AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Lun 20 Mar 2017 - 22:10

Andy's custo:
 
Depuis qu’il était arrivé dans ce nouveau foyer, Andréas avait beaucoup evolué : tout d’abord il avait été soigné et par la suite il avait reprit confiance en lui. Il avait aussi un peu grandit, même s’il ne l’avait que peu remarqué et qu’il avait gardé sa bouille de bébé.

Peu a peu les vetements qu’il aimait devenaient etroit pour lui. Il passait de longues journées a attendre son maitre et de vilaines idées traversaient sa petite tête. Le petit cobra commencait a se lasser de cette vie trop calme. Il avait fini par accepter le fait que son maitre ne pouvait pas toujours être avec lui et il avait encore du mal a accepter de rencontrer d’autres gens… il faut dire que sa confiance envers les vampires avaient largement varié… Méchants – gentils – mechants… il ne savait pas trop comment les juger, il savait aussi qu’il ne pourrait jamais etre l’un d’entre eux…
Jamais l’un d’entre eux ? Pourquoi ne pourrait il pas ?

Sortant ses petits crochets face au mirroir et il se trouva très semblable a eux. Un petit sourire etira alors ses lèvres. Oui, il allait devenir un faux vampire. Ce n’était pas très difficile : un petit achat sur le net, quelques accessoires qu’il trouva sans peine sur le site d’un sexshop et il ne lui restait plus qu’a se pomponner pour se donner un petit look débraillé et sexy qui, il l’esperait, plairait terriblement a son maitre.

Il avait la peau si blanche… c’était facile avec ses lentilles rouges de le prendre pour un jeune vampire. Il eut beaucoup de mal a les mettre ces lentilles mais il était satisfait du résultat. Un joli collier de chien autour du cou et il n’avait plus qu’a se faire un petit broshing pour le personnage. Il était heureux du resultat. Et ca tombait bien : il allait etre 19h et son maitre allait arriver d’un instant a l’autre.
Il n’avait plus qu’a s’installer dans une position terriblement decadente. La télévision difusait une musique un peu ancienne et la lumière était tout a fait appropriée de par les centaines de bougies allumées dans le salon.

- Je suis un bébé vampire… viens m’apprendre…


Son sourire s’agrandit encore alors qu’il laissait le tissu qui couvrait ses hanches lui échapper et dévoiler en partie l’objet défendu.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mar 21 Mar 2017 - 20:29

Drôle de journée à la clinique. Je n'étais pas dans mon état normal, autant dire que j'ai beaucoup de mal à m'impliquer dans mon travail ces temps-ci, et à qui le dois-je ?....Ma nuque se couvre de frissons au volant et le feu rouge me frustre dans mon désir.
Quelles folies a-t-il encore fait germer dans son esprit si tranquille d'apparence ? C'est vrai, lui que j'ai fait naître, que j'ai en quelque sorte sauvé des griffes d'un maître pervers et fou, que j'ai aimé, si fort, que j'aime et chéris si terriblement aujourd'hui encore...Je le vois grandir de jour en jour, devenir...un homme. L'adolescent n'apparaît que dans certains traits de caractère encore, dans ses sautes d'humeur, son instinct capricieux et possessif, ou dans sa propension à se lover contre moi devant la télé en cherchant chaleur et réconfort. Mais depuis plusieurs semaines nos ébats sont devenus intenses, répétés, incessants même, et frénétiques... J'arrive au travail le soir la tête dans les nuages, le corps saturé d'avoir aimé et baisé le sien. Il me hante. Je ne suis qu'à moitié maître de moi-même avec lui, et j'ai la preuve de ce que j'avance quand je franchis la porte ce soir-là. Tout le monde a dû être nourri puisque personne ne vient quémander ni amour ni nourriture, et une odeur de bougies et d'encens flotte dans le corridor. Lentement, j'ôte mon manteau, l'accroche, défais ma cravate, la retiens de la main et déballe mon écharpe de soie. Mon pouvoir vampirique se focalise sur les odeurs, les sensations, tout, je ressens sa présence, et imagine la courbe de son dos toute offerte à mes lèvres, mes dents, mes mains...Je chasse mes lunettes vaguement sans me rappeler où j'ai pu les poser à ce moment où ma tête est complètement hypnotisée, quand pénétrant dans le salon, je le vois affalé sur le canapé, dans un attirail tout droit sorti d'un jeu de rôle japonais en ligne...

- Andy...

Je frissonne rien qu'à son regard, moi, le chirurgien d'1,99 m, ex des F.S, devant l'homme et l'amant que j'ai choisi, qui m'a choisi. Pieds nus dans la lumière sacrée, je comprends malgré la télé que nous n'allons pas avoir une soirée "paisible de couple", et ça me va. Je suis extrêmement réceptif à tout ce qui touche aux reptiles, à mon reptile. Je me penche, silencieux comme une ombre, baise sa bouche avec envie, première esquisse de ce qui l'attend. Je dis "Bonsoir" d'une voix alanguie. Mais en me redressant, je remarque les lentilles rouges. Plus que le collier, je crois entrevoir ce qu'elles osent signifier. Cependant je ne souhaite pas m'attarder sur cette hypothèse pour le moment. Je fais rouler les premiers boutons de ma chemise anthracite et remercie le ciel qu'aucun animal ne vienne fourmiller dans nos pattes.

- Je n'ai pas mangé.

Dis-je lentement, décomposant presque les mots.

blblblblblbl:
 

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mer 22 Mar 2017 - 10:08

Andy sourit en sentant les lèvres de son maitre. Il était si impatient. Il faut dire que son maitre et lui avaient dépassé les difficultés a se reproduire. Mais le petit reptile ne tolerait la présence que de son maitre. Il était le seul bipède que cet esclave reconnaissait comme bon et de toute façon il ne connaissait pas beaucoup d’autres bipèdes. Il faut dire qu’il n’était pas difficile de l’empecher de sortir depuis qu’il s’était fait enlever.

- Moi non plus…

Il n’avait pas mangé, n’avait pas tellement faim. Et cela allait sans doute durer pendant quelques jours. Il voulait juste qu’on s’occupe de lui et être dorloté.

- Viens t’occuper de moi…


S’étirant de tout son long, son sourire s’agrandit et ses doigts vinrent attraper le bas de la chemise de son maitre. Il était devenu si paisible dans cet environnement et en même temps se sentait si vulnérable quand il en sortait. Tout cela ne devait sans doute pas être très sain pour lui mais c’était sans importance dans l’immédiat.

Tandis que sa main attirait son maitre au bord du canapé il se releva doucement, dévoilant son corps presque nu. Sa peau pelait partout sur son corps. Il grandissait et ses ecailles tombaient peu a peu pour le rendre presque humain… presque vampire. Il lui suffisait de tirer sur cette peau abimée pour laisser place a sa peau neuve et encore sans ecailles. C’était bien plus commun que ce qu’il voulait admettre. Ses ecailles seraient encore plus belle et plus luisantes quand elles perceraient sa peau a nouveau.

- Si tu me nettoies je te laisserais peut etre boire a ma gorge…


Contrairement a leurs ebbats devenus de plus en plus fréquents il était encore rare qu’Andréas laisse so maitre se nourrir de lui. Et il était si rare qu’il mue que c’était une occasion unique.
Ses lèvres embrassèrent le ventre de son maitre avant de le mordre tendrement. Il n’était pas de nature très patiente.

- Tu m’as manqué aujourd’hui…


Il commencait a s’arracher les morceaux de peau usée tandis qu’il essayait de s’attirer les faveurs de son maitre. Cette peau le dérangeait… un peu comme s’il avait un film plastique et collant sur la peau.


_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Lun 27 Mar 2017 - 21:54

Mes doigts se perdent dans ses cheveux quand il baise mon ventre et je ressens un frisson savoureux partant des reins jusqu'à ma virilité. Un soupir et je baisse les yeux sur lui, sur sa peau dévoilée qui change, à nouveau, et qui chaque fois le rend plus homme. Ce n'est plus le jeune cobra farouche que j'ai ramené d'Allemagne dans la neige, c'est un jeune homme en train de s'affirmer, mais auquel il manque encore des marques, et je ne peux m'empêcher de me le reprocher. Je le cloître ici depuis l'enlèvement, à vrai dire je ne me remets pas de ce qui est arrivé, de mon manque de surveillance, du laisser aller amené par une vie qui semblait si quotidienne, si réglée et tranquille. J'aimerai qu'il puisse s'épanouir dans un travail, puisse retourner faire des balades ou même du shopping ou les courses pour la maison quand je ne peux pas, mais l'angoisse de le retrouver mort...ou qu'il ait disparu, comme Ormr avant lui, c'est intolérable, insupportable.
Mes ongles agrippent son cuir chevelu avant que je ne comprenne ce qu'il me demande, et ce qu'il me propose. Il est extrêmement rare qu'il m'autorise à boire à sa gorge, à vrai dire c'est une pratique un peu exclue depuis nos premières fois, cela lui causait quelques douleurs et j'avais gardé l'habitude de boire à la bouteille, alors je me suis résigné à ce que ce genre de luxe ne me soit accordé que lors de grandes occasions...Ce soir en est une ?

- On ne va pas faire ça là, viens.

Doucement je le soulève dans mes bras comme s'il ne pesait rien, chemise ouverte permettant à nos deux corps de s'effleurer, de communiquer, son coeur battant contre mon torse silencieux. Je l'embrasse sur le chemin de la salle de bain, l'embrasse encore, tendrement, avec délicatesse, amour, préciosité. Il est mon trésor. Je le dépouille de ses accessoires et fais couler l'eau dans la douche italienne pour qu'elle soit à la bonne température, puis fais tomber mon pantalon, et mon boxer. Mon sexe est dressé, mais c'est une réaction qui semble normale quand on désire celui qui partage votre vie. Rapidement mouillé, je l'emmène sous le jet bien chaud et prends la petite brosse douce qui sert d'ordinaire à dégager ses mues. C'est efficace, et l'on n'abime rien de cette façon. Je lui fais pencher la nuque, masse, décolle les peaux qui viennent le plus facilement. Mes lèvres rencontrent son trapèze, le marquant d'un baiser envieux. C'est tout juste si mon érection ne frôle pas ses fesses - je me tiens à bonne distance pour lui éviter ce témoignage trop...explicite.
Lentement, avec des gestes sûrs et maîtrisés, je parcours son corps de la tête aux pieds et le dépouille de son ancienne vie de serpent, et c'est fasciné que je baise le côté de sa cuisse en remontant, les mues filant par la bonde une fois sa peau totalement propre. Il me reste encore à le couvrir de lotion hydratante, afin qu'il n'attrape pas d'irritation, cumulant les avantages d'une peau écailleuse aux désavantages d'une peau humaine plus fragile. J'entreprends de lui masser les mollets, doucement, ne relâchant pas mes baisers lents et attentifs à son bien-être.

- Tu vas être magnifique quand les prochaines écailles vont sortir...j'ai tellement hâte de voir ça.

Qui pourrait mieux tomber ? Un hybride cobra entre les mains d'un gaga de reptiles...franchement.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mar 28 Mar 2017 - 0:14

Andréas ne se montrait que très rarement disposé à se faire mordre et ceci encore plus dans le cou. Il fallait qu’il soit capable de faire confiance et qu’il soit en pleine mue.  Et c’est sans doute le fait d’attendre que toutes ces conditions soient réunies qui rendait l’instant encore plus précieux que les autres. Il savait bien que pendant quelques jours il serait à nouveau presque un humain. Bien sûr il était toujours capable de mordre méchamment mais cela n’était plus arrivé depuis ce soir en Allemagne… Peut-être qu’il ne savait plus… mais il savait bien en lui qu’il pouvait très vite réapprendre.
Il sourit en sentant son maitre le porter. Il savait bien que son maitre le menait au bain et allait prendre soin de lui.

- hn… je m’étais fait tout beau…


Quoiqu’un peu déçu de se faire retirer l’ensemble de son petit cosplay sans en avoir profité, il ne bronche pas, ne se débat pas. Il sait maintenant que cela ne lui sera pas douloureux. Pourtant ça n’a pas toujours été le cas… Lors de sa première mue avec ce maitre il s’était farouchement débattu pour qu’il le laisse se débrouiller. Il avait peiné pendant plusieurs semaines jusqu’ a l’épuisement avant de se laisser enfin faire.  Plus rien à voir avec aujourd’hui donc.

- Je vais être à nouveau tout fragile… j’aime pas quand je dois changer de peau…


Il fit une courte grimace en voyant un lambeau de peau écailleuse se défaire de son bras.

- Je me sens tout nu à chaque fois !

Il savait bien que généralement ses écailles étaient encore plus précieuses quand il venait de muer mais il était surtout impatient de retrouver ces morceaux précieux de lui-même et enfouis sous sa peau.

Il resta quelques instants à bouder avant de décrocher un nouveau sourire. Ce que son maitre faisait lui était très agréable, il se devait de l’admettre. Mais cette sensation d’être à nouveau faible et vulnérable ne lui plaisait pas.


Doucement il agrippe son maitre. Il veut se serrer dans ses bras… il a bien conscience d’être un jeune adulte mais depuis leur dernière mésaventure Sigvald le traite comme un enfant. Il voit bien qu’il ne veut pas le laisser à nouveau sortir de la maison, même si ce serait mieux pour lui. Et Andréas de son côté se laisse facilement ramener à la volonté de son maitre. Quelques fois il passe des après-midi entier à regarder les gens vivre sans se douter qu’ils sont observés.

- Serre-moi dans tes bras….

Son corps, bientôt débarrassé de traces reptiliennes visibles se tend et s’agrippe a son mitre pour nicher son petit nez froid contre son torse. Il ne lui faut pas longtemps pour qu'il remarque enfin la colonne de chair qui commencait a se dresser chez son maitre. Son sourire s'agrandit. Cela ne le gène plus, leur couple est bien solide maintenant et il lui fait une confiance totale et aveugle. Mais... il ne va pas le laisser le prendre dans le bain, ce serait trop facile.

Après encore quelques minutes à trainer dans l’eau le petit cobra bondit hors de l’eau pour se sécher plus que brièvement et commencer à courir.

- Attrape-moi si tu peux !

Il ne fait pas froid dans la maison et courir nu ne le dérange pas du tout. Il sait que lancer ce genre de défis rend souvent son maitre plus prédateur encore et il veut toutes ses faveurs…. Sans la moindre exception ! Il passe devant la porte, voit que le facteur est passé mais il regardera plus tard ! Pour le moment, c’est l’heure de jouer !

Après avoir traversé toute la maison jusqu’ a la chambre de son maitre, Andréas se laisse tomber daès le lit de ce dernier. Son cœur tambourine dans sa poitrine, il a le souffle court et coupé. Il ne s’entraine pas assez pour échapper a son maitre mais peut être qu’un autre vampire se serait découragé de lui courir après.

- Je suis mort !

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Jeu 6 Avr 2017 - 21:10

- Mais tu es...nu.

Le ton érotique que j'emploie est en train de virer en notes prédatrices. Il sait jouer avec les cordes de mon instinct, instrument sensible et réceptif, à lui, rien qu'à lui, en tout et pour tout. Et son impatience enfantine l'emporte une fois de plus. Parfois je me sens vieux pour ses jeux, mais je suis toujours récompensé. L'oeil intéressé, je le regarde s'échapper de la douche, de mes bras, me provoquer gentiment, son petit cul rond - ou l'image que je m'en fais - clignotant comme un gyrophare du plaisir dans mon champ de vision. Bon sang la nuit a été longue et rude mais je serais bien incapable de dormir tant que je n'aurais pas assouvi la chair par la chair. Je profite de son avance pour me laver, redessiner ma barbe et ma moustache, le temps qu'il s'épuise, ne s'effondre sur le lit et sois suffisamment éreinté pour ne pas opposer - ou si peu - de résistance. Mon sourire se reflète dans le miroir que je quitte pour gagner l'escalier avec rien d'autre sur les hanches qu'un modeste bas de pyjama lâche et parfaitement indiscipliné. Mon érection est loin d'être retombée quand je le trouve vautré sur le lit, à poil, en train de récupérer son souffle. Je m'appuie au cadre de la porte, passant une main dans les cheveux argentés gênants qui retombent sur mon front.

- Je vais t'inscrire à la salle de sport, à ce rythme tu vas développer des problèmes cardiaques.

Déformation professionnelle...et puis je dois réapprendre à lui laisser des libertés, au lieu de le cloîtrer dans une tour de verre, ici...Est-ce qu'il s'ennuie à mourir quand je ne suis pas là...? C'est être un mauvais maître que de vouloir sa sécurité ? Mais au fond de moi une petite voix me crie que je suis le seul capable de le protéger, de veiller sur lui, et ce depuis le premier jour où je l'ai brandi à l'air libre, nouveau-né si fragile. Il doit voir que je suis dans mes pensées puisqu'il m'adresse une sorte de regard mi interloqué mi impatient. Je secoue la tête, m'approche.

- Tu sais, je crois que ce serait meilleur pour toi de sortir, de voir du monde, d'avoir des activités...En dehors de nos vacances au bout du monde quand je peux me libérer, j'ai peur que tu t'ennuies ici...Tu es un excellent maître de maison, mais depuis ... - je déglutis douloureusement - ce qui est arrivé, je t'empêche de vivre, et j'en ai conscience...

Doucement, je m'assieds, caresse son genou.

- Je suis prêt à te payer un garde du corps, si les marquages ne suffisent pas...

Les désavantages de la vieillesse, certains marquages peuvent se voir un peu défectueux, et c'est probablement dû à mon souci d'impuissance. Même si ce fameux souci se fait de plus en plus...rare. Je couche les yeux sur sa silhouette éclairée par le maigre halo de la lampe de chevet tamisée. Nous l'avons achetée ensemble en boutique. Il dit aimer ses reflets sur mon torse quand nous faisons l'amour.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mer 12 Avr 2017 - 19:41


- Tu trouves que je manque de sport?


Andréas se redresse, quelque peu vexé et attristé. Lui qui pensait satisfaire son maitre craint soudain de ne plus l'attirer physiquement.

- Tu ne m'aimes plus comme ca?


Ses yeux fixent son maitre dans l'attente d'une réponse, d'une parole qui puisse le rassurer malgré son souffle qui lui revient après avoir traversé deux fois la totalité de la maison en courrant. Il est vrai qu'il a peut etre perdu un peu d'endurance en se refaisant une santé mais il n'aurait pas cru son maitre capable de lui dire des choses si... crues.
Il grimace tout a coup encore plus.

- Je veux pas aller dehors!


Sur ses quelques mots qui sonnent comme un grondement de colère alors que son coeur frémit tout simplement de terreur, ses petites mains s'agrippent sévèrement aux draps comme s'ils allaient l'empecher de partir.

Son coeur tambourine dans sa poitrine. Il a juste besoin d'etre rassuré, que son maitre le serre dans ses bras. Il n'aime pas les gens en général, il aime son maitre et c'est tout.

- Je ne veux plus parler de ca...


Se recroquevillant dans le lit ses bras si humain aujourd'hui se tendent pour accueillir son maitre tant aimé, pour qu'il le protège encore. Pour qu'il soit toujours là.

- Viens... protege moi...


Ses yeux semblent sur le point de se remplir de larmes. Comment pourrait il comprendre que c'est pour son bien alors que ce monde ne lui a jamais voulu que du mal?

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mar 18 Avr 2017 - 19:39

- Non je n’ai…

Je n’ai pas le temps de répondre que ses questions fusent, m’accusent, me prennent de court. Bon sang je ne voulais pas dire de telles choses ! Son expression change aussitôt et je monte sur le lit et le prends contre moi quand il tend les mains. Tant d’obstacles encore à abattre pour avoir toute sa confiance, pour qu’il cesse de douter de sa beauté, de mon amour, de sa place dans ce monde qui n’a pas voulu de lui dès la première seconde, monde contre lequel je me bats avec acharnement.

- Andy, chéri…je ne voulais pas te blesser, tu as mal interprété mes paroles. Je voulais…juste que tu saches que je mettrais tout en œuvre pour te voir épanoui et heureux.


Mais peut-être l’est-il, là ? Juste avec moi, comme ça, dans cette maison ? Obsédé par mon idéal, je ne pense pas une seconde qu’il puisse se contenter de ce que je lui donne déjà, et que souhaiter lui offrir plus est comme un affront pour lui. Mon petit serpent…Son cœur cogne contre s poitrine, entre en résonance avec mon torse sans vie, et sa peau toute neuve réchauffe la mienne. Je lui caresse les épaules, la colonne vertébrale jusqu’aux fesses, nues sous le drap tiré légèrement.

- Je te protège, je te protègerai toujours, n’en doute pas, ne doute pas de moi.

Cette promesse…elle m’a déjà fait défaut, le jour où on me l’a arraché. Je n’ai pas pu lui épargner des souffrances, l’enlèvement, les morts et les blessés autour de lui, les mauvais traitements… Le bracelet en or qui entoure son poignet délicat heurte ma clavicule. Les gestes, le corps sont plus évocateurs et lisibles que les mots parfois. Nos lèvres se frôlent, rebondissent, se cherchent dans la lumière chiche de la lampe de chevet. Je m’allonge de tout mon long et le tire sur moi, le couvrant de la couverture. Mes doigts ne cessent de caresser son visage, ces doigts qui sauvent tant de vies chaque jour, ces mêmes doigts qui l’ont fait naître, et ont tout mis en œuvre pour veiller sur lui.

- On a besoin de vacances. Toi, moi. Nous.

Je fixe le plafond. Un moment maintenant que je bosse sans m’accorder de temps, et si Andréas est à deux doigts de pleurer ce matin c’est probablement la faute à l’éloignement, aux gardes, aux interventions qui tombent ces temps-ci.

- Où veux-tu aller ? Je te laisse choisir la destination !

Je souris, lui relève le menton, chasse les perles brillantes naissantes le long de ses longs cils, et son expression est…sexy. Ou alors je délire. Je ris, me dresse sur un coude, baise cette bouche dont je suis dingue, monte lui mordiller le lobe de l’oreille.

- J’ai envie de te voir danser nu sous une lune tropicale…

Et soudain cet aveu de fantasme prend tout son sens. Lui aussi a des envies, sinon pourquoi se serait-il cosplayé pour mon retour à la maison...?

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mar 18 Avr 2017 - 22:53

Même si son maitre a déjà fallit a sa mission de protection, Andréas ne lui en tient jamais rigueur. Il sait qu’il fait de son mieux pour le proteger de tout… ainsi Andréas n’a jamais a craindre la présence d’individus lui voulant du mal, la peur des monstres ne le hante que rarement après les filsm d’hooreur et le pire qui puisse lui arriver au quotidien est de se couper avec une feuille de papier. Mais cette vie, bien qu’elle ne soit pas rythmée comme du papier a musique ou envahie par des centaines de personnes lui convient la plus part du temps.

- Je ne doute jamais de toi…


Son corps se serre sous celui de son maitre, il cherche sa chaleur et son réconfort. Il est toujours tendre avec son maitre mais il a commencé depuis quelques mois, a tenter de le materner. Quelquefois, il le prend dans ses bras, lui caresse les cheveux pendant de longues heures devant la télévision, dans le bain ou même dans le lit. Il se laisse manipuler pour cette fois, il est passé sur son maitre et si quelques larmes tentent de naitre a ses yeux, laisse son maitre lui relever la tête.

- Je ne sais pas ou je veux aller… on a qu’a choisir au hazard…


Les baisers de son maitre et toutes ses douceurs parviennent finalement a appaiser son cœur. Son sourire renait. Ses lèvres se décident enfin a répondre a celles de son maitre par des baisers plus insistants, plus volontaires, ses bras se serrent dans le dos de son maitre.

- Je commence a avoir froid…

Son ton bien que légèrement plaintif révèle toute son envie et sa volonté d’en venir a l’essentiel. Il a des envies qui deviennent peu a peu des besoins… quand diable a-t-il finit par désirer ce genre de comportements ? Ce genre de contacts ?

- Est-ce que… tu me le ferais encore… ?


Ses doigts glissent doucement sur les levres de son maitre. C’est ce qu’il préfère depuis le premier jour, depuis la première fois et souvent cela le fait ceder a toute sorte d’autres envies. Son maitre pourrait meme se faire capricieux après cela sans que le petit cobra noir n’oppose de résistance.

- Je te laisserais me mordre après…

Il emit une courte bouderie, impatient en réalité. Il ne savait pas d’où lui venait cette soudaine envie mais le petit « humain » ne savait pas encore se controler pour ce genre de choses. Quand il avait envie c’était maintenant !

- Je veux même bien aller dehors un peu avec toi pour ca…

Doucement il roula ainsi sur le coté pour se laisser tomber de son maitre dans le matelas mouelleux et chaud sous les draps. Il avait ce petit air si mignon et a dévorer sans modération qui, il le savait, ne laissait jamais beaucoup de temps a son maitre pour réfléchir.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Ven 28 Avr 2017 - 22:03

Le réveil sonne. J'ai oublié de le retirer sur mon portable ce matin en me couchant. Je reste immobile, puis lève la main et glisse l'index sur le tactile pour éteindre la musique zen. Andréas bouge à peine, habitué à ce que je me lève tôt pour aller travailler. Son corps est chaud, sa peau douce contre moi. On s'est endormi blottis, comme si souvent après le sexe. Je ne mets pas longtemps à me rendormir lourdement, le visage niché contre son torse, légèrement plus bas que lui.

Je ne peux pas m'empêcher de repenser à notre étreinte, il y avait de la détresse dans son besoin urgent que je m'occupe de lui. Il est toujours un peu capricieux, un peu possessif, et je dois jouer des pieds et des mains pour contenter ses désirs, sans pour autant en faire un enfant, du moins je m'y attèle. Il a longtemps souffert de mauvais traitements avec son premier maître, et il y a encore des fragilités chez lui qui m'inquiètent. L'extérieur aurait du bon pour son développement, mais il pourrait lui arriver tant de mésaventures, on pourrait lui vouloir du mal...
La blanquette cuit à feu doux sur le gaz, Odin attend les morceaux de gras détachés des belles pièces, et derrière lui Loki s'essaye à l'escalade le long de la chaise. Je souris. C'est bientôt l'heure de manger pour tout le monde. Je caresse le doyen des félins au pelage long et toujours parfaitement propre et vais chercher les souris décongelés des serpents à la cave avant de gagner la serre. Pieds nus sur la terre chaude, je ne tarde pas à trouver mon serpent à moi au bord du bassin moyen. La scène pourrait être plus cocasse : lui à la fraîche, à peine vêtu penché sur l'eau, moi en chemise légère et pantalon de toile, pieds nus, un sac de souris mortes dans la main. Je me mets à rire et m'approche, tandis que Niels descend de sa branche pour s'enrouler autour de mon cou, sa peau froide et visqueuse me faisant frissonner.

- C'est bientôt prêt si tu veux manger. Tout le monde a un peu les crocs ici.

Sauf moi peut-être, rassasié d'avoir eu droit au Graal hier soir. Notre petit marché m'ayant bien convenu, je lui ai donné son plaisir avant de pouvoir mordre un peu sa chair toute tendre à cette période de transformation. D'ailleurs la nature reprend vite ses droits : les creux de ses coudes, son cou et le creux de ses genoux sont en train de durcir à vue d'oeil, et la texture de la peau redeviendra sous peu de la kératine brillante ornée de quelques scutelles rigides.
Niels engloutit sa proie, et Skadi ne tarde pas à se montrer pour avoir son repas également. C'est un moment un peu spécial qui pourrait en effrayer plus d'un. Qui donc nourrit de telles créatures aussi négligemment ? Mais bien sûr je ne risque rien, et le lien entre eux et moi est fort. Je sais que je devrais m'en séparer tôt ou tard, mais ce n'est pas l'ordre du jour.

- Je vais faire les magasin ce soir, je dois me racheter quelques tenues pour les conférences. Je pensais...tu veux venir avec moi ? On pourrait...t'acheter des...petits trucs, rien que pour nous...

Mon regard se fait tendre, chaud derrière les lunettes. Oh oui j'ai des images affolantes qui me viennent, et à son air je sais qu'il a compris.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Sam 29 Avr 2017 - 14:59

Andréas avait été reveillé par la sonnerie reveil de son maitre. Il gronda légèrement, dérangé au milieu d’un beau rêve mais s’appaisa aussitôt qu’il sentit cette masse tiède qu’était son maitre se recoller contre lui. Il entrouvrit un œil encore flouté pour le serrer contre lui. Ses bras enlacèrent tendrement sa tête contre son torse, l’accueillant sans peine a lui.

Il ne sut pas bien combien temps il se rendormit mais les faits sont là : quand il s’eveilla a nouveau, il était seul au lit et la place de son maitre était froide. Il enfila simplement un caleçon et un vieux t-shirt avant de bondir hors de la chambre. Il passa rapidement par la salle de bain pour jeter un coup d’œil a la marque que son maitre avait fait a sa gorge. C’était encore un peu douloureux et pourtant il se sentait… appaisé. Ses hormones s’étaient quelque peu calmé pour le moment, son corps était encore quelque peu engourdit par le sexe et la tiedeur du jour éteint. Il décida de s’engourdir encore un peu en se rendant a la serre. La chaleur étouffante de cet endroit lui donnait un étrange sentiment de sécurité et un petit coté « a la maison » qu’il n’avait trouvé jusqu’à maintenant que dans peu d’endroits. Il était tout rougissant de ce qu’ils avaient fait, tout sourire aussi.
Il sursaute légèrement en entendant son maitre rire, il ne l’avait pas entendu approcher. Mais le reconnaissant son sourire se remplit de cet amour qu’il n’a que pour lui.

- Oui je viens.

Revenant a son maitre il attrape une souris dans le sac pour le serpent albinos. Il faut dire qu’ils ont découvert une véritable passion l’un pour l’autre ces deux reptiles. L’un noir et l’autre blanc pourtant ils s’entendent a merveille. Andréas est toujours fasciné par ses yeux d’un rouge si vif… quand au serpent il doit sans doute apprécier la chaleur du petit hybride.

- Vraiment ? On fait une sortie en amoureux ?


Bien que tous les amoureux n’achetent pas ce qu’ils vont sans doute prendre pour Andy, il accepte volontiers. Il aime bien quand ils sortent tous les deux… c’est l’unique condition d’ailleurs pour que le petit cobra sorte de la maison.
Se blottisant dans les bras de son maitre il sent Niels lui glisser dans le cou, ressemblant presque a une écharppe d’écailles. Peut etre est il soucieux de voir Andy si humain ?

- On pourrait peut etre même aller boire un verre dans un bar ?


Ses yeux sont emplis de joie. Cela fait si longtemps qu’ils n’avaient pas eut un moment a deux !

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Lun 1 Mai 2017 - 18:27

- Une sortie en amoureux, oui, c’est exactement notre programme.

Naos a fini par se montrer, toujours le dernier, toujours à attendre que ce soit Andréas qui vienne lui donner les souris. Leur entente a été presque immédiate, et s’ils sont si différents, l’un ne va pas sans l’autre, enfin dans la mesure où les serpents ne quittent pas la serre, cela va de soi. Niels s’échappe par les épaules de mon cobra quand il vient chercher un peu de cette affection qui lui manque depuis notre dernier câlin – il y a quelques heures. Je l’embrasse d’une pression ferme et possessive des lèvres. Oh oui, nous l’avons déjà fait dans la serre, l’atmosphère y est exotique et tiède, un peu moite, parfaite pour les longues soirées d’hiver, quand on ne s’endort pas l’un sur l’autre devant un film.

- Je comptais t’emmener au restaurant, mais boire un whisky en te dévorant des yeux ça me va….Je suis un homme patient.

Skadi attrape une souris pendante au bout de mes doigts et disparaît l’avaler dans son coin, tandis que je soulève le menton délicat d’Andréas, le regard fiévreux et aimant.

….

- Monsieur Nielsson ! C’est un ravissement de vous revoir ! Combien de temps que vous ne nous avez pas honoré de votre présence ?

Le vendeur est vite évincé par le gérant du magasin en personne qui me gratifie d’une poignée de main vigoureuse et enjouée. J’acquiesce d’un sourire posé et séducteur, celui des circonstances extérieures, et je sais qu’il fait toujours son effet.  Je joue assez peu sur les codes, mais pour être respecté je suis obligé d’en imposer, voire de forcer le ton, parfois de tuer. Un peu. Oh si peu. La dernière fois remonte à quelques mois, près de la gare désaffectée qui a failli m’arracher mon tendre reptile. Le directeur semble d’ailleurs très intéressé par sa présence. Il hoche la tête très poliment dans sa direction.

- Que voilà un jeune homme magnifique. Vous avez donc bon goût partout ! Est-ce que nous pouvons faire quelque chose pour lui ?

C’est ce ton que je n’apprécie pas, celui de considérer les esclaves comme des choses incapables de penser ou de parler. Je pose une main dans la nuque d’Andréas et plisse les yeux imperceptiblement.

- Je crois que nous allons d’abord regarder. Merci beaucoup, Andersen.

Une fois à distance je siffle de soulagement et entraîne mon cobra vers les rayons de chemises de luxe. J’effectue un choix rapide, une sélection ordonnée par l’habitude, puis gagne une cabine large et spacieuse. Le col noir de la première chemise possède un nœud papillon blanc intégré volontairement laissé ouvert, les boutons sont noirs lisses et brillants et le tout peut être accompagné d’un gilet très fin en cuir noir qui moule mon torse tout en restant chic. Je sors une tête, lunettes dans les cheveux, et flaire tout de suite Andréas.

- Bébé j’ai besoin de ton avis là-dessus…c’est pas trop « coincé » ?

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Lun 1 Mai 2017 - 23:31

Andréas sentit Naos et Niels s'échapper par son corps immobile demandant encore quelques marques d'affection sans rien faire pour les contraindre a rester. C'est peut etre ce qui fait que ces serpents l'aiment plus que la moitié des gens -humains ou vampires- a être entrés ici.

Son maitre l'embrasse si tendrement. Il l'aime... Andréas sait qu'il l'aime et n'en doute jamais...Contrairement a d'autres son maitre ne le met jamais en danger et ne le contraint pas non plus a se mettre en danger lui même. Sur cette pensée, le petit reptile calque son ancien proprietaire... qui, pour une pièce le faisait passer dans des trous et dans des postures improbables par la force... tout ca pour si peu d'argent. Il lui faisait du mal, Sigvald n'a jamais été ne serait ce qu'une fois un peu brutal avec lui.

Même s'il n'en parle plus jamais, il lui arrive encore souvent de penser a cette période. Biensur, il a mit du temps et de l'espace entre lui et cette sombre histoire mais ca fait partit de lui et les deux seuls exemples d'individus vampires proches de lui qu'il ait eut était ces deux opposés. Il se demande parfois si les vampires sont forcément tout bon ou tout mauvais... et depuis l'enlèvement il a mit Sigvald dans une sorte de case a part comme un vampire parmi les vampire mais totalement différent de tous les autres qui lui veulent tous beaucoup de mal.
Son maitre lui parle de restaurant, Andréas sourit.

- On peut faire les deux si tu veux...


Biensur, il aimerait mieux avoir son maitre pour lui tout seul pour son repas. Sa peau sera de nouveau impénétrable d'ici quelques jours, il a bon espoir de pouvoir encore lui donner ce petit plaisir qu'est pour son maitre de boire sur lui.

Andréas passe rapidement a table, mange a sa faim avant de prendre une douche rapide et ressortir de là avec cette tenue qui le met tellement a son avantage. Il est habillé tout en blanc et rouge, contrastant avec ses ecailles noires d'ordinaire.

- Je suis pret !


Sautant dans la Rolls ils se rendent au centre ville, dans l'une des boutiques préférées de son maitre. Andréas est toujours un peu nerveux quand ils dépassent le portail mais la proximité de son maitre comme une solution de replis le calme souvent rapidement. Le temps d'arriver dans la boutique il semble même presque sociable.

Entrant a la suite de son maitre il remarque que celui ci est toute suite interpelé par un autre vampire sans doute. Il reste proche de son maitre même s'il sait qu'il n'a pas son mot a dire il ne laissera personne s'approprier son maitre sous ses yeux. Il voit sans peine l'air séducteur que son maitre prend avec lui et l'attrape par la manche avec un air légèrement boudeur. Il ne veut pas avoir a le partager.

Et a peine pensa t'il qu'il était tiré d'affaire que le dirigeant commença a s'occuper de son cas a lui. Bien qu'il le regarde comme une rareté il parle de lui comme un vulgaire objet. Andréas se sent déja partir lui dire sa façon de penser qu'il sent la main de son maitre sur sa nuque. Ca l'appaise comme si toute pression venait de disparaitre. Son maitre l'emmene a sa suite et il soupire de soulagement. Il se retrouve rapidement devant les cabines d'essayage a attendre son maitre. Celui ci sort si élégant qu'Andréas en rougit.

- Tu es vraiment très beau.


Il se relève du siège ou il s'était assit pour patienter et vient ajuster la tenue remettre les lunettes de son maitre sur son nez. Ca le perturbe toujours un peu de ne pas le voir les porter quand ils ne sont pas au lit...

- Je pense que c'est peut etre un peu solanel...


Il le regarde encore, étonné de redécouvrir encore son maitre et de retomber amoureux de lui dans ce genre de tenues.

- Je pense que tu devrais la prendre... pour les restaurant... tout ca.


Andréas sourit a nouveau. Lui aussi s'est amusé a chercher des chemises qui lui plaisaient, de façon beaucoup moins organisées. Il en présente d'ailleurs une dans les tons plus moderne, bleu marnie a rayures blanches. Elle est accompagnée d'une cravate noire. Avec celle ci il présente une chemise blanche très chic accompagnée d'un pull bleu a carreaux marrons.

- Tu peux essayer ca?


Il est si heureux de passer du temps rien que tous les deux que le regard du gérant sur lui semble ne lui faire aucun effet, comme s'il ne s'en était pas rendu compte maisAndréas sait parfaitement a quoi il pense. Il s'en méfe peut etre même un peu plus que des autres. Mais il ne veut pas inquieter son maitre sur des supposition paranoïaques de sa part. Pas aujourd'hui.

Alors qu'Andréas s'éloigne a nouveau, Andersen revient pret des cabines. Il a eut une bonne dose de prospectus a distribuer et il compte bien le faire. En face de sa boutique va ouvrir une sorte de crèche pour les esclaves hybrides et si ca se remplit bien il aura des dizaines de clients potentiels qui passeront devant sa porte tous les jours.

- Ils vont ouvrir une crèche pour les hybrides d'ici la fin de semaine prochaine... Peut etre que ca ferait du bien au votre Monsieur Nielsson !


_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mer 3 Mai 2017 - 21:03

- Ah oui tu trouves ? Je vais la prendre quand même, pour une conférence ou un déplacement, ça passe toujours bien.

Je laisse mon visage en coupe entre ses doigts fins et doux quand il remet les lunettes sur le bout de mon nez. Ah oui. Une habitude de les relever quand je me change, je ne saurais dire pourquoi, c’est complètement stupide. Mais l’avoir si proche de moi, là tout près, et voir cette lumière pétillante dans ses yeux comme un feu d’artifices chaque fois que nous sommes si proches, me rends profondément aimant. Pas le temps d’un baiser, il me coupe dans mon élan et me présente une autre tenue. Les rayures sont fines, il sait que je n’aime pas quand elles sont trop marquées, et le col est blanc, les boutons bleu ciel. Une cravate noire l’accompagne, mais je la remplace vite par une autre, bleu de Prusse, un bon compromis avec les nuances plus grises que je porte habituellement. Les deux ensembles sont plutôt agréables à porter, et donne une autre dimension à l’aura que je peux dégager. Je me sens moins austère, et valide : ce seront des tenues pour le restaurant celles-ci, pour les sorties décontractées. La chemise blanche et le pull à carreaux bleus et blancs finissent dans le lot, avec une autre chemise sable à boutons de manchettes en or, ainsi que plusieurs pantalons sobres d’excellentes factures pour accompagner le tout. A peine sorti de la cabine que je me retrouve de nouveau nez-à-nez avec Andersen, qui a pris soin d’attendre qu’Andréas se soit éloigné pour engager la conversation.

- Une crèche ? Vous appelez ça une crèche ? Ce ne sont pas des enfants…Ce sont des adultes, de jeunes hommes au minimum.

Je fronce légèrement les sourcils, appuyant une griffe de lion qui n’a jamais eu le temps de naître. Je n’apprécie pas que l’on me dicte ma conduite, même lorsque cela part d’un bon sentiment. Nous en avons parlé entre nous pas plus tard qu’hier soir et je ne crois pas qu’Andy ressente le besoin de sortir, bien qu’au fond de moi j’aimerai le voir se faire des amis, et s’épanouir pleinement, pas qu’à l’ombre de son maître. D’un regard je sais qu’il a entendu et je guette sa réaction. Je ne veux pas insister, je ne veux pas le mettre mal à l’aise…

- Merci Andersen, nous verrons cela ensemble. Je fais un tour aux sous-vêtements.

Dans la nouvelle cabine au petit étage, j’essaye une série de boxers Emporio Rex, une marque que j’affectionne sans être un accro des marques. Tant que le vêtement apporte son lot de confort et de figuration, j’adhère. Le tout s’ajuste à ma morphologie, tatouages mis en valeur, et je pousse le rideau, m’appuyant négligemment sur l’ouverture, souriant. Pour une fois que les rôles de séduction sont inversés.

- Je vais être terriblement jaloux si tu passes tes journées avec d’autres garçons…hmmm ?

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Jeu 4 Mai 2017 - 12:30

Andréas était silencieusement revenu vers son maitre. Il n'aimait pas trop Andersen. Il était mal a l'aise en sa présence. Heureusement après un saut pour les sous vetements ils seraient sortis de là.

- vraiment tu serais si jaloux?


Ses yeux semblèrent se remplir de tristesse. Il ne voulait pas rendre son maitre jaloux ou triste, il l'aimait trop pour ca et en meme temps il avait la sensation que son maitre doutait de son amour pour lui.

- Mais je n'aime que toi, moi...


Se serrant doucement contre son maitre il vint timidement embrasser ses lèvres, un peu mal a l'aise de faire ce genre de choses dans un magasin devant d'autres personnes. Même s'il était devenu plus fort et plus confiant il lui arrivait encore de déchanter et de se sentir intimidé par de nouveaux environnements. Lachant doucement son maitre, le petit cobra décida de s'interesser lui aussi a de nouveaux sous vetements interessants. Il avait rarement le sentiment de manquer de quelque chose sinon du temps de son maitre mais il aimait bien l'idée d'avoir un peu de neuf.

Il essaya un premier bas un peu moulant sans pour autant qu'il se sente etriqué dedans puis se trouvant bien dedans il décida d'aller appeler son maitre pour qu'il vienne voir.

- Qu'est ce que tu en penses? Je suis beau?


Son épiderme se couvrit de chair de poule, un peu intimidé et ayant assez froid maintenant qu'il était nu. Ce n'était pas le genre de sous vetements qu'il avait l'habitude de porter. Il aimait mieux les dentelles, les choses un peu brillantes ou qui le mettait en valeur.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mar 9 Mai 2017 - 21:26

- Bien sûr...bien sûr que je serais jaloux. Jaloux que des regards se posent sur toi avec intérêt, même si je ressens aussi de la fierté à t'avoir à mon bras. Je veux tellement ton bonheur, même si cette phrase trop romantique est vieille comme le monde, je crois qu'il existe peu d'êtres auxquels on puisse dire ça.

Délicat de faire une déclaration en boxer. Mais c'est fait, je pourrais au moins avoir l'assurance d'avoir été si peu sexy, une fois de plus.

- Tu en fais partie, bébé.

Je lui embrasse le front tendrement et file me rhabiller. Cet essayage a assez duré, je commence à avoir...les crocs. A tous les sens. Faim de nourriture humaine, et faim d'humain. Le sombre revers des caprices d'Andréas quand il me demande son plaisir, et le jeu que nous avons instauré, dans lequel il accepte de me laisser boire à son corps dans ces moments-là. J'y ai pris goût, plus que je ne l'avouerai jamais. Est-ce un pêché ? Est-ce que ce n'est pas au final le destin de tous les maîtres amoureux qui ont trempé les lèvres dans le breuvage d'immortalité ?

- Au fait je...

Ces yeux dorés aux mille paillettes émeraude... Le rideau à peine écarté, je m'immobilise dans l'accrochage de ma cravate et de mes boutons de manchettes. C'est...moulant. Hmmm....Allez avoue que tu aimes ça ? ça lui va bien ? ça te plaît ? Tu es faible, pauvre idiot... Je m'ébroue dans le pétrin de mes pensées et me dresse de toute ma hauteur pour faire face à la vague de chaleur qui m'ébranle. Le rejoignant, mes mains dessinent la courbe de son corps de ses aisselles à ses hanches et s'y arrêtent, parce que les regards passent sur nous, et que ce n'est pas le moment, même si j'en meurs d'envie.

- Je ne devrais pas dire ça mais...il risque de finir en lambeaux, cet indécent morceau d’élasthanne.

Zieutés de tous les côtés, j'étends mon aura autour de nous. C'est fou ça ? Qu'est-ce qu'il faut que je fasse pour avoir la paix ?! On a fait l'amour pas plus tard qu'hier...les rapaces ont la dent dure. Et moi j'ai un rang à défendre...L'addition est sèche, mais pas plus que d'habitude, et nous prenons la Roll's pour aller au sushi le plus proche, celui où nous mangeons régulièrement et où j'aime me gaver de sashimi au thon rouge, une espèce heureusement plus en voie de disparition depuis des siècles. Depuis qu'on a foutu la paix aux rythmes de reproduction des espèces.
Le serveur prend nos vestes et nos chaussures et nous pénétrons comme les habitués que nous sommes dans le restaurant-cocon. Une musique relaxante japonaise laisse entendre sa voix féminine en fond, et on nous installe à une table basse sur laquelle sont déjà disposés des coupoles de saké chaud et des beignets frits. Le jeune homme au profil évidemment asiatique nous salue respectueusement, et je me sens parfaitement à l'aise sur le moelleux coussin au sol, dans cette atmosphère élégante, feutrée, propre et raffinée.

- Aligatô gozaimaishita. [Merci beaucoup.] Qu'est-ce qui te fait envie, Andy ? Un bon repas, un cinéma, et...la suite ?

Le serveur rougit et ça ne m'échappe pas, bien humain pour sa part. Je souris, amusé, et commande une salade de wakamé épicée et un Nikka whisky, histoire que le plaisir soit maximal.

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mer 10 Mai 2017 - 10:07

Andréas laissa son maitre payer et ils se glissèrent jusqu’à leur restaurant préféré. Andréas salua poliment le nouveau serveur. Il ne l’avait encore jamais vu ici et il lui semblait un peu timide. Il les laissa s’installer et Andréas jeta un rapide coup d’œil a la carte. Il avait l’habitude maintenant de toujours commander la même chose mais pour être sur il aime toujours jeter un œil a la carte. Et finalement il sourit.

- Je vais prendre un menu Chirashi avec un assortiment de saumon grillé et l’assortiment de 6 maki printemps.


Andréas sourit et regarda a nouveau son maitre. Oui, il était heureux d’être ici. Il se sentait en sécurité mais des endrois qui lui permettaient de se rassurer. Andréas se pose a genoux devant son maitre. Il aime cet endroit et les étranges coutumes qui y sont associées mais il a eut du mal a toutes les apprendre et les comprendre.

- Et bien je sais pas on pourrait aller au cinéma et après on irait faire une ballade en forêt ?


Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eut une bonne ballade. Et il n’avait pas envie de rentrer toute suite. Il avait bien besoin de voir d’autres choses. Ces dernières semaines il s’était sentit plutôt seul et enfermé. Il aurait même put commencer a demander pour sortir seul… S’il n’avait plus peur de tous les gens qui se trouvaient dehors.

- J’aimerais bien que tu ne partes plus jamais travailler…


Décida t’il de déclarer. Il n’aimait pas se sentir seul. Et si pendant les quelques mois ou il s’était sentit seul il avait eut peur du monde exterieur et que ca le dissuadait de sortir il commencait peu a peu a se remettre de ce tromatisme également.

- Moi… je n’ai jamais voulu de mal aux autres… alors pourquoi les autres me font tout ca depuis que je suis né ?


Entre temps leur festin fut apporté et Andréas remercia avant de commencer a manger. Il avait apprit a manger avec des baguettes mais il avait encore du mal quelques fois.

Il aurait bien voulu revenir sur ce qu'il avait dit et demander a recommencer a sortir tout seul comme un grand mais il ne savait pas tellement comment le demander et pas non plus comment.
Surtout quand son maitre lui dit qu'il serait jaloux de le laisser avec d'autres.

- Est ce que... on pourrait sortir plus souvent? Ou alors peut être que je pourrais... sortir un peu tout seul....

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Dim 14 Mai 2017 - 10:45

A ma salade de wakamé je rajoute un bateau avec sashimi, sushi et maki. C’est ce que je fais le plus souvent et comme ça Andréas peut aussi piocher selon sa préférence. L’apéritif arrive et nous trinquons, complices. Je bois enfin et savoure ce moment de paix et de pur plaisir gastronomique, chose qui n’était pas si simple lors de mes premières années de transformation, durant lesquelles toute nourriture avait un goût de cendres. J’acquiesce devant l’empressement de mon amant.

- C’est une bonne idée, il y a longtemps que nous ne sommes pas sortis en…

En réalité la dernière sortie en forêt n’avait pas été programmée…j’étais en compagnie d’Angel à la recherche d’Andréas, sur les traces duquel j’avais trouvé son bracelet en signe funeste d’un destin que nous avions évité de justesse. J’avais passé la nuit au poste cette fois-là. Il doit sentir que je me suis figé de réflexion car il change de sujet. Je fronce les sourcils et pique une crevette épicée dans le petit bol apéritif.

- Nous avons déjà parlé de ça, j’aime mon travail, je t’aime aussi, ce serait différent si l’on vivait l’un sur l’autre toute la journée. Et je peux ainsi nous offrir de belles vacances et tu peux vivre dans un confort que peu doive avoir. Andy…


Il a baissé les yeux et je sens mon cœur se serrer d’avoir parlé un peu durement. Contre toute attente ses blessures remontent à la surface et je m’en veux d’avoir peut-être provoqué ça. Un peu hébété, je pose mon verre et déploie les baguettes quand ma salade arrive.

- Bébé, j’en sais rien. Le monde n’est pas juste tu sais. Si c’était le cas je serais en enfer à l’heure qu’il est, au lieu de déguster des maki avec toi.


Je souris tristement, proie des souvenirs de mes actes sanguinaires.

- Toi tu es juste, et toi tu es bon. Il ne faut pas te soucier de ce que les autres te font, même si c’est difficile. Tu es plus courageux qu’eux. C’est ce que moi je vois. Il y aura toujours des mauvais pour t'envier, te persécuter. C'est comme ça pour tout le monde, même pour moi tu sais.


Ce ne sont que des mots je sais bien, mais il a encore tant à apprendre, il est si jeune, si vierge des marques du monde. Je le sens retenir des paroles et tends la main vers lui, doucement, pour l’inviter à se confier. Ne suis-je pas là pour ça ? S’il ne se confie pas à moi, à qui peut-il le faire ?

- Je suis là.

« Est-ce qu’on pourrait sortir plus souvent ? Ou alors peut-être que je pourrais…sortir un peu tout seul… »
Ma commissure s’étire en un sourire amusé et paternel. C’était donc ça ce secret si pesant ? Je glisse un sashimi entre mes dents et l’avale presque tout rond.

- Bien sûr. Il faudra juste que tu me laisses te marquer…je ferais très doucement c’est promis. Et tu prendras bien ton téléphone sur toi d’accord ? Et tu n’hésites pas à m’appeler si…


Je m’interromps, réalisant que je suis probablement étouffant de recommandations de mère-poule. Mais celui qui a peur ici, c’est moi. Je soupire et pose mes baguettes.

- Excuse-moi. Je veux que tu fasses ce qui te fait plaisir. Je veux que tu sois épanoui, alors si tu as besoin de mon autorisation, je te la donne sans attendre. Tu veux un sashimi thon rouge pour sceller cet accord ?

Je dis en agitant le morceau de poisson au bout de mes baguettes, joueur.

- Ou bien je le dévore sans plus attendre...

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Lun 15 Mai 2017 - 16:26

Le visage du petit cobra semble s'illuminer quand son maitre accepte de le laisser sortir seul, biensur il le couvre de quelques obligations mais Andréas sait que si pour lui il est difficile de vouloir affronter sa peur, celle de son maitre est bien plus grande et bien plus noire. N'importe qui, même esclave, l'aurait sans doute trouvé etouffant, mais Andréas l'écoute avec beaucoup d'attention. Il aime que son maitre se montre toujours si prévenant avec lui, si soucieux de sa sécurité et de son bonheur.

- oui je veux bien ton sashimi...


Andréas a eut beaucoup de mal, au début a dire ce mot, et quand il y repense il n'est nullement embarassé, ca le fait même un peu sourire. La première fois qu'il est venu ici, prononcer un quelconque plat de la carte était une épreuve difficile, maintenant il les connait plus ou moins bien et sait presque tout prononcer. Oui, il a fait des progres stupéfiant depuis qu'il connait Sigvald, il n'est plus le même esclave... plus rien a voir avec cette chose enfermée dans une roulotte et effrayée de tout. il ne lui reste qu'une seule peur a vaincre pour être "aussi normal que possible" et un jour, il y arrivera.

Doucement Andréas se relève pour attraper le poignet de son maitre et lui voler son bout de poisson au bout de ses baguettes. Il sait bien qu'il ne faut pas jouer avec la nouriture mais ce n'est sans doute pas si grave si elle est tout de meme mangée. Lui ayant retiré le morceau de poisson des baguettes il attrape dans son plat un maki printemps, trempé dans la sauce soja pour le présenter au bord de lèvres de son maitre.

- a toi...


Les baguettes non plus il ne les mettrisait pas il y a encore un mois et maintenant il semble n'avoir mangé qu'avec ca tout au long de sa vie. Il est toujours très fier de lui quand il réussi a les manier. Et tout aussi heureux de partager un moment complice avec son maitre. Il ne l'avouera jamais mais il s'est beaucoup entrainé. Il a quelques fois ce besoin de jeune amant, de surprendre l'élu de son coeur... de son destin, et de l'impressionner. Pourtant il ne se sent jamais menacé par le fait qu'il travaille a la clinique et qu'il voit tous les jours des visages différents du siens. Son coeur est seulement jaloux de ne pas pouvoir s'accrocher a lui toute la journée, tous les jours de la semaine, toutes les semaines du mois et tous les mois de l'année.

- Ou alors on peut louer un film... on serait bien dans le canapé pour...


Il ne pense pas avoir besoin de finir sa phrase. Il sait que son maitre le comprend. Quand il s'agit de sexe Andréas a toujours "des disponibilités raprochées". Il ne va pas en avoir envie pendant trois semaines et du jour au lendemain sans la moindre raison apparante il va réclamer tous les jours, parfois même plusieurs fois par jour... et puis ca lui repassera... C'est sans doute hormonale!

- En plus j'ai vu mon carnet de santé, je suis pas du tout a jour dans mes vaccins !

Quand il est excité et heureux ca lui arrive quelque fois, de changer de sujet sans qu'il ne semble y avoir aucun rapport entre les deux et étant donné que même Sigvald n'était que rarement accepté pour les faire - et aussi puisqu'il ne sortait pas - il est vrai qu'il ne s'était laissé faire que le vaccin de la grippe en hiver dernier, quand ils avaient quitté l'allemagne si froide et si... monstrueuse. Depuis, il n'avaient plus jamais reparlé de son carnet de santé, rangé dans un placard du salon et que personne ne regardait. Il était simplement tombé dessus en rangeant la maison.

- Il va falloir le faire si je recommence a sortir...


Doucement, comme pour le remercier, Andréas s'appuie sur ses epaules, l'embrassant tout tendrement. Oui, il se sent aussi un peu soulagé de ne pas avoir provoqué la colère ou la crise de nerfs chez son maitre en faisant cette demande. Il avait imaginé le pire et heureusement... le pire était loin, très loin de ca.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Mar 16 Mai 2017 - 21:37

La douceur. C’est sans doute le qualificatif le plus vivant, le plus présent chez lui. Tout petit déjà il avait une certaine fragilité tendre qui attirait mon regard, et s’il est devenu un magnifique jeune homme cela n’a pas changé. Il a grandi, mûri, mais cette fraîcheur dans ses gestes n’a pas bougé, et c’est sans doute elle qui m’apaise dans les nuits les plus sombres. J’ai été abandonné si durement qu’il me faut une dose importante de bonheur pour dormir d’un sommeil franc, et c’est ce qu’il me procure, en plus de me donner un nouveau cœur, une nouvelle chance. Je ferme les yeux, mange doucement le maki printemps qu’il me tend et m’en délecte. Je les adore ceux-là.

Le serveur nous amène une carafe d’eau et vient voir si tout se déroule bien et je le gratifie d’un hochement de tête poli et appréciateur. Il aura son pourboire, qu’il ne s’en fasse pas. Le service est toujours impeccable, même si les égyptiens sont encore plus incroyables dans les restaurants, les japonais se défendent bien. Replongeant dans mon bateau encore chargé de mets succulents, je roule quelques œufs de saumon dans du wasabi et savoure le tout sur ma langue, un sourire montant au coin de mes lèvres. Le canapé oui, aucun rapport avec les fauteuils rouges du cinéma…

- Intime, confortable…on risque juste d’être assaillis par une horde de chats et un varan de Komodo jaloux que je te tienne tout contre moi.

Quelques rougeurs apparaissent sur ses joues bien que cela ne le mette pas si mal à l’aise qu’il le prétend. Je me mords la lèvre en songeant à ce qui nous attend, homme peu résistant face au plaisir et à l’amour dans tous ses aspects.

- Ça c’est parce que tu prends toujours la poudre d’escampette quand je sors l’aiguille pour te piquer les fesses. Mais en effet, il va falloir recommencer. En tout cas je suis plutôt rassuré, tu es en bonne santé d’après la « prise de sang » d’hier. Mon cobra royal est en pleine forme, alors j’ai toutes les raisons de le laisser profiter.

J’acquiesce et pose mes baguettes, tends les mains et me fraie un chemin jusqu’à saisir les siennes et les porter à mes lèvres pour les baiser solennellement. Soudain nos regards se croisent. Je bouge les jambes sous l’énorme édredon de la table basse. Est-ce que…cette atmosphère, c’est étrange…Pourtant j’y ai déjà pensé je l’avoue, mais en bon romantique, je ne suis pas sûr que le lieu soit donné, ni que j’en sois capable…Je crois qu’il saisit, je le retiens, je ne le laisse pas quitter mon étreinte, et je manque de tout renverser sur la table quand je me hisse pour happer ses lèvres convoitées, pressant ma langue contre la sienne. Quand je réalise que nous ne sommes pas seuls je me recule, les yeux brillants derrière les lunettes…

- Excuse-moi. Je ne sais pas ce qui m’a pris…pardon si je t’ai effrayé, bébé…

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 185
Localisation : Je te vois !
Métier : Esclave a plein temps !

Suppléments
Amour(s): Sigvald
Maître/Esclave: Sigvald aussi !
Commentaires:

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Ven 19 Mai 2017 - 17:59

Andréas sourit. C’est vrai, a la maison toute une horde de petits filous prets a les déranger a tout instant pour un calin ou meme juste pour avoir a manger. Cette idée le rendait pourtant particulièrement joyeux. Lui qui avait toujours été si seul avait maintenant une famille qui l’aimait terriblement –même si elle ne ressemblait pas aux autres-.

- Oui c’est vrai… on devrait plutôt aller se cacher sous la couette.


Ils discutèrent ensuite de ses vaccins a faire mais Andréas n’avait rien a répondre. Il faut dire qu’il avait un peu honte mais il ne supportait pas de voir l’aiguille. Toute forme d’aiguille entrainait systematiquement une disparition du reptile dans un coin ou dans un trou d’où il ne ressortait qu’une fois certain qu’il ne serait pas touché avec. Pourtant il se souvenait vaguement, dans leur rencontre, que son maitre avait essayé aussi de le piquer. Mais il n’aimait vraiment pas ca. Chacun ses faiblesses. Il se contenta de baisser les yeux, un peu géné comme pour demander « pardon ».

Puis il vit son maitre se dresser pour saisir ses mains et les embrasser. Il en était touché en plein cœur. Il avait envie que ca aille plus loin même s’il n’en oubliait pas que les autres gens, tout autour d’eux ne voulaient peut etre pas les voir batifoler comme un jeune couple. Il comprend ce que son maitre veut… il le lui donnera. Mais pas ici… quand ils seront en sécurité a la maison. Andréas sourit, retenant la table qui manque de se retourner quand son maitre se redresse pour l’embrasser. Il l’aime… Ils s’aiment…

Andréas frémit et son maitre se défait de lui. Il lui dit qu’il est désolé de ce qui vient de se passer. Le petit cobra noir baisse a nouveau les yeux. C’est vrai que cette situation le gène un peu mais pas assez pour qu’il laisse d’autres gens juger de leur relation.

- Moi pas.

Non, il ne se sent pas désolé. Il a passé sa vie a essayer de ressembler aux autres sans que ceux-ci ne l’accueillent jamais comme l’un des leurs. Et bien aujourd’hui, il n’a pas envie de les satisfaire en s’écrasant.

Plus prudement pourtant que son maitre, afin de ne rien renverser, il se lève pour aller s’assoir du même coté que son maitre. Se tenant a sa gauche il pointe du doigts sa place.

- Je peux venir manger entre tes jambes ?


Il n’a pas besoin de regarder les gens autour d’eux pour savoir que la majorité d’entre eux a prit cette phrase sortie un peu par megarde de sa bouche comme des perverts. Et pourtant sa demande est parmi les plus innocentes qu’il puisse exister. Il a juste envie de se blottir contre son maitre pour profiter du repas – juste envie de se sentir enserré dans ses grands bras pour etre a l’abri des autres… de tout ce qui pourrait lui faire du mal-.

Silencieusement, après s’etre assit du même coté que son maitre il prend un sushi au thon rouge, le trempant dans le wasabi sans pour autant en mettre beaucoup. Il s’est déjà fait avoir. Ce n’est pas de la mayonnaise verte…. C’est plus piquant. Bien plus piquant.

_________________
me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Unbreakable

avatar

Unbreakable

Messages : 197
Localisation : Home sweet home
Métier : Vétérinaire

Suppléments
Amour(s): Andy ♥♥♥♥
Maître/Esclave: Andréas
Commentaires: Mémoire vive, amoureux, tendance malgré tout à des épisodes dépressifs éclairs en fonction des lieux dans lesquels il se trouve

MessageSujet: Re: Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]   Sam 20 Mai 2017 - 14:23

!!!!!!!:
 

Nous mangeons tous les deux, lui entre mes jambes comme il l'a demandé, usant de ce lien si spécial qui nous unit. Le serveur et le personnel ne s'offusquent pas et de toute façon même si c'était le cas ça ne changerait rien, et rapidement les regards interrogatifs retournent à leurs assiettes, leurs bols, leurs brochettes. Je profite de cette proximité pour déposer des baisers légers comme des caresses de papillons dans son cou, sur ses épaules, et quand nous sommes rassasiés après une bonne glace pour ma part en guise de dessert, nous flirtons un peu dehors. Oh pas qu'on se tienne la main, ce n'est pas quelque chose que j'aime faire, pas par honte, juste par confort, je préfère marcher à son côté ou très légèrement en retrait pour toujours veiller sur lui, son épanouissement, sa vie.

Suite !

_________________
A new time:
 


Rp en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je suis un bébé vampire affamé [Sigvald]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✚ Je suis de mon coeur le vampire, l'un de ces grands abandonnés... (eden) - uc
» Je suis l'ombre qui hante tes nuits [Livre 1 - Terminé]
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: