AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


/!\ FORUM RP 18+ Yaoi au contexte contemporain fantastique. Monde dominé par les vampires. Maîtres/Esclaves - Politique - Action seront au rendez-vous /!\
 

Partagez | 
Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Jeu 2 Fév 2017 - 21:32


Sainte-Lucie. C’est un peu le doux rêve du voyageur, de l’homme échoué, du touriste lambda ou du poète ayant soif d’instants magiques, c’est le lieu idéal pour laisser son cerveau prendre des vacances, et son corps se dorer sur les plages, au calme, à profiter du soleil sans qu’un vampire vous accoste. C’est le Paradis. Les photos étaient de pâles images de cette atmosphère déconnectée du monde moderne, du moins quand on est sorti de l’aéroport d’Hewanorra. Le 4X4 est un bon moyen de transport ici, parce que les routes ont quelque chose de rustique qui me plaît et me rappelle…le peu que je me souvienne de mon village natal, au milieu des vignes lumineuses sous le soleil, et des maisons aux toits d’ardoise. J’ai troqué mon sweat d’américain pour un t-shirt soft en coton mais déjà je transpire et j’ai hâte que nous arrivions pour me changer. Il a beau faire nuit, la chaleur est étouffante, pas sèche comme au pays, mais tropicale, bien que les embruns marins permanents – nous longeons la côte – rafraîchisse la marmaille. Dans la voiture, je suis bien casé entre Amon et Tom, et lui entre moi et Leo. Les vampires ça ne transpire pas, ils sentent impeccablement bon dans leurs costumes et s’ils ont chaud ils ne le montrent pas. Charlize est devant avec le chauffeur, un américain aussi. J’attrape une bouteille d’eau dans la glacière apportée généreusement par le conducteur de notre bolide et bois longuement, les yeux fermés, et quelques gouttes s’échappent pour créer de fines rigoles brillantes le long de mes lèvres, de ma gorge, se perdant entre mes pectoraux. Je profite de la longue route de campagne pour faire une sieste sur l’épaule d’Amon, reproduisant le schéma de l’avion, évitant bien sûr de coincer ses beaux cheveux sous ma pommette.

Quand je me réveille c’est parce que je sens la voiture ralentir. Un coup d’œil au cadran en m’étirant doucement. Il est 2h59. Charlize avait vu juste, ce petit fils de génie. Enfin j’en sais rien de ça.
Nous sommes tous un peu fatigués par le vol et l’ambiance est plus calme, moins exubérante, sans doute parce que je comate encore trop pour faire l’animation. Enlaçant les hanches d’Amon en l’improvisant amant du jour – enfin de la nuit – je laisse les gros mâles se charger des valises. Entre de magnifiques bananiers géants se dessine un petit chemin pavé de grosses pierres plates et bordés de flambeaux chaleureux, et un vampire se tient là avec deux ravissants esclaves hybridés avec le même genre de sauce qu’Amon, en moins poussé sur le raffinement et l’esthétique. Toutefois ils rougissent à notre approche – mon approche ? – et possèdent de très jolies couleurs de plumes aux poignets et aux chevilles. L'un deux, je le vois bien, regarde Amon avec des yeux fascinés et un sourire caché. Il se dit certainement qu'il a en face de lui l'un des siens. Je peux comprendre ça. Apparemment ici on se trimbale presque à poil puisqu’ils ne portent que des pagnes légers, pour ainsi dire transparents, et le maître des lieux, un vampire dans la force de l’âge avec des rides d’expression exquises et viriles, se tient face à nous en chemise extra légère et en bermuda chic, ses pieds dans des sandales tout aussi chics. Il nous salue, les esclaves s’inclinent respectueusement mais surtout parce que c’est leur rôle et pour ça qu’ils sont payés, ou pas payés d’ailleurs, et je remercie tout le Panthéon divin de m’avoir épargné un tel sort, même s’ils semblent en parfaite santé.

Le speech de base sur la « beauté et la richesse locales », patata patata, ce type me soule j’ai envie de poser mon cul sur la plage avec un cocktail ! Charlize m’entend grincer des dents et abrège poliment l’échange, et le gérant nous rappelle que le pot d’arrivée se tiendra dans une heure, le temps pour nous de nous détendre. Mon cul ouais. Les deux esclaves, pour mon plus grand plaisir, nous guide jusqu’aux bungalows endormis, et nous suivons le sentier sauvage jusqu’à ce que les pavés soient remplacés par du sable blanc et fin, et que le chemin se sépare en deux juste au bord de la plage, sous des palmiers magnifiques dans lesquels s’agitent des chauves-souris. Mes oreilles pivotent dans tous les sens, se gorgeant des sons nouveaux tandis que mes yeux gravitent à cent à l’heure. Un vrai gosse. L’équipe se partage le bungalow plus loin, invisible et sur notre gauche, et à droite, en remontant le long de la plage, se trouvent le bungalow de Charlize, de Leo et de Tom, et le mien et celui d’Amon. Je ne peux m’empêcher d’admirer la mer par la terrasse de bois dès que nous avons franchi les portes. Il n’y a plus que ça. Bleue, limpide sous le croissant de lune et les étoiles. Je ne résiste pas, tant pis pour la réception, le maquilleur-coiffeur va se bouffer les ongles avec mes cheveux plein de sel et emmêlés. Il aura qu'à faire un chignon ce pingouin ! Charlize n’est pas là pour m’engueuler, et Amon ne va sans doute pas se priver non plus. Je pique un baiser sur sa joue et me déshabille quasiment dans l’entrée sans prendre connaissance des lieux, je défais ma natte et m’élance entièrement nu vers l’océan, et dès qu’il a léché mes pieds un plaisir profond me mord les reins. Je pourrais jouir juste avec ce contact, comme si le dieu de la mer me dévorait la plante des pieds en m’admirant secrètement. Je m’avance dans l’eau, jusqu’à ce que mes hanches soient immergées et je rejette la tête en arrière en purifiant mes tempes. Que c’est bon…et ça ferait un cliché magnifique Personne pour figer la sincérité du moment, quelle bande de taupes. C’est rien qu’à moi, et quelque part…tant mieux. Je me tourne, fais un grand signe à Amon.

- Amon ! Viens chéri ! On s’en fout on ira à poil ! Ramène ton adorable petit cul ! Elle est trop bonne !

_________________


Rp en #6633ff


Dernière édition par Cristovão le Ven 23 Juin 2017 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Ven 3 Fév 2017 - 13:40



Le voyage avait été un peu long mais avec de la bonne musique, tout passe plus vite. Amon s’était même permit de piquer un roupillon dans l’avion, appuyé contre le mannequin, son livre ne revêtant pas un grand intérêt pour lui à présent qu'il en connaissait les moindres détails. D’un aéroport à un autre la température était doucement remontée, le rendant impatient d’arriver, et alors que Corso s’était assoupit dans la voiture, l’oiseau se sentait plus éveillé que jamais, dévorant le paysage des yeux. Il espérait pouvoir admirer les montagnes, la mer et la forêt de jour. Les matinées devaient être très ensoleillées, il n'y aurait aucun vampire pour l'empêcher de se promener.

En descendant du 4X4, il failli protester en se sentant happer de force, plus pour marquer sa surprise que son mécontentement, mais se contenta de lever les yeux au ciel avec un petit sourire amusé. Le petit jeu continuait et puisqu'il avait accepté de participer, il devait se plier aux règles. Il n’y avait rien de mal à ce geste après tout et si c’était l’image qu’il fallait donner, pourquoi pas ? Pas de journalistes dans les parages pour créer des racontars et quand bien même, ce n’était pas comme s’il avait une image à entretenir, contrairement au spécimen parfait qui l'enlaçait. En plus il devait reconnaître que c’était agréable d’être tenu de la sorte, même si c’était sans conséquences. Aussi mit-il simplement les mains dans les poches de son gilet qui était désormais grand ouvert et avança-t-il au même pas que l’étalon, sans chercher à le fuir et s’émerveillant en silence et de concert du décor paradisiaque. Ce n'était ni la villa, ni São Paulo, ni même le Brésil, mais il avait l'impression d'être plus à sa place ici qu'à Dornia.
L’accueil qu’on leur réserva fut juste ce qu’il fallait de pompeux et chaleureux à la fois. Le propriétaire semblait très orgueilleux d'accueillir des visiteurs prestigieux. Amon avisa les deux hybrides oiseau qui se tenaient en retrait et leur rendit un sourire radieux lorsqu’il capta leur regard à la dérobée. Ce n’était pas souvent qu’il rencontrait des esclaves avec une hybridation proche de la sienne, mais c’était un peu comme de croiser des cousins éloignés, des inconnus avec qui on se sent un lien spécial malgré qu'on ne sache rien sur eux. Ces deux-là avaient l'air d'être bien traités et l'ara les envia de pouvoir vivre et travailler dans un endroit aussi beau. Ils n'étaient peut-être pas libres de leurs mouvements, mais au moins ils étaient deux et pouvaient se gorger de soleil au petit matin.

L'intérieur du bungalow était propre et raffiné, la literie moderne haut de gamme côtoyait une décoration qui se voulait authentique et traditionnelle. Le regard bleu de l'hybride sautait d'un coin de la pièce à un autre, ravi de découvrir son nouvel environnement. Il fureta dans la chambre pendant que Corso trouvait déjà le moyen de s'échapper de sa cage pour aller cavaler dans le sable. Puis ce fut au tour de la salle de bain dont les dimensions firent rêver le petit perroquet. La baignoire était assez grande pour trois personnes au moins, il y avait de nombreux savons aux parfums entêtants mit à disposition, des orchidées blanches sur les bords du double lavabo qui était surplombé par un miroir assez grand pour s'y admirer en entier. Amon serait resté à explorer le moindre recoin si la voix de l'étalon ne l'avait pas attiré sur la terrasse. Curieux, il s'appuya sur la balustrade et vit l'éclat doré d'une crinière parmi les vagues, sous une lune presque aussi brillante que le soleil. Il se permettait vraiment tout celui-là... Un sourire étira les lèvres bleues du jeune homme et il leva un bras pour faire un signe au baigneur, lui indiquant qu'il arrivait. Léo venait de déposer les bagages dans un coin de la pièce lorsque l'oiseau rare s'approcha pour ouvrir la sienne, visiblement impatient.

« Déjà l'heure du bain ? » dit-il avec un sourire en coin en avisant le tas de vêtements à l'entrée, comme si Corso s'était évaporé de ses habits en les laissant derrière lui pour qui voudrait les ramasser.

« Parce que vous pourriez dire non à une plage pareille ? »

« La question serait plutôt de savoir si on peut dire non à l'invitation du boss. »

« Tant que ses caprices et les miens convergent, je ne vois de raison de lui fendre le cœur. » rétorqua le perroquet avec un sourire taquin.

Le vampire s'éclipsa en riant et Amon put se débarrasser de ses habits pour passer autour de ses hanches un paréo aussi bleu de ses yeux, assez long pour arriver à ses genoux. Le tissu était savamment noué pour tenir le cap même s'il allait nager tout en dévoilant l'un de ses jambes jusqu'au bassin, laissant deviner la naissance de ses fesses. Jacob n'était peut-être pas porté sur la consommation du corps de ses esclaves, mais il avait tenu à ce que ces derniers sachent se mettre en valeur même lorsqu'ils sortaient faire une nuit à la plage. Après tout, avoir des ornements vivants n'a aucun intérêt si ce n'est pas pour les mettre en avant.

Le sable sous ses pieds, la brise qui soulevait ses cheveux, l'odeur de la mer et le bruissement des palmiers, Amon adorait toutes ces sensations ! Il rejoignit le rivage au petit trot, dévoilant pour la première fois ce qui se cachait jusque-là sous des pulls et des t-shirt un peu amples. Il était loin d'égaler la musculature de Corso, mais son hâle naturel n'avait rien à lui envier et sa peau satinée semblait aussi douce au toucher que le pétale d'une fleur. Sous l'astre nocturne, l'iridescence de son plumage prenait une toute autre dimension, parant ses cheveux de reflets irréels et habillant son regard de touches de vert. Dans ce décor, l'oiseau semblait parfaitement à sa place.
Il entra dans l'eau jusqu'aux genoux, laissant son paréo tremper ses franges dans les vagues et il enfonça ses pieds dans le sable avec délice. Y avait-il une sensation plus agréable que celle d'être caressée par l'eau, comme on peut l'être par un amant attentionné ?

« Lorsqu'il fera jour ce sera encore meilleur. Je me demande à quoi ressemble le lever de soleil ici ? »

Il sourit à son compagnon, un peu plus loin dans l'eau. Ainsi immergé, il ressemblait à une créature chimérique de conte de fée et l'on pouvait parfaitement imaginer que sous la surface de l'eau se cachait une queue de poisson et non des jambes.
Une voix brisa la quiétude du moment et fit se retourner l'hybride dans un léger sursaut de surprise. Chalize arrivait vers eux, toujours aussi empressé, et semblait être à deux doigts de s'arracher les cheveux. Entre deux grossièretés en italien, il leur rappela que ce n'était pas des vacances et qu'ils n'avaient qu'une heure pour se préparer, ce qui était tout juste suffisant pour être présentable, semblait-il. Après avoir loué le ciel qu'au moins un des deux n'ai pas tout bonnement piqué une tête, il ordonna à sa star de sortir son popotin de l'eau salée pour aller immédiatement de rincer car l'équipe de stylistes-maquilleurs-coiffeurs arriverait dans deux minutes au bungalow pour commencer le travail.

Le pauvre, heureusement qu'il est immortel sinon il aurait trépassé d'une attaque depuis longtemps.

Amon hocha docilement la tête, bien qu'il soit déçu de ne pas pouvoir profiter plus longtemps de la plage et adressa un nouveau signe à l'étalon pour l'inviter à le rejoindre et revenir à l'intérieur. Ils auraient bien le temps de faire trempette lorsque le jour viendrait.

« Tu as une semaine pour torturer ton coiffeur autant qu'il te plaira, garde-en un peu pour les jours à venir. » plaisanta-t-il alors que Charlize s'étouffait presque d'entendre que cette fois, ses deux mannequins étaient contre lui.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Ven 3 Fév 2017 - 19:59

Pas le temps de flirter une petite minute, de rendre les choses plus...quentes ! Non, pas le temps de gratifier Amon de quelques mots de charme, de faire glisser sa silhouette contre moi et de laisser l'attraction naturelle de mon corps faire le reste. Charlize rapplique en courant sur la plage et je le maudis sur toute son éternité en renâclant. Qui m'a collé un manager aussi flippant sérieux ?! A poil, je sors de l'eau et le sel fait briller ma peau en mille endroits, mais je suis clairement de mauvais...poil. Ma queue fouette la surface puis mes mollets, remontée et bien arquée, et j'ai les oreilles complètement aplaties. Charlize le voit et s'étrangle et en passant à côté de lui je souffle par le nez comme le ferait mes cousins étalons naturels.

- En une semaine j'ai largement le temps de fomenter des tortures de génie pour chacun des membres de cette équipe de trouble-faits...


Paré dans ma nudité je regagne le bungalow et ramasse mes affaires laissées par terre, apportant ma valise dans une des deux chambres aux dimensions et aux mobiliers équivalents - trop habitué au luxe je n'y fais pas attention - puis passe à la salle de bain qui comporte donc une immense baignoire ainsi qu'une douche, petit appendice extérieur ouvert et fonctionnant grâce à un récupérateur écologique chauffant avec le soleil. Je ne m'attarde pas, trop agacé qu'on m'ait privé d'un moment de paradis avec mon partenaire, et je sors trempé sans me sécher, passant juste une serviette autour de mes hanches. Quand je ressors, les maquilleurs et coiffeurs sont là, ainsi que le chargé des costumes, qui pour ce soir nous a prévu des tenues détendues en lin, légères, aériennes mais séduisantes. J'opte pour le tout blanc avec une chemise capable de supporter la densité musculaire qui est la mienne, et qui s'accorde bien avec mes bracelets en or. Une fois vêtu, on distingue même mon tatouage de crotale bleu au-dessous du tissu si fin qu'il en devient indécent, mais c'est ce que j'aime, être à la limite, ou même la franchir.

- Je veux qu'on soit face à la mer.

- Mais Monsieur vous allez être déco...

- Face à la mer...

Je grogne, et si je suis incapable de feuler, il ne vaut mieux pas me défier dans ces moments-là, pas même un vampire. Quels autres humains peuvent se targuer du pouvoir hégémonique de la célébrité ? Heureusement Amon finit par arriver sur la terrasse où l'on installe nos deux chaises et le nécessaire pour nous pomponner, propre comme un sou neuf, et mon regard se fait plus doux en sa présence. Il dégage naturellement quelque chose d'apaisant, une bienveillance et une douceur tranquilles dont je manque cruellement. Compatibles ? Oui, c'est évident. Je me détends dans mon fauteuil de rotin et ferme les yeux, attrapant les doigts pendant d'Amon à côté de moi, les effleurant et les caressant très lentement.

- Tu verras comme c'est chiant les mondanités. Mais une fois les politesses passées, je ne reste jamais bien longtemps. Je vais boire un verre, danser, m'éclipser. "Souris et sois beau", c'est tout. On ne te demande pas de pondre un essai scientifique sur le mode de reproduction des murènes.


Je rouvre les yeux et détaille minutieusement le profil de l'oiseau rare tandis qu'on s'attèle à démêler, soigner nos chevelures respectives, la mienne indubitablement plus longue que la sienne, mais dans les lueurs lunaires, ses mèches sont un ravissement entre l'émeraude et le saphir. Je crois que mon don est celui-ci : savoir déceler la beauté en chacun.

- Você está ótima. [Tu es sublime.] Eu realmente quero convidá-lo para dançar...hoke à noite. [J'ai très envie de t'inviter à danser...Ce soir.] O que você acha ? [Qu'en penses-tu ?]


Le regard persuasif, je me humecte délicieusement les lèvres. Le staff ne parle pas portugais, et c'est excitant de parler tous les deux sans que personne ne comprenne. Leo et Tom nous ont rejoint en habits toujours aussi étriqués et civilisés, Charlize demeure invisible.

- Faites gaffe à vos mains. Autrefois on coupait les mains des voleurs, on pourrait très bien inventer un nouveau jeu avec les coiffeurs qui scalpent les gens.

Dis-je, glacial, alors que le nouveau coiffeur dénoue avec un peu trop de zèle mes cheveux jusqu'aux pointes.

- Veuillez m'excuser...

Je ne suis pas un tyran, enfin je peux l'être mais j'ai juste envie qu'il la boucle et qu'il fasse son job proprement et fissa. En fait, j'ai juste envie de retourner me baigner, et l'idée d'un bain matinal - à défaut d'un bain de minuit - tisse une toile solide dans mon esprit. Y inviterai-je quelqu'un ? C'est très probable, et je sais qui. Je redresse la tête et relâche Amon quand ils viennent recourber mes cils et poudrer légèrement d'or mes paupières, hydrater mes lèvres avec un baume au miel, parfumer mes cheveux, mon torse, limer mes griffes - ce ne sont plus des ongles depuis l'arène - et les nacrer. Je porterai les cheveux lâchés, chute liquide de métal solaire. C'est tout. Les artifices sont pour les autres. Ma beauté réside dans des soins quotidiens de la peau, une excellente alimentation et une activité physique soutenue et contrôlée. Rarement d'excès, je ne tiens pas l'alcool de toute façon.

Je me lève et croise les bras contre un des pilier de bois brut soutenant l'appentis de la terrasse, observant Amon entre les mains du maquilleur. Le résultat ne pourra qu'être magnifique. Ces types ont beau être pudiques comme des nymphes, ils sont doués de leurs mains et de leurs cervelles. Sinon ils ne me toucheraient pas. Bon sauf l'autre nouveau là qui a manqué de m'arracher le cuir chevelu. Je profite de ce moment de calme pour passer un petit coup de fil à Owen, me sentant un peu en manque de ses blagues et de sa maladresse, et de ses mots gentils. Je ne suis pas qu'un égoïste, parfois...et j'ai besoin d'un peu de tendresse et de sincérité, parfois...

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Sam 4 Fév 2017 - 18:51



Corso revint en ronchonnant vers le bungalow, visiblement très irrité de ne pas pouvoir profiter d'un temps libre plus conséquent. Ce devait être frustrant de pouvoir voyager dans des endroits aussi beaux mais de devoir toujours se plier au programme des mondanités. Amon allait le vivre pendant une petite semaine et ne doutait pas que cela lui suffise comme expérience, alors faire de ça son quotidien... Ça devait être lassant. Charlize poussa un soupir lorsque Corso fut hors de vue et ponctua le fond de sa pensée de quelques jurons supplémentaires avant de demander au brésilien de suivre le mouvement pour éviter d'être en retard.
L'oiseau bleu attendit que son colocataire ait terminé avec la douche pour pouvoir prendre la sienne. La sensation de se débarrasser de la sueur d'un long voyage n'avait pas d'équivalent en termes de soulagement. La salle de bain embauma le monoï en quelques instants. Il avait pris soin de récupérer sa tenue à l'arrivée du styliste afin de pouvoir se changer en sortant de la douche car si l'égérie avait l'habitude de se promener à poil devant tout le monde, ce n'était pas le cas d'Amon. Son éducation d'esclave l'obligeait à envisager qu'un jour il doive peut-être se dévêtir face à un inconnu, mais tant que ce n'était pas indispensable, il n'en ferait rien ! Une fois savonné et rincé de la tête aux pieds, il prit le temps de se sécher un peu ainsi que de lisser ses plumes avant d'enfiler un ample pantalon de coton très aéré ainsi qu'une chemise de la même matière, tous deux bleu nuit. Le styliste avait parlé d'une histoire de lune et de soleil pour une image complémentaire ou quelque chose dans ce genre. Le novice serait donc l'astre lunaire et son compagnon le brillant disque solaire. Pourquoi pas.

Une fois habillé de pieds en cape, il délaissa la salle de bain pour rejoindre Corso en terrasse où toute l'équipe s'affairait déjà. Face à l'océan, avec une petite brise légère pour vous caresser le visage... Ce n'était pas si désagréable. Les mains qui se posèrent sur ses cheveux le crispèrent immédiatement, lui qui craignait toujours qu'on lui arrache des plumes lorsqu'un inconnu lui toucha la tête, mais la chaleur des doigts qui vinrent enserrer les siens le tranquillisa. Personne ici n'allait lui faire de mal, tout se passerait bien. Il n'eut pas besoin de tourner la tête pour savoir que c'était l'étalon et il lui serra même brièvement les doigts avant de le laisser faire.
Voilà donc le programme : dire bonsoir, prendre un verre, danser et disparaître ? Dit comme ça ce n'était pas si insurmontable. Être sage et faire bonne figure, ça c'était tout à fait dans ses cordes. Il espérait de toute façon passer presque inaperçu en se tenant dans l'ombre du mannequin tandis que ce dernier éblouirait la foule. Les prunelles claires s'attardèrent un instant sur le sourire étincelant que lui servait son concupiscent camarade suite à sa demande et l'hybride sentit un frémissement descendre jusqu'à ses reins.

« Eu adoraria dançando com você, mas eu sou bastante tímido. Mas eu estou seguro que você dança a salsa como um deus ! Não me prive deste espetáculo se ele por favor você. » J'adorerais danser avec toi, mais je suis plutôt timide. Mais je suis sûr que tu danses la salsa comme un dieu ! Ne me prive pas de ce spectacle, s'il te plait.

Il lui accorda un sourire rehaussé par une légère rougeur sur les pommettes tandis que le coiffeur achevait de remonter ses cheveux en une queue de cheval haute et lisse autour de laquelle les plumes bleues faisaient comme une couronne. Imaginer Corso déhancher son corps de rêve sur un rythme de salsa avait de quoi faire rougir le plus froid des glaçons et il était difficile d'envisager que l'hybride n'ait pas la souplesse de hanche nécessaire à l'exercice.

Les maquilleurs entrèrent finalement en scène et ils furent trois à se pencher sur le visage d'Amon pour s'extasier sur les plumes aux coins de ses yeux puis à réfléchir intensément sur la manière de sublimer ce regard sans altérer la beauté naturelle du plumage. De même pour les lèvres déjà naturellement bleues qui ne toléraient aucun autre pigment. Il fut décidé qu'un trait d'eyeliner bleu sombre sur la paupière serait plus intéressant que d'ajouter du fard et qu'un gloss humide rendrait plus attirante cette bouche bien dessinée. Se prêtant docilement au jeu, l'oiseau resta immobile jusqu'à ce que la magie ait fini d'opérer. Entre temps, il avait vu son compagnon se lever et s'éloigner, en ayant terminé avec le pomponage. Le challenge pour les maquilleurs semblait plus important que prévu, ils n'avaient jamais eu à faire à une hybridation comme celle d'Amon, mais ils en vinrent à bout et lui présentèrent un miroir pour qu'il puisse s'observer. Le résultat était superbe, gracieux et discret à la fois. Jamais le brésilien n'avait eu un regard de biche à ce point et il semblait que chaque battement de cil était une invitation à un geste galant.

« Impressionnant... Merci beaucoup. »

L'équipe le considéra un moment avec surprise, peu habituée à recevoir des remerciements pour avoir simplement effectué leur travail, mais ils se déridèrent tous rapidement en y allant d'une petite phrase telle que "Oh, c'est notre travail tu sais !" ou "On a presque rien fait, tu es superbe sans efforts.". Amon se leva et laissa l'équipe ranger son matériel, s'éclipsant à l'intérieur du bungalow pour retourner devant le miroir de la salle de bain.
Il n'avait jamais songé à s'attacher les cheveux de cette façon, mais le résultat était simple et élégant, cela lui donnait un air plus sophistiqué. Et dans ces vêtements parfaitement taillés, il ne se reconnaissait presque pas. Ce n'était plus lui, dans ce reflet, c'était une autre personne, un autre hybride. Et il ne savait pas s'il devait se sentir bien d'être ainsi apprêté ou un peu mal à l'aise.
Trois petits coups retentirent à la porte et Léo passa la tête dans l’embrasure après en avoir reçu l'invitation. Il avait reçu la garde de l'oiseau et s'était sans doute inquiété de le voir rentrer si vite, sans rejoindre l'étalon.

« Est-ce qu'il y a un problème, Amon ? »

« Heum... Non, je crois que tout va bien... »

Le brésilien s'observa de nouveau avec une pointe d'inquiétude, ce que nota le vampire qui entra en refermant doucement derrière lui. Le coin de ses lèvres se redressa avec une sorte de tendresse amusée.

« Pas l'habitude ? »

« Non, pas du tout même ! Est-ce que ça fera l'affaire ? Enfin... Est-ce que je vais faire l'affaire ? Il ne faudrait pas que Charlize ou Corso soit gêné à cause de moi et là j'ai l'impression d'être... Déguisé. »

Le colosse partit d'un grand rire qui vexa un peu l'hybride avant de passer derrière lui et de poser ses mains sur ses épaules, croisant son regard dans le miroir. Il était vraiment très grand par rapport à la petite carrure qu'il devait protéger.

« Tu feras très bien l'affaire. Suis Corso, sois souriant et aimable comme depuis le début de ce voyage et on va t'adorer. Laisse le patron faire le show, il a l'habitude. Et puis qu'est-ce qui pourrait t'arriver avec un gars comme moi pour veiller au grain ? »

Amon hocha la tête, un peu rassuré et reconnaissant pour les encouragements. C'était peut-être stupide de se sentir aussi inquiet, mais dans les événements mondains auxquels il était allé, son rôle avait toujours été de suivre son maître et de sourire, pas d'être l'attraction principale. Et il y avait toujours Miguel à ses côtés, ensemble ils formaient une paire.
Léo posa sur lui un regard interrogatif qui signifiait « On y va ? », ce à quoi son protégé répondit par un sourire avant de se détourner du miroir pour sortir de la pièce. Ensemble ils retournèrent sur la terrasse pour attendre que le manager arrive. Il restait environs dix minutes avant de devoir se mettre en route.

Laissant sur le bois de la terrasse les deux gardes du corps, l'oiseau retira ses chaussures pour marcher dans le sable à la rencontre de son compagnon qui raccrochait justement un appel téléphonique. Il enfila son masque et chassa toutes ses craintes de sa tête pour arborer un sourire confiant. D'un balancement de la tête il fit onduler sa queue de cheval, amusé.

« Moi aussi j'en ai une maintenant ! Mais elle a un peu moins de classe que la tienne. Dis-moi, est-ce que tu pourrais m'accorder une faveur ? »

Il s'approcha encore d'un pas ou deux, sembla hésiter un instant avant de se lancer.

« Est-ce que je pourrais toucher tes oreilles ? Pour me porter chance. Je n'arrête pas de me demander si elles sont douces et aussi mobiles que celles des hybrides félins... E-Enfin si ce n'est pas déplacé ! »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Lun 6 Fév 2017 - 22:45

Owen avait du boulot, évidemment j’aurais dû m’en douter, mais bon, la mouche m’avait piqué et j’avais gueulé qu’il ne m’accordait jamais de temps, alors que j’étais ce moment même sur une plage paradisiaque pour le taf. Pathétique. Notre relation était vouée à l’échec, elle n’avançait pas, je présageais sérieusement de partir de chez lui pour … pour quoi hein ? Retourner chez Sisco et me marier avec un type qui me collerait des vertes et des pas mûres jusqu’à ma mort sans jamais envisager de me transformer ? Ou squatter dans le studio de Charlize ? Beurk. Vivre avec mon boss avait une drôle de saveur, et un arrière-goût de sale. De très, très, trèèèès triste aussi. A ceux qui croient que ma vie est un atoll de lumière divine...

Tom m’avait rejoint pour me demander si je souhaitais quelque chose en particulier. Je dis que non, lui tendis mon portable, non en fait le collai sur son gros torse de buffle, le suppliai de ne pas me le rendre avant demain soir, et il sourit dans sa barbe blonde parce qu’il savait que j’allais péter un câble dans une heure pour l’obtenir, mais il n’ajouta rien et partit avec mon téléphone dans la poche. Une seconde de plus et je déprimais royalement. C’était sans compter une apparition totalement mythologique. « Moi aussi j’en ai une maintenant ! Mais elle a un peu moins de classe que la tienne. » Putain...Amon était superbe. Je sais je l'ai dit beaucoup depuis le début ! Mais ce petit oiseau faisait battre mon grand cœur d’infidèle, il fallait se sortir le coude de l’œil ! L’eye-liner parfaitement dosé et étiré rehaussait son regard, le rendait…moins chaste, mais l’élevait en même temps comme un dieu sur son piédestal. Ma jalousie n’avait pas le temps de naître, un raz-de-marée la chassait violemment tandis que je le rejoignais, admirant l’élégance simple de sa coiffure, et le brillant des plumes sur ses tempes. Ma queue n’en faisait qu’à sa tête – non pas celle-là bordel ! – dessinant une courbe bien espagnole de pure-race pendant que mes oreilles étaient aimantées par le son de sa voix. Ce cadre idyllique, j’étais assez bête au fond pour me laisser avoir par mes propres mesures de drague. « …m’accorder une faveur ? »

- O quê ??

Cela ressemblait plus à un hoquet d’incompréhension, vous savez celui d’un homme qui n’était pas du tout en train d’écouter la conversation…à l’instant. Il hésite. Ah bon, on est deux clampins alors. Mais alors quand il lâche le morceau je ne m’attendais pas DU TOUT à ça ! Pourquoi est-ce que c’est SI PEU romantique ?! Je soupire par le nez avant de rire, attirant ce sublime volatil dans mes bras musculeux, tout contre mon torse encore tiède de la douche.

- Meus ouvidos são suas, querido… [Mes oreilles sont tout à toi, chéri.]

Fis-je avec un sourire digne d’un très bon péplum remis au goût du jour, dans lequel je jouerai le rôle du plus sexy des héros qui aurait essuyé mille combats puis une bonne douche pour emporter sa belle sur son cheval trop bien dressé...

- Personne ne les touche jamais, fais-toi ce plaisir.

Penché, là doucement penché sur ses lèvres, juste assez d’espace pour lui laisser mon front et les intrigantes petites machines d’espionnage à portée. Elles vibrent sous ses doigts, sont certainement moins soyeuses que celles d’un chat, mais tout aussi sensibles. Connement, ça m’excite. Et d’ordinaire je prendrai ce que je revendique sans rien demander mais je ne sais pas pourquoi, prononcer cette requête c’est comme démultiplier son effet à l’infini.

- J’ai envie de t’embrasser…mais j’ai dans l’idée que tu vas trouver une réplique magistrale en portugais et t’éclipser comme une jolie nymphe…C’est dans l’idée ? Hmmm …Ou bien quelqu'un va encore ...merde.

Bien sûr, Charlize nous a trouvés et nous engueule comme deux jeunes amants incorrigibles mais aussi comme du poisson pourri. Et comme je ne m’avoue jamais vaincu, je sais que ce n'est que partie remise et je daigne rejoindre l’équipe pour gagner l’esplanade de bois ouverte aux mille lampions et aux compositions florales sur-complexes, où une musique des îles joue déjà dans nos oreilles. Gardant la main bien autour des hanches d’Amon, au cas où on viendrait essayer de me le soustraire. Je m’ennuie rapidement quand le patron des lieux nous fait un bien beau lourd discours, et appuyé contre une table du buffet je sirote un jus de fruits frais délicieux – il a ce mérite ! Je n’applaudis pas et finis par attraper une assiette pour me servir en crustacés, brochettes de fruits et riz épicé. Personne d’extérieur n’est là ce soir ; j’aurais au moins ce luxe supplémentaire d’avoir la paix. Je m’approche à nouveau d’Amon avec une assiette et la lui tends, la mienne pleine dans mon autre main.

- Je te sers quelque chose ?

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Mar 7 Fév 2017 - 19:00



La déception de l'étalon était presque palpable et Amon failli lui donner une pichenette dans le nez, comme avec un chaton capricieux, pour le rappeler à l'ordre. Ils n'étaient pas arrivés depuis une journée, fallait-il qu'il soit si impatient ? Mais il n'en fit rien et sourit, se laissant attirer sans opposer de résistance car il prenait goût à ce contact un brin possessif. Les bras autour du cou de Corso, il enveloppa les petites oreilles dans ses paumes pour en éprouver la résistance et la douceur. Ce n'était pas comme la membrane fine et fragile des hybrides chat, mais la fourrure courte était douce et très duveteuse à l'intérieur. Il gloussa lorsque l'une d'elle vibra dans sa main, lui chatouillant les doigts.

« Avec ça tu pourrais m'entendre soupirer depuis l'autre bout de la plage, pas vrai ? »

Il veillait à ne pas descendre son regard car il risquait de croiser celui du mannequin et se rendre compte à quel point ils étaient proches l'un de l'autre. Mais sa tentative fut vaine car les mots de l'étalon le troublèrent un instant et il se retrouva nez à nez avec ces yeux clairs qu'il redoutait tant, face à une bouche qui pouvait ensorceler n'importe qui. Oui, il aurait bien aimé lui sortir une jolie petite réplique et s'échapper de ses bras, être parfaitement insensible à ses charmes et pouvoir jouer au plus fin encore longtemps, mais présentement, sa cervelle était comme un vieux moteur qui renâcle et refuse de démarrer correctement. Heureusement, Charlize n'était pas loin et se chargea de ruiner complètement l'ambiance.

Meu Deus, bénissez ce vampire !

À voler trop près du soleil, on se brûlait les ailes. Et Amon ne voulait pas endurer cette peine, il avait déjà bien assez à faire avec les autres. Le manager fulmina un moment en rappelant qu'ils étaient ici pour le travail et tapota sa montre qui lui indiquait qu'ils n'étaient en avance que de quelques minutes s'ils partaient tout de suite.
Le décor de la réception de bienvenue était superbe et le perroquet eut le nez en l'air jusqu'à ce qu'ils arrivent devant le pupitre où le directeur de l'établissement ferait son discours. Toutes ces fleurs, toutes ces lumières, il ne pouvait pas s'empêcher de regarder autour de lui avec un sourire émerveillé. Pour un peu il se serait cru dans une carte postale. Son bras s'était naturellement enroulé autour de la taille solide de l'hybride à côté de lui et il ne s'en rendit compte que lorsque ce dernier s'éloigna pour aller prendre quelque chose au buffet. Le pauvre devait s'ennuyer ferme.

Après le long et pénible laïus, la petite foule applaudit poliment et chacun put vaquer à ses occupations, l'intérêt général se portant sur le buffet, puisqu'il était l'heure de manger. Une partie de l'équipe des photographes était déjà là et un grand vampire aux cheveux noirs, rasés sur les côtés, harponna Amon dès que les regards ne furent plus sur le directeur. Il se présenta comme étant chargé de trouver les plus beaux cadres naturels de l'île pour le shooting et complimenta l'hybride pour avoir attiré l'attention de l'équipe de la star. Un peu prit de court, le novice esquissa un sourire un peu gêné en assurant qu'il n'avait rien fait pour, mais qu'il appréciait de vivre l'expérience.

« Votre hybridation est tout à fait remarquable, je n'en avais jamais vu de semblable... excusez-moi si c'est un peu rude, mais avec quel oiseau êtes-vous croisé ? »

« Un ara de spix. C'est une espèce éteinte à l'état sauvage, il n'en existe qu'une petite centaine, en captivité exclusivement. »

« Et vous ne dérogez pas à la règle, semble-t-il. J'envie terriblement votre propriétaire, je suis un grand amoureux des produits exotiques... »

Amon sentit une petite alarme se déclencher tout au fond de lui et il offrit un joli sourire au vampire pour dissimuler son malaise.

« Oui, il semble qu'il partage cet amour également. »

Il n'avait pas très envie que cet homme s'intéresse plus que nécessaire à son cas car pour une raison qu'il aurait bien été en peine d'expliquer, quelque chose dans le regard du photographe le dérangeait profondément. Peut-être la lueur avide qui brillait derrière ses prunelles sombres... Le brésilien s'excuse et s'approche du buffet pour pouvoir profiter lui aussi de se remplir le ventre. À cet instant, Corso refit son apparition et ce fut comme si un poids se soulevait de la poitrine du jeune homme. Avec l'étalon, il se sentait en sécurité.

« C'est gentil. Oh ! Où sont les brochettes de fruit ? »

Le regard et le nez de l'oiseau rare immédiatement attirés par le contenu du plat que tient son compagnon, il suivit scrupuleusement les indications pour retrouver le plat tant désiré et ajouta quelques légumes ainsi que du poisson avant de revenir à son point de départ. Un morceau d'ananas manquait déjà à l'appel et il soupira d'aise en sentant le jus lui picoter les papilles.

« Ce que c'est bon ! Les épices me manquent beaucoup, on ne mange jamais rien de fort à la boutique. »

Ravi de pouvoir contenter son appétit, il suivit le mannequin comme son ombre pour laisser libre l'accès à la nourriture et pouvoir se sustenter tranquillement. Derrière la musique on pouvait entendre le chant des grillons ainsi que le roulement des vagues. C'était décidément un petit coin de paradis.
Le vampire en charge du repérage des décors passa dans le champ de vision d'Amon et ce dernier se rapprocha un peu plus de l'étalon, par réflexe.

« Corso, est-ce que... Est-ce que les membres de l'équipe ont le droit de nous mordre ? Enfin, je pense surtout à moi parce que je n'ai pas de maître officiel... Je vais causer des ennuis si je refuse ? »

Se faire mordre faisait partie des plaisirs inavouables de l'hybride, mais il savait que c'était uniquement parce qu'il n'avait expérimenté de morsure forcée, ni violente. Et il n'avait pas envie que cela lui arrive un jour. Pour une semaine, sa vie n'appartenait plus à la Cage Dorée, mais à l'équipe de Corso et peut-être plus particulièrement à Charlize, puisqu'il était le responsable référent. Or tant que le brésilien était restitué en un seul morceau et bien portant une fois de retour à Dornia, le reste était laissé au bon vouloir des personnes présentes sur l'île.

« Tu vas trouver ça ridicule pour un hybride proposé à la vente, mais je n'ai pas envie qu'un inconnu me morde. »

Son regard ripa involontairement sur le vampire qui l'inquiétait et il se détourna rapidement pour mettre un morceau de fruit dans sa bouche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Mar 7 Fév 2017 - 20:51

- Profites-en alors, c'est un repas exceptionnel, le reste de la semaine sera plus...sommaire. C'est pas comme si on devait se transformer en bombonne de sucre et de sel pendant le séjour.

Je ricane. Il ne s'agit pas là de lui reprocher une éventuelle prise de poids, c'est juste "dans le contrat", comme on dit, et si j'ai l'habitude de suivre un régime spécifique et adapté à tout un tas de critères bien casse-couilles, je ne crois pas que cela soit son cas. Mais ça n'a pas d'importance pour le moment. Le jus de l'ananas fait briller ses lèvres devenues une seconde bien gourmandes, et je me demande si ce fruit pourrait être plus que mon préféré si je le goûtais sur cette bouche bleutée. Les crevettes sont décortiquées, il n'en reste que la queue, et je me régale de leur fermeté et de leur parfum : j'ai un gros faible pour les crevettes, je confesse. Mangeant tranquillement pendant que mes attributs équins se dandinent tout seuls au rythme d'une musique planante, je sens qu'Amon cherche à se rapprocher, et je ne suis pas débile, c'est plutôt par peur qu'autre chose qu'il pénètre mon espace vital, et rentre dans ma zone de confort. Mais ça veut au moins dire que je lui inspire la sécurité, c'est autre chose que de la gêne ou un amusement coincé, ou pire : de la pitié !

- Eh...

Je pose mon repas, mon verre et utilise une petite serviette bouillante apportée par un serviteur pile à ce moment, parfumée au citron vert. Mes doigts propres, je me tourne tout entier vers mon Ara et lui soulève doucement le menton entre l'index et le pouce. Qui a bien pu le menacer silencieusement pour qu'il s'inquiète d'une chose pareille ? A vrai dire avec mon grade, l'habitude, et mon chaperon - Charlize - je n'ai jamais eu à m'en faire là-dessus, même si Tom aimerait parfois faire plus que me bécoter gentiment dans la loge.

- Non ils n'ont pas le droit, sauf si t'es consentant. Et si tu ne veux pas, et que quelqu'un te force, je peux t'assurer que je le ferais virer dans une colère tout à fait théâtrale digne d'une bonne vieille tragédie grecque... Querido. Charlize ne laissera pas faire ça, et moi non plus. De toute façon ton boss a été clair, la boîte tient pas à avoir une plainte ou de la mauvaise pub, personne te fera chier, c'est promis.


J'embrasse son joli nez juste sur la pointe et me redresse. Ma vue n'est pas des meilleures, il faut dire que je la dois à un animal incapables de voir devant et derrière lui. Mais il faudrait être sacrément con ou sacrément bourré - les deux peuvent s'associer je crois mais alors le combo est atroce - pour ne pas voir toute l'hésitation dans les yeux lagunaires d'Amon, quand il suit le mouvement d'un homme que je ne tarde pas à repérer. Grand, brun, les côtés rasés, des lunettes de soleil dans les cheveux, quelques anneaux aux oreilles...et les mains tatouées. Mes sourcils se froncent et ma queue chasse l'air, tapant et balayant le pied de la table puis mes mollets par rebonds.

- C'est Trevor qui t'a proposé des trucs ? Fais gaffe c'est un dragueur dans l'genre ...bin dans l'genre où moi j'irais pas. Et si j'y vais pas crois-moi c'est que ça craint.


Je ris pour nous dérider et lui tends un verre de nectar digne des Lotophages.

- Il bosse bien, mais il a pas d'esclave, des fois ça lui tape sur le système. S'il revient te voir, n'hésite pas à le dire à Charles, et si t'as peur, viens me voir, ok ? On préserva ta gorge des vilains pervers de l'île.


Un clin d'oeil sous une mèche dorée. Je voudrais remettre l'une des siennes derrière son oreille mais sa coiffure est parfaitement nouée, lissée, retenue. Je maudis nos coiffeurs pro' et lève mon verre contre le sien. Ils tintent à l'unisson.

- Saùde. [Santé] A ton petit cul sacré, et ton petit sourire qui me fait craquer comme une chips, princesa.

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Jeu 9 Fév 2017 - 18:39



Corso et son aura solaire, capable de faire fuir les vampires pervers et les inquiétudes les plus noires. L'oiseau bleu hocha la tête et retrouva le sourire, rassuré de savoir qu'il n'était pas jeté en pâture aux immortels de l'île et qu'il pouvait compter sur le soutient du plus bel étalon du cette hémisphère. Ses doigts se refermèrent autour du verre avec un "merci" autant pour la boisson que pour les mots rassurants. Le mannequin avait son franc-parler et ne savait pas se tenir tranquille, mais il était bienveillant et plutôt compréhensif. Amon se promit de faire mieux dans les jours à venir pour ne pas éroder la patience de l'équipe avec des inquiétudes inutiles.

« Saùde. À tes airs de play-boy ravageurs et à ta patience avec les newbies, meu sol. »

Le goût sucré du nectar de fruit enchanta ses papilles et descendit dans sa gorge en chassant les dernières inquiétudes de l'hybride. Tout se passerait bien, il n'avait rien à craindre tant qu'il restait non loin de l'équipe et qu'il faisait ce qu'on lui demandait. Pas la peine d'avoir peur pour un photographe frustré.

La soirée s'écoula paisiblement et lorsque tout le monde eut mangé à sa faim, la musique retentit un peu plus fort et des danseurs offrirent un spectacle à l'assemblée, enchaînant deux ou trois danses traditionnelles sur la petite scène surélevée qui avait été installée. C'était rythmé, beau à voir et la foule applaudit lorsque les danseurs se retirèrent. Le temps passait vite, le soleil allait bientôt se lever et pour les vampires, cela sonnait la fin des festivités. Charlize rapatria sous son aile ses deux modèles, telle une mère poule rassemblant ses petits, et leur rappela qu'il fallait se coucher tôt car la journée du lendemain allait être chargée, en particulier pour Corso qui avait une interview et une séance de signature au centre de l'île.
Après avoir salué correctement le reste de l'équipe photo et maquillage, Amon emboîta le pas aux gardes du corps ainsi qu'à l'étalon dont il prit le bras. Avec tout ce que Corso avait fait pour lui, il pouvait bien lui rendre un peu la pareille, non ? Ils furent rapidement de retour aux bungalows, pile à temps pour voir le ciel à l'horizon devenir gris perle, signe que bientôt l'aurore étendrait ses voiles roses et oranges au-dessus de Sainte-Lucie.

« Et interdiction de veiller jusqu'en pleine après-midi ! » rappela le manager en agitant le Doigt de la Menace à l'attention des deux hybrides alors qu'il les laissait sur le seuil de leur chambre.

L'oiseau promit sans se faire prier, notant qu'il pouvait tout de même veiller jusqu'en milieu de matinée sans aller à l'encontre des directives. Et dès que Charlize fut hors de vue, il fila dans la salle de bain pour retirer le maquillage, tout sourire, avec visiblement une idée derrière la tête.

« Je suis désolé pour le patron, mais avec tout le respect que j'ai pour lui, il n'est pas encore né le vampire qui pourra m'empêcher de voir le soleil se lever. Tu viens avec moi, pas vrai ? » dit-il en passant la tête par l'ouverture de la porte pour guetter la réponse de l'étalon.

Bien sûr, il pouvait y aller tout seul, après tout il n'avait qu'à descendre sur la plage pour attendre que le jour se lève, mais c'était plus agréable de le faire en compagnie de quelqu'un. Le maquillage entièrement retiré, l'oiseau s'attaqua à ses cheveux qui n'avaient jamais été attachés aussi serrés. Il retira quelques épingles en veillant à bien les mettre de côté pour les rendre aux coiffeurs et tira très doucement sur l'élastique qui était caché sous une mèche de cheveux pour ne pas arracher de plume. Bientôt la cascade bleu sombre retomba sur ses épaules, pour son plus grand soulagement. Il était tellement habitué à sentir la caresse de ses propres cheveux que d'avoir la nuque dégagée lui donnait la drôle de sensation d'être tout nu. Désormais libre comme l'air, il put sautiller - presque littéralement - jusqu'à sa chambre pour se changer et enfiler un short ainsi que le gilet à capuche qui l'avait accompagné.
Timidement il vint toquer à la porte de l'étalon pour s'enquérir de sa décision et savoir s'il était prêt à y aller.

« Heum... Corso ? Je peux entrer ? C'était juste pour savoir si finalement tu voulais venir avec moi ou non. »

L'idée de pousser la porte lui était venue à l'esprit mais il craignait de retrouver le mâle complètement nu, étalé sur son lit, ce qui le mettrait dans un terrible embarras. Principalement parce qu'il espérait tomber sur cette vision, à vrai dire.

*Acalma te. Tu commences à penser n'importe quoi.* se gronda-t-il intérieurement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Jeu 9 Fév 2017 - 21:32

J’aimerai faire un fuck à Charlize mais vu son état de fatigue et le manque de sang, ce ne serait pas judicieux, il devient complètement dingue quand il est crevé, enfin si l’on omet qu’il est dingue tout le temps. Il pourrait baiser nos fronts comme Dieu le Père qu’il le ferait tout à fait religieusement, et ce serait tout à fait insupportable. Mais au moins je suis libre maintenant, libre d’aller me baquer, de prendre du bon temps avant d’aller faire une énorme « nuit ». Habitué au rythme des vampires, je suis un peu éreinté par le voyage et la réception mais je suis encore parfaitement frais et dispo’, comme une voiture de course, y a juste à appuyer sur la pédale.
Je laisse Amon vaquer à la salle de bain, me contentant d’aller me dévêtir dans ma chambre et d’enfiler un short de bain confortable, sexy, redoutable, assez long pour être décent – comme d’habitude – assez court pour être suggestif. J’ai la cuisse plutôt aguicheuse il faut dire. Je natte rapidement – autant que faire se peut avec une longueur proche de celle de Rapunzel – mes cheveux et profite que la chambre donne sur la plage et la mer pour écouter le chant des premiers oiseaux marins, et enlacer mon oreiller. Je réalise que je n’ai pas récupéré mon téléphone, pris aux pièges des muscles de Tom. Tant pis, je devrais compter sur Amon pour me réveiller demain matin, à défaut de réveil électronique. Je m’assoupis mollement sur les draps quand on toque à la porte. Je maugrée, geins et m’étire comme le gros paresseux que je suis avant de venir ouvrir, le bras appuyé sur l'embrasure de bambou, un peu débrayé mais ça assure le coup du charme du dormeur dérangé et c’est parfait. Ma colombe est justement là qui me propose de l’accompagner admirer le soleil levant, et je me retiens de lui dire que pour moi l’admirer elle simplement, me suffirait.

- Ne suis-je pas fin prêt, querido ?

Fais-je en écartant les bras comme le Corcovado. Il y a du rouge sur ces petites pommettes innocentes et je ne retiens pas un sourire de psylle. « Séducteur » est mon deuxième prénom, je ne l'ai pas déjà dit ?
Bras dessus bras dessous, nous descendons sur la plage, où les palmiers sont bercés par un vent tiède et infiniment doux. C’est marée basse. La température est fraîche mais parfaite pour ne pas suffoquer et prendre un bain de mer. Je retourne là où l’on m’a arraché tout à l’heure et cette fois plonge la tête la première et nage, nage dans l’eau limpide, sortant la tête de l’eau et secouant ma crinière comme l'un des impétueux chevaux de Poséidon. Les mains sur mes tempes, je chasse les gouttes importunes de mon visage et profite de ce moment pour piquer têtes sur têtes jusqu’à ce que mes muscles soient chauds à force de ruades. Je regagne le bord, regagne Amon et pose mon cul dans le sable à côté de lui, me souciant peu des apparences maintenant que l’océan m’a complètement lavé. Je sens le sel, le soleil, lui aussi. Le grand astre d’or daigne enfin montrer ses tout premiers rayons, à nous V.I.P modestement assis à l’attendre sur un morceau d'île flottante. Il est rose, orange, rouge, il est grand, il nous réchauffe. Doucement. Ce moment ne m’inspire que de nobles sentiments, et le besoin irrépressible de le marquer à jamais, d’utiliser sa beauté pour accomplir mon dessein, plus si calculé, nettement plus spontané, plus sincère. Je cale ma main sur la joue de mon oiseau de paradis et lui fais tourner la tête vers moi. Penché, mes yeux azur captent immédiatement les siens et ne les laissent plus s’échapper. Il y a quelque chose de solennel qui me plaît là-dedans, et nos lèvres se rencontrent dans un écrin de miel. C’est doux. Ça fait un très léger « pop ! ». C’est aussi chaste que je l’aurais cru, Amon s’y applique. Je souris. C’est bon, je l’ai goûté, et j’ai aimé ça, on peut le dire oui. Ça a un goût de « reviens-y ». Mon tableau de chasse est vaste, mais je me suis rarement senti si respectueux envers une conquête. Voilà qui est curieux.

- Este não é perfeito ? Desta vez… com você. [Est-ce que ce n’est pas parfait ? Ce moment…avec toi.]

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Sam 11 Fév 2017 - 18:32



Grâce au ciel, il n'était pas nu ! Mais peut-être qu'il est parfois préférable de tout voir plutôt que de laisser de la place à l’imagination, comme le faisait ce maillot de bain. Amon eut beau avoir l'air détaché, il sentit ses pommettes rougir et failli donner une bourrade gênée à l'étalon qui souriait de plus belle de le voir dans cet état. Bienveillant, oui, charitable, certainement pas ! Sinon il n'aurait pas fait endurer cela à son hôte.

De retour sur le sable, l'oiseau laissa tout loisir à son compagnon d'aller piquer une tête pendant que lui s'installait sur le sable, les pieds au frais dans le sable humide. Il n'avait rien contre les bains, mais l'eau salée l'attirait assez peau, il préférait de loin se baigner dans de l'eau clair car le sel avait tendance à s'accrocher à ses plumes et à les abîmer.
Les coudes posés sur ses genoux, ses doigts entremêlés, il admira sans retenu l'hybride qui prenait plaisir à s'ébrouer dans les vague. Il y avait dans sa façon d'être quelque chose d'authentique qui le rendait plus beau encore que lorsqu'il posait ou agissait de façon empruntée. La nature était souvent l'auteure de choses bien plus belles que ce que les hommes étaient capables de faire. Le soleil ne tarda pas à poindre, embrasant tout le ciel de rose et d'or tandis que la mer prenait des teintes violettes superbes, tirant peu à peu vers le bleu à mesure que le jour se levait. Le spectacle était saisissant, à couper le souffle.

Amon vivait de nuit, comme beaucoup d'hybrides afin de pouvoir s'accorder au rythme de leurs maîtres. Cependant, il avait toujours conçu un attrait irrépressible pour le soleil et sa lumière, la caresse de ses rayons qui pouvait devenir une morsure cruelle si l’on n’y prenait pas garde et toutes les couleurs qu'il révélait. Le monde nocturne pouvait être superbe et magique, c'était le royaume du silence et du rêve, mais de jour, tout prenait une dimension nouvelle. Les couleurs devenaient éclatantes, les odeurs étaient plus fortes, les oiseaux libres s'activaient dans les branches et beaucoup d'animaux sortaient de leur abri pour partir en quête de nourriture. Le jour était plein de vie et parfois, l'hybride avait l'impression de passer à côté de quelque chose d'exceptionnel en dormant jusqu'au crépuscule. Mais les choses étaient ainsi.
Il se surprit à rêvasser que son futur maître accepte de le laisser voir, de temps en temps, un lever ou un coucher de soleil sans avoir à s'abriter derrière une vitre anti-UV.

Corso revint rapidement sur le rivage, brillant de gouttes d'eau et de sel. Mieux que qu'une image de pub. Le brésilien se cala contre son épaule sans se soucier de mouiller son gilet. Il était content de pouvoir apprécier le paysage en compagnie de quelqu'un, tout seul cela aurait été un peu plus triste.
Lorsque la main de l'étalon vint chercher son visage, il se laissa guider en connaissance de cause, sans résister et sans craindre ce qui arriverait. Il se laissa couler contre ces lèvres qui en avaient déjà embrassé tant d'autres, y appuya les siennes, juste un instant, tandis qu'une gerbe d'étincelles lui descendait dans le ventre. Ils étaient aussi différents l'un de l'autre que le jour et la nuit. Corso était un volcan, bouillonnant et impressionnant, prêt à exploser et capable de faire trembler tout ce qui se trouvait autour de lui, sombrant parfois dans le calme trompeur d'un sommeil qui ne durait jamais longtemps. Amon était plus comme l'océan, froid et paisible en surface, aussi inatteignable que la ligne d'horizon lorsqu'il le décidait, mais détenteur de ressources insoupçonnées et capable de bouillir aussi sûrement que de la lave si l'on se donnait la peine de chercher. C'était pourtant l'association des volcans et de la mer qui donnait son charme inégalable aux îles telle que Saint Lucie.

« Eu espero que você se lembrará disto por muito tempo... Para mim, é certo. » J'espère que tu t'en souviendras longtemps... Pour moi, c'est certain.

Le jeune homme se hissa une bribe d'instant sur les lèvres de l'étalon pour y déposer la caresse d'un nouveau baiser, signature à sa façon avant de se pelotonner contre lui en souriant. Les oiseaux de mer ne tardèrent à se réveiller et à peupler le ciel, en quête de leur petit déjeuner.
Amon étouffa un bâillement et laissa aller sa tête contre l'épaule sculptée du mannequin tandis que ses paupières se fermaient toutes seules. Il était l'heure pour les hybrides d'aller se mettre au lit, le voyage les avait épuisés et une longue semaine les attendait. Se remettre debout fut une véritable épreuve, heureusement leur bungalow n'était qu'à quelques pas. Un bras passé autour de la taille irréprochable de son compagnon, Amon demanda, un peu ensommeillé :

« Cristovão... Ele vai chegar a mim qualquer coisa se eu lhe pedir que durma comigo? Eu não quero estar só... Mas eu ainda não quero de... » Est-ce qu'il va m'arriver quelque chose si je te demande de dormir avec moi ? Je n'ai pas envie d'être tout seul... Mais je n'ai pas encore envie de...

Ses prunelles azurées croisèrent celles de l'étalon et il esquissa un sourire en coin qui voulait bien dire "tu m'as compris.". Il n'était pas assez naïf pour croire qu'il était plus spécial qu'un autre aux yeux de la star, il ne demandait pas vraiment à l'être, mais il voulait tout de même avoir la liberté de choisir jusqu'où il se donnerait. C'était peut-être capricieux de vouloir de la compagnie pour dormir et juste pour dormir, mais il avait tant l'habitude de partager son lit avec une présence rassurante que depuis sa séparation avec Miguel, ses nuits étaient moins réparatrices.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Lun 13 Fév 2017 - 20:19

- Lembro-me de todos. [Je me souviens de chacun.]

Sous-entendu : chacun des baisers que j'ai pris, qu'on m'a donné, que j'ai soutiré, que j'ai donné, qu'on m'a arraché, bref, il y en a Mille et Un, sans aucun doute, et chaque nouveau est une saveur que je sais apprécier. Amon est un bijou, une chose si précieuse que lorsque je le serre contre moi alors qu'il cherche ma présence, je fais attention à son corps, au velouté de sa peau, à la soie de ses plumes, et le dos de ma main caresse sa joue tandis que je le regarde d'un air tranquille. Nous aurions pu être amants, nous aimer un temps, si je n'avais pas été si incapable de stabilité, de sentiments raisonnés, sages. Non je ne suis pas sage, je suis inconditionnellement insatisfait. J'ai cru l'être avec Sisco, et il ne se passe tellement rien avec Owen que j'ai bien peur de devoir poursuivre ma quête. Qui sait, à quarante ans je serais trop vieux pour ces conneries d'idéaux et je me foutrai une balle en pleine tête. Ce sera tragique, ce sera beau, le journal télé parlera de moi comme d'une égérie hystérique ayant sombré dans la drogue, à la vie tourmentée, on dira que j'ai cherché l'amour en vain, et que je me suis gouré de chemin, et ce sera vrai. Mais fuck. Alors Amon et moi c'est comme tous les autres, du flirt, une parenthèse sucrée et paisible dans un océan de vagues plus hautes les unes que les autres. Et c'est bon, vraiment bon. Je me sens bien, son contact me fait oublier mes sales pensées, mon sale passé. Son bâillement me contamine et je me relève pour lui emboîter le pas, bras dessus bras dessous, alors que le soleil s'est décroché de la ligne d'horizon, et commence à lécher les plages et les falaises de ses rayons chauds. Mon dos savoure sa caresse et je ne me retourne pas car je sais que je serais capable de tout plaquer juste pour me la couler fraîche et douce au soleil.
Ah, on se ressemble plus que je ne le pensais alors ! Je me mets à rire doucement et me penche vers sa tempe pour la baiser. "Confidence pour confidence" me vient soudainement en tête.

- Je supporte pas de dormir seul. Je sais pas d'où ça me vient mais je fais des saloperies de crises d'angoisse, alors si tu veux que jte serve de doudou, va falloir que tu sois le mien.


Sa demande silencieuse est évidente et ne me gêne pas. J'ai beau être - trèèèèès - porté sur la chose je n'ai pas envie de lui imposer un rodéo, et puis je suis complètement cramé, alors il n'a pas à s'en faire, je compte bien dormir comme un bébé.

- Eu lavo. Vê-lo na cama. [Je me lave. On se retrouve au lit.]

Un petit sifflement plus tard et je fredonne sous la douche, n'usant pas de produit cette fois, simplement d'une huile de coco neutre et naturelle pour dé-saler mes cheveux, et je vais tirer les volets et les rideaux pour nous offrir le cadre d'une nuit correcte. Nu, dans le halo de la lampe de chevet en coquillages, je me glisse dans son dos et froisse la couverture en glissant une jambe par-dessus. Je l'enlace, caresse son ventre et presse mon front contre le haut de son dos. C'est bon, je bande, mais c'est physiologique pas de panique.

- Boa noite...querido.

Et sur ces entre-faits l'étalon sauta à pieds joints dans le sommeil.

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Dim 19 Fév 2017 - 16:11



Amon délaissa ses vêtements en quelques gestes et se contenta d'enfiler un boxer pour être plus à son aise avant de se faufiler dans le lit. Les draps sentaient bon la lessive et l'on pouvait entendre la mer, toute proche. Il s'étira, bailla à s'en décrocher la mâchoire, cambra le dos jusqu'à ce que ses muscles ne puissent pas tirer plus loin et fini par éteindre la lumière de son côté. Tous les volets avaient été baissés pour offrir à la chambre le plus de pénombre possible, mais la lumière aveuglante du jour parvenait tout de même à baigner l'endroit d'une lueur chaude et tamisée. Restait la petite lampe de l'autre côté du là, là où Corso pourrait se mettre tout à son aise.
Lorsque le bruit de la douche se tut, Amon commençait déjà à sombrer dans le sommeil. La nuit avait été plus longue et éprouvante qu'il ne l'avait pensé. Derrière ses paupières closes, il devinait le bruit des pas qui s'approchaient du lit, entendit le "clic" de la lampe au moment où la lumière disparaissait. La chaleur d'un corps irradia contre son dos, lui tirant un doux soupir de bien-être sans qu'il prête vraiment attention aux "reliefs" de son compagnon. Tout naturellement, sa main se glissa contre celle sur son ventre et il se laissa aller aux bras de Morphée en un rien de temps.

Sa journée fut peuplée de rêves paisibles où il se trouvait seul en pleine nature, près d'une cascade ou dans une forêt. Il se vit même assit dans un hamac, un livre entre les mains et en compagnie de plusieurs perroquets aux plumes rouges. Tout était calme et bien qu'il soit seul, il ne se sentait pas anxieux.
Lorsqu'il ouvrit les yeux, sans doute un peu tôt à cause des habitudes prises au magasin, Amon était lové contre un torse puissant qui se soulevait au rythme lent d'une respiration profonde, les jambes emmêlées dans celles d'un hybride étalon. Il inspira doucement, glissa une main sur la taille galbée jusqu'à ce qu'elle passe dans le dos de Corso, chercha à se repositionner pour être plus à son aise. Son bassin appuya contre une hanche et un frisson le réveilla un peu plus lorsqu'il comprit que ses réflexes physiologiques matinaux jouaient contre lui. Heureusement qu'il portait un sous-vêtement, contrairement à son partenaire qui... Était complètement à poil ! Ce constat lui tira un sourire et il ferma les yeux un instant pour apprécier la chaleur et l'odeur de la peau contre laquelle il se serrait. Cela faisait 24h qu'il se trouvait en compagnie de l'étalon et il commençait à cerner certains aspects de sa personne auxquels il s'adaptait plutôt bien. Malgré sa grande gueule et son tempérament un peu frondeur, l'apollon avait bon cœur.

Le petit oiseau bleu fini par s'extraire tout en douceur de l'étreinte dans laquelle il se confortait et déposa un baiser au coin des lèvres de Corso alors que celui-ci se retournait en grognant quelque chose d'incompréhensible. Maintenant qu'il l'avait côtoyé, Amon trouvait sa présence rassurante, comme une force auprès de laquelle il ne craignait rien malgré l'environnement complètement nouveau où il évoluait. Il quitta le lit dans un froissement de drap et s'aventura sur la terrasse, une brosse à cheveux dans les mains. Encore complètement ensommeillé, il s'assit en tailleur sur le bois et entreprit de démêler ses cheveux en veillant à lisser une à une toutes ses plumes, ébouriffées par sa journée. Inconsciemment, il se mit à fredonner un air entendu quelques jours plus tôt à la radio.
Du bruit s'éleva bientôt du bungalow d'à côté, sans doute Charles qui commençait à donner ses directives ou à passer des appels importants. S'il n'était pas déjà mort, il se serait sans doute ruiné la santé pour le bien de sa star. L'oiseau eut un élan de sympathie pour ce manager hyperactif qui se faisait sans doute mener par le bout du nez lorsque Corso n'était pas d'humeur à se plier aux exigences de son métier.
Les plumes étaient toutes parfaitement lisses et brillantes lorsque le long soupir d'un homme qui se réveille attira l'attention de l'hybride exotique. Il se mit sur pied et s'adossa au chambranle de la porte de la chambre pour regarder son partenaire s'étirer et se rouler dans les draps, sa chevelure solaire étalée sur les oreillers.

« Rise'n shine, honey ~♪ »

Il s'approcha et posa sa brosse sur une des tables de nuit avant de s'asseoir au bord du lit. On leur enverrait sans doute un petit déjeuner sur mesure pour leur longue journée, histoire qu'ils se préparent tout en grignotant. Le programme prévoyait une visite en ville pour la super star ainsi que des essayages avec le styliste en chef qui s'occupait de la collection dont il fallait faire la promotion. Amon n'était pas une personnalité connue, ses mensurations et son allure étaient aussi inconnues du grand public que de l'équipe avec laquelle il travaillait, ce qui allait demander quelques ajustements pour que tout le monde s'y retrouve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Lun 20 Fév 2017 - 21:31

J’ai les cheveux trop lisses pour avoir l’air d’un épouvantail au matin. Même s’ils ondulent légèrement quand ils sont mouillés, alors après la douche d’hier soir on peut dire qu’ils font de jolies vagues tout du long. La nuit a été bonne, je suis de bon poil, ma queue tombe dans le vide et j’ai les oreilles qui tressautent toutes seules à mesure que je me tire du sommeil et reprends pied dans la réalité, sous la caresse de la voix chantante d’un certain oiseau.

- Hmmmm…confessa, você preferiu fugir do que enfrentar meus assaltos manhã [Avoue, tu as préféré fuir que de subir mes assauts matinaux...]

Un sourire étincelant quitte le moelleux de l’oreiller en duvet d’oie et je me tourne sur le dos, un bras derrière la tête, ne me souciant guère de ce tout autre duvet blond sous mes aisselles. Owen ne le dit pas, mais je vois dans ses yeux combien il me trouve beau au réveil. C’est une nature, ça ne s’apprend pas. Mon érection gonfle le drap de coton trop fin comme pour flatter Amon, même si cela doit le mettre mal à l’aise plus qu’autre chose. Je soupire, baille outrageusement à m’en décrocher la mâchoire et gratte mon ventre doucement, là où la peau dorée accompagne le mouvement du serpent tatoué sur les muscles en éveil. Je sens la nuit au dehors. Charlize va bientôt débarouler avec son hystérie, car aujourd’hui le travail commence sérieusement.

- Dormido bem ? [Bien dormi ?]

Pas le temps d’avoir ma réponse qu’on toque à la porte.

- QUOI ?!! Putain déjà....

Je déteste être brusqué quand j’émerge, ça me met d’une humeur terrible pour le reste de la journée, même si c’est Apollon lui-même qui vient sonner et me dire que je suis supplié de monter sur l’Olympe me faire baiser par Zeus lui-même. Les oreilles plaquées sur le crâne, je gronde vaguement et roule, me levant en emportant le drap ultra léger qui va sans trop de conviction ceindre mes hanches nues, quoi que...le derrière ne soit guère masqué. Et tant mieux, mon bel oiseau pourra profiter pleinement de la vue du fessier le plus bombé et luisant de peau brune de la galaxie.

- Uiiiiiiii ?

Fis-je en ouvrant sur le minois écarlate d’un des esclaves de la veille, poussant un chariot garni de pancakes, tartines beurrées et confiturées, de fruits frais soigneusement coupés en disposés dans des ramequins magnifiques, des fleurs partout, des jus brillants et surtout le parfum merveilleux du cacao.

- Petit déjeuner, Monsieur Cristovão...et Monsieur Amon...

Je lâche les vannes de mon plus beau sourire et il fonds comme de la glace coco sous le soleil. Un clin d’oeil de fausses promesses et j’enfourne le chariot dans notre bungalow, ouvrant les volets de bois donnant sur la terrasse pour m’installer là le cul par terre, les pieds dans le sable, à plonger mes narines frémissantes dans le cacao. De quoi faire retomber mon désir matinal, vraiment, il n’y a que le chocolat pour vous épargner. Quand Amon me rejoint, je ne peux qu’admirer le soin qu’il a déjà porté à ses plumes, et que je n’avais pas vu dans la pénombre. Je claque un baiser sur sa joue et l’invite à se faire plaisir. Sur la plage, le ressac est paisible, et Tom profite des dernières minutes de répit pour prendre un bain de mer. Je savoure la vue de son corps de colosse aux muscles brutaux, sa nuque carrée ; ce petit déj’ peut difficilement être meilleur.

- Prêt pour le coup de feu, princesa ?

Dis-je à l'étoile montante à côté de moi.

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Mar 21 Fév 2017 - 19:10



Regarder Corso se réveiller c'était un peu comme se retrouver face à une publicité en 3D : on avait très envie d'y croire pendant qu'une partie de notre cerveau se demandait si c'était bel et bien réel. Amon se demanda même pendant un instant s'il n'allait pas se hisser sur le lit pour venir quérir un baiser, se laisser emporter par sa saveur et s'alanguir contre ce corps parfait pour profiter d'un peu plus de chaleur et peut-être même de quelques ruades exutoires. Il était peut-être un peu trop en forme le matin... Heureusement, le room service vola à son secours et tira un grognement agacé à l'étalon, qui lui offrit au passage une vue qui lui empourpra tellement le visage qu'il préféra passer rapidement par la salle de bain pour boire un grand verre d'eau.
C'était de la torture, vraiment. Il avait beau ne pas être particulièrement porté sur les histoires d'un soir ou se laisser tringler par le premier beau gosse venu, il n'en était pas fait de pierre pour autant ! Et son corps commençait à lui rappeler qu'il avait pris goût à certains plaisirs dont on le privait depuis longtemps. Corso était une personnalité rayonnante, l'hybride appréciait sincèrement son assurance et son énergie, mais il recherchait plus son amitié qu'autre chose. Le fait qu'il soit si... Si "lui", n'aidait pas toujours à tenir le cap. Malgré cela, il ne lui tenait pas rigueur d'être si aguicheur et s'amusait même de sa propre timidité.

Amon profita de son passage à la salle de bain pour enfiler un t-shirt et un short court puis il rejoignit son compagnon de plumard à l'extérieur. Il s'assit en tailleur et piocha un croissant sur le chariot. Sacrée vue, encore une fois. Dans quel monde étrange et alternatif l'oiseau avait-il mit les pieds ? Tous les hommes de son entourage allaient-ils être taillés dans le marbre par Rodin, durant cette semaine, ou était-ce ses sens qui commençaient à le tromper à mesure que sa frustration grandissait ? Il était en droit de se poser la question !

« Autant que possible, o meu sol » mon soleil

Il adressa à son voisin une œillade amusée et acheva de faire un sort à son croissant avant de prendre un grand verre de jus de papaye, accompagné d'une salade de fruit déjà disposée dans une coupelle. Rien n'était trop beau pour eux, semblait-il. L'hybride s'était remis debout pour mieux pouvoir piocher du bout de la fourchette dans le bol posé sur le chariot tout en massant distraitement la nuque de l'étalon pour lui faire passer la désagréable surprise d'avoir été tiré du lit si vite. Ses mains n'avaient peut-être pas la force nécessaire pour délasser vraiment les tensions, mais il s'appliquait surtout à rendre la caresse agréable, laissant vadrouiller ses pensées sans prêter attention.

« Je crois que le styliste va me réquisitionner pendant que tu feras quelques signatures en ville. Je n'aime pas beaucoup l'idée que Trévor soit dans les parages, mais j'imagine que Léo va rester avec moi ? Je me sens bête de ne pas pouvoir me débrouiller tout seul. »

Un rire désolé franchit ses lèvres et il repoussa la chevelure dorée sur une des deux épaules pour pouvoir travailler à deux mains, faisant courir ses doigts de chaque côté de la gorge avant de descendre sur les trapèzes gonflés et fermes, ses paumes appuyant contre la peau bronzée. Il ne cèderait peut-être pas à toutes les avances joueuse de son partenaire, mais il pouvait bien lui renvoyer la balle de temps en temps, à sa façon.
Tom fini par sortir de l'eau, sous le regard plutôt attentif des deux hybrides, et il y avait fort à parier qu'à présent, il ne leur restait plus beaucoup de temps avant d'être harcelé par les coiffeurs et les maquilleurs qui devaient les préparer à leur journée. Les premiers essais photo devaient avoir lieu dans la matinée, avant que l'aube ne se lève mais une fois que le ciel commencerait à s'éclaircir. Amon avait à la foi hâte d'y être et peur de tout rater.

« Corso... Est-ce que je vais devoir poser tout seul ou ils nous feront poser ensemble de temps en temps ? Je ne sais pas si je me sentirai très à l'aise devant des inconnus, surtout si je suis seul. Je n'ai pas ton charme naturel. »

Ses mains avaient glissé vers l'avant jusqu'à se rejoindre au-dessus du torse magnifiquement ciselé du mannequin tandis qu'Amon posait son menton sur l'une des épaules, l'air un peu soucieux. Il avait repoussé la question un moment, mais tout devenait réel, il allait vraiment passer sous l’œil d'un objectif et ses doutes lors de sa rencontre avec Corso ne l'avaient pas quitté. Il pouvait sentir la tiédeur du dos contre le lequel il s'appuyait, ça avait quelque chose de rassurant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Mar 21 Fév 2017 - 22:33

Le massage est bienvenu, j’adore qu’on me papouille, et Amon a des doigts de fée, il faut dire ce qui est. Si j’avais ce petit os de chat dans la gorge je ronronnerai à toute allure, mais je suis juste une bourrique, alors je fais vibrer mes oreilles doucement de contentement en sirotant mon chocolat chaud comme un gosse, trempant une viennoiserie à la pâte d’amande dedans ; j’aurais tout le loisir de perdre ce petit apport en sucre après ma séance de dédicaces, pendant la séquence muscu’ de la nuit. Tom sort de la mer, ses jambes puissantes le ramènent au bungalow et je me prends quelques minutes pour me remettre de l’effet produit par sa silhouette à la Arès, me vautrant un peu contre le ventre de mon petit perroquet qui continue de masser divinement mes trapèzes. Avait-il l’habitude de prodiguer ce genre d’attentions ? Hmm…dur de ne pas sentir l’envie sous ses ronds de mains. Je souris.

- Leo sera là oui. T’inquiète pas je serais pas absent longtemps, juste le temps de te manquer si fort que tu te jetteras dans mes bras et j’ose espérer que ce ne sera pas que pour me câliner gentiment, hm ?


Tournant la tête vers lui je bise sa tempe, la seule chose qui me soit facile d’accès dans cette position il faut dire, et je mangerai bien un peu de ses lèvres mais c’est sans compter qu’on toque à nouveau à notre porte.

- T’es pas bête, bombe le torse, lève la tête, et fais-les tous baver. Quand ils seront à tes pieds ça ira mieux pour la confiance.


Est-ce que je suis vraiment bien placé pour donner des conseils ? Moi qui ne respecte pas grand-chose ? J’ai eu de la chance, j’ai appris tout seul, je me suis fait tout seul, sans avoir à passer par une quelconque école, sans faire des courbettes ou sucer des queues sous des bureaux. Alors j’ai un peu de mal à orienter mon poulain. De mes débuts, je me rappelle peu de choses si ce n’est le désir de revanche, et ma conquête frontale du milieu. Jamais un pas derrière la ligne. Mais j'étais un guerrier, trempé dans l'arène depuis mon plus jeune âge, alors je ne pouvais pas nuancer.

Je me lève et repousse le plateau. Le drap tombe à terre, et nu je l’enlace et l’embrasse possessivement. Je ne suis pas un vampire ou un truc du genre, mais s’il porte mon odeur sur lui pour la nuit, ça devrait dissuader les intrigants de venir empiéter sur mes plates-bandes et de lui faire du mal. Quand nous nous délions, la saveur de sa langue pleine du suc des fruits me donne envie d’y retourner, d'y replonger, décidément…Owen est bien loin de tout ça. J’ai le cul bordé de nouilles. L’index sous son menton, je lui fais relever le minois et souris.

- Eh, relax bébé ! La majeure partie des clichés sont prévus pour un duo. Y a juste quelques trucs un peu plus…pro’ que je ferais tout seul, tu pourras rester sur du soft dans tes solos. Et arrête de me faire des compliments j’ai envie de verrouiller cette maudite porte et de te faire crier sur le lit, querido…Ne me chauffe pas.

Sur ces belles paroles pleines de poésie, Charlize arrive comme un cheveu sur la soupe et pour ainsi dire pas vraiment tout seul.

- Toujours à poil, pourquoi je prie encore que tu sois prêt à l’heure, Santo Cristo ! Il est 20h30 et j’ai déjà envie de t’étouffer avec un coussin…Tiens celui-là est parfait !


Il me le balance et je l’attrape vivement en ricanant tandis que l’esclave de tout à l’heure vient récupérer le plateau déjeuner non sans jeter des regards ravis partout autour de lui : toute cette agitation rend son excitation palpable, un peu comme la mienne d’ailleurs…
Tom et Leo montent la garde sur le perron et nous saluent de leur modeste sourire fétiche de gardes du corps, et l’équipe maquillage débarque avec le grand bazar.

- Amon chéri, tu sais que pour le moment on n’a rien a priori fabriqué pour toi, je n’ai pas eu le temps de négocier avec la marque parce qu’on n’avait trouvé personne pour accompagner Corso alors il va falloir être patient et faire des essayages, des retouches…On devrait recevoir demain des choses à tes mensurations mais pour le moment on fera avec.


Charlize lui prend les joues en coupe et sourit, plus détendu avec lui qu’avec n’importe qui du staff ou des acteurs. J’imite son ton mielleux et il me fustige pendant que j’éclate de rire.

- Va démêler ta vilaine crinière espèce de canasson !!

- ‘Vos ordres, chef !

Et mon coiffeur de me faire une beauté pendant qu’on lime mes griffes et qu’un maquilleur épile mes sourcils et soigne ma peau qui ne peut tolérer de fond de teint, de quelque nature soit-il, par cette chaleur.

- Leo ? Tu prendras bien soin d’Amon, okay ? Comme si t’étais une sorte de frère bienveillant.

Le géant brun a l’air un instant surpris avant d’acquiescer de me faire un clin d’œil entendu. Message passé. On se fait pomponner, et je ne sais pas ce qu’il va advenir d’Amon dans les prochaines heures car je suis déjà paré pour la bataille, chaussé de spartiates montantes en cuir fin et vêtu d’une toge palmata raccourcie bien largement sur le haut des cuisses, brodée de fils dorés et rouges sur les emmanchures et le col. A la romaine classe et moderne quoi. Cheveux nattés pour plus de confort.

- Até logo, querido.

Dis-je en passant derrière son siège de coiffure en effleurant sa mâchoire de l’index. Je file, et croise les photographes en train de prendre un café dehors. Un 4x4 m’attend et Tom m’ouvre la portière arrière, Charlize monte devant avec le chauffeur. La rencontre est prévue à Belle-Vue, à environ 20 minutes de route, dans un petit hôtel, au bord de la piscine, ou quelques clichés sont d’ailleurs prévus pour mon propre book ainsi que pour la publicité de l’hôtel. Je profite que personne ne me cause pour piquer un somme dans la bagnole.

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Lun 27 Fév 2017 - 17:32




Tout s'enchaîna très vite, à tel point que l'oiseau n'eut pas le temps de s'attarder sur le long frisson qui lui était descendu dans les reins tandis que la langue de Corso venait caresser la sienne. La tornade nommée Charlize entra avec fracas, suivi par une horde de maquilleurs redoutablement efficaces. Prit en otage par le sourire bienveillant du manager, Amon ne put que sourire en retour et assurer que cela ne lui posait aucun problème. Comparé à l'étalon qui faisait tourner en bourrique son ange gardien, l'hybride perroquet était une crème, un modèle de docilité et d'affabilité.
L'équipe s'occupa de lui faire un brin de toilette façon mannequinat, choisissant de ne maquiller que très légèrement ses yeux pour le garder le plus naturel possible afin de ne pas fausser le jugement des stylistes lors des essayages. Pendant que deux coiffeurs d'occupaient de lui faire une queue de cheval pratique et simple, mais autrement mieux tenue et réalisée que lorsqu'il se la faisait lui-même, un assistant humain chargé du planning des essayages commença à lui expliquer en détail à quoi ressemblerait la séance, ce qu'on cherchait à obtenir et les contraintes qu'il devait respecter. Amon eut tout juste le temps de répondre au signe de Corso et de lui souhaiter bonne chance quand le responsable des couturiers s'approcha pour se présenter.

« Amon, je me présente : je suis le responsable de toute cette troupe de fans de la fanfreluche. Je m'occupe des retouches et du choix des tenues avec le styliste de Corso. Je suis navré de devoir t'imposer cette séance, mais elle est primordiale ! Tu peux m'appeler Falcone. »

L'hybride serra poliment la main qu'on lui tendait. Une demie minute plus tard, on le libérait pour qu'il puisse enfiler la chemise de lin et le pantalon fluide qui lui étaient réservés pour la journée. Puis l'équipe au grand complet quitta le bungalow pour se rendre dans une salle de meeting prêtée par l’hôtel et réarrangée pour l'occasion en showroom et salon de maquillage. Il y avait plus de vêtements ici que ce qu'Amon avait pu voir dans toute sa vie, du moins il en avait l'impression ! Un portant tout entier lui était dédié et Falcone ne perdit pas un instant pour lui fourrer les premiers vêtements entre les pattes. Une cabine d'essayage avait été aménagée avec quelques rideaux, histoire de laisser tout de même de l'intimité aux modèles pour pouvoir se changer sans faire profiter toute la salle de leurs contorsions pour enfiler les habits et après quatre heures ininterrompues d'aller-retour entre la cabine et le tabouret sur lequel il devait se percher pour laisser les couturiers lui tourner autour comme des bourdons, l'hybride se sentait épuisé, aussi bien physiquement que mentalement.
Sa petite taille était sans doute le problème principal avec tous les habits. Il fallait faire des ourlets, remonter les épaules, serrer un peu plus à la taille. Ce n'était l'affaire que de quelques points de couture à chaque fois, mais il n'y avait pas un seul vêtement pour y échapper. À ses yeux, tout était très convenable, mais les stylistes et couturiers ne l'entendait pas de cette oreille et leur regard d'expert notait immédiatement tous les petits défauts à reprendre pour que ce soit parfait. De temps en temps on demandait à ce que le modèle lève les bras, inspire à fond se penche en avant ou en arrière pour tester la ligne de la couture... Un exercice obscur et épuisant pour le novice, qui s'y pliait pourtant avec autant de bonne volonté que possible.

Lorsque l'heure d'aller manger sonna, il se sentait vidé de sa substance vitale. Heureusement, le repas de minuit fut copieux et il fit le plein de protéines avec un filet de poisson presque aussi gros que lui. Ce ne fut que vers trois heures du matin que l'équipe au grand complet fut réunie de nouveau, y compris Charlize, Corso et Tom qui étaient revenus de leur expédition en ville. Tel un poussin à la vue de sa mère, Amon était retourné dans le giron du grand blond pour lui demander comment s'était passé sa séance dédicaces ou comment était la ville.
Les photographes firent leur entrée, une masse d'assistants en tout genre grouillante autour d'eux, chacun étant chargé de porter telle ou telle caisse de matériel. Ils annoncèrent que les clichés préliminaires allaient être prit sur une plage rocheuse à une demi-heure en voiture de l'hôtel. Leur programme, fait en collaboration avec les stylistes, fut distribué à tout le monde et l'équipe se mit en branle dans un concert de bavardages affairés. Quant aux deux mannequins, ils étaient la pièce maîtresse de tout ce cirque et voyageraient donc dans une jeep à part. Le maquillage et la coiffure seraient fait sur place afin de garder ces messieurs les plus frais possibles.

Le cul posé sur une banquette en cuir à l'arrière d'une grosse voiture noire, Amon vit donc l'hôtel s'éloigner et disparaître dans la végétation à mesure qu'ils avançaient vers leur destination. Des camionnettes et des fourgons de matériel les suivaient, telle une caravane dans le désert. Tout cela pour des photos... Il avait du mal à y croire. C'était une dépense de temps et d'argent absolument colossale !

La plage qui avait été choisie était superbe sous le clair de lune. Le sable blanc et fin était piqué de coquillage roses et jaunes, les vagues s'écrasaient contre les rochers noirs qui avançaient jusqu'à l'eau et de nombreux cocotiers bordaient la plage. On se serait cru sur une carte postale vivante. L'oiseau bleu en prenait plein les yeux.
Il défit ses chaussures pour pouvoir sentir le sable entre ses orteils.

« C'est un coin de rêve ! Ça vaut bien toutes les séances essayage et retouche du monde ! Je crois que je commence à t'envier, Corso. Tu dois avoir l'occasion de voir des endroits comme ça assez souvent, non ? Tu as vu plus spectaculaire ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Dim 5 Mar 2017 - 21:10

Le début de nuit avait été assez éprouvant ; une masse insoupçonnée de fans s'était déplacée pour l'entrevue, et ma main droite me faisait mal d'avoir signé tant de photos de moi-même, de magazines, et même de fronts. Je profite de la voiture au retour pour détendre mes commissures crispées par des sourires en rafales, et bois longtemps au goulot d'une bouteille d'eau pétillante. Tom sort des blancs de poulet frais de la glacière, ainsi que du riz froid et je mange tranquillement sans me soucier des ballotements du 4x4 qui regagne notre bungalow où j'en profite pour me laver les dents. La routine. Jusque-là rien de bien excitant. Mon petit poulet m'accueille chaleureusement et je commence à avoir du mal à réprimer l'envie de lui faire passionnément l'amour contre un cocotier...Mon esprit est nerveusement perturbé par son déhanché quand nous descendons sur la superbe plage qui va servir de décor.

- Souvent, je sais pas trop. Y a beaucoup de clichés studio aussi, là c'est exceptionnel c'est parce qu'on est sponsorisé de A à Z, sinon la boîte peut pas faire déplacer tout le gratin comme ça. T'as vu le bordel que c'est déjà ?

Je ricane pendant que Charlize s'énerve à gueuler sur tous ceux qui font des traces de pas dans le sable vierge : il va falloir tout effacer si ça continue ! L'équipe aménage un espace de changement de tenues et apporte le chariot supportant l'ensemble des pièces à essayer, une partie au nom d'Amon, l'autre bien à moi. Tom et Leo montent la garde et je surveille Trevor du coin de l’œil.

- Corso tu veux bien te déshabiller on va commencer par les nus !

- C'est parti ma biche.

Ah oui. J'ai oublié de prévenir Amon de ce léger détail : je pose pour des magazines érotiques, gay évidemment. Ça fait partie de mes qualifications dites "spéciales". Je me faufile dans la cabine sommaire en toile plantée dans le sable un peu plus haut et il ne faut pas 36 heures pour ôter le peu que je porte. J'enfile un léger peignoir de coton très fin et ressors pour qu'on s'occupe de démêler mes cheveux et de disposer quelques accessoires sur mon corps ; j'ai tenu à conserver les bracelets en or, ils sont en quelque sorte ma signature, et tout à fait masculins, suffisamment pour contrecarrer la nonchalance féminine que je peux afficher lors de certaines poses. De la nacre sur les tétons et les abdominaux, on tresse ma queue sommairement : "Du naturel !" s'écrit Charles sur toute la longueur de la plage en passant et repassant devant chaque poste pour que tout soit parfait. On vient mouiller légèrement mes cheveux pour leur donner un effet décoiffé et les onduler, et je change de mode. Le peignoir finit dans les mains d'un accessoiriste et je descends nu, à mon aise absolue, jusqu'à l'écume. Je connais mon boulot. Je sais comment me mettre en valeur, et Charlize a généralement peu de choses à redire face à mes choix. Je sais à son air silencieux que je suis "dedans" quand il me regarde m'agenouiller dans l'écume, la queue lâche dans le roulis des petites vagues plates, un bras en appui derrière, l'autre placé devant mon sexe, les doigts ouverts dans le sable. J'écarte les jambes que j'ai pliées sous moi et la lumière naturelle fait le reste, mettant en avant les ombres sous mes muscles, les ombres dans mes aines au duvet doré - le poil c'est la virilité ! - le brillant de mes mamelons nacrés, la fausse sueur le long de ma gorge arquée en arrière de manière à exhiber aux futurs lecteurs une jugulaire sur laquelle ils ne pourront que fantasmer. Les flash fusent, je ferme les yeux, me retourne, exposant ma chute de reins finissant sur un lever de queue évocateur qui dévoile sans mal ma raie à quelques centimètres du sable blanc. Je lève un bras, place une main sur ma nuque, l'autre la rejoint et je fais jouer mes dorsaux sous la lune. Plus tard je m'allonge sur le dos, faussement abandonné, un bras derrière la tête, une cuisse assez relevée pour cacher mon intimité. Et les appareils de jouer sans relâche à me capturer sous tous les angles, toutes les coutures, à capter les subtilités de mes regards, le roulis de mes muscles, le charme animal qui se dégage de ce corps que je cultive pour tout ça.

- Pause pour Corso ! 10 min ! Amon, chéri, va te changer ! Vous lui faites passer le premier maillot ? On va se mettre sous le cocotier là-haut, ça mettra des ombres magnifiques sur son visage !


Je remonte, renfile le peignoir et bois de nouveau longuement à la bouteille pendant qu'on me pomponne pour la suite. Je sais qu'Amon n'a pas dû perdre une miette de tout ce qu'il s'est passé. Je le regarde, profondément, les yeux ouverts au-dessus de ma bouteille. Et je me lèche les lèvres quand j'ai fini. J'ai déjà hâte de le voir en scène.

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Mar 14 Mar 2017 - 0:54



Pourquoi s'était-il demandé si son compagnon aurait une once d'hésitation à se mettre complètement à poil devant tout le monde ? C'était pourtant évident qu'il allait se sentir à l'aise comme un poisson dans l'eau. Qui pourrait l'en blâmer, il avait un corps à faire défaillir les vierges ?
Amon ne voyait pas le rapport entre les maillots de bain et les photos de nus, mais il ne pipa mot et se contenta de suivre du regard les allers-retours entre la cabine, le maquillage et la coiffure. Il fallait reconnaître un talent incroyable aux maquilleurs pour parvenir à sublimer la beauté sans la falsifier. Lorsque l'étalon dandina son postérieur d'Apollon jusqu'à l'eau, l'oiseau rare se changea presque en statue de sel. Il n'était pas adepte de magazines érotiques et voilà qu'il avait en chair et en muscles un spécimen que beaucoup d'autres ne pourraient que s'imaginer en se paluchant. C'était troublant, gênant et hautement satisfaisant à la fois !

*Et j'ai dormi avec lui dans la plus complète des innocences... Meu Deus, je dois avoir un sacré problème dans ma tête.*

Corso était objectivement beau. Il savait se placer et bouger pour rester en harmonie avec l'image qu'il souhaitait donner, il devinait comment se poser pour que les objectifs le capture sous le meilleur angle, il était à la fois lui-même et un personnage. Tout à coup l'hybride réalisa qu'il devrait poser avec cet homme, puis seul, et se montrer assez doué pour mériter sa place. Impossible d'arriver ne serait-ce qu'à la cheville du beau blond, il allait se planter...
L'inquiétude lui gâcha un peu les dernières poses du mannequin et le gong de sa dernière heure sonna alors qu'on accordait au champion toute catégorie un petit répit. Amon lui offrit un sourire avant de se faire kidnapper par un styliste désireux de faire au mieux et au plus vite. Les maillots qui lui étaient destinés avaient presque tous été retouchés et donc parfaitement ajustés à sa taille, mais le choix du styliste se porta sur un modèle en particulier. Il fourra le cintre entre les mains brunes de l'hybride et lui donna une tape sur les fesses pour l'encourager à se changer rapidement. À vif, Amon s'enferma dans la cabine et enfila l’accoutrement. En vérité, il avait du mal à voir comment ce qui portait pouvait être confortable pour se baigner, cependant le potentiel érotique de celui qui irait se balader avec ça sur la plage risquait de crever le plafond. Inutile de dire que cet assemblage de tissu devait valoir une fortune.

L'oiseau fit son apparition après quelques minutes, enveloppé lui aussi d'un peignoir. On le posa sur une chaise pour le maquiller, fardant ses yeux de bleu et de vert irisé, ajoutant du brillant sur ses lèvres comme s'il venait de mordre dans un fruit juteux, couvrir sa peau d'une poudre légère et dorée qui lui donnait des allures de divinité sortie de la mer. Tout ça pour un maillot de bain... À moins que certaines photos ne se retrouvent dans un tout autre genre de presse que les catalogues de mode. Pour ses cheveux, l'équipe de coiffeurs rassembla à l'arrière de sa tête les mèches qui lui encadraient le visage et en firent une petite tresse pour les maintenir en arrière avant de mettre des perles et de minuscules coquillages factices dans le reste de la crinière noire bleutée.
Une fois préparé entièrement, un assistant vint l'aider (le forcer) à retirer son peignoir tandis que Charlize l'entraînait près du cocotier en question pour lui expliquer ce qu'on attendait de lui tout en le rassurant comme quoi touuuuut se passerait bien, qu'il suffisait de se détendre et de faire comme s'il regardait un amant. Facile à dire.

Le maillot que portait Amon lui moulait les fesses avec une audace rare et un entrelacs de cordelettes élastiques semblait relier la pièce de tissu devant à celle de derrière, exposant à la vue de tous le haut des cuisses du modèle tout en suggérant le reste. Le vampire se pencha à l'oreille du débutant et lui glissa quelques mots qui firent piquer un fard au modèle. Ce dernier secoua d'ailleurs négativement la tête, ce qui fit insister Charlize et finalement, Amon sembla se ranger de son avis en opinant du chef. Allez savoir ce qu'ils venaient de se dire...
Finalement, après quelques "échauffements", la séance pu commencer. Le brésilien prit soin de se fondre dans le personnage et de porter un masque, oubliant la gêne et le sentiment de ridicule que lui glaçait le sang. Tantôt debout, à côté de l'arbre, assez cambré pour faire ressortir l'arrondi de ses fesses, les bras levés et les mains enfouies dans ses cheveux, tantôt assit sur la courbe que faisait le tronc et qui permettait de s'installer à califourchon dessus. Il prit même l'initiative de se lever pour marcher en équilibre jusqu'au feuillage, les bras écartés du corps comme pour tenir bien droit, ce qui laissait l'occasion aux photographes de le prendre en contre-plongée, et arrivé près des noix de coco, l'oiseau se mit à quatre pattes, subtilement cambré, une main tendue pour atteindre les fruits. Ce cliché sembla satisfaire le photographe qui fit un signe à tout le monde et on annonça un changement de tenue et l'entrée en scène de la star pour la suite. Le petit newbie était dedans, c'était le moment d'en profiter.
Assit à califourchon sur son arbre, Amon jeta un regard pétillant à l'étalon, ravi d'avoir surmonté son baptême du feu. Le photographe montra ses derniers clichés au manager. L'hybride oiseau ne dégageait rien de semblable à Corso, ce qui était une véritable aubaine pour ce shooting. Il avait quelque chose de plus fragile, de plus souple dans ses poses qui donnait envie de le voir bouger, de l'observer de loin comme on le ferait avec une créature sauvage qui pourrait s'envoler au moindre geste brusque. Ce n'était pas pour sa plastique de rêve et son sex-appeal électrisant qu'on prendrait plaisir à regarder ces photos, mais plutôt pour le charme lascif et délicat qu'il renvoyait. C'était sûr, on jalouserait Amon d'être au bras solide de Corso, et on en envierait Corso d'avoir su apprivoiser un oiseau timide et rare. Le parfais combo dans le parfait décor pour faire des maillots qu'ils porteraient un atout de charme incontournable pour cette saison.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Lun 17 Avr 2017 - 15:39

Leo est admiratif, et si Tom est lui aussi conquis, il est bien trop respectueux pour dévoiler le charme que produit mon petit poulet sous mon nez. Et mon orgueil lui en est reconnaissant. Bras croisés dans mon peignoir blanc, j'observe les premiers pas d'Amon, et perçois toute l'intensité de son jeu. Ses jambes sont longues, fines, ses plumes créent une couronne naturelle, et une certaine ingénuité émane de ses gestes, de ses expressions, et je ne peux qu'applaudir intérieurement cette atmosphère qu'il génère et qui nous consume tous.
Quelques minutes plus tard, après que Charlize lui ait laissé le temps de s'approprier un peu le terrain, c'est à mon tour de revenir sur le devant de la scène, avec un ensemble plus habillé si l'on peut dire. Short haut de cuisse noir avec une bande de végétation exotique colorée sur tout le tour, et un bracelet de cheville en corde légère avec un petit, tout petit médaillon en forme de palme dorée. Les clichés à deux se passent très bien, l'alchimie est quasi parfaite avec lui, entre nous, et bientôt je n'entends plus Charlize, ne distingue plus les flashs ni le personnel. Je suis dans mon élément, et je m'éclate !
Nous changeons trois fois de maillots, allant de pièces en pièces, jusqu'à l'ensemble final pour lequel Charlize a imaginé une scène pour le moins...bucolique. Tom me tend une bouteille d'eau fraîche.

- C'est du sportswear...Charles. T'es sérieux là ?

- Écoute c'est moi le boss ici, alors magnez-vous de vous changer ! Amon, tesoreria...Andata ! [Allez !]

Là, c'est trop. Je bois ma gorgée, rends violemment la bouteille au molosse et fixe le vampire aux cheveux noirs de mon air "de circonstance" - très modulable, mais toujours efficace ! Il ouvre grand les yeux, la bouche comme pour dire : "Mais quoi à la fin ?!" Je jette les mains en l'air.

- Il faut un truc qui fasse envie, qui soit sexy mais énergique ! On va pas descendre sur la plage en se tenant la main c'est fin pourri et niaiseux merde ! Tu te branlerais là-dessus, Tom ?! Tomy sois sincère tu veux.

Je donne un coup de coude au géant qui ne peut s'empêcher de sourire pour mieux hausser les épaules.

- HA ! Tu vois, Charles Dexter ! Allez laisse-nous faire, tu seras content et tu le sais.

Charlize lâche un juron et déguerpit tandis que je fais un clin d'oeil à Amon. Mon idée va faire flamber les appareils. Le dernier maillot que j'enfile est un slip blanc ultra moulant en matière souple, plus élastique que les autres qui - faut pas se le cacher - sont plus du genre "chochotage et bronzette à la piscine" que "nage en eaux pleines de requins !". Sur le côté droit, trois éclairs zèbrent le tissu, un rouge, un noir et un vert. Celui d'Amon est noir avec un éclair rouge, blanc et bleu. Quand il est changé, je lui indique la marche à suivre et nous descendons dans l'eau, cette fois jusqu'aux hanches, et certaines vagues montent même un peu plus haut. Je mouille légèrement mes cheveux, suffisamment pour donner un effet décoiffé, et caresse du regard l'oiseau rare en face de moi. L'eau s'est rafraîchie, ses mamelons sont presque durs. Je souris.

- Venha cà, pintinho. [Viens ici, poussin.]

Mes bras l'enlacent par les hanches et je le soulève, lui murmure d'enrouler ses jambes autour de mes hanches et de baisser la tête de manière à ce que nos fronts soient presque unis, tout comme nos lèvres salées. Je profite clairement du sujet pour faire aboutir mes démarches précédemment entamées : celles de le séduire. Et il se prête si bien au jeu que je crois comprendre qu'il prend plaisir à me répondre en demi teinte. Mais c'est l'effet d'attente qui plait aux consommateurs, alors je ne l'embrasse pas, seulement mes mains se font plus pressantes sur son corps pour lui dire "Eu quero que você..." Un "Je te veux...". Une vague nous lèche jusqu'au torse et je saute légèrement pour accompagner son mouvement, le rattrapant plus proche de moi encore, tandis que sur la plage, je sens l'approbation de Charlize, et les clic ! multiples qui vont immortaliser cet instant. Je crois que je le désire encore plus du fait de cette retenue tout à fait charmante que dégage son joli visage.

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Lun 19 Juin 2017 - 1:35



Les discussions entre Corso et Charlie ne le regardait pas, aussi Amon se contenta-t-il de se changer rapidement et d'aller se faire détacher les cheveux par la horde de maquilleurs dont le travail était de replacer chacune de ses plumes sans en ébouriffer une seule. Léo lui apporta une bouteille avec un sourire et se campa à ses côtés tandis que ça se crêpait le chignon pour la suite. Il sauta de sa chaise en rendant la bouteille au garde du corps lorsque Corso lui fit signe d'approcher pour la suite des opérations.
La séance se déroulait magnifiquement bien et en compagnie de l'étalon, Amon se sentait détendu. Il n'hésitait pas à suivre les recommandations et se laisser entraîner dans des poses parfois un peu embarrassantes pour quelqu'un n'ayant pas l'habitude de poser devant autant d'objectifs. Aussi avait-il parfaitement confiance lorsque ce dernier lui demandait de l'accompagner dans l'eau. Veillant à ne pas éclabousser partout, d'une part par respect du travail des maquilleurs, d'autre par pour éviter d'avoir froid, l'oiseau rare ne comprit le stratagème qu'une fois hissé dans les bras de son partenaire.

Le crépitement des appareils se fit lointain. Plongé dans le bleu des prunelles de son vis-à-vis, le brésilien décroché un court instant de ce qui s'appelait la réalité, avant qu'une vague ne vienne lui lécher le ventre. C'était un peu déloyal comme tactique, mais Amon saluait toute l'audace dont faisait preuve le mannequin, il l'enviait même un peu de pouvoir être si assuré dans sa démarche. Et bien qu'il se soit promis de ne pas tomber dans le panneau, il devait reconnaître que le charme lusitanien faisait effet sur lui. En réponse à cette déclaration silencieuse, il resserra quelque peu ses cuisses autour de la taille sculptée de l'hybride et entrecouvrit les lèvres en effleurant presque les siennes tandis que les appareils photos se déchaînaient. L'instant d'après, il avait reculé de quelques centimètres et souriait avec une candeur tout à fait provocante tandis que sa main gauche venait caresser subrepticement la nuque de l'étalon.
Les photographes signalèrent que les prises étaient bonnes, Charlize remercia toutes l'équipe et sonna le départ. Il était temps de tout ranger, que les stars aillent se reposer et que les graphistes fassent un premier tri en compagnie des photographes. La nuit n'était pas terminée. Amon rendit son maillot de bain et enfila de nouveau ses vêtements après s'être séché, prêt à remonter dans le pick-up. Pour lui et son mentor, c'était quartier libre jusqu'à ce qu'il soit l'heure de dîner. On les emmènerait alors en ville pour faire une petite apparition à la table du maire dans un bon restaurant, et enfin ils pourraient aller se coucher.

L'idée d'avoir quelques heures à tuer dans le bungalow près de la plage, avec un Corso chaud comme la braise donnait quelques vapeurs au petit perroquet. Il commençait à épuiser son stock d'esquives et de parades, alors que ça ne faisait même pas trois jours ! Le plus embêtant, ce n'était pas qu'il devait dire non à répétition, c'était que peu à peu l'idée de faire partie du tableau de chasse du mannequin ne le dérangeait plus autant...
L'oiseau intercepta le blond lorsque celui-ci sortit de sa cabine, de nouveau en tenue décente, et se laissa attraper par les hanches comme si le geste était devenu naturel.

« Você quererá ir caminhar ao longo da praia ou você permanecerá ter um cochilo hoje à noite antes? » [Est-ce que tu voudras aller te promener le long de la plage ou tu resteras faire la sieste avant ce soir ?]

Il cherchait encore des excuses pour ne pas finir à se rouler dans les draps en bonne compagnie, mais réalisa qu'il avait laissé une porte grande ouverte sur une possibilité de rester tout le deux dans la chambre. Sans doute une erreur qui en disait long sur son désir refoulé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smooth bucking
Messages : 82
Métier : Mannequin, égérie, champion du Portugal de Pi Qa Quan
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Mer 21 Juin 2017 - 18:32

Mon sex-appeal ne redescend jamais, même quand les shooting sont terminés. C’est du professionnalisme à outrance, mais je ne serais pas ce que je suis si je ne faisais pas tourner les têtes du mâle lambda à la créature sophistiquée, du genre d’Owen, ou d’Amon. Seul Charlize est du genre à pouvoir endurer le supplice sans broncher. Quand je parle de mâle lambda j’inclue peut-être Tom qui par certains côtés est assez…viril au sens strict du truc. Il en a dans le pantalon.

Quand tout le bordel est rangé j’entends vaguement les photographes et Trevor tourner autour de mon petit poulet et le féliciter pour les prises. Bordel ils sont cons ou quoi ? J’ai renoué la toge palmata et mes spartiates et me rue sur les agresseurs avec zèle, oreilles couchées, limite à piaffer en bon étalon que je suis. L’effet fait mouche et je chasse la pagaille rien qu’en me ramenant dans le lot, attrapant Amon par les épaules.

- Évidemment qu’il est excellent ! Si vous en doutiez je sais pas pourquoi on vous paie.

Les gènes ibériques et équines ont du mal à se calmer et je fouette l’air à grands coups de queue.

-Venha. [Viens] Eles são idiotas. Você é um artista. [Ce sont des abrutis. T’es un artiste.]

Et je sais combien il est dur de percer dans cette branche si select’, alors à moi de l’aider à s’affirmer, même s’il ne compte pas faire une carrière, c’est pas grave je fais aussi office de chien de garde. Bon la bestiole finit par temporiser et mon oreille gauche pivote à sa question ; ce qui est agréable avec le portugais c’est que personne pige grand-chose, sauf Charlize qui a les rudiments question insultes et vulgarités : je fais son éducation polyglotte à ce petit. Je lâche un petit rire et l’entraîne vers le pick-up qui est en train d’être chargé, Tom et Léo sur les talons.

-Um cochilo ? Isto é o que você quer ? Realmente ? [Une sieste ? C’est ce que tu veux ? Vraiment ?]

L’aurais-je perverti ? Ohh ce n’est pas comme si j’avais des scrupules. Je connais pas ce mot. Merde c’est trop mignon. Mon petit poulet me fait des avances, je suis tout ému, et surtout disposé à accéder à sa requête tacite, que bien sûr tout le monde a comprise. Tension dans l’air…traîtresse.

- Ninguém nunca me ofereceu um cochilo…Estou emocionado. [Personne ne m’a jamais proposé de faire une sieste…Je suis ravi.]

Et sur ces bonnes paroles, le trajet se passe tout en suggestions. A vrai dire maintenant que j’ai une porte d’ouverte je ne me prive pas de regards et de caresses – du regard toujours – qui le font rougir quand il me surprend. Quel âge est-ce qu’il peut bien avoir ? On doit se l’arracher…c’est même étrange qu’il attendait sagement dans une boutique. Je serai un vampire je me serai jeté sur l’occasion ! Enfin je me jette déjà sur l’occasion. Ah lala.

Au bungalow on nous laisse comme promis à l’état sauvage et je profite du frigo pour boire une longue rasade d’eau fraîche. J’ai les crocs mais il n’est pas encore l’heure alors pour compenser je me concentre sur…d’autres choses. D’une certaine façon beaucoup plus importantes.

- Si tu veux faire l’amour, il n’y a pas de mal à ça. Oublie tes tabous quand tu es avec moi. Je suis le genre d’homme tout à fait enclin à satisfaire tes désirs, tesouro. Dis-le, c’est tout.

Je me suis approché après avoir tiré les stores et ôté mes spartiates. Mes doigts montent à sa tempe et font frissonner les plumes les plus proches.

- Diga…me. [Dis-le moi]

_________________


Rp en #6633ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 126
Métier : Ornement vivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   Ven 23 Juin 2017 - 0:01



Amon rougit et donna un petit coup de coude à l'étalon en se voyant moquer de la sorte. Si c'était ça, il pouvait aussi bien aller se promener tout seul, ou en compagnie de Léo, et ne revoir le mannequin que pour la reprise de leurs activités professionnelles ! Na !
Mais le beau blond ne lui tint pas trop rigueur de cet excès de prudence dans ses avances et s'engouffra dans la brèche sans hésiter, multipliant les remarques et les sous-entendus jusqu'à ce qu'ils soient de nouveau seuls dans le bungalow. Le petit oiseau n'était pas particulièrement embarrassé par le sujet, mais il l'était beaucoup plus par la personne avec qui il l'abordait, et ce pour de nombreuses raisons.

La première était qu'il ne connaissait pas vraiment Corso et bien qu'ils aient passé maintenant deux ou trois jours ensemble, il ne savait pas grand-chose de lui. Une petite partie de son cerveau lui murmurait qu'il n'avait pas besoin d'en savoir beaucoup pour connaître l'essentiel : Cristovão était une personne entière et enthousiaste, plutôt bienveillante à son égard et qui ne souhaitait que son bien.
La deuxième raison était que ce bel étalon faisait aussi son beurre en tournant dans des productions érotiques et pornographiques. Donc il connaissait moult façons de faire et attendait sans doute quelque chose de qualité, ce qui impressionnait forcément quand on ne pouvait pas prétendre avoir beaucoup d'années d'expérience ou de partenaires.
Enfin, dernière raison, Amon se sentait un peu bête d'être le dernier en date d'une liste déjà longue, d'après les tabloïdes. Sa fierté était un peu titillée par ce détail, certes, mais surtout il se demandait ce qu'il pouvait avoir à offrir de plus que ce qu'avait déjà connu son partenaire.

Pourtant, il ne pouvait pas nier qu'il était curieux de savoir ce que cela faisait de s'abandonner à des bras aussi expérimentés et accueillants. La "gloire" qu'il pourrait tirer de cette relation ne l'intéressait pas, Amon aimait sa vie privée parce qu'elle était privée justement, il ne lui viendrait pas à l'idée de l'étaler devant des inconnus simplement pour se vanter. Non, il était surtout intéressé par la personne, par ce tempérament vif et solaire qui l'éblouissait, qui lui avait fait un peu peur au début et qu'il trouvait à présent touchant et impressionnant. Corso s'intéressait à lui avec une franchise qui ne permettait pas de se sentir vraiment mal à l'aise ou en danger, et il appréciait cet état de fait.
Une fois qu'ils furent seuls, le perroquet retira ses sandales et laissa un regard en coin passer sur Corso, qui se déshabillait déjà sans aucune gêne. Sans doute pour être à son aise. Ou peut-être pour entrer directement dans le vif du sujet. Encore une fois, l'oiseau bleu sentit ses pommettes se réchauffer sous le coup d'une rougeur un peu gênée. La franchise ne le dérangeait pas, mais il n'avait pas l'habitude, voilà tout. Pas à ce point.

Que faire ? Que dire ? Un agréable frisson suivit la caresse et il se laissa hypnotiser par les yeux bleus qui le surplombaient. Sans réfléchir plus longtemps, Amon prit à deux mains le poignet juste à sa portée et le guida pour pouvoir prendre, du bout de la langue, l'index du mannequin entre ses lèvres. Les joues toujours rosées sous son bronzage, mais le regard parfaitement assuré, il enduisit d'une fine couche de salive cet index dont il imaginait déjà l'utilité au service du plaisir et le libéra dans un infime bruit de succion humide.

« Eu o quero, agora. » *J'ai envie de toi, maintenant.

Ses doigts avaient déjà ouvert les deux premiers boutons de sa chemise en lin blanc. Ce voyage improbable l’était véritablement jusqu’au bout.

~ FIN ~


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bronzage, drague et rock'n'roll ! [PV Amon] ♥ [CLOS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]
» Baek Min Hwan ¦We rock it, roll it, swing it, drop it, take it, shot !
» La maison de retraite du rock and roll
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 57 : Rock'n'Roll
» Présentation Evil Slash [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires World  :: Hors Rp :: Archives :: RPs Terminés-
Sauter vers: