faisant abstraction du reste, à la fois calme et intéressé, souriant sans que ses lèvres ne cherchent encore à effectuer cet étirement, tout occupées qu’elles sont contre le velouté de celles de Varuna.

Le contact se rompt, l’allemand laisse sa main descendre, ne touchant plus l’autre homme, mais toujours levé comme si l’envie n’en manquait pas. Il remplit ses poumons par réflexe, captant l’odeur du blond au passage. Tiens. Il sent bon. Sucré. Peut-être l’abus de Soda? Mais il y a aussi… L’allemand se mordille la lèvre, ne lui donnant qu’une apparence un peu plus rougie et gonflé, résultant de leurs échanges buccaux, profitant que Varuna se détourne légèrement vers tout cou pour plonger un peu du nez.

Merde. Impossible de mettre un mot ou une image. Elle s’échappe, voltige à travers les pensées allemandes. Faut dire que l’autre vampire ne laisse pas tant de temps de réflexion, déconcentrant le punky boy de ces petits mouvements en huit qu’il dessine sur son derme, exprimant ce que les mots n’ont pas fait savoir, ou alors pas encore. Et puis ces yeux pairs à travers ces cils qui observe le plus jeune, c’est juste terrible. Le sourire de ses yeux relève les coins de ses lèvres, sans moquerie alors qu’il le regarde, peu soucieux du fracas de la bouteille qui s’éclate en mile éclats de verre au sol, ni même de sa propre bouteille qui ne doit guère être loin de suivre le même chemin.

Les mains se glissent autour du visage du brun, le pouce passe sur ses lèvres et une langue rose ne se gêne guère pour venir darder entre la pulpe rougie pour l’effleurer, taquine alors que le velours de son regard brille d’une étincelle malicieuse. Le baiser suivant n’en est que trop court et vertueux et il presse son front contre celui de Varuna, sans jamais le lâcher du regard… avant de sourire à ces paroles.

La langue allemande lippe contre les lèvres du blond si près avant de revenir celer leurs lèvres et que la main toujours libre vient s’accrocher par réflexe aux vêtements avant que l’autre abandonne définitivement la bouteille à la gravité, venant mêler ses éclats à ceux du blond. Et c’est ironiquement ce vers quoi ils se dirigent, petits pas à petits pas. Mêler un peu ce qu’il reste d’eux avant de récupérer à peu près, peut-être en oubliant quelques petits bouts de soi chez l’autre.

- Hmm… Avec plaisir, mais pas ici.

Qu’il souffle contre ses lèvres, si près de lui, abaissant légèrement les paupières pour mieux apprécier les caresses délicates qui retrace le tatouage qui dépasse de son col. Oh non, pas dans le fond d’un bar, pas contre une porte de chiottes nauséabondes. Ça gâcherait le côté un peu précieux de ce moment, quand même. Lukas inspire à nouveau lentement, se remplissant le nez de l’odeur du blond.

Et enfin, il réalise, clignant des yeux avant de laisser tomber un rire léger.

L’été et la plage. La chaleur et le grain qui coule contre la peau.

Il sent le sable chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 94
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]   Dim 27 Aoû 2017 - 1:14

La suite ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Allez! Laisse moi toucher ta taille! [Varuna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Simon system... Laisse-moi rire [Simon Dean]
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Laisse la force te guider [libre]
» Comment faire rentrer un oeuf dur dans une bouteille sans le toucher ?
» Socles, et Taille de Fig (IRL...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: